Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 22:20

publié par
roland (Dazibaouebmaster) Hier 13H30

Dérive du pouvoirPar Michel Mengneau


Certains vont penser que je fais une obsession en dénonçant à tout bout de champs les dérives vers l'extrême droite de la politique Sarkozienne. J'ai même en un premier temps laissé subodorer, laissé supposer, puis finalement écris ouvertement que chaque jour qui passe nous rapproche du régime de Vichy. Pourtant il ne s'agit pas d'une impression, les faits sont là…


 La délation est en marche. Le flicage des individus en pleine recrudescence, lié à une répression policière qui n'ose pas dire son nom mais néanmoins est de plus en plus active. Les arrestations et gardes à vue se multipliant de jours en jours. Que dire de la vidéo surveillance, de la mise en fiche des références ADN pour un oui pour un nom. C'est tout juste d'ailleurs si par ce biais on n'irait pas chercher le gène du terroriste anarcho-autonome, ce qui confirmerait les théories et la tendance à l'eugénisme du guignol de l'Elysée. Ca donne froid dans le dos quand on pense où ce genre de classification des individus a été pratiquée ayant pour résultat l'issue fatale. Oui j'ai peur, et je pense qu'il est urgent que les citoyens prennent conscience que la peste brune commence à devenir un fléau.


 Alors le peuple manifeste par à-coup pour défendre son bout de gras, plus que pour manifester un véritable rejet du régime en place. Le pouvoir en profite  à l'occasion pour coffrer quelques individus pris au hasard, histoire de montrer qui gouverne. Montrant ainsi que ce n'est certainement pas la rue, qu'il a réussi à contenir pour l'instant ayant endormi les velléitaires avec quelques mesures iniques comme le service minimum dans les transports, dans les écoles, et le bâton toujours en suspend. Ce qui est paradoxale en l'occurrence, c'est que les tribunaux sont engorgés, mais des qu'il s'agit de juger un manifestant il y a comparution immédiate!

 D'autant que pour finir de foutre la trouille aux inquiets, cette frange de la population adepte du tout sécuritaire, il a inventé une menace terroriste. Il l'a baptisé afin d'effrayer les naïfs, d'abord de mouvance, donc un ennemi à priori insaisissable puisqu'il est mouvant, puis là c'est le summum, on a délibérément utilisé le terme « anarchie » accolé à d'autres mots afin que la longueur, qui se veut significative, marque ainsi les esprits. Il faut avouer que le terme de mouvance anarcho-autonome prête plutôt à se foutre de la binette des sbires à Sartko dont la bêtise crasse croit impressionner le bon peuple avec un truc monté de toute pièce.


 Et puis il y a la peur de tous les monarques, des dictateurs, celle d'être le malaimé, celui que la populace conspue ouvertement. Alors pour ses déplacements le facsimilé de Napoléon fait bloquer villes et villages, sa nombreuse garde rapprochée tient le peuple à distance tandis que seuls les apparatchiks et courtisans triés sur le volet sont autorisés à approcher sa majesté et font la claque à la moindre plaisanterie ridicule de celle-ci. Plaisanteries oiseuses dont il est en train de devenir un spécialiste, qu'il réserve donc pour la bonne bouche à un auditoire d'abrutis inconditionnels. Sans oublier le fait du prince qui se sert de son autorité pour imposer à des postes clés ses sbires et autres membres de sa smala, allant même jusqu'au pire de la déviance dictatoriale en voulant mettre les moyens de communication à sa botte, la télé en l'occurrence…

 Et pour compléter le tableau, un ministère de l'immigration qui ressemble à du déjà vu, dans des circonstances qui ne sont pas à la gloire de la France !

A ce constat on comprend que les citoyens s'inquiètent pour leurs libertés, lié à une situation de l'emploi plutôt incertaine. Seulement voilà, l'apathie que ces divers éléments de répression, le contrôle des individus, ont créée a du mal à quitter les esprits et la force revendicative s'en trouve atténué. Néanmoins on voit un peu partout des mouvements de grèves engendrés par des conditions particulières se mettre en action. Mais étant encore trop dispersés cela pourrait même devenir un handicap si les actions ne se généralisent pas. Des cas particuliers il faut en faire une généralité qui servira alors l'ensemble du monde du travail, sinon… C'est simple, il y aura des oubliés et des inégalités.


  L'exemple viendra peut-être des étudiants qui, même si cela n'est pas parfait, tentent d'associer leurs mouvements au sein de coordinations. De toute façon, le pouvoir va vouloir diviser pour régner, c'est le prochain danger. Et une régionalisation des mouvements, des négociations par secteurs, par branches, voire surtout usine par usine, seront la fin des mouvements sociaux! Ne tombons pas dans se piège s'en est fini alors de tout espoir de faire une force de coercition face pouvoir.

 En attendant, comme j'ai commencé par une référence à Vichy, l'histoire étant souvent un éternel recommencement, pour faire un parallèle non-anodin je reproduis ici un passage du N°1 de L'Université Libre paru en novembre 1940. Certes les temps sont différents, mais l'état d'esprit des étudiants est dans le fond le même, et c'est tant mieux ! Pourvu que cela puisse servir d'exemple et que beaucoup s'inspirent du combat mené pour la liberté…


 « L'Université reprend conscience d'elle-même, de sa force, de son rôle historique dans la Nation. Dans les temps tragiques que nous vivons, l'Université a retrouvé son unité, la claire compréhension de sa mission de progrès dans la liberté. C'est un sursaut d'indignation qui a secoué maîtres et étudiants quand ils ont appris l'arrestation de Paul Langevin par les autorités d'occupation. Ils ont tout de suite saisi que c'était le premier signal de l'offensive brutale qui allait être déchainée par le gouvernement de Vichy, contre tous les traitres suspects d'être de bons serviteurs de la science et de leur pays. ….

 Là, une jeunesse fière de ses traditions a osé dire tout haut ce que nous pensions tout bas : que la France ne sera jamais un pays d'esclaves ; ils ont crié leur espoir de voir bientôt la France reprendre son vrai visage. Aussi, les troupes d'occupations sont-elles entrées en action et plusieurs morts héroïques, tombés pour la France, devant l'Arc de Triomphe, ont montré à l'occupant et aux traitres de Vichy que la jeunesse de France, que l'Université n'acceptent pas.

 Au pays de Descartes la raison restera victorieuse Vive l'Université française  Libre. »


 Dans la continuité du combat des anciens, aux côtés des étudiants battons-nous pour une Université laïque et non privatisée !


 Et les étudiants aux côtés des travailleurs doivent préparer l'avenir pour construire la société de demain, une société de partage
.


http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=2902

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Alerte - danger ! - SOS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche