Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 05:22

Les guerres illégales menées dans les Balkans, en Irak et en Afghanistan ont englouti des sommes énormes qui manquent maintenant dans les caisses de l’Etat britannique. Les fortes dépenses d’armement, qui avaient légèrement baissé après l’effondrement de l’URSS, mais remontent depuis dix ans et atteignent 46 milliards de livres pour 2008 - ce qui en fait le deuxième budget militaire dans le monde -, avoisinent sur vingt ans environ 1 billion (mille milliards) de livres qui manquent aujourd’hui dans les caisses de l’Etat. De plus, les coûts de la guerre actuelle font grimper le budget. Dans les années 2007/08, l’Etat britannique a dépensé pour la guerre en Afghanistan, selon le ministère des Finances, la somme de 1,51 milliard de livres. Ces dépenses vont s’élever pour les années 2008/09 à 2,32 milliards de livres, cela malgré la crise économique.

london

La guerre en Afghanistan dure déjà depuis bientôt 8 ans provoquant une accumulation de coûts. Alors même que les dépenses pour la guerre en Irak ont été réduites de façon infime, passant de 1,46 à 1,4 milliard de livres, il ne faut pas oublier que cette guerre dure depuis 6 ans et que les coûts au début étaient nettement plus élevés. Les chiffres publiés officiellement par le Gouvernement ne comprennent pas les coûts se rattachant aux soldats morts (dédommagements des familles), aux blessés et aux vétérans invalides, ainsi qu’au dédommagement des victimes civiles. Il faut y ajouter les énormes montants que les Etats-Unis ponctionnent aux Etats alliés pour financer leurs guerres, argent qui est enlevé au marché. En estimant à 2 à 3 billions de dollars le coût de la guerre en Irak pour les Etats-Unis, on peut mesurer à peu près l’ampleur de ces montants. Les Britanniques ont, dans le monde entier, 67 000 hommes sur le terrain, ce qui coûte énormément.

La Grande-Bretagne va au-devant de la faillite

En 1982, la Grande Bretagne s’était déjà trouvée à deux doigts d’un effondrement économique et financier. La première dame du pays, Margaret Thatcher, se servit des mêmes combines que les puissants, qu’il s’agisse de rois, de dictateurs ou de présidents «élus», avant et après elle. Pour cacher les diffi­cultés intérieures on se lance dans une guerre, ce qui détourne l’attention du désastre dans le pays. A l’époque ce fut la guerre des Ma­louines. A l’ombre de l’euphorie due à la victoire et de sa nouvelle popularité, la dite dame de fer se lança brutalement contre les mineurs en grève, démantela les syndicats et mena à grands pas la privatisation de toutes les entreprises de l’Etat, ce qui apporta à court terme de l’argent dans les caisses d’une économie épuisée.

25 ans plus tard, l’actuelle crise financière est apparue en automne 2008 par l’effondrement attendu de la banque Northern Rock. Le gouvernement anglais se déclara immédiatement disposé à verser 37 milliards de livres pour empêcher cet effondrement et une panique des épargnants qui se seraient précipités pour retirer leurs dépôts avant que tout ne disparaisse. Gordon Brown apparut comme le sauveur dans la détresse et d’autres pays, comme notamment l’Allemagne, sui­virent son exemple.

La nationalisation des banques a porté un coup sévère à la confiance

Mais ce fut un coup d’épée dans l’eau. La crise financière atteignit d’autres instituts financiers et l’Etat britannique s’en tint à sa façon de procéder, déversant des milliards de livres dans les banques mises en danger du fait de leur pratique d’investissements très fortement spéculatifs. En tout, le gouvernement britannique a étatisé quatre banques et accordé des aides financières à d’autres. Il était vain, dans cette situation tendue, de vouloir trouver des investisseurs privés pour refinancer les pertes des banques. La confiance dans cette place financière de Londres tant prisée se mit à fondre. Tout ce qui a affaire à l’argent et aux finances se trouve en perte de vitesse.

Derrière le Pérou, le Chili et El Salvador

Au début de l’année, le World Economic Forum (WEF) avait placé la Grande-Bretagne derrière le Pérou, le Chili et El Salvador en ce qui concerne la stabilité, alors qu’encore en 2006, le pays se trouvait à la première place. Selon le WEF, les nationalisations ont porté un coup sévère à la confiance. Dans de telles conditions, la crédibilité de l’Etat est sérieusement remise en question, ce qui rend vain la recherche de crédits sur les marchés financiers mondiaux. Le pays se trouve financièrement dans une situation désastreuse. L’Etat britannique qui a déjà bradé toute sa fortune ne peut plus compter y retrouver un appui.

Le sauvetage des banques met à mal les budgets publics

Les milliards de livres injectés dans les banques en difficulté font monter les dettes de l’Etat de façon dramatique. Le déficit budgétaire comporte cette année déjà 118 milliards de livres et ce n’est, à coup sûr, pas fini. Il semble qu’il ne reste que de s’adresser au FMI, suivant l’exemple de l’Islande, de la Hongrie et de l’Ukraine, pour se sortir ra­pidement de la crise. De ce fait, le gestionnaire de fonds spéculatifs, Jim Rogers, conseilla aux investisseurs de vendre tous leurs biens en livres sterling, car le gouvernement ne dirait pas la vérité: «C’en est terminé, je déteste le dire, mais je ne mettrais plus un seul penny en Grande Bretagne.»

On remet en marche la planche à billets

Les nouvelles dettes de la Grande Bretagne se montent pour l’année 2009 à plus de 8% du produit national brut prévu, ce qui fait qu’elles dépassent de loin les critères valables pour l’espace euro. Avant la crise, la Grande-Bretagne avait moins de dettes que la moyenne de l’UE, cela du fait des exportations de pétrole et de gaz. Mais ce n’est plus suffisant car la situation financière s’est détériorée dramatiquement du fait que la dette publique est passée, au cours d’une année, de 600 milliards à 2 billions de livres. Ce qui a incité le journal en ligne anglais dailymail.co.uk à mettre le 20 février comme titre: «Deux billions de livres - la somme affolante de notre dette publique [...], cela signifie 33 000 livres pour chaque homme, chaque femme et chaque enfant du pays.»

La monnaie perd 30% de sa valeur

Du fait de la politique d’endettement exorbitant, la livre sterling a perdu considéra­blement de sa valeur et se trouve presque à égalité avec l’euro. Selon la Banque d’Angleterre, la livre a perdu en l’espace de six mois 30% de sa valeur. Les perspectives pour cet Etat insulaire, autrefois si fier, sont plutôt sombres. Quant tout lâche, il faut recourir à la planche à billets. La Banque d’Angleterre a annoncé vouloir imprimer pour 70 milliards de livres. Nous savons ce que cela signifie, en se rappelant l’inflation démesurée dans l’Allemagne de 1923 : la destruction de fortunes, notamment celles des petits épargnants.

Le monde de la finance de Londres n’a jamais digéré d’avoir perdu le monopole mondial au profit de New York. Risquer d’être supplanté par cette petite Suisse performante éveille des instincts politiques de bas étage. Ce qui faisait partie, au XVIe siècle, de la politique financière britannique, c’est-à-dire que des pirates comme Sir Francis Drake s’attaquaient au nom de sa Majesté britannique aux navires de commerce espagnols et leur ravissaient l’or et l’argent, se retrouve aujourd’hui sous une forme plus développée. Tout est bon pour financer les guerres illégales et dévastatrices, entre autre de menacer la Suisse de la faire placer sur une liste noire, mais prenant par ailleurs en défense les paradis fiscaux des îles de la Manche, de l’île de Man, des îles Cayman et des Bermudes. Au cours de la décennie écoulée, le parti travailliste a tout mis en œuvre pour rendre la place financière de Londres plus attrayante, notamment en limitant les réglementations et en offrant des avantages fiscaux. On agit incontestablement avec deux poids et deux mesures.

C’est d’une perfidie parfaite que de choisir une victime militairement inférieure et de l’attaquer verbalement avec violence, refusant toute autocritique et toute prise de conscience de la faillite annoncée de l’Etat. Vouloir faire de la Suisse un bouc émissaire est une manœuvre malhonnête qui doit être combattue énergiquement.

L’ambassadeur britannique en Suisse a exigé, lors d’une interview au journal «NZZ am Sonntag» du 1er mars 2009, avec toute l’arrogance et l’effronterie propres au monde anglo-saxon, que la Suisse aligne son droit fiscal sur celui de la Grande-Bretagne. C’est pousser le bouchon un peu loin.

L’arrogance effrontée de Gordon Brown dans sa façon de traiter la Suisse, pays souverain, démontre parfaitement que les Anglais ont oublié, au cours des dernières dix années par leur conduite immorale et contraire au droit international, ce qu’est un comportement diplomatique. Le droit du plus fort nous ramène à un chapitre malheureux de l’histoire. Le gouvernement anglais est enfoncé jusqu’au cou dans la crise financière catastrophique qu’il a provoquée lui-même avec son allié, les Etats-Unis.

Il serait bon qu’ils prennent conscience de leur responsabilité et se mettent à chercher des solutions honnêtes, avant de disparaître de par leur gestion désastreuse et leur arrogance.



Lire également : Du 11 septembre à la crise économique : une stratégie pour imposer une « Gouvernance Mondiale »


http://www.mecanopolis.org/?p=4783&type=1

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Les pays en crise
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche