Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 03:36

La crise ? «Une opportunité» sur laquelle les spectateurs du forum de l'Association nationale des DRH étaient invités à «surfer». Pas de place pour les «mauvaises nouvelles» des «pessimistes» venus crever cette jolie bulle de novlangue managériale.



(photo : SL)
(photo : SL)

Dans le salon Président du très chic hôtel Lutetia, quelques centaines de directeurs des ressources humaines dépérissent sous 37° de chaleur. La salle a été mal aérée. 
Et le programme du forum de l'Association nationale des DRH aussi. «Emploi, emplois» comme thème principal, «gestion des talents»comme sempiternel refrain et petites formules chocs dans les coins comme le très douteux triptique de réponse à la crise : «nager, plonger ou surfer».

«J'aime bien cette expression «surfer», se permet à la tribune le DRH de Microsoft France, c'est une belle image, ça donne un côté fun !» «Surfer, expliquait l'intervenant précédent, c'est profiter de cette crise et prendre de l'avance et mettre en place dès maintenant de nouvelles stratégies.» Aucun doute : pour les DRH, la crise, c'est fun !

«Plus rien ne les étonne»
A 17 heures, les costards déferlent sur le trottoir du boulevard Raspail pendant les dix minutes de pause pour fumer une cigarette et passer un petit coup de fil. 
«Je suis là depuis 13h30 et je n'ai rien appris, confie une jeune participante. Les informations qu'ils donnent, nous les avons déjà par la presse spécialisée et il n'y a rien de neuf en terme de solution aux problèmes des ressources humaines face à la crise.»


Un peu après 16 heures, Martin Hirsch a montré sa tête. Oh pas longtemps, quinze petites minutes. Juste assez pour dire que la crise était forte et que le plan de 18 mois pour l'emploi des jeunes ne serait pas de trop : 
«j'ai été chez Syntec (le syndicat du secteur informatique, NdR) : habituellement, ils embauchent chaque année 8000 diplômés sur les 24000 qui sortent avec un diplôme d'informatique. Et en 2009, ils m'ont dit qu'ils n'en prendraient aucun !» Silence dans la salle. 8000 jeunes de plus sur le carreau, des diplômés d'élite de surcroit et un ange passe. «Plus rien ne les étonne», glisse un habitué.

Kramarz : «c'est minable !»

Rien. Pas même cette syndicaliste qui profite du micro pour livrer un chiffre édifiant : 
«aujourd'hui, quand une femme va chez Mederic pour demander quel sera le montant de sa retraite, elle a une chance sur deux de ressortir avec une estimation inférieure de 50% au taux moyen : ça n'a pas changé en 10 ans !» A la tribune, l'animateur reprend la parole : «oui, une autre remarque dans la salle ?»


Un DRH grisonnant dresse le bilan en deux mots : 
«le travail de l'ANRDH consiste surtout à donner un avis consultatif quand le gouvernement leur demande sur un projet de loi.» Une passivité que l'économètre Francis Kramarz, du Comité d'orientation pour l'emploi, trouve révoltante : «en France, on a un mal fou à embaucher les jeunes : on est à 1% de moins de 30 ans dans les entreprises, c'est minable ! Balance-t-il à la tribune. Et les jeunes qui sont à Londres, c'est nous qui les avons fait partir. Et même si aujourd'hui, ils sont dans la rue à cause de la crise, je suis pas sûr qu'ils aient très envie de rentrer, vu comme on les a traité.»

Haro sur les pessimistes !
Médusés, l'audience hoquette de quelques rires gênés. L'économètre continue de déchirer leurs schémas : les zones d'éducation, l'hypocrisie de l'aide à des banlieues que les pouvoirs publics ont volontairement coupé de Paris par l'absence de transport 
«pour pas qu'ils viennent foutre la merde»... Et de conclure d'une terrible sentence : «la France est un pays formidable pour les gens comme nous, là, dans cette salle : des hommes blancs de 50 ans avec un diplôme de grande école !»

Quelques applaudissements polis font la transition avec une jeune femme de
 l'Association française des managers de la diversité«Moi, je pense qu'il y a de formidables opportunités pour les DRH de recruter des talents. Je pense que c'est la clé de la sortie de crise !», dit-elle avant de soulever l'enthousiasme de la salle. Et tournant la tête vers l'économiste renégat, elle ajoute d'un ton arrogant enseigné à vil prix en école de commerce : «je ne suis pas une pessimiste, comme vous !»
Sylvain Lapoix 

 
http://www.marcfievet.com/article-31394916.html

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans La crise
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche