Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 00:02



L'Europe et le Monde


Les élections européennes se déroulent dans un contexte international exceptionnel. Loin de déboucher sur la « mondialisation heureuse » et l'expansion de la démocratie sur toute la planète, le développement du capitalisme sur toute la planète provoque une crise économique mondiale , une crise alimentaire, et une crise environnementale-énergétique et climatique- qui touchent toute l'humanité. Les rapports de force internationaux entre grandes puissances issus de la fin du 20ème siècle sont en plein bouleversement. L'hégémonie économique des États Unis, prétendu « gendarme du monde », est de plus en plus contestée. Les nouvelles puissances  asiatiques, comme la Chine et l'Inde, la Russie, ou certains pays d'Amérique Latine comme le Brésil s'affirment  comme des acteurs mondiaux.

 

La réunion du G20 (nouveau tour de table des dominants, sans aucune légitimité démocratique) qui s'est tenu à Londres début avril 2009 a concrétisé cette nouvelle réalité. Mais elle a également démontré que les grandes puissances qui prétendent diriger le sort de l'humanité sont incapables de mettre en œuvre une autre politique capable de sortir les peuples de la crise économique et environnementale qui suppose des solutions mondiales.A cet égard, l'élection de Barak Obama a marqué une inflexion sérieuse de la politique étrangère des Etats Unis sur bon nombre de dossiers, mais elle laisse intacte la volonté de leadership des Etats unis sur le reste du monde, même si celle-ci s'efforcera d'être plus respectueuse des positions des autres pays.

Dans ce cadre l'Union Européenne défend une politique internationale de plus en plus alignée et coordonnée sur celle des États Unis, notamment à travers l'OTAN. Les enjeux stratégiques et géopolitiques se combinent au développement d'une idéologique revendiquant la défense de « l'Occident » face aux autres puissances mondiales. En France, Nicolas Sarkozy est particulièrement impliqué dans ce repositionnement international de l'UE.

Il ne faut pas sous-estimer les risques de la situation que nous connaissons. La logique de concurrence et de confrontation entre puissances et intérêts capitalistes, à propos de contrôles de zones stratégiques, d'appropriation de ressources énergétiques, en particulier d'hydrocarbures, peut provoquer des crises mondiales catastrophiques, dont les peuples du monde entier seront les premières victimes. 


Construire de nouveaux rapports Nord Sud


Coopération et concurrence sont deux principes contradictoires. Nous devons faire reculer les règles actuelles du commerce international pour engager une politique de coopération basée sur les besoins des peuples. Il faut passer d'une logique d'accords commerciaux imposant un libre échange destructeur à celle d'un échange d'intérêt réciproque et d'un commerce aux objectifs différents sanctuarisant les droits d'accès à l'éducation, à l'eau, à l'alimentation, aux matières premières les plus essentielles, au logement et aux soins médicaux.

Les souverainetés alimentaires et agricoles, les industries culturelles et stratégiques doivent être protégées des agressions destructrices du libre échange.

L'Union européenne doit annuler les dettes des pays les plus démunis, tout en déployant une véritable coopération au développement en dotant les pays concernés des infrastructures et des outils nécessaires à l'organisation de leur propre développement économique et social.

Les politiques d'ajustement structurel, prônées mêmes pendant la crise par le FMI, qui réduisent les dépenses sociales, de santé, et d'éducation et démantèlent les services publics, doivent être bannies.

Il faut au contraire accroître sensiblement l'aide en matière de santé et d'éducation; tout en soutenant la mise en place de puissants services publics.

La lutte contre les épidémies est une priorité absolue et l'accès aux médicaments pour tous doit primer sur les prétentions financières des laboratoires pharmaceutiques.

Nous agirons pour en finir avec la « Françafrique » et les pratiques néo-coloniales, qu'elles soient le fait de l'État français ou sous couvert de l'Union Européenne.


Le Front de Gauche : 

- défend le droit des pays du Sud de protéger leurs économies et notamment leur agriculture. Nous combattrons également la politique des brevets qui met ces pays sous la coupe des firmes transnationales.
- agit pour que l'Europe favorise résolument un nouveau type de développement, le principe de souveraineté alimentaire, le contrôle des mouvements de capitaux, l'annulation de la dette des pays du Sud et une taxe sur les mouvements de capitaux. A cet égard la fermeture des paradis fiscaux doit s'effectuer avec toute la vigueur nécessaire et ne doit pas se limiter à des effets d'annonce
- défend une politique de coopération aidant les pays du Sud à tourner leur activité vers la satisfaction de leurs propres besoins, notamment en matière d'eau, de santé, d'éducation, de transports collectifs, d'habitat. La coopération culturelle sera développée.
- Agira pour que l'UE coopère avec les ensembles régionaux ou transversaux (en particulier avec les pays du Sud) qui s'inscriraient dans la même volonté d'émancipation.
- défend un changement de cap du partenariat euro-méditerranéen, de l'Union pour la Méditerranée et de la politique de l'UE avec les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Plus largement, tous les accords bilatéraux avec les pays du Sud doivent être rediscutés afin d'en faire de véritables accords de partenariat et de coopération.

 

S'opposer au Grand Marché Transatlantique


Le projet de zone de libre-échange entre les États Unis et l'Union Européenne a été défendu en particulier par les multinationales du Trans Atlantic Business Dialogue (TABD), une organisation regroupant la quintessence des entreprises multinationales européennes et américaines. Il vise la perspective de constituer un véritable « marché transatlantique sans entraves pour 2015 ». Une étape intermédiaire est prévu  dès 2010 en ce qui concerne les services financiers et les marchés de capitaux ". 

Il s'inscrit également dans une reconfiguration de la nouvelle donne géopolitique. Les responsables actuels de l'UE veulent en effet, élargir les discussions avec les États-unis aux questions sécuritaires et « établir une "communauté d'action" en matière de coopération mondiale et régionale dans tous les secteurs où sont en jeu les valeurs et les intérêts communs des deux partenaires ».

Il s'agit bien de définir et de défendre des «valeurs occidentales » -celles de la « famille occidentale », selon Nicolas Sarkozy- comme base idéologique d'une alliance stratégique euro-atlantique et néo-libérale fondée sur l'intérêt des firmes transnationales de la haute finance et de la spéculation.

Le Front de gauche s'oppose avec force à ce projet de Grand Marché Transatlantique et à toute perspective de partenariat stratégique et idéologique privilégié avec les États Unis. En ce sens, le vote du Parlement européen le 26 mars dernier, avec, comme d'habitude une complicité entre la droite et une très grande partie des socio-démocrates, en pleine période pré-électorale constitue une véritable provocation.Une grande coopération Europe/Etats-Unis est nécessaire, sur de toutes nouvelles bases, pour favoriser en particulier la réponse aux attentes sociales, l'emploi et les échanges culturels.

 

Pour une politique de coopération internationale


Dans le cadre d'une réforme fondamentale du système des Nations unies, dont le cadre a maintes fois été tracé, mais jamais appliqué, nous défendons la perspective d'une refondation complète des institutions financières internationales, où tous les pays seront associés, pour que celles-ci soient dégagées du poids et des contraintes des marchés financiers, pour promouvoir un nouveau type de développement, et de nouveaux mécanismes de régulation financière mondiale.

Actuellement, le FMI et la Banque Mondiale, institutions contrôlées par les pays les plus puissants et les plus riches, ne répondent qu'à une logique de gestion financière et de rentabilité des investissements des banques des pays développés, sans souci des droits humains et des conséquences sociales et environnementales, comme l'on démontré le gestion de la dette et l'imposition de plans d'ajustements structurels imposés aux pays les plus faibles.

Les critères de prêts et les modes de décisions d' institutions financières internationales refondées devraient permettre de redéfinir de façon transparente des missions qui correspondent aux besoins réels du développement des pays concernés et permettre à ceux-ci de conserver pleinement la maîtrise de leur choix et de leurs ressources.

Nous défendons une refondation de l'Organisation Mondiale du Commerce afin que, dans le cadre d'une coopération égalitaire à l'échelle mondiale, celle-ci régule effectivement le commerce mondial et cesse d'être un instrument néo-libéral de dérégulation, afin que soient contrôlées les activités des firmes transnationales, que la priorité soit donnée aux besoins sociaux et que soient respectés les droits des peuples. Ce qui implique une révision en profondeur des finalités de l'OMC et des accords existants, en particulier de l'AGCS, de l'accord sur l'agriculture, de l'accord sur les droits de propriété intellectuelle, de l'accord sur les obstacles au commerce. 

*

Plus globalement, réaliser de nouvelles étapes dans la coopération entre les peuples à l'échelle internationale nécessite la mise en place d'une véritable « gouvernance » économique et sociale mondiale, instaurant des rapports égalitaires pour mettre au premier plan des valeurs de solidarité et  d'humanisme,  et promouvoir un nouveau modèle de développement plus soucieux des questions écologiques, sociales et d'un équitable partage des richesses. La nouvelle Europe que nous appelons de nos vœux sera une force motrice pour impulser ce bouleversement des relations internationales.

http://www.frontdegauche.eu/index.php?option=com_content&view=article&id=226:leurope-et-le-monde-&catid=100:argumentaires&Itemid=121

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Alternatives au Système
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche