Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 08:04

Affaire Madoff :
ce qu'il faut savoir
sur votre épargne


Danièle Guinot et Carole Papazian
19/12/2008 |
.

Les Français sont en quête
d'informations concrètes
sur leurs comptes.

Qui sont les victimes en France  ?


La majorité des épargnants peuvent dormir tranquilles. La plupart des fonds (sicav ou FCP) grand public, commercialisés par les banques, ne détiennent pas d'investissement Madoff en portefeuille. Seuls «8% des quelque 500 millions d'euros de pertes potentielles des fonds (OPCVM) français exposés à la fraude Madoff concernent le grand public» , selon l'AMF. C'est donc un risque de l'ordre de 40 millions d'euros qui pèserait sur les épargnants. Les investisseurs les plus fortunés sont les principales victimes de la fraude Madoff.


Toujours selon l'AMF, 66% des 500 millions d'euros des pertes potentielles «pèsent sur des fonds destinés à une clientèle fortunée» . Le solde (26%) concerne des «fonds
distribués à des investisseurs institutionnels ou à un nombre limité de particuliers».


Quels fonds ou quelles sicav sont affectés ?


Des fonds de l'UBP, d'Aforge, de Rothschild et des AGF (groupe Allianz) sont notamment touchés. Globalement, les fonds de fonds, ces fonds qui investissent dans d'autres fonds, sont les plus affectés. Dans l'affaire Madoff, ce sont leurs investissements dans des produits de droit luxembourgeois ou irlandais qui posent problème. Actuellement, les fonds de fonds de gestion alternative sont souvent cités. «Ces fonds étrangers étaient essentiellement des fonds conformes à une directive européenne et pouvant de ce fait être achetés par n'importe quel fonds français. Les fonds français sont donc touchés par ricochet par les difficultés des fonds étrangers», explique l'AMF.

 

Certains contrats d'assurance-vie en unités de compte pourraient également détenir ce type de fonds. Mais l'AMF ne donne pas la liste de la centaine de fonds concernés. «À ma connaissance, les OPCVM qui seraient touchés sont des OPCVM spécialisés (…) pas du tout gérés par des banques» , a pour sa part indiqué, hier, la ministre de l'Économie Christine Lagarde. Ces fonds proviennent d'une trentaine de sociétés de gestion qui sont touchées à des degrés divers.


Combien vont représenter les pertes ?


Pour l'instant, l'AMF évalue à 500 millions d'euros, voire un peu plus les pertes. Le calcul se base sur des pertes sèches sur les fonds qui étaient chez Madoff. Les spécialistes estiment qu'il est peu probable de récupérer des capitaux auprès de Madoff. Selon les autorités américaines, il faudra au moins six mois pour y voir clair dans les comptes des sociétés liées à Bernard Madoff.


Comment être informé sur son compte ?
 

«Si vous détenez dans un compte titres des fonds français indirectement touchés par l'affaire Madoff, vousallez en être informé personnellement soit par votre teneur de compte, c'est-à-dire la société qui vous envoie habituellement vos relevés de compte, soit par la société de gestion qui gère le fonds»,explique l'AMF.


Celle-ci a demandé aux sociétés de gestion de mettre ces informations sur leur site Internet.Les épargnants peuvent interroger leur établissement s'ils n'ont pas d'informations.


Les investisseurs qui ont perdu de l'argentont-ils un recours ?


Tout dépendra de la manière dont ils ont été «contaminés». Les particuliers qui ont acheté des fonds de fonds ayant investi dans Madoff via des fonds luxembourgeois vont essayer de se retourner contre les dépositaires et les gestionnaires au Luxembourg, qui eux sont solvables. UBS, gestionnaire et dépositaire du fonds Luxalpha, est dans leur ligne de mire. L'enjeu de la bataille juridique qui s'annonce sera de déterminer s'il y a eu ou non faute. Non de Madoff (cela est avéré), mais de celui qui a choisi le fonds luxembourgeois ou encore du dépositaire et/ou gestionnaire affiché.


Une bataille juridique s'annonce. «Il sera cependant très difficile de prouver la faute du gestionnaire» , estiment Jean-Guillaume de Tocqueville d'Hérouville et Bruno Quentin, tous deux avocats associés chez Gide. Les personnes lésées ont aussi la possibilité d'intenter une procédure pénale contre Bernard Madoff, dont l'activité a été reconnue frauduleuse, et demander réparation. Mais la procédure pour se porter partie civile est longue. «Comme les fonds Madoff ont été vendus dans le monde entier, nous allons être confrontés à une avalanche de procédures. Pour cette raison, nous considérons que les épargnants ont pour l'heure peu de chances d'obtenir réparation», regrettent pour l'heure les avocats.

 

» DOSSIER SPECIAL - L'affaire Madoff

http://www.lefigaro.fr/placement/2008/12/19/05006-20081219ARTFIG00296-ce-qu-il-faut-savoir-pour-bien-evaluer-les-risques-de-son-portefeuille-.php

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Tuyaux finance
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche