Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 00:59

L'Unef parle de 26 facs "hors-la-loi" et deux "à la limite de la légalité". L'université de Pau affiche par exemple des frais d'inscription jusqu'à 2.261 euros.

 

 (Reuters)

Reuters

 

Le syndicat Unef pointe les abus de 28 universités en matière de frais d'inscriptions, rapporte France-Info mercredi 21 juillet. Le syndicat étudiant dénonce chaque année les mauvais élèves parmi les universités françaises.

Selon son recensement, 26 universités seraient à nouveau "hors-la-loi", et deux "à la limite de la légalité". Une proportion d’établissements qui n’a pas augmenté mais ne régresse pas non plus, regrette l’organisation.

Dans le peloton de tête, l’Unef pointe l'université de Pau, avec des frais d'inscription pouvant atteindre 2.261 euros, ou celle de Grenoble 2, allant jusqu’à 1.900 euros.

 

"Prestations pédagogiques douteuses"


Grenoble 2, Aix-Marseille 2 et 3 : ce "petit club d’universités hors-la-loi a été par le passé condamné par la justice, et figure pourtant à nouveau dans le classement", selon l’Unef.

Certaines facultés proposeraient par exemple des "prestations pédagogiques douteuses" payantes. D’autres imposant l’inscription à un "diplôme d’université" aux droits libres, en plus de l’inscription au diplôme national aux droits réglementés.

L'Unef dénonce l'attitude de la ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Pécresse. "Malgré ses engagements et la condamnation de ces pratiques à la rentrée dernière, la ministre de l’Enseignement supérieur n’a pas pris ses responsabilités et fait cesser les pratiques illégales", dénonce l’organisation étudiante.

L’Unef réclame "le remboursement immédiat des sommes illégales engagées par les étudiants". Le syndicat menace également de porter les cas litigieux devant les tribunaux administratifs, comme pour les universités de la Réunion et de Bordeaux 4 récemment.

 

(Nouvelobs.com)

Partager cet article
Repost0

commentaires

6
Un dramatique sous-investissement dans ce secteur décisif pour l'avenir d'un pays a conduit à cette situation:l'université française ne peut plus accueillir les nombreux postulants aux études supérieures.Conséquences:sélection absurde sans critère clair (à l'aveugle),gestion de la pénurie & autoritarisme (à l'image des facs de Paul Valery à Montpellier & Tolbiac à Paris pour ne prendre que ces 2 exemples emblématiques).La crise est ancienne & grave:tous les ingrédients sont réunis pour qu'elle explose.1/3 du corps enseignant des universités françaises est en situation de précarité (y compris sociale,le nombre de vacataires a explosé au cours des 30 dernières années),le budget alloué aux universités (rapporté au nombre d'étudiants)est un des plus faibles de toute l'OCDE,enfin les rémunérations versées aux enseignants sont faibles (indignes ?)comparativement aux autres grands pays développés.L'université est devenue négligeable.Ils répètent à l'envi "la réforme,la réforme,la fermeté !!".Cela n'est pas sérieux.Ce serait cocasse si cela n'était pas ridicule.En vrai, nous le savons bien, réformer selon ces prétendus responsables, revient à liquider.Selon ces gens peu sérieux la France n'aurait pas besoin de gens diplômés & qualifiés.
Répondre

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche