Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2009 4 19 /02 /février /2009 18:13

Comment on fabrique des fous


Source :
Libération


La vie quotidienne dans cette société de l’illusion de la performance, de la valorisation du factice et du clinquant, du rejet de la faiblesse, de la maladie et de la mort, nous rend malades. Le monde du travail subit de plein fouet la dérive actuelle de l’idéologie du tout, tout de suite, sans la moindre réflexion sur les effets à court, moyen et long terme de cette poudre aux yeux, surmédiatisée et cynique. Ces conditions de vie délétères agissent sur l’équilibre des individus, les rend malades, les déprime, voire pour certains, les tue.


Comment, en effet, pour un esprit formé, comme nous l’avons été, concevoir que l’économie mondiale qu’on nous impose repose sur un jeu pervers et malhonnête ? Comment avaler sans broncher que ceux qui tripotent des milliards virtuels puissent compromettre gravement et durablement, à très grande échelle et dans une impunité totale, l’équilibre de ceux qui travaillent et tentent tout simplement de vivre ensemble comme on le leur a appris dans les écoles de la République ? Sans compter le désespoir de ceux qui n’ont pas de travail et qui restent sur le bord à regarder passer le train de ceux qui souffrent précisément de leur travail...
 

Les valeurs telles que “liberté, égalité, fraternité”, dont on peut s’étonner qu’elles n’aient pas encore été rayées du fronton de nos mairies, restent assorties pour certains de “solidarité”... Insondable naïveté ou résistance inespérée ? N’est-il pas dérisoire de voir, scandaleusement étalés dans nos médias, les effets de cette dérive pathologique du “vivre ensemble” nous réduire à survivre chacun pour soi en essayant coûte que coûte de s’adapter ?


Est-il acceptable que les êtres humains qui n’y parviennent pas soient écrasés par leurs pseudos échecs dans leur travail ou dans leur vie personnelle alors qu’en réalité ils sont seulement incapables de bafouer au quotidien ces valeurs qu’on leur a enseignées ? Pressés par une exigence de plus en plus forte, ceux-là finissent par s’éliminer d’eux-mêmes en plongeant dans des dépressions sans fond. Pire encore, d’aucuns se consument dans ce terme qu’on a dû inventer pour la circonstance, à savoir, la destruction d’une personne par la rouerie des mécanismes laminoirs du travail : le “burn out”. En clair, ce mot désigne une combustion anormale de toutes les réserves d’énergie qui sont nécessaires à chacun de nous pour faire face aux éléments de sa vie. Les plus fragiles, ou les plus malmenés, vont jusqu’à se suicider au cœur même de leur entreprise pour échapper à la souffrance de se sentir incapables, et surtout pour oser, en un geste d’une ultime gravité, dénoncer ce qu’ils n’ont pas eu la force de faire de leur vivant. Les médias passent très vite sur ces informations par trop déprimantes ; il faut reconnaître que cela dénote dans le paysage pailleté de notre décadence.


D’autres, encore moins chanceux, sont d’emblée différents. Ils n’ont pas les mêmes mécanismes psychiques, sont reconnus dans des classifications plus ou moins pathologiques, ont besoin d’aide, de soins plus ou moins lourds. Ceux-là sont plus en danger encore dans cette société de mise en scène, qui ne valorise que ce qui brille. Quelques personnes malades, dont la dangerosité pour elles-mêmes ou pour les autres exige une vigilance de tous les instants, ont plus que tout besoin d’attention. Ceux-là, nos politiciens veulent aujourd’hui les enfermer. Ceux qui dérangent l’ordre public, qui sont soit un peu trop mous, soit un peu trop vifs pour être exploitables, se trouvent acculés par un monde impitoyable qui les rejette sans état d’âme. Trop ou pas assez, voilà bien qui n’est plus acceptable dans l’illusion sécuritaire du risque zéro prôné par le représentant de la peur.


Si le monde de la santé subit de plein fouet les exigences de la mondialisation au profit de quelques nantis, la psychiatrie, où l’essentiel des soins se situe dans une attention de tous les instants à l’autre, fait particulièrement les frais de cette évolution sociétale qui ne voit plus désormais que ce qui se compte. Or, l’attention à l’autre ne se mesure pas, donc ne rapporte pas, et c’est bien là le problème des soignants de cette spécialité. Il reste à espérer que toutes ces mesures d’enfermement se retrourneront contre ceux qui les mettent en place, car il pourrait bien arriver qu’on comprenne enfin que les plus fous ne sont pas ceux qu’on enferme.

 

 

http://www.newsoftomorrow.org/spip.php?article5091  

http://illusions-de-mouvements.over-blog.com/article-28025024.html

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Alerte - danger ! - SOS
commenter cet article

commentaires

Eva R-sistons à l'intolérable 19/02/2009 22:46

Analyse intéressante, originale, mais je ne suis pas d'accord sur tout, notamment avec le vote le Pen. On n'échappe pas à l'horreur néo-sioniste en se précipitant dans l'horreur fasciste

eva

BoudjemaaA 19/02/2009 19:22

Les états occidentaux ne sont que des DOM israéliens. Je vais parler de la France et, par reccurence, vous allez appliquer celà au monde occidental qui est entrain de se disloquer.
La Grande et admirable France n'est qu'un ensemble de DOM et de TOM, colonisés par Île de France qui n'est qu'un DOM israélien. Nous, les algériens, nous avions libéré le DOM Algérie, 4/5ème de la Grande France du colon Île de France dont la politique deux poids deux mesures politico-militaire avait ruiné la Grande France et va ruiner ce qui reste de la Grande France, parce que le reste du monde va bientôt appliquer à tout l'occident la loi deux poids deux mesures politico-militaro-économique pour les faire couler, les décoloniser et les libérer du sionisme pour lequel les chrétiens occidentaux ne sont que des mulets faits pour monter dessus, les arabes, des chiens faits pour aboyer au passage de cette longue caravane de mulets montés par des sionistes. Votre grande révolution de 1789 avait été confisquée par les sionistes. Vos hommes au pouvoir et vos hommes du pouvoir(les partis) ne sont que des marionnettes entre les mains du vrai
pouvoir, le sionisme. Les occidentaux parlent de démocratie alors qu'ils ne sont en réalité que des esclaves du sionisme. La loi deux poids deux mesures politico-militaire est là pour confirmer ce que je dis. En occident, bientôt, toute personne qui s'opposerait au sionisme serait internée dans des camps de concentration qui sont en construction ou déjà construits prêts à accueillir leurs premiers clients.
Actuellement, français de ce qui reste de la France, vous êtes prisonniers de la loi du DOM loi, Île de France, DOM israélien, Dom de l'état hors la loi Israël.

Je crois qu'il faut voter pour des gens qui n'appartiennent à aucun parti ou voter en masse pour Monsieur Le Pen contre lequel, pendant les élections passées vous êtes sortis en masse pour le dénigrer. Sans le savoir, vous avez transformé le Palais de l'Elysée en étable pour sionistes. Votre constitution et vos lois sont toutes à refaire.

Si celà ne marche pas, votre devoir est de refaire votre Révolution de 1789 pour vous libérer du colon, Île de France, DOM israélien. Nous, les algériens, nous avions libéré les 4/5ème de la Grande France; à vous de libérer le 1/5ème qui reste. Nous sommes là pour vous conseiller et vous aider. Commencer la révolution et nous allons la faire et la terminer avec vous !
Juda veut dire traîtrise, et sionisme veut dire le Samaritain et son Veau d'Or façonné avec l'or volé aux égyptiens.
Nous allons faire ce que nous pouvons.

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche