Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 00:56


Parole de Lectrices :


Commentaires

Bonjour. Je pense qu'il est difficile de concevoir avec précision "croissance" ou "décroissance", d'en donner les limites, si on n'a pas auparavant étudié les problèmes de répartition de richesses. La décroissance pour le tiers-monde où des gens meurent de faim, cela ne veut rien dire, pas plus que pour un SDF d'Europe ou des USA. Il faut trouver rationnellement le niveau raisonnable de richesses nécessaires à une vie digne, c'est-à-dire qui permette aussi d'accéder à la culture et à l'exercice de la citoyenneté. La consommation doit décroître pour les plus riches, par contre il faudra qu'elle croisse pour ceux qui n'atteignent pas ce minimum vital permettant une vie digne et épanouissante.
Par ailleurs, je comprends mal l'opposition que fait l'auteur entre rationnel et raisonnable. Dans mon dictionnaire, ces deux mots sont donnés comme synonymes : c'est la raison qui doit guider nos choix.
Je t'embrasse, Eva. Danièle.

Commentaire n° 1 posté par Danièle+Dugelay hier à 01h16


_____________________________________________________________


Communisme de la rareté

Economie des marchéS
La croissance qualitative
Simplicité volontaire


Anne WOLFF




Et oui ! Encore un long commentaire! Et il reste cependant bien plus à dire.

La notion de développement durable est utilisée par le N.O.M. pour faire accepter des politiques d’austérité au nom du bien-être écologique de la planète, et préparer l’instauration d’une sorte de communisme de la rareté qui n’a rien en commun avec celui de l’eschatologie marxiste d’une société d’abondance.

Mais la notion de décroissance ne me convient pas non plus, ce qui ne veut pas dire que je n’apporte pas mon soutien à ceux qui font la promotion de cette notion, pour ce que je sais d’eux, nous marchons dans la même direction. Je trouve simplement qu’ils ne vont pas assez loin dans leur remise en question du système, et reproduisent encore cette idée que l’austérité s’impose. A cela j’oppose la notion d’une joyeuse frugalité fondée sur la notion de la croissance qualitative. La croissance qualitative comporte une dimension « spirituelle » et une dimension matérielle.

La dimension spirituelle fait appel à ces ressources inépuisables et infiniment renouvelables que sont les qualités humaines de tendresse, de compassion, d’humour, de créativité, etc...La liste est longue, je vous laisse la compléter. Elles contribuent à créer un tissu de convivialité, là où le tissu social est usé jusqu’à la trame.

Matériellement c’est du passage à une production de qualité dont il est question. Par exemple : Au lieu de pratiquer une agriculture extensive usant de méthodes qui épuisent les sols et les empoisonnent avec en fin de compte une faible productivité, il est possible de pratiquer une agriculture intensive, attentive à enrichir la niche écologique sur laquelle elle se pratique, avec un taux de productivité d’autant plus élevé que la nourriture qui est produite de cette manière à une valeur nutritive élevée, ce qui n’est pas le cas de la mal-bouffe industrielle dont on connait les effets pathogènes et le peu de valeur nutritive..
Et cela va en s’aggravant. Et ne me dites pas que ce serait un retour en arrière et que personne n’a envie de sacrifier sa vie en revenant à des méthodes de cultures primitives. J’ai rencontré de jeunes agriculteurs bio qui travaillent dur comme le faisaient les paysans traditionnels et qui se voient obligés de demander un RMI complémentaire pour joindre les deux bouts, pourtant ils s’accrochent car ils aiment ce genre de vie et surtout ils croient à la valeur de ce qu’ils produisent.

Remplacer l’économie de marché par une économie des marchés, favorisant les marchés locaux, cela ne serait finalement qu’appliquer les principes de la micro-économie officielle qui implique une multitude de petites entreprises (atomisation), indispensable pour que le principe de la main invisible -qui n’est qu’une manifestation de la loi des grands nombres- puisse fonctionner. Pas de main invisible avec une dictature monopolistique à la Monsanto. Ceci est une des contradictions internes de l’application des soi-disant « lois naturelles de l’économie » que nous imposent les Profiteurs, c’est loin d’être la seule.

La croissance qualitative, c’est aussi encourager l’artisanat de qualité. La création d’œuvres à longue durée de vie.

Produire mieux pour produire moins et produire avec bonheur, car un bon artisan prend plaisir à œuvrer. Pour les notions travail, œuvre et action, je me réfère à Hannah Arendt et son ouvrage éclairant : « Condition de l’Homme Moderne ». Le travail produit ce qui s’engloutit dans les cycles de la consommation, l’œuvre produit les objets de la durée et l’action c’est le politique soit la manière dont les humains s’organisent entre eux. Les humains sont polyvalents et chacun peut participer de ces trois dimensions.

Cette notion de croissance qualitative est corrélative de celle de simplicité volontaire. Je propose l’instauration d’une Charte Internationale du Droit à la Simplicité Volontaire ». Pour ceux qui veulent en savoir plus je les renvoie à mon blog. : Pour une "Charte internationale du Droit à la Simplicité Volontaire" - Le blog de Anne Wolff.

Anne
Commentaire n° 2 posté par Anne+Wolff hier à 

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Alternatives au Système
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche