Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 05:12
                                      1548665768.jpg 
 





___________________________________________________

Le texte d'une Lectrice
des Blogs R-sistons,
Rita Pitton, 
enseignante et écrivain. 




                  
Crise économique, ou de contrat social ? 

>>>  En fait de mesures concrètes, la nomenklatura aux commandes ne propose que ravalement de façade… G 20… Jet d’encre… Paroles creuses moulinées dans le vent… Poudre de perlimpinpin…
>>>
>>>
>>>
>>> L’essentiel : ne pas toucher aux privilèges de l’oligarchie ! Privatiser les profits et nationaliser les pertes. Protéger spéculations, rentes et monopoles. Sans oublier les gaspillages, au bénéfice des sponsors électoraux. Dans le murmure apaisant de la cascade des distributions de dividendes, bonus, stocks options et enveloppes ventrues déposées dans le silence des paradis fiscaux …
>>>
>>>
>>>
>>> Bien sûr, ne pas oublier les manœuvres de diversion…
>>>
>>>
>>>
>>> Sacrifier, pour calmer frustration de l’opinion publique tournant à la fureur, des “boucs émissaires”. Exposer au pilori quelques dirigeants, pas trop toutefois, qui se sont attribués des bonus, alors que les caisses de leurs entreprises, en cessation de paiement, étaient remplies par la collectivité. Prouver qu’il y a justice et volonté, dans la sphère politique.
>>>
>>>
>>>
>>> Les actionnaires, les membres des conseils d’administration, qui ont pompé les dividendes à tour de bras, dans l’hémorragie des délocalisations et des plans sociaux, eux, ne seront jamais inquiétés. Même pas évoqués.
>>>
>>>
>>>
>>> Du cirque…
>>>
>>>
>>>
>>> Je ne me fais pas de souci pour ces dirigeants et leurs bonus. L’ingénierie fiscale et financière, adossée à des paradis fiscaux, est sans limite. Ils les récupèreront sans problèmes. Via filiales à l’étranger, sociétés écrans et jeux d’écriture.
>>>
>>>
>>>
>>> Autre bruyante esbroufe. S'attaquer à grands coups de hache à l’arbre qui cache la forêt : le bouclier fiscal !
>>>
>>>
>>>
>>> Bouclier ?... Gigantesque passoire aux trous “extra larges”, pudiquement désignés sous le nom de “niches fiscales”. Des centaines. Permettant d’échapper à l’impôt sur les bénéfices et les revenus qui, de plus, ne seront jamais inclus dans l’assiette fiscale de l’impôt sur la fortune (ISF).
>>>
>>>
>>>
>>> Tout le monde le sait, mais les médias s’étouffent : les plus grosses fortunes de France ne paient pas d’ISF. Leur patrimoine étant déclaré sous forme “d’outil professionnel” ou “de travail”.
>>>
>>>
>>>
>>> Je vous propose une recette, parmi mille et une astuces faisant le délice des fiscalistes. Recette aussi simple que la tarte aux pommes :
>>>
>>> Si vous achetez un château, entouré de vastes terres, plantez-y quelques vignes pour produire du vin, même de la piquette dont on fera du vinaigre. Et, le tour est joué.
>>>
>>>
>>>
>>> Devenus producteur de vin, vous serez riches sans payer d’impôt sur la fortune, s’agissant d’un “outil de travail”. De plus, si le vin ne se vend pas, avec un peu de patience, vous pourrez obtenir des dédommagements d’un Etat débordant de sollicitude et de tendresse, depuis des lustres, pour les grands propriétaires terriens.
>>>
>>>
>>>
>>> Boule de glace sur la tarte : faites enregistrer les bâtiments en “monument historique”. Vous obtiendrez des subventions pour en refaire la toiture ou consolider les douves garnies de carpes. Cela financera votre chasse aux perdreaux ou aux faisans, procurant des joies ineffables à vos invités…
>>>
>>>
>>>
>>> Dans sa monumentale étude, remarquablement bien documentée (9), Les hauts revenus en France au XX° siècle, Thomas Piketty démontre que tous les partis au pouvoir n’ont cessé, pendant des décennies, de camoufler, entraver, l’identification de la source, tout particulièrement des “revenus du capital”, énonçant les :
>>>
>>> “… difficultés encore aggravées par l’évolution de la législation fiscale : la multiplication des régimes d’imposition dérogatoires en faveur des revenus du capital implique qu’il est de plus en plus malaisé de prendre en compte tous les revenus annexes des personnes en question (certains de ces revenus n’ont même plus à être déclarés).”
>>>
>>>
>>>
>>> Le problème est moins le niveau des hauts revenus, hauts salaires, bonus ou pas, malgré leur caractère choquant par leur disproportion en comparaison de la moyenne des revenus dans notre pays. Facilement "traçables", car provenant en principe du “travail”, du moins ceux officiellement déclarés, leur visibilité fiscale est effective.
>>>
>>>
>>>
>>> Plus urgent à traiter, est celui des immenses revenus du “capital”. Et, dans capital, il y a aussi “spéculation” et “corruption”. Soigneusement occultés, dissimulés. Expliquant que dans un pays riche, les caisses soient vides au moment de la redistribution des richesses produites par la collectivité.
>>>
>>>
>>>
>>> Qu’il y ait des riches, rien de plus normal. Voire de plus rassurant sur la santé économique d’une collectivité. A condition que cette “richesse” récompense le créateur, l’innovateur, le créateur d’emplois et de valeur ajoutée pour la collectivité. Non pas une richesse fondée sur la spéculation, le délit d’initié, la corruption et la rente.
>>>
>>>
>>>
>>> Qu’il y ait des pauvres dans une société riche, enfermés dans la précarité, l’humiliation et la souffrance, est inadmissible Le capitalisme ou le libéralisme économique dévoyés sont une rupture du contrat social.
>>>
>>>
>>>
>>> Combattre les inégalités (10) ?... Tant que les castes politiques actuelles tiendront le pouvoir, rien ne changera. Ils ne remettront jamais en cause un système fiscal aussi inique qu’archaïque. Jusqu’à l’explosion.
>>>
>>>
>>>
>>> Les plus faibles revenus seront accablés d’une fiscalité confiscatoire, s’apparentant au racket du gangstérisme. Proportionnellement à leurs revenus, ce sont les plus faibles qui payent le maximum d’impôts, via la TVA. Ecrasés de taxes comme du temps de La Gabelle, sous l’Ancien Régime. Au moindre achat, systématiquement, qu’ils le veuillent ou non, ils versent 20% aux caisses de l’Etat.
>>>
>>>
>>>
>>> A cette pression constante, s’ajoute leur broyage par un système financier spoliateur, versant intérêts et agios usuraires aux banques. Qui, avec ces confortables marges, inonderont de bonus leurs dirigeants, en jouant l’argent arraché aux plus modestes dans la spéculation. Au lieu de l’investir dans la création et la consolidation d’entreprises.
>>>
>>>
>>>
>>> Nous vivons, nous le savons, non pas une crise économique, mais une profonde crise de “contrat social”, de valeurs, de redistribution de la richesse collective. Les dérives mégalomaniaques et cyniques de ce “capitalisme sauvage”, auquel nous assistons, au bénéfice d’une seule minorité, à l’encontre du principe fondateur de solidarité, est inacceptable. La collectivité ne l’admettra pas.
>>>
>>>
>>>
>>> « Le capitalisme ne triomphe que lorsqu’il s’identifie à l’Etat, qu’il est l’Etat » (11).
>>>
>>>
>>>
>>> Objectif atteint. "Kleptocratie" assumée. Sans complexe. Il l’affirme, haut et fort : L’Etat, c’est moi !
>>>
>>>
>>>
>>> Prenant soin, à la différence de Louis XIV, de conserver précieusement son argenterie…


Sur Rita Pitton :


Le Monde de Rita
RP_001.JPG
Eloge de la
spiritualité




Vous pouvez le commander aux Éditions l'Originel

 http://ritapitton.hautetfort.com/ 

 

voir  http://eva-communion-civilisations.over-blog.com/article-22440788.html
Lien : http://ritapitton.hautetfort.com/archive/2008/08/31/communion-des-civilisations.html

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Parole de Lecteurs
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche