Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 06:01
publié par roland (Dazibaouebmaster) Avant-hier 17H28


photo : D.R.L’entreprise textile Carreman est en train de licencier 9 personnes. Les propositions de reclassement font scandale.

Partir en Inde pour un salaire de 3500 à 4500 roupies par mois soit de 53 à 69 € mensuels. C’est la proposition faite par l’usine Carreman de Castres à ses neuf prochains salariés licenciés dans le cadre d’un plan de reclassement. Une proposition qui a fait bondir tout le monde. Les deux patrons Eric Baïsse et François Morel du groupe textile castrais présentent l’unique solution de reclassement proposée à ces neuf malheureux salariés qui vont perdre leur emploi le mois prochain : un travail d’opérateur de couture sur machine dans une usine en Inde, située à Bangalore exactement dans l’une des unités du groupe Carreman.

Salaire brut : 69 € avec un 13e mois, une assurance médicale et une caisse de prévoyance pour 8h de travail par jour, 6 jours sur 7 en application de la législation locale du travail. Les salariés concernés sont restés sans voix, presque résignés. Mais tandis que la rumeur a enflé dans l’usine, la CGT de Castres, qui n’est pas représentée dans cette société, ni aucun autre syndicat d’ailleurs, s’est emparée de l’affaire.

«Pourquoi pas à new-York ?»

Pour Edmond Andreu, secrétaire adjoint de l’union locale CGT : « Le but de cette offre d’emploi, c’est une simple affaire juridique. Le patron, lorsqu’il licencie, a obligation de faire des propositions de reclassement. Mais ici, les patrons ont choisi la plus scandaleuse des offres que l’on puisse imaginer. On leur a même indiqué oralement que l’usine participerait au déménagement pour ceux qui étaient intéressés. Carreman dispose d’un établissement à New York. Pourquoi ne leur propose t-on pas un job là-bas ? Proposer de partir en Inde à des types qui ont passé toute leur vie dans l’usine, c’est pire que tout. Cela dépasse tout entendement. »

De mémoire de syndicaliste, Edmond Andreu n’a jamais entendu une chose pareille.

Certes, l’industrie textile sud tarnaise souffre encore et toujours. Le groupe Carreman (90 emplois aujourd’hui sur le site de Castres), gros fabriquant de tissu haut de gamme est aussi présent à Lavelanet, en Roumanie, en Inde, en Chine, au Pakistan et aux USA. Mais il s’est déjà délesté d’une grosse partie de ses emplois à Castres en externalisant une majeure partie de sa production.

Il y a trois ans, une centaine d’ouvriers ont été ainsi transférés sur Dynamic, une société créée par quatre cadres de l’usine. Outre les 9 licenciements en cours chez Carreman, un plan social serait déjà en préparation chez Dynamic, sous-traitant direct et presque unique qui a recours actuellement à du chômage partiel : « Carreman s’était engagé à fournir du travail en sous-traitance à Dynamic pendant trois ans. On arrive au terme de cet engagement et la quantité de commandes s’effondre comme on pouvait le prévoir » témoigne un syndicaliste.

De son côté, la direction de l’usine castraise est restée muette. Ou presque. La directrice des ressources humaines indique : « Nous ne souhaitons pas communiquer sur ce sujet. Je peux juste indiquer que cette proposition d’emploi en Inde est une obligation légale. » Les ouvriers concernés auraient certainement préféré que leur licenciement soit aussi accompagné d’une obligation de respect.

—————————————-

«Personne ne se fait d’illusion pour l’avenir»

Ils sont donc neuf employés concernés par cette proposition : quatre femmes et cinq hommes qui vont prochainement recevoir leur lettre de licenciement économique après avoir pris connaissance de la proposition de reclassement en Inde.

L’un d’eux témoigne anonymement : « Personne n’a accepté cette proposition bien entendu. Pas plus d’ailleurs qu’une proposition de contrat en CDD de quatre mois dans une société annexe du groupe, ici à Castres. De toute façon, plus personne ne se fait d’illusion sur l’avenir de Carreman. Personne ne nous a défendus. Chez nous, il n’y a pas de syndicat. Je crois même que personne n’a pris la parole lorsque les solutions de reclassement ont été proposées au comité d’entreprise. »

Un ancien employé, aujourd’hui transféré chez Dynamic ajoute : « On est nombreux à s’être défoncés pour cette boîte. Mais avec l’argent que les patrons ont gagné, ils vont maintenant monter des usines en Inde où ils veulent nous envoyer ! C’est un scandale. »

Et un syndicaliste d’ajouter : « Peut-être que la loi les oblige à proposer des reclassements. Mais elle ne leur interdit pas de les aider en leur versant des indemnités pour aménager un départ négocié plutôt que ça ! »

sources : www.ladepeche.fr, photo : D.R.

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=3644
   

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche