Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2008 6 20 /12 /décembre /2008 21:20


Sommaire :
Veau d'or, ou éthique ?
L'éditorial d'Eva.
Spécial Finance folle...
Le fascisme à visage démocratique.
Moraliser la finance ?
Et la finance islamique ?
Mobilisation le 25 septembre
pour le pouvoir d'achat.
Liens.


Bonjour mes amis,

Vous le voyez, je suis éclectique. Après avoir hier cité un blog royaliste qu'on m'a conseillé, et dont certaines analyses économiques étaient pertinentes, voici que je me réfère à un site communiste. Petite confidence : Je gère une Communauté d'Over-blog, celle de Journalistes et clubs de presse. Et ce blog si joliement nommé, Liberté, a demandé à en faire partie. Et en effet, il informe, très exactement au sens qui me plaît : Son information est non-alignée. Il avait donc toute sa place dans cette Communauté.

Avant de donner mon accord, j'ai, bien entendu, regardé ce blog. Et j'y ai trouvé l'appel à manifester que je vous joins, ainsi que, dans le Travailleur Catalan en lien (communistes des Pyrénées Orientales, très actifs, avec à leur tête le Maire Nicolas Garcia), cet appel à moraliser le capitalisme, auquel je souscris bien entendu, comme certainement nous tous. Je crois qu'il y a là, pour une fois, consensus, unanimité.

Le capitalisme, c'est donc, en effet, l'accumulation du capital en un petit nombre de mains, et non une juste répartition des richesses, un partage équitable. Il y a un capitalisme de propriétaires, d'entreprises, et puis il y en a un qui est financier, spéculatif, une perversion du premier. Je ne vous garantis pas que ce que je dis est vrai, je ne suis pas une économiste. C'est l'image que je m'en fais, tout simplement. Et pour moi, sacrifier le travail au Capital érigé en dogme, en idéal à poursuivre,  c'est évidemment faire fausse route. Sarkozy parle de travail, mais les actionnaires s'en mettent plein les poches sans travailler, et ce sont eux qui sont favorisés. Et ceux qui ont besoin de gagner leur vie sont sacrifiés à ceux qui spéculent. Un comble ! Une société comme celle-ci est, à la base, pourrie.  Un de mes lecteurs, un jour, m'a dit : "Tu as du bon sens, j'aime". En effet, j'ai un bon sens paysan. Et pour moi, une maison dont les fondations sont malsaines est appelée à s'écrouler tôt ou tard. Le capitalisme financier, vicié à la base, s'écroule. Triste retour des choses ! 

Le veau d'Or est un faux Dieu, il corrompt tout - et il fait le malheur d'innombrables citoyens, toujours plus pressurés au nom de l'accumulation du Capital. Et ce Veau d'or est l'idole des auto-proclamés "bons chrétiens" américains, qui tentent de l'imposer comme modèles partout. On en subit les conséquences ! La société va mal, très mal. Et les crises, je l'entendais encore récemment, conduisent directement aux guerres, qui sacrifient encore un peu plus les citoyens-chômeurs, cette fois transformés en chair à canons pour le plus grand profit de la Finance carnassière. Je l'ai entendu (comme si on voulait nous préparer au pire) sur France Infos : Les crises se résolvent dans les guerres. C'est un moyen de noyer la crise, de la faire oublier, de détourner l'attention des vrais responsables, c'est un moyen, aussi, de diminuer le nombre d'habitants jugés par les décideurs trop nombreux, enfin c'est l'occasion d'alimenter l'économie de guerre, particulièrement juteuse. A ce sale jeu, c'est la moralité qui est sacrifiée, et l'humanité - osons le mot à la mode, la civilisation. Place à la barbarie !

Vous remarquerez que ceux qui s'érigent volontiers en modèles pour l'humanité, les Anglo-Saxons, en sont les vrais fossoyeurs. On leur doit une culture de caniveau, une arrogance intolérable, la destabilisation d'une partie de la planète, des conflits innombrables, un libéralisme débridé, et maintenant une crise financière dont les conséquences sont incalculables. Les médias menteurs nous rassurent, la crise n'atteindra pas la France, et moi je vous dis : si, on y aura droit, elle ne fait que commencer. Je vous encourage, pendant qu'il en est temps, à retirer vos économies des banques, à acheter des pièces d'or, ou, à défaut, à préférer le franc suisse, plus sûr. La Suisse est un pays neutre.

Je l'affirme : la crise n'est pas jugulée par le sorcier Bush, par ses potions magiques, qui exonèrent les dirigeants malhonnêtes et cupides de leurs torts,  et mettent à contribution les citoyens-contribuables. Privatiser les profits et nationaliser les pertes, la recette libérale est bien connue. Et malheureusement, de moins en moins dénoncée par des citoyens-victimes, résignés, apathiques.  Et puisque je vais citer des textes du P.C., je rends hommage à ses militants, eux toujours sur la brèche, comme ceux de l'extrême-gauche, d'ailleurs. Le PS, sauf à l'Assemblée Nationale, est aux abonnés absents. Aux élections, on s'en souviendra.






Le cynisme de Sarkozy :

Ceux qui ont inventé la Bourse ont eu une sale idée. Moi je vois ça à ma façon, comme un détournement complet : Encore une fois, le travail est sacrifié au Capital, qui pervertit tout, même le droit fondamental à vivre des fruits de son labeur. Les coûts du travail sont toujours plus comprimés, afin que ceux qui ne travaillent pas, les spéculateurs, s'en mettent toujours plus dans les poches. Je suis en colère contre le système, perverti à la base. Il est la source de tant de malheurs, amplifiés par des organismes à la solde de ce vampire monstrueux : BM, FMI (avec un faux socialiste à sa tête, Strauss-Kahn, Pascal Lamy idem), FED et autres institutions mises en place pour le seul bénéfice d'une minorité de prédateurs. Ce sont les ennemis de l'humanité.

La-dessus, Sarkozy vient nous faire de jolis discours, dont le seul objectif est de berner. C'est une honte : Il s'exonère de toute responsabilité, en rejetant tout sur le dos de la crise, au demeurant provoquée par ses amis néo-libéraux. Ne soyons pas abusés par la rhétorique sarkozienne : Le Président des nantis instrumentalise la crise, pour pouvoir mieux nous étrangler ensuite, en aggravant sa politique, soi-disant dans notre intérêt, en réalité au profit de ses amis du Medef. Eux pavoisent. Ensuite, notre grand hypocrite mettra sur le dos de la crise, l'échec de sa politique, notre détérioration de notre pouvoir d'achat. 

La politique monétaire, aujourd'hui, est irresponsable, d'un cynisme inégalé. Et lorsqu'on nous dit que la crise va passser, on nous ment : Elle va s'amplifier. Prédateurs et menteurs sont aux commandes. La coupe est pleine ! Oui, la crise est là, et le pouvoir d'achat, lui, n'est pas au Rendez-Vous.  Ce qui nous attend, ce sont les délocalisations, le travail précaire, le chômage et j'en passe.... Plus que jamais, le fossé va s'élargir entre une poignée de bénéficiaires de la crise, et plus généralement des politiques néo-libérales, et la population dans son ensemble, qui, je le rappelle, va SUBIR de plein fouet tout à la fois une dégradation de son pouvoir d'achat et de ses conditions de vie, un chômage accru et sans réelles protections, des conditions de travail toujours plus difficiles, l'inflation, l'absence de protection sociale, la privatisation des services publics, une diminution du taux de retraite, une hausse des frais médicaux ou liés à l'Enseignement scolaire ou universitaire, une accession toujours plus difficile au Logement, etc etc. A quoi servent les élus ? A programmer le malheur des peuples. J'en veux aux Médias, car ils sont  directement liés à cette situation, puisqu'ils font la propagande de ceux qui légalisent l'aggravation des conditions d'existence des citoyens. Jusqu'à quand ?

C'est avec plaisir que je joins l'appel des militants communistes ci-joint. Et n'oubliez pas, le 10 novembre, nous devons tous répondre présent. Voyez la profession de foi de mon blog.

Le Marché est devenu fou. Nos élus sont irresponsables, égoïstes, cupides, et même psychopathes. Ne nous résignons pas au pire !

Un de mes lecteurs me disait récemment dans un commentaire, en quelque sorte, que je suis bien pessimiste. Figurez-vous que j'ai un tempérament optimiste ! Mais je suis, aussi, pragmatique. La réalité est là, incontournable. Ce fidèle de ma prose ajoutait : A quand un peu d'espérance ? Je lui ai répondu que pour celle-ci, bien concrète, je renvoyais à mon blog http://eva-communion-civilisations.over-blog.com. Pour exorciser le choc de civilisations où on voudrait nous entraîner. Pour mieux nous accepter, aussi, dans notre intérêt à tous.

Votre Eva, toujours sur la brèche.

TAGS : P.C., Royalistes, choc civilisations, communion civilisations, Finance, crise, libéralisme, néo-libéralisme, Sarkozy, Etats-Unis, capitalisme financier, anglo-saxon, Marché, Médias, BM, FED, FMI, Strauss-Kahn, Pascal Lamy, 10 novembre, élus, Enseignement, chômage, Veau d'Or, PS, Travailleur catalan, Nicolas Garcia, Bourse, blog Liberté, Pyrénées Orientales, guerre ...



Illustration, voir mon précédent
post sur les excès du Libéralisme,
dénoncés par le site Royaliste
dont on m'a conseillé la lecture.


Moraliser le capitalisme ?

Le propos n’est pas nouveau. Déjà l’année dernière, Nicolas Sarkozy l’avait employé devant l’Assemblée générale de l’ONU. Mardi, il a remis ça devant la même institution, exprimant son souhait de voir sanctionnés les responsables de la crise qui, selon lui, sont ceux-là mêmes dans la finance qui se sont partagés de faramineux profits. Un jour plus tôt, dans une soirée de prestige à la Fondation Elie Wiesel, le président affirmait vouloir moraliser l’activité des marchés boursiers. «Reconstruisons ensemble un capitalisme régulier et régulé. Reconstruisons un capitalisme où les banques feraient leur métier de banques : financer le développement économique et non alimenter la spéculation» a-t-il martelé à la tribune.

Les actionnaires ne sont sûrement pas prédisposés à lâcher des portefeuilles bien remplis. Mais il va plus loin et réclame plus de transparence dans les transactions financières et même des sanctions. L’assistance applaudit mollement et en coulisses, les hommes d’affaires américains goûtent très peu les propos de Sarkozy, ce président français et de l’Union Européenne venu jouer les redresseurs de torts. Sarkozy, un président ultra-libéral qui n’a de cesse de livrer aux marchés des pans entiers de la solidarité nationale... Cette crise serait liée aux dérives néo-libérales.

Alors voilà, il faut «moraliser le capitalisme». Lorsque l’on entend ça à la télé, on se demande si on rêve. Le capitalisme, c’est pourtant bien l’accumulation du capital et non le partage des richesses. C’est pourtant bien l’exploitation d’une immense majorité de femmes et d’hommes par une infime minorité. C’est pourtant bien le pillage de la planète, des pays du Sud, de la force physique, intellectuelle ou créatrice de milliards d’êtres humains.

Que le néo-libéralisme soit une version «dure» du capitalisme, on peut l’accorder. Mais le capitalisme restera le capitalisme : un système immoral, injuste et destructeur. Les vœux du président ne seraient-ils pas ailleurs ? Moraliser le capitalisme, surtout des paroles pour faire passer la pilule du quotidien de ceux qui souffrent. Et rassurer ceux qui peuvent épargner ou posséder un patrimoine financier. (..)

Personne ne présage de comment sera fait le XXIe siècle. Pourtant à l’ONU, à la fondation Elie Wiesel, les capitalistes commencent à parler de collectif, de cohérence, de partage. Des termes qui depuis bien longtemps étaient bannis du politiquement correct. Au fait, pour assister à la soirée de la fondation à New York, il fallait débourser entre cinq milles et quinze milles dollars.
Ah, la morale...

http://www.i-services.net/membres/newsbox/lire_news.php?uid=109552&sid=78444&id=22562&print=0

http://www.letc.fr/

LE 27 SEPTEMBRE À PARIS
POUR NOTRE POUVOIR D’ACHAT

Par Cathy Apourceau

 

«Nous ne pouvons pas subir lʼoffensive
de la droite, il  faut prendre des initiatives pour riposter 
et travailler à des propositions, à une alternative
politique, en nous rassemblant"

 

 (..) Lʼargent existe. Nous le savons les profits du CAC 40 explosent et les revenus financiers des grands patrons atteignent «des summums». Cette situation est intolérable pour la plupart dʼentre nous.

Le Parti communiste a donc décidé dʼorganiser le 27 septembre à Paris une marche pour lʼaugmentation des salaires, retraites, et allocations en direction de lʼElysée et du MEDEF qui comptera dans la bataille que nous allons mener pour lʼouverture de grandes négociations salariales...

Nicolas Sarkozy et la Droite poursuivent leur bataille idéologique. La RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques) sʼavère être le plus grand plan de suppression dʼemplois depuis 1946, elle accélère les difficultés des collectivités territoriales et tend à supprimer lʼaccès des citoyens à un certain nombre de services de proximité :après la transformation de La Poste en Banque Postale, un projet de loi de privatisation est en cours ; la SNCF délocalise son service de facturation du fret au Maroc ; la préparation de la fusion de gaz de France avec Suez et donc sa privatisation et à terme la suppression des tarifs régulés en 2010 ; poursuite de la casse de lʼEducation Nationale avec la suppression e milliers de postes dʼenseignants.

Toutes les catégories de salariés sont touchées, quʼils soient du public ou du privé (..)


http://www.liberte62.com/article-22848955.html





Un autre modèle, à découvir :
La Finance islamique.
La Finance et l'éthique.

La finance islamique arrive en France

 d'Houssen ISSOP-MAMODE d'Acacia Finance

A La Réunion, de plus en plus notre communauté recherche  des formules innovantes leur permettant d’investir tout en respectant nos principes religieux. La question du crédit bancaire se pose alors avec son incontournable taux d'intérêts. Plus que le montant du taux, c'est le principe de l'emprunt avec intérêt qui pose problème. Sous la dénomination de « Riba », la pratique de l'intérêt est prohibée. Malheureusement cette pratique est la règle dans l'ensemble du système bancaire classique. Au cœur du dispositif de l'économie islamique, on retrouve le souci permanent d'éviter le Riba.

Il convient donc de rappeler que parallèlement à l’interdiction de l’usure, la Shariah a prévu un système financier alternatif. Pas de placement dans des produits dangereux comme le tabac. Aucun investissement dans des entreprises qui touchent à l'alcool ou à la pornographie. Pas de taux d'intérêts ... La question est alors naturelle : comment fonctionne une banque islamique ?

Le Système Financier Islamique


Le principe général de la banque islamique est de s'engager à partager à la fois les profits et les pertes de ses clients (..) Il s'agit, en somme, de traduire, dans l'univers de l'économie et des finances, le système de valeurs appliqué par les musulmans que nous sommes dans les aspects de notre vie quotidienne.

Selon cette approche, l'objectif clé est de promouvoir, dans le contexte économique actuel, un ensemble de produits financiers qui exclue la pratique de Riba (l'intérêt). L'accent est alors mis sur le partage des pertes, des risques tout comme des bénéfices entre les investisseurs et les acteurs d'un projet. La valeur du travail se trouve ainsi rehaussée. Dans l'esprit, les instruments financiers Shariah compatibles sont difficilement comparables aux usages des banques classiques. Mais sur un plan technique, leur rapprochement n'est pas dénué de sens.


Des outils financiers basés sur l'éthique
 

Un client présente un dossier de crédit ordinaire. La banque accepte de fournir une partie des capitaux propres et du fond de roulement nécessaire. En cas de profits, ils sont partagés entre le client et la banque selon un ratio convenu au départ. En cas de pertes, elles sont partagées selon le degré de participation de chaque parti au capital. Ce mode de financement est appelé Moucharaka. Il convient au projet à long et moyen termes.

La  Moudaraba est un mode de financement comparable à ce qui se fait dans les sociétés d'investissement. La banque peut fournir la totalité des capitaux requis pour le projet que présente un client. Ce dernier n'apporte alors que ses compétences et sa capacité de gérer le projet. Les profits sont partagés par les deux partis selon un taux préfixé. Les pertes sont entièrement supportées par la banque. Le client perd néanmoins la valeur du travail qu'il a fourni durant l'exercice de son projet.


Le système de l'Ijar est facilement assimilable à un système de location ou de crédit-bail. Il convient au financement de véhicules, machines, etc. La banque prend l'engagement d'acheter les équipements ou les bâtiments dont le client a besoin pour son projet. Elle les met à sa disposition moyennant un loyer direct durant une période de temps déterminée. Le système peut être amélioré dans certains cas où le client prend l'option de devenir propriétaire du matériel au terme de la période de location. On parle alors de Ijar wa Iktina. Dans ce cas, le client ouvre un compte d'épargne où il verse régulièrement un certain montant. Par la suite, le réinvestissement du capital accumulé travaille en sa faveur et lui permet d'amortir le coût de la location de départ. Un versement d'acompte peut intervenir dans certains cas.


Pour les financements à court terme, le principe utilisé est généralement le Mourabaha. La banque s'engage à fournir des biens selon un contrat de gré à gré prévoyant la revente au client avec une marge bénéficiaire fixée d'avance. Ce qui évite au client de souscrire un emprunt avec intérêts, comme dans une banque classique. Ce mode de financement est de loin le plus pratiqué dans les banques islamiques déjà existantes à travers le monde : c’est ce principe qui a été mis en œuvre dans la plupart des solutions de placement Shariah compatible proposée actuellement à La Réunion.


Il existe aussi le Baïmouwajal, un système de financement de projet où la banque permet un paiement différé. Les frais de ce crédit sont aussi fixés d'avance.


Autant de possibilités de financements qui ont de quoi donner des idées aux banques des pays d’Europe. Aujourd’hui l’Angleterre s’est lancée, demain la France …

Le système de banque islamique a un marché à prendre en France.

Le marché de la finance islamique est en pleine expansion, car les musulmans des pays occidentaux gagnent de plus en plus d'argent. Aujourd’hui les gens sont devenus regardants sur l'usage qui est fait de leur argent et ne se laissent plus guider par le seul appât du gain. Les investisseurs sont généralement disposés à réduire leurs gains à condition que leur argent soit utilisé à des fins conformes à leurs valeurs.


Quatre-vingts pays dans le monde ont déjà des institutions bancaires à caractère islamique avec des résultats satisfaisants. Elles ont en commun, le respect de l'éthique musulmane dans leurs modes de fonctionnement. Autrement, ces banques offrent les services habituels des banques classiques : comptes courants, cartes de crédits, crédit immobilier … etc. Dans les pays du Golfe l'expérience de banque islamique a déjà fait ses preuves depuis longtemps, en Europe on commence à peine à l’envisager.

http://zarabes.blogspirit.com/archive/2008/05/06/la-finance-islamique-arrive-en-france.html

Et en visitant le blog de illusions de mouvements, je trouve ceci, qui confirme mon article (NB j'avais prévu depuis longtemps de vous parler de la finance islamique, j'ai préparé toutes sortes d'infos à ce sujet que j'approfondirai une autre fois- Eva)

En réalité, et Benoît XVI nous pardonnera, au moment où nous traversons une crise financière qui balaie tous les indices de croissance sur son passage, c’est plutôt le Coran qu’il faut relire que les textes pontificaux. Car si nos banquiers, avides de rentabilité sur fonds propres, avaient respecté un tant soit peu la charia, nous n’en serions pas là.

Il ne faut pourtant pas voir la finance islamique comme un exercice de troc moyenâgeux, car les pays du Golfe nous ont montré combien leur mentalité entrepreneuriale savait épouser le XXIe siècle. Simplement, leurs banquiers ne transigent pas sur un principe sacré : l’argent ne doit pas produire de l’argent. La traduction de cet engagement est simple : tout crédit doit avoir en face un actif bien identifié. Interdits, les produits toxiques ; oubliés, les ABS et CDO que personne n’est capable de comprendre. Autrement dit, l’argent ne peut être utilisé que pour financer l’économie réelle. Il n’y a donc pas de hasard : si les banques du Golfe sont sorties indemnes de la crise du subprime, c’est qu’elles n’y sont pas entrées.

Le respect de ce principe du Coran est également fort utile dans la relation que chacun entretient avec l’argent, qu’il s’agisse des entreprises ou des particuliers : les personnes morales n’ont ainsi pas le droit de s’endetter au-delà de leur capitalisation boursière ; quant aux personnes physiques, elles ne peuvent de facto souffrir de surendettement.

Voilà des règles qui ne peuvent pas nuire. Et même si elles reposent sur un texte qui date du VIIe siècle, Benoît XVI aura du mal à faire des sermons davantage puisés dans l’actualité.

Paru sur http://www.challenges.fr Mercredi 24 Septembre 2008

http://www.info-palestine.net

http://illusions-de-mouvements.over-blog.com/article-23118891.html


LaRouche avait raison !
 
Le coeur du système est menacé
 

 Nadine Oberhuber vient d’écrire dans le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) un article intitulé : « Effondrement ou sauvetage », relatant un scénario qui circule chez les économistes. Elle y affirme que « le coeur du système est menacé. Ce processus est en cours depuis longtemps et ne peut plus être arrêté. Lorsque Lyndon LaRouche, un adversaire du système financier, avançait cette thèse, tout le monde rigolait. Mais aujourd’hui, il y a aussi des économistes renommés qui le disent. »
e 22 septembre 2008

par Helga Zepp-LaRouche

Fondatrice et présidente internationale de l’Institut Schiller

Présidente du parti politique allemand BüSo (Mouvement des droits civiques-solidarité)

http://www.solidariteetprogres.org/article4596.html




Jacques Cheminade :
Le discours de Nicolas Sarkozy
Un nouveau Bretton Woods


Je viens d’écouter le discours prononcé par Nicolas Sarkozy à Toulon. Son diagnostic de la crise financière et monétaire internationale est juste. Depuis longtemps, j’ai annoncé, avec Lyndon LaRouche, qu’une grande crise allait ébranler l’économie mondiale et dénoncé comme folle l’idée de la toute puissance du marché... J’apprécie qu’il dénonce ce système qui a trahi les fondements du capitalisme et qui cherche, au moment de sa crise finale, à mettre toutes les pertes à la charge des contribuables et des citoyens. Surtout, je suis heureux qu’enfin il admette qu’il est indispensable de remettre à plat tout le système financier et monétaire international comme on le fit à Bretton Woods, en rétablissant une régulation mondiale. Enfin, que le droit de l’Etat à se mêler des affaires économiques et financières soit rappelé et que la nécessité pour l’Europe de changer ses règles soit proclamée, reprend des affirmations que j’ai depuis longtemps formulées.

Cependant, trois points de désaccord majeurs demeurent entre sa pensée et la mienne.

Tout d’abord, il se leurre en pensant que « le monde est passé à deux doigts de la catastrophe ». Nous sommes au sein de la catastrophe, et ce qu’a fait le gouvernement Paulson-Bernanke aux Etats-Unis ne fait que l’aggraver en redonnant aux spéculateurs les moyens de se rétablir au détriment du travail et de l’économie réelle. L’horizon est bel et bien ce fascisme financier que j’ai dénoncé pendant ma campagne pré-présidentielle. C’est de là qu’il faut sortir.

Or, on ne peut en sortir que par l’émission de crédit productif public décidée par les Etats pour réaliser en commun de grands projets. En effet, seuls ces grands projets peuvent rééquiper l’économie mondiale et assurer les conditions de la paix par un développement mutuel. Nicolas Sarkozy n’a pas dit un mot sur cette réforme en profondeur du système financier et sur la nécessité pour la faire, d’éliminer les contraintes destructrices des Traités de Maastricht, d’Amsterdam et de Lisbonne, et d’établir un autre mode de gouvernement européen que celui de l’impuissance organisée par le traité de Nice (..)

Enfin, dire que « tout ce qui conduirait à alourdir le coût du travail ne serait ni plus ni moins que suicidaire » ne peut que signifier un plafonnement des salaires, contraire à l’idée même, par ailleurs proclamée, d’un capitalisme de production.

Penser qu’on peut attendre la fin de l’année pour mettre en place un Nouveau Bretton Woods est illusoire. Le système s’est effondré. C’est ici et maintenant que ça se passe, même si l’Amérique vit en « période de transition » présidentielle. Il faut commencer tout de suite, en rassemblant toutes les bonnes volontés politiques pour créer un enchaînement positif renversant l’enchaînement négatif que nous subissons dans le monde depuis le 15 août 1971.

http://www.solidariteetprogres.org/article4598.html




Plan Paulson : Le fascisme
à visage démocratique


24 septembre 2008 (Nouvelle Solidarité) – En prenant connaissance plus en détail du Plan Paulson, et tout particulièrement sa section 8 qui accorde au secrétaire au Trésor un pouvoir décisionnaire parfaitement dictatorial, Lyndon LaRouche a qualifié ce renflouement de « carrément fasciste » et a ajouté que « le peuple américain ne tolérera jamais ça ». « Les américains se font escroquer et j’ose espérer qu’il ne vont pas le prendre gentiment » a-t-il dit.

Depuis le début de la semaine, certains ont osé appeler cette escroquerie par son nom. Dans le New York Times de mardi, sous la plume de David Brooks, la parole était donnée aux critiques du plan Paulson. Pour William Greider, « si avec ça Wall Street s’en sort, ce sera une escroquerie historique envers le peuple américain ; la récompense pour les méchants, les dégâts et la douleur pour les victimes ». (..) Brooks ajoute, «  Nous n’entrons pas dans une ère où le gouvernement s’en prend aux puissants au nom du peuple. Nous entrons dans une ère d’establishment érudit dans laquelle le gouvernement agit pour créer un cadre stable, et souvent oligarchique, pour l’aventure capitaliste. » Quelques heures après la publication de cet article, Arnold Kling a lui-même écrit sur son blog « ‘corporatisme progressiste’, j’imagine que ça passe mieux que fascisme libéral ».

En effet, il y a plus de 30 ans, Lyndon LaRouche mettait en garde contre les dangers du « fascisme à visage démocratique » et montrait du doigt les intérêts de David Rockefeller, architecte de ce fascisme. Aujourd’hui, ces mêmes intérêts sont derrière les manigances corporatistes, par exemple avec les « partenariats publics-privés » que promeuvent Felix Rohatyn et ses clones, la directrice de la Fondation Rockefeller Judith Rudin, le maire de New York Michael Bloomberg et le gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger.

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-23133366.html


Ce que nous cachent les médias,
les financiers et les politiques
vidéo
http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-23121429.html

Fallite des banques américaines et européennes,
tous les liens
http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-23121429.html

Marchés financiers en folie
http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-23123573.html 

Le Réseau Echelon, Big Brother, Internet
http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-23118270.html

La crise financière tremplin pour la Chine
http://socio13.wordpress.com/2008/09/25/la-crise-financiere-tremplin-pour-la-chine/

Chavez se bat pour nous - le sens de son combat
http://socio13.wordpress.com/2008/09/22/chavez/

Faces cachées de la seconde guerre mondiale
http://socio13.wordpress.com/2008/09/25/faces-cachees-de-la-seconde-guerre-mondiale/

Comment penser et changer le monde
http://socio13.wordpress.com/2008/09/25/theses-sur-feuerbach-ou-comment-penser-et-changer-le-monde/

Attali -
http://illusions-de-mouvements.over-blog.com/article-23122582.html

Pour Attali,
Il faut que les banques d’investissement cessent de faire de l’économie  de casino, c’est-à-dire de jouer à terme sur les marchés de matières premières ou autres » (
Le Parisien, 22/09)
http://illusions-de-mouvements.over-blog.com/article-23122582.html


Vidéos :

- Episode 2 - Petit doc maison sur nos chers amis les Bilderberg - Aujourd'hui, 8 Juin, se termine la réunion 2008 des Bilderberg à Washington...

- Une version haute définition est disponible sur E-Mule (2gigas)

- Making of:
http://alfreud.podemus.com/2008/06/hhx02-bilderberg/

- Episode 01 - LE SIECLE:
http://leweb2zero.tv/video/alfred_7547f2f9e61125f

- A tous ceux qui croient encore en la justice de ce pays, écoutez sans attendre les enfants du juge Roche sur les dessous de l'affaire Alègre:
http://www.dailymotion.com/al-fred/video/x6nhxj_fils-de-juge-14_news


- Version longue disponible ici (70minutes):
http://leweb2zero.tv/video/alfred_27484ba3b73294a

- Le groupe "Club Bilderberg" sur Daily:
http://www.dailymotion.com/group/bilderberg


http://illusions-de-mouvements.over-blog.com/article-23123295.html

 

LA GUERRE EN QUESTIONS ?

Par Jean-Luc Mélenchon, le 21 Septembre
http://www.jean-luc-melenchon.fr/?p=623

suite sur

http://r-sistons.over-blog.com/article-23146751.html

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Alternatives au Système
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche