Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 07:26


Le droit à la vie

est le droit fondamental proclamé par la Déclaration des droits de l’homme en 1948. C’est une vérité difficile à nier, après les fleuves de rhétorique déversés pour l’anniversaire de la Déclaration. Mais alors, pourquoi le droit à la vie est-il ignoré par les règles nationales et internationales qui attribuent aux étrangers le droit à l’asile politique ? Il y a des zones de la planète d’où des centaines de milliers de gens partent en abandonnant leurs familles, leurs amours, leurs traditions, leurs univers symboliques, leurs croyances religieuses, leurs chants. Sauf rares exceptions, ils ne le font pas parce qu’ils sont à la recherche  des « libertés démocratiques » garanties par le droit à l’asile politique des pays occidentaux. Ils le font parce qu’ils meurent de faim.

 

On compte, par exemple, qu’ils sont désormais presque deux millions les migrants qui, du sud au nord, traversent les déserts africains, entrent en Libye en passant les frontières du Soudan et du Niger, et convergent vers les côtes de la Méditerranée. Les déserts africains, y compris libyens, sont désormais jonchés de cadavres, comme l’est le fond de la Méditerranée.


L’ampleur du phénomène migratoire n’est pas simplement la conséquence du caractère despotique de nombreux régimes politiques non occidentaux, comme veut nous le faire croire la rhétorique de l’asile politique. Les migrations sont étroitement liées à la discrimination « globale » croissante entre pays riches et puissants d’un côté, et pays faibles et très pauvres de l’autre.


Aux 20% plus riches de la population mondiale est destiné un pourcentage de richesse au moins 160 fois supérieur à celui des 20% plus pauvres. Et la différence va toujours augmentant grâce aux  décisions arbitraires et incontrôlables d’instances internationales dotées d’un grand pouvoir économico-financier, politique et miliaire. Les causes de la discrimination globale sont, outre la pauvreté, les maladies épidémiques, l’absence d’eau potable, la dévastation de l’environnement, les turbulences écologiques, la dette extérieure. Le phénomène est particulièrement grave dans les pays « en voie de développement », comme l’a signalé Luciano Gallino : en Inde, de 1996 à 2007, 250 mille paysans se sont suicidés, sous l’oppression de la faim et des dettes. Pour eux, aucun « droit d’asile »  n’a opéré et aucune patrouille en Méditerranée n’a été nécessaire.

 

Qu’est-il possible de faire ? Quelles stratégies, en particulier la gauche européenne, peut-elle adopter pour faire cohabiter les valeurs de citoyenneté démocratique avec l’ouverture vers les autres cultures et civilisations ? Comment faire de la Méditerranée un espace de coopération économique entre l’Europe et les pays arabo-musulmans ? Comment accueillir et héberger les migrants sans les exploiter, sans les discriminer et les persécuter ? Comment contrôler les flux en présence d’une abyssale et croissante différence entre le monde des riches et le monde des pauvres ? Voilà les problèmes qu’il faut affronter si le droit à la vie n’est pas une ignoble imposture globale.
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=13642

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche