Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 01:54

Censure de l'Internet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pays mettant en place des obstacles au libre accès à l'information sur Internet.      censuré
     surveillé
     partiel censuré
     situation bonne
Source: RSF

La censure de l'Internet désigne les limitations de l'information disponible par l'intermédiaire de ce réseau, pratiquée en général au niveau des États, et à l'encontre des droits de l'homme.

En effet, bien que la Déclaration universelle des droits de l'homme fasse de l'accès à l'information un droit indéniable (article 19[1]), certains États semblent, comme pour d'autres médias, vouloir réguler Internet. Dans certains cas, certaines associations, comme Reporters sans frontières, accusent ces États de censure. Entre 1999 et 2004, cette association s'est même fait l'écho d'une augmentation spectaculaire du filtrage.

Techniques [modifier]

Wikinews propose des actualités concernant « Le Web censuré dans une vingtaine de pays ».

Les technologies employées peuvent être le blocage IP par routeur, et la redirection DNS. Des gouvernements peuvent bloquer les contenus du Web qui leur déplaisent, tout en bénéficiant néanmoins de ce qu'ils considèrent comme les avantages de l'Internet.

D'après RSF, des pays comme l'Ouzbékistan créent des miroirs modifiés. Ainsi, pour l'internaute, l'accès aux sites des dissidents politiques ne semble pas être bloqué. Les autorités ouzbèkes copieraient les sites controversés, puis les modifieraient afin de saper ou d'affaiblir les prises de positions interdites. Les internautes ouzbeks accèdant à ces sites consultent alors des copies falsifiées. Ce type de manipulation sera peut-être décelé par un expert, mais il est extrêmement difficile à détecter par l'internaute lambda.

Les ennemis d’Internet [modifier]

RSF publie une liste ennemis d'Internet, de pays « qui contrôlent ce qui devrait être un espace de liberté »[2]

2008 [modifier]

15 pays déclarés ennemis d'internet :[3]

Pays "sous surveillance" :

  • Bahreïn
  • Émirats arabes unis
  • Érythrée
  • Gambie
  • Jordanie
  • Libye
  • Malaisie
  • Sri Lanka
  • Tadjikistan
  • Thaïlande
  • Yémen

2006 [modifier]

13 pays:

2005 [modifier]

15 pays [4]

Les pays à surveiller : - Bahreïn - Corée du Sud - Égypte - États-Unis - Kazakhstan - Malaisie - Singapour - Thaïlande - Union européenne - Zimbabwe.

L'exemple cubain [modifier]

Les Cubains sont peu équipés en matériel informatique (3,3 ordinateurs pour 100 habitants, c'est-à-dire l'un des taux les plus faibles du monde[5]) et il n'existe qu'un seul opérateur dans le pays, la société ETEC SA[5]. L'ouverture d'une ligne internet est soumise à l'autorisation des autorités de l'île. L'utilisation d'Internet ne doit pas « compromettre la sécurité d'État », ni aller contre « les lois et principes moraux du pays » ; ces motifs sont suffisamment flous pour couper arbitrairement un accès à Internet[5]. Les cybercafés sont surveillés et trop coûteux pour la population. Les clients sont dans l'obligation de décliner leur identité[5]. La recherche de mots-clés jugés « subversifs » par le régime entraîne la fermeture du programme[5]. Les dissidents tels que Guillermo Fariñas (qui a reçu le prix Cyberliberté de RSF en 2006) luttent pour la liberté d'expression et d'information sur Internet.

La censure dans les moteurs de recherche [modifier]

Les moteurs de recherche retirent souvent de leurs résultats des sites dont le contenu est jugé indésirable : pédophilie, racisme, œuvres protégées par le droit d'auteur… le filtrage différant d'un pays à l'autre. Ainsi, les sites allemand et français de Google, contrairement au site américain, excluent un certain nombre de pages diffusant des idées d'extrême droite (« Localized Google search result exclusions », Jonathan Zittrain et Benjamin Edelman). Plusieurs moteurs allemands ont, en février 2005, signé un « code de bonne conduite » proposé par une association, s'engageant ainsi à respecter une « liste noire » établie à partir de signalements faits par les internautes (« Les sites illégaux disparaissent des moteurs de recherche allemands », Serge Courrier , 01net., 09/03/2005).

Parade technique (partielle) [modifier]

Le logiciel Psiphon permet à un internaute résidant dans un pays censurant Internet d'accéder à Internet sous certaines conditions.

Le projet Peekabooty semble une alternative pour les internautes des pays pratiquant la censure. Le logiciel est en fait un navigateur qui permettrait de surfer anonymement via un ingénieux système d'encapsulage-décapsulage. La création du logiciel a été annoncée par le groupe de hackers Cult of the Dead Cow et fonctionnerait sur un système distribué de type Gnutella (aussi connu par des logiciels de Peer-to-peer, fonctionnant sur le principe de redistribution de l'information par tous les ordinateurs hébergeant Peekabooty). Le tout sera couplé avec des dispositifs de cryptages.

Notes et références [modifier]

  1. Article 19 : Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.
  2. Source : http://www.rsf.org/article.php3?id_article=19601 [archive])
  3. Les ennemis d'internet 2008 selon RSF : Article RSF vers le premier dans l'ordre alphabétique avec le lien vers les autres. [archive]
  4. Article RSF des ennemis d'internet 2005 [archive]
  5. abcde Sylvie Kauffmann, Martine Jacot, Brice Pedroletti, « La censure sur Internet : Etats contre cyberdissidents », dans Le Monde du 29/08/2007, [lire en ligne [archive]]

Voir aussi [modifier]

Liens internes [modifier]

Liens externes [modifier]


http://fr.wikipedia.org/wiki/Censure_de_l'Internet

Partager cet article

commentaires

Eva R-sistons 27/08/2009 04:16

Merci, Censure, pour ce commentaire ! eva

La censure sur les réseaux communautaires 26/08/2009 23:08

La censure sur les réseaux communautaires
Chaque réseau communautaire possède ses propres règles d’utilisations et très souvent, nous sommes limité dans ce que l’on souhaite faire, comme par exemple, l’interdiction de mettre un lien hypertexte sur son MySpace ou encore, l’interdiction de mettre nos propres sites professionnels et/ou personnels sur son Yoolink ou bien, l’interdiction de mettre ses articles promotionnels sur Agoravox.
On peut citer des centaines de restrictions qu’il y a sur les différents réseaux communautaires existants, elles sont très nombreuses et parfois même, incongrues.
Après avoir testé la censure d’une vingtaine de réseaux communautaires, comme MySpace, FaceBook, MyAnnuaire, Twitter, Yoolink, Scoopeo, Lepost, Mylinea, BtoBuzz, Buzzibuzz, Over-Blog, Canalblog et beaucoup d’autres encore…
Nous en tirons les conclusions suivantes :
Chaque réseau communautaire a été testé à son extrême, nous avons placés dans nos profils des liens hypertextes vers nos sites professionnels, des liens vers nos partenaires commerciaux, des liens vers nos programmes d’affiliations, ect…
Nous respectons les lois en vigueurs dans notre pays, ces tests ont été faits dans le but de savoir sur quel support nous pouvions s’investir pour nos projets commerciaux sans subir une censure et parfois la suppression de notre profil.
Nous sommes beaucoup à investir du temps sur nos différents profils des réseaux communautaires et cela, peu importe notre domaine d’activité, qu’il soit ludique ou lucratif.
Il est très fâcheux de voir tous nos travaux supprimés par le modérateur du réseau sur lequel on a tout misé (Référencement et promotion de l’adresse du profil sur Internet) et de n’avoir que ses yeux pour pleurer.
Ce sont des semaines, voir des mois pour certains, de labeur acharnés qui disparaît de la toile pour des raisons parfois saugrenues.
Nous avons retenus 3 réseaux communautaires qui n’effectuent aucune censure à partir du moment où nous respectons les lois.
Ces 3 réseaux communautaires qui ne jouent pas la carte de la censure sont Over-Blog, MyAnnuaire et Twitter.
En effet, nous avons un profil chez chacun d’eux, nous avons tous nos liens commerciaux qui viennent compléter nos sites professionnels que nous avons en gérance et nos 3 profils sont toujours en ligne sur Internet et qui plus est, nous rapporte des visiteurs et du coup, augmente notre chiffre d’affaire.
Les sites :
Over-Blog : http://www.over-blog.com
MyAnnuaire : http://www.myannuaire.com
Twitter : http://www.twitter.com

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche