Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 08:14

La proposition du gouverneur de la banque centrale chinoise de réactiver les DTS, monnaie de réserve mondiale, en remplacement du dollar vise à faire monter la pression. Le discours inhabituellement diffusé en anglais et en chinois sur le site de la banque confirme qu’il est destiné à une audience internationale. L’affirmation de l’agence Novosti, que Zhou Xiaochuan appuie « l’initiative russe » de charger le FMI de créer une monnaie de réserve supranationale, indique qu’il s’agit d’une proposition concertée, au moins entre Pékin et Moscou

« Un projet de longue haleine », reconnaît le responsable chinois cité par l’agence de presse russe, mais qui reflète la volonté de la Chine, premier créancier des Etats-Unis avec 585 milliards de dollars et plus grand détenteur de réserves en billets verts avec 2.000 milliards, de revendiquer des changements dans le système financier mondial au profit des pays émergents.


Les dix pays du Sud dans le groupe du G20 - Brésil, Russie, Inde, Chine, Mexique, Indonésie, Arabie saoudite, Corée du Sud, Argentine et Turquie -, inégalement affectés par la crise mondiale mais indispensables à la croissance future, veulent profiter de leur avantage relatif pour accroître leur influence dans la gouvernance économique mondiale. Les quatre premiers, identifiés par l’acronyme Bric (Brésil, Russie, Inde, Chine), avaient avancé leurs pions lors de la réunion des ministres des Finances du G20 le 14 mars, en préparation du sommet de Londres. Prenant pour la première fois une initiative commune et largement médiatisée, ils ont appelé à une augmentation des prêts des institutions financières internationales aux pays émergents et surtout demandé des réformes urgentes du FMI qui leur permettent d’y être mieux représentés. Une revendication qui semble légitime quand on sait qu’avec un quota de moins de 4 % la voix de la Chine au Conseil du FMI est égale à celle de la Belgique, tandis qu’avec moins de 2 % de droits de vote l’Inde existe à peine face aux 32 % de l’Union européenne.


A travers cette bataille autour du FMI, les pays émergents cherchent à être entendus au G20 en faisant valoir, comme l’a fait le président indonésien, qu’en tant que victimes d’une crise financière causée par le dérèglement du crédit américain ils doivent être associés à la construction d’un système économique mondial plus équitable pour les pays en développement. « Une crise globale exige des solutions globales », vient de réaffirmer aussi le président brésilien Lula au Premier ministre britannique Gordon Brown, qui s’est rendu jeudi au Brésil dans le cadre d’une tournée préparatoire au sommet de Londres.

Forts de leur croissance, qui, malgré les effets de la crise mondiale, pourrait atteindre près de 8 % pour la Chine et 5 % pour l’Inde en 2009, et surtout de leur position d’espoir de l’économie mondiale au moment où Jim O’Neill, grand expert de Goldman Sachs qui avait prévu que les économies des Bric dépasseraient celles du G7 en 2035, annonce qu’il avance la date à 2027, les pays émergents veulent profiter de leur avantage.


Mais sont-ils en mesure d’assumer aussi les responsabilités politiques et militaires d’un nouvel ordre mondial en abandonnant l’attitude confortable de profiter économiquement de la mondialisation tout en laissant les Etats-Unis jouer leur rôle incontournable de gendarme du système international ? Le grand paradoxe est que les puissants d’hier n’ont - momentanément ? - pas les moyens de financer leur domination du monde, tandis que les émergents ne sont pas prêts à étendre leur influence politique, même s’ils en ont les moyens financiers. Le G20 de Londres devrait confirmer cette équation.

* Journaliste. Dernier ouvrage, Avril à Jénine, Editions La Découverte.
Source : Investir

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Le Futur
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche