Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 01:40

Eva :
Je ne partage pas toutes les orientations de ce texte,
mais je reconnais sa pertinence sur le fond.
J'approuve  notamment l'appel
à remporter la course de vitesse
pour éviter le chaos ! Reste que pour moi,
on ne muscle pas le Manifeste des socialistes européens.
On change le Système capitaliste militaro-financier !
La formule est à trouver.
Mais celle-ci, libérale, a fait la preuve
non seulement de son échec, mais de sa dangerosité
pour toute l'humanité - hormis quelques privilégiés.

Course de vitesse
pour éviter le chaos


Nous sommes en 1930.
La crise a éclaté quelques mois plus tôt.
Partout le chômage augmente mais rien d'irréversible ne s'est encore produit.
Nulle part la crise sociale n'a encore débouché sur la barbarie.

En 1930, dans son premier livre, Contribution aux Etats-Unis d'Europe,
Pierre Mendès France écrit que, pour éviter le chaos, "une course de vitesse est engagée", et pour gagner cette course de vitesse, Mendès France affirme qu'il faut créer une monnaie unique européenne dotée d'une vraie gestion politique et investir sur le plan social les marges de manoeuvre créées par cette monnaie unique.

Monnaie unique. Gouvernement politique. Projet social. En 1930, un sursaut européen est possible car l'Allemagne est un pays démocratique. Hélas, Mendès n'est pas écouté et, trois ans plus tard, après l'arrivée au pouvoir de Hitler, plus personne ne propose un sursaut européen... En 1930, il était possible d'agir. Trois ans plus tard, il est trop tard.


Aujourd'hui, nous sommes en 1930. La bulle a éclaté. Partout la courbe du chômage s'affole. Nul ne peut plus nier l'extrême gravité de la crise, mais rien d'irréversible ne s'est encore produit. Comme en 1930, la cause profonde de la crise est avant tout sociale : dans tous les pays occidentaux, depuis le début des années 1980, chômage et précarité ont provoqué des déséquilibres sans précédent.


En vingt-cinq ans, en Europe et au Japon, la part des salaires dans le PIB a diminué de 11 %. Aux Etats-Unis, seuls les 5 % des personnes les plus riches ont vu leurs revenus augmenter depuis dix ans. Les autres ont vu leurs revenus stagner ou diminuer.

Si la consommation a continué d'augmenter, c'est uniquement parce que l'on a poussé les classes moyennes et les pauvres à s'endetter. A s'endetter de façon insoutenable.


Comme en 1930, une course de vitesse est engagée. Pour trois raisons au moins.

Premièrement, la situation sociale en Chine est totalement instable. Tous ceux qui ricanaient, en 2003, quand nous nous inquiétions du niveau de la dette privée aux Etats-Unis, ricanaient aussi quand nous soulignions la fragilité de la croissance chinoise. "Il n'y a aucun risque de récession aux Etats-Unis, affirmaient-ils. Et même si les Etats-Unis ralentissent, la Chine prendra le relais."


Le 2 février, le gouvernement chinois a annoncé que 20 millions de travailleurs migrants ont déjà perdu leur emploi à cause de la crise. En quelques mois seulement, 20 millions de nouveaux chômeurs ! En huit ans, la Chine a doublé son budget militaire et le 3 mars, le gouvernement a encore annoncé une augmentation de 15 % ! Si la situation se dégrade trop fortement, nul ne peut être certain que ce qui s'est passé en Allemagne entre 1933 et 1945 ne va pas se jouer à nouveau en Chine dans les vingt ans qui viennent, avec Taïwan ou le Tibet dans le rôle de l'Alsace-Lorraine.


Une course de vitesse est engagée aussi en Europe. Des milliers de jeunes étaient dans la rue à Athènes en novembre 2008 pour crier leur ras-le-bol du chômage et des petits boulots.

En France, les émeutes de Guadeloupe rappellent celles de 2005 et expriment la même attente de dignité et de justice sociale.

En Espagne, beaucoup s'inquiètent d'une possible explosion sociale si, comme l'annonce la Commission européenne, le chômage atteint en 2010 19 % de la population...


Tous nos pays sont dans une situation de tension extrême. Et nul ne sait ce que peut donner le ras-le-bol des classes moyennes, des précaires et des pauvres si nos élites sont incapables de construire très vite et de mettre en oeuvre une stratégie de sortie de crise.


Une course de vitesse est engagée pour une troisième raison : il ne faudrait pas que la gravité de la crise sociale nous fasse oublier la gravité de la crise climatique et de la crise alimentaire, que les milliards que l'on donne aux banques soient retirés des plans de lutte contre le dérèglement climatique ou de l'aide au développement.


Au bout de trente ans de fuite en avant, nous n'avons plus droit à l'erreur. Nous avons encore quelques marges de manoeuvre mais elles sont limitées. Que voulons-nous en faire ? Voulons-nous "relancer" un système à bout de souffle, socialement injuste et écologiquement intenable, ou voulons-nous utiliser ce qui nous reste de marges de manoeuvre pour construire une nouvelle société, plus juste et plus durable ? Il faut choisir.


Comme en 1930, nous sommes dans un moment où l'Histoire hésite. Ce moment où nul ne peut plus contester l'extrême gravité de la crise mais où rien d'irréversible ne s'est encore produit. Et comme en 1930, une partie des solutions est à construire au niveau européen.


J'étais à Madrid, le 1er et le 2 décembre 2008, au Congrès des socialistes européens. Tous, nous étions très émus de voir des femmes et des hommes venus des vingt-sept pays d'Europe se lever les uns après les autres pour soutenir le Manifesto rédigé sous la houlette de
Poul Rasmussen, le président du Parti socialiste européen. C'était une première dans l'histoire de l'Europe.

Mais il faut aller plus loin. Plus vite. Tous ceux qui ont pris la parole à Madrid l'ont dit : l'adoption du Manifesto n'est qu'un premier pas. Il faut être plus ambitieux et plus concrets si l'on veut gagner la "course de vitesse". Voilà pourquoi, il y a quelques semaines, lors d'un face-à-face organisé à Bruxelles avec Poul Rasmussen, je lui ai proposé que les socialistes européens prennent une initiative historique.


A
Bretton Woods, en 1944, on a réuni économistes et dirigeants politiques pendant trois semaines. Trois semaines pour inventer les règles du jeu qui ont permis trente ans de stabilité et de prospérité. De même, j'ai proposé à Poul Rasmussen d'inviter les socialistes et les syndicats des pays d'Europe à se retrouver pendant trois semaines pour approfondir le Manifesto.


Trois semaines de travail pour éviter que la crise échappe à notre contrôle. Trois semaines pour apporter des solutions concrètes à la
crise financière et, surtout, construire un nouveau pacte social. Est-ce trop demander ?


Nous devons nous laisser bousculer par la crise. Nous ne pouvons pas attendre que le système s'écroule pour nous donner les moyens (et donc le temps) de nous mettre sérieusement au travail.


Je renouvelle aujourd'hui mon appel : si nous voulons gagner la course de vitesse, si nous voulons gagner les élections européennes pour être en situation de négocier avec les Etats-Unis et la Chine un nouvel équilibre mondial, il est urgent de réunir les socialistes des vingt-sept pays pour muscler notre Manifesto. Poul, Martine, Jose-Luis, Elio et Frank-Walter qu'en pensez-vous ?


Pierre Larrouturou
est économiste et ancien délégué national Europe du PS. Il publiera en avril "Crise : la solution interdite" chez Desclée de Brouwer. Ceux qui souhaitent soutenir cet appel peuvent le faire sur www.nouvellegauche.fr.

http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/03/23/comme-en-1930-une-course-de-vitesse-est-engagee-contre-la-crise-par-pierre-larrouturou_1171518_3232.html


Relance verte avec AVAAZ, 
pétition avant le G20

D’ici quelques jours, les dirigeants mondiaux se réuniront lors du Sommet du G20 à Londres pour tenter de trouver des moyens de surmonter la crise. Il est absolument crucial que ces derniers s’entendent une relance verte et sur un plan de sauvetage ambitieux qui stimulera, encadrera et réformera en profondeur l’économie mondiale.

Sans d'intenses pressions internationales dans les jours à venir, nos dirigeants pourraient rater cette occasion historique. Nous avons donc décidé de lancer de toute urgence une pétition à l’occasion du Sommet de Londres. Celle-ci sera remise directement aux représentants officiels du sommet et aux dirigeants lors d’une marche de milliers de personnes ce week-end. Pour ajouter votre signature, cliquez sur ce lien :

http://www.avaaz.org/fr/global_economic_rescue

Une dépression mondiale menace tout ce qui nous est cher
: en faisant augmenter le niveau de pauvreté, elle pourrait favoriser les conflits, menacer l’environnement et nos emplois ainsi que l’avenir de nos enfants. Cependant, un plan de sauvetage puissant et concerté de la part de nos gouvernements pourrait empêcher cette dépression. Les États doivent s’entendre pour stimuler leurs économies respectives, aider les économies vulnérables à éviter l’effondrement, réguler les marchés financiers internationaux et démocratiser les institutions comme le Fonds monétaire international.

Les dirigeants sont encore bien loin d’arriver à un consensus sur ce genre d’action ambitieuse; c’est pourquoi, par nos voix et nos manifestations, nous devons les presser d’agir. Les médias du monde entier seront à Londres afin de couvrir le sommet. Grâce aux milliers de membres d’Avaaz vêtus de casques de protection verts et portant des bannières en notre nom, la marche bénéficiera d’une vaste couverture médiatique qui attirera l’attention des dirigeants mondiaux.

Tous les signataires auront également la chance de voter sur les principes et réformes nécessaires à la reconstruction de l’économie mondiale. Toute nos demandes seront remises lors du sommet du G20 alors... merci de signer la pétition dès maintenant 


PARUTION  COMPLETE, sur le blog d' Eva R-sistons :
http://r-sistons.over-blog.com/article-29472207.html



Commentaire envoyé, très pertinent, à lire :

L'analyse de Pierre larrouturou parue dans Le Monde est corroborée par celle du Laboratoire Européen d’Anticipation Politique, qui qualifie de "jeu de dupes" l’issue du G20, et estime à 6 mois le délai qu'il reste à "l'élite" dirigeante pour mettre en place un nouvel ordre financier mondial, sans quoi interviendront avant la fin de l'année 2009 :

- la rupture du système monétaire international
- la dislocation géopolitique mondiale
- l'établissement d'une situation inédite de crise en termes de durée et d'intensité...

Il y a donc réellement urgence, et encore le LEAP ne s'intéresse-t-il qu'à l'aspect financier de cette crise.

http://www.leap2020.eu/GEAB-N-34-est-disponible!-Ete-2009-La-rupture-du-systeme-monetaire-international-se-confirme_a3113.html

(on pourrait sourire du pessimisme du LEAP si ses anticipations depuis 2006 ne n’étaient pas avérées jusqu'ici justes à 80%).

http://nouvellegauche.fr

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans La crise
commenter cet article

commentaires

Eva R-sistons 21/04/2009 14:20

Excellent commentaire, je le mets en post

cordialement, eva

N'hésite pas à me signaler ce qui doit être publié, merci

je suis sympathisante du Front de gauche

MKL 20/04/2009 12:23

L'analyse de Pierre larrouturou parue dans Le Monde est corroborée par celle du Laboratoire Européen d’Anticipation Politique, qui qualifie de "jeu de dupes" l’issue du G20, et estime à 6 mois le délai qu'il reste à "l'élite" dirigeante pour mettre en place un nouvel ordre financier mondial, sans quoi interviendront avant la fin de l'année 2009 :

- la rupture du système monétaire international
- la dislocation géopolitique mondiale
- l'établissement d'une situation inédite de crise en termes de durée et d'intensité...

Il y a donc réellement urgence, et encore le LEAP ne s'intéresse-t-il qu'à l'aspect financier de cette crise.

http://www.leap2020.eu/GEAB-N-34-est-disponible!-Ete-2009-La-rupture-du-systeme-monetaire-international-se-confirme_a3113.html

(on pourrait sourire du pessimisme du LEAP si ses anticipations depuis 2006 ne n’étaient pas avérées jusqu'ici justes à 80%).

http://nouvellegauche.fr

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche