Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 22:43
Les révoltes de la faim,
conséquences naturelles
de la mondialisation

 
Aurélien BERNIER

Dès le XVIIIème et le début du XIXème siècle, les économistes Adam Smith et David Ricardo avaient décrit un phénomène d’une logique imparable : la baisse du prix des denrées alimentaires permet d’augmenter le pouvoir d’achat des salariés sans avoir à augmenter leurs salaires. Par voie de conséquence, cette baisse est vivement souhaitable pour les propriétaires des grands moyens de production. Règle numéro un du parfait libéral : la nourriture doit être bon marché.

Dans ses travaux, le même Ricardo élabore la théorie des avantages comparatifs, qui conclut à l’intérêt qu’aurait chaque pays à se spécialiser dans les types de production pour lesquels il se montre le plus performant. Peu importe que cette spécialisation rende dépendant d’autres pays producteurs, le libre-échange permet aux marchandises de circuler et aux peuples de satisfaire leurs besoins. Règle numéro deux : il faut renoncer à la souveraineté alimentaire et industrielle pour se convertir au libre-échange.

La stratégie de mondialisation permise par le développement fulgurant des réseaux de transport et de communication n’est jamais que la mise en oeuvre à marche forcée de ces principes par les puissances économiques. Tous les moyens auront été bons pour y parvenir. Le GATT puis l’OMC (1) propageront le libre-échange un peu partout sur la planète, y compris dans le domaine agricole. Lorsque les négociation patinent à l’OMC, comme c’est le cas depuis quelques années, des accords régionaux ou bilatéraux prennent le relais et appliquent les mêmes recettes. Sans oublier les Plans d’ajustement structurels imposés aux pays emprunteurs du Fonds monétaire international (FMI), qui déclinent encore la doctrine néolibérale. En bout de course, les vrais bénéficiaires de ce libre-échangisme débridé sont les grandes entreprises, qui peuvent profiter des conditions sociales, fiscales et environnementales les plus avantageuses et niveler par le bas les législations grâce à l’argument massue de la concurrence internationale.

De plus, la financiarisation croissante de l’économie démultiplie les conséquences de cette réorganisation. Le pouvoir exorbitant des marchés généralise la spéculation, y compris sur les produits alimentaires. Le « marché mondial » fixe les prix, fonction de l’offre et de la demande... mais aussi (et de plus en plus) des perspectives de rendement financier. Pour s’en convaincre, on peut admirer la transparence de la banque belge KBC qui, pendant les révoltes de la faim, vante les performances d’un produit financier investi dans les matières premières agricoles (2).

Ainsi, on comprend mieux comment cette mondialisation qu’on nous prédisait heureuse a pu conduire à la situation de pénurie alimentaire vécue en ce moment même par de nombreux pays. Spéculation provoquant une hausse brutale des prix, répartition totalement inéquitable des richesses, dépendance des pays du Sud vis-à-vis du Nord...voilà les ingrédients de la crise. On peut bien-sûr ajouter un choix technologique désastreux comme celui des agro-carburants, qui confirme l’hérésie du système économique mondial en détruisant des aliments pour produire de l’énergie.

Face à la révolte de populations qui ne parviennent plus à payer leur nourriture, les institutions sont dans l’embarras. Elles accusent la hausse de la population, la croissance de la Chine et de l’Inde ou le changement climatique, et préconisent d’augmenter l’aide alimentaire. Les plus téméraires reconnaissent tout juste des effets pervers dans la stratégie internationale et se souviennent que les subventions des pays riches à leur agriculture provoquent un dumping terrible dont sont victimes les pays en développement. Egale à elle-même, la Banque Mondiale s’oppose à l’arrêt des exportations de produits alimentaires par les Etats les plus touchés par la famine au motif... que cette mesure provoquerait une nouvelle augmentation des cours sur les marchés ! En d’autres termes, pour sortir de la crise, laissons mourir les pauvres.

On applaudira enfin la commissaire européenne à l’agriculture, Mme Mariann Fischer Boel, qui estime que les prix élevés sont « une bonne chose pour les producteurs » (3) et qu’un développement plus rapide des organismes génétiquement modifiés (OGM) limiterait la crise. Toutes les démonstrations ont pourtant été faites et maintes fois répétées pour tordre le cou à ce dernier argument. Protégés par brevets et conçus pour une agriculture intensive basée sur la chimie, les OGM sont un désastre de plus pour les pays en développement. Environ 80% des surfaces cultivées dans le monde avec ces variétés sont d’ailleurs destinés à la nourriture du bétail consommé dans les pays riches. Et, à supposer que certains OGM apportent une amélioration en terme de rendement (ce qui reste à prouver), les faits démontrent que les causes de la malnutrition sont bien politiques, et qu’augmenter la production ne modifiera en rien la situation.

Une diversion aussi ridicule n’a visiblement qu’un objectif : celui d’occuper le terrain médiatique. Car, pour les tenants de l’ordre économique international, le risque que les citoyens tirent les véritables conclusions de cette situation est grand. Et ces conclusions sont sans appel. Le libre-échange est un désastre au Sud comme au Nord. Reconstruire la souveraineté alimentaire et industrielle des Etats est la seule voie possible pour sortir d’une logique de concurrence et s’engager dans une logique de coopération et de solidarité. Pour cela, il faut fermer la bourse, contrôler les importations et les investissements, taxer les profits... bref, remettre l’économie sous contrôle politique. Si elle était analysée pour ce qu’elle est, cette crise alimentaire devrait signifier la mort clinique de l’idéologie néolibérale.


Aurélien BERNIER


http://abernier.vefblog.net/


(1) GATT : Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce, signé le 30 octobre 1947 pour harmoniser les politiques douanières des parties signataires. Cet accord multilatéral de libre-échange entra en vigueur en janvier 1948 et aboutira en 1994 à la création de l’Organisation Mondial du Commerce (OMC).

(2) Courrier International, 7 mai 2008, http://www.courrierinternational.co...

(3) « Hausse des prix agricoles : bonne chose pour les producteurs », AFP, 18 avril 2008.

http://www.legrandsoir.info/spip.php?article6840

___________________________________________________________



Je voudrais simplement ajouter qu’en plus de la crise financière, il y a un drame au moins aussi important, sinon plus, qui touche des millions de malheureux : celui de la faim.  La spéculation sur les produits de base nécessaires à la vie et la  politique criminelle des grands trusts alimentaires a ruiné beaucoup d’agricultures locales et de grandes parties du monde sont trop pauvres pour acheter de quoi se nourrir.

http://alexandrelatsa.blogspot.com/2009/04/louis-dalmas-sur-dissonance.html

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Populations sinistrées
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche