Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 04:34

Blog gaulliste libre


http://static.lexpansion.com/medias/137/70189_a-poster-depicting-german-chancellor-merkel-and-the-imf-head-lagarde-hangs-in-front-of-the-greek-parliament-during-an-anti-austerity-demonstration-in-athens-syntagma-square.jpg

http://static.lexpansion.com/medias/137/70189_a-poster-depicting-german-chancellor-merkel-and-the-imf-head-lagarde-hangs-in-front-of-the-greek-parliament-during-an-anti-austerity-demonstration-in-athens-syntagma-square.jpg

 

1000 milliards pour les banques, l’austérité pour les peuples !

 

Posted: 29 Feb 2012 11:55 PM PST

 

Comment ne pas être pris de vertige par les décisions prises dans cette Europe ? En un peu plus de deux mois, la BCE vient de prêter pas moins de 1000 milliards d’euros aux banques privés, au moment même où les dirigeants européens n’ont que la rigueur à la bouche.

La monnaie des banquiers

L’euro est bel et bien la monnaie des banquiers. Alors que les Etats sont étranglés par les contraintes des marchés financiers et se voient imposer des cures d’austérité monstrueuses, les banques viennent de bénéficier de deux opérations « crédit ouvert » où la BCE leur a accordé 1000 milliards d’euros de crédits à trois ans. Après les 489 milliards du mois de décembre, l’opération d’hier a porté sur la bagatelle de 529 milliards ! 10% du PIB européen en deux mois !
 

Il y a deux choses absolument scandaleuses à propos de ces opérations. Tout d’abord, elle se fait en absence totale de contrôle démocratique. Comment de telles sommes peuvent-elles être accordées au système financier sans la moindre consultation des peuples ou de leurs représentants ? Ensuite, cela entretient l’aléa moral incroyable de ce secteur financier car ces aides le sauvent sans la moindre contrepartie. Si les banques vont mal, elles doivent être recapitalisées !


Ensuite, comment ne pas être totalement outré par une telle opération alors qu’une semaine auparavant, le président de la BCE a donné une interview au Wall Street Journal, comme le rapporte Olivier Berruyer sur son blog. Mario Draghi a déclaré que « le modèle social européen est mort », que le temps de l’emploi à vie est « révolu » et appelé à tenir les objectifs budgétaires, en baissant les dépenses mais sans toucher aux impôts ! Il dit se soucier des marchés plus que du cours de l’euro…

La création monétaire en question

La décision d’hier a néanmoins un aspect positif (en cherchant bien). En effet, les 1000 milliards d’euros prêtés aux banques l’ont été par simple création monétaire de la BCE. Tout le monde comprend bien que la Banque Centrale Européenne n’avait pas cette somme là qui dormait dans ces comptes (son bilan dépassait 2700 milliards en fin d’année, en hausse de 500 milliards sur trois mois, comme le rapporte les Echos). Elle a donc créé 1000 milliards d’euros en quelques mois !

Dès lors, cela amène à se poser deux questions. Tout d’abord, comment se fait-il que les pères la vertu qui froncent les sourcils quand on évoque toute monétisation par l’Etat ou qui demandent l’austérité aux peuples, ne s’émeuvent pas davantage de ce laxisme à grande échelle ? Avec 1000 milliards, on pourrait faire beaucoup de choses. Pourquoi faudrait-il que cela serve à refinancer les banques ? Le bilan de la BCE a plus que doublé depuis la crise : est-ce normal ?

Deuxièmement, cela montre qu’il est possible de monétiser la dette publique à hauteur de 5% du PIB par an puisque ce ne représente, pour un an, que la moitié des sommes engagées en trois mois par la BCE. Et selon le contexte, cela peut ne pas être inflationniste. Mais surtout, il est incroyable que l’utilisation de la création monétaire au simple service des banques ne provoque pas un débat plus important, d’autant plus que les peuples subissent une austérité sauvage.

Ces opérations de la BCE sont proprement révoltantes et démontre que cette Europe ne tourne vraiment pas ronds. L’euro est au service exclusif des banques et asservit les peuples. Le seul point positif est que ces opérations le révèlent de manière transparente.
------
.

Attendons de voir le mois de mars… pour envisager l’artillerie lourde

Les dernières informations tendent à confirmer que malgré les sourires de circonstance devant les caméras, il existe des tiraillements sur des sujets clés en vue de la réunion, demain, à Bruxelles. Il était normalement prévu de peaufiner l’enveloppe du MES (Mécanisme de sauvetage européen). Comme les Allemands ne sont pas encore très convaincus, on décale le sujet pour la fin mars. D’ici là, les élections russes seront terminées.

Jusqu’à ces derniers jours, Berlin refusait catégoriquement d’accroître sa participation au MES, justifiant la bonne tenue des marchés, alimentés par la planche à billets de la BCE et du nouveau QE2. Mais, selon le quotidien Süddeutsche Zeitung, Angela Merkel serait prête à céder. Toutefois, il faut attendre, dit-elle, l’évolution du drachme grec et comment les choses vont évoluer au mois de mars. A l’heure actuelle, « il est prévu que l’Allemagne apporte 22 milliards d’euros de capital au MES, et des garanties à hauteur de 211 milliards d’euros au maximum ».

 
48 Comments

Publié par le 1 mars 2012 dans Non classé

 

Le pacte allemand sur l’équilibre des comptes publics nationaux n’a pas encore franchi toutes les étapes

En fin de semaine, à Bruxelles, est organisé un nouveau sommet des dirigeants européens destiné à solenniser le « pacte » (ou règles d’or sur l’équilibre des comptes publics) dont Berlin fait une condition de sa solidarité financière dans la zone euro. Mais les dernières nouvelles ternissent déjà cette future réunion. En effet, les dirigeants irlandais viennent d’annoncer un nouveau référendum sur le nouveau traité budgétaire européen. Une mauvaise nouvelle qui s’ajoute aux prétentions du candidat socialiste à la course au présidentielles françaises, lequel conteste les accords passés actuellement entre N. Sarkozy et A. Merkel.

Par le passé, l’Irlande a déjà embarrassé sérieusement les technocrates bruxellois. En effet, par deux fois, les Irlandais ont déjà rejeté des traités européens (Nice en 2001 et Lisbonne en 2008), avant de se raviser à la faveur de deux autres scrutins de rattrapage, mais en échange à chaque fois de concessions. Bref, tous les technocrates bruxellois, et leurs affidés européens comme N. Sarkozy, auraient préféré que ce choix du référendum soit abandonné. Commentaire d’un diplomate : “Le risque, si l’Irlande dit non, c’est que cela refroidisse tout le monde et que cela envoie un mauvais signal pour le traité”. En tout cas, les Irlandais doivent réfléchir à deux fois cette fois : Jean-Dominique Giuliani, président de la Fondation Schuman, un centre de réflexion européen travaillant avec plusieurs sociétés secrètes, avertit qu’en cas de rejet des Irlandais, le robinet des prêts européens pour sortir le pays de la crise de la dette s’arrêtera. Un lien explicite a été établi.

En France, le candidat Hollande précise : “S’il n’y a pas une dimension de croissance, de soutien de l’activité et de l’emploi et une coordination efficace des politiques économiques, nous ne pouvons pas en l’état reprendre ce traité”. Même si le chef de l’Etat actuel, Nicolas Sarkozy, l’emporte, il devra après le scrutin faire ratifier par voie parlementaire le traité, à une majorité des deux tiers des élus des deux chambres, ce qui rend un soutien des socialistes indispensable de toute façon.

D’aucuns veulent relativiser la déclaration du candidat socialiste, de toutes les façons, un candidat pro-mondialisation : “En 1997, lorsque Lionel Jospin est devenu Premier ministre, il clamait vouloir renégocier le pacte de stabilité européen pour les mêmes raisons. En fin de compte, on lui a garanti la tenue d’un sommet sur la croissance et l’emploi et il a renoncé”, souligne un chef de gouvernement européen, sous couvert de l’anonymat.

 
127 Comments

Publié par le 1 mars 2012 dans Non classé

 

Trader Noé – Analyse du 1er mars 2012

L’indice E-mini SP500 semble actuellement bloqué par la résistance des 1375-1380 points.
Tant que le cours ne parvient pas à franchir ces seuils, la hausse ne peut pas se poursuivre et la rupture de la première zone support 1350-1340 est à surveiller de très près. Si cela venait à se concrétiser, il faudrait alors surveiller d’autres supports à 1325-1300 points.

Concernant le Gold spot, nous avions proposé un rebond autour des 1500-1520 fin décembre. Le cours a pratiquement atteint le niveau des 1795-1800 sans parvenir à les franchir entre vendredi et hier. La rupture des 1750 dollars l’once, pourtant un support important, n’a pas tenu longtemps et le cours s’est rapproché très rapidement du support proposé à 1690. Ce point est pivot et il est peut être intéressant d’attendre désormais un retour autour des 1500 dollars l’once pour acheter quelques pièces. Le problème est de toujours jongler entre la prime et la disponibilité.
Il faut savoir que des proches nous disent également que depuis quelques mois il devient difficile de trouver du métal en Suisse.

En imaginant un défaut de la Grèce ce mois ci, la situation serait tellement sous pression que tout est possible sur les cotations. Certains pays européens dans la panique pourraient être contraints de vendre leur or pour éviter des faillites, etc…

C’est la raison pour laquelle, nous attendrons les supports majeur comme 1500 dollars l’once environ.

L’EURUSD réagit bien avec une bonne résistance à 1.3450-1.35, le cours se rapproche des supports proposés dernièrement. Un nouveau passage sous les 1.33 permettrait au cours de revenir sur les supports 1.32-1.305- 1.295 et 1.26.

L’apport de la BCE semble avoir des effets différents comparé à celui de fin décembre. Là il s’agit de préserver encore quelques titres en achetant les actions pour éviter le passage sous les points pivots.
Le rebond technique semble assez faible pour l’instant et nous surveillons toujours le support des 4.6 pour Crédit Agricole et 4.2 pour Air France, 11 euros pour France Telecom.


------

 

 

Cette banque illustre la dérive de la finance dérégulée

 

DEXIA : le collectif pour un pôle financier public fait des propositions

Cette banque illustre la dérive de la finance dérégulée « Le collectif pour un Pôle Public Financier au service des droits regroupe une trentaine de syndicats et associations dédiés à la mise en…

 

Pour lire la suite cliquez ici

 

.

 

.

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche