Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mai 2009 7 31 /05 /mai /2009 01:15



La République n’a pas besoin de savants

Philippe Fretté, professeur de physique
Cri no 72 - Tribune
http://www.lecri.fr/La-Republique-n-a-pas-besoin-de-1587.html?page=edit_article


Personne n’aura oublié, dans le discours du président du 5 février 2009, la curieuse référence à la « tyrannie de la terminale S ». M. Sarkozy suggère des solutions bien étranges aux maux de l’Éducation nationale. Personne ne semble s’étonner du fait que, malgré la grande attractivité des classes de section S, les effectifs de l’enseignement supérieur universitaire ne cessent de diminuer…

En effet, par le jeu des commissions d’appel, des passages automatiques, on envoie dans la sacro-sainte section S un public de plus en plus varié d’élèves, y compris ceux dont les « équipes pédagogiques » savent pertinemment qu’ils y rencontreront de grosses difficultés.

« Pas grave, répond l’institution, nous allons abaisser les exigences et tout ira bien ! »

Ni pitié ni remords, pour ce qui va se passer ensuite : la sélection qui n’a pas été faite au lycée se fera implacablement dans le supérieur. Les illusions vont vite tomber, pour le malheur des naïfs auxquels on a fait miroiter l’eldorado universitaire. Les jeunes se rendront alors compte qu’on leur a menti :
c’est une politique extrêmement dangereuse et porteuse de bombes à retardement dont on commence à entrevoir le danger…

Le président semble défendre l’idée d’un lycée unique, prolongeant ainsi l’idéologie de l’indifférenciation mise en place en classe de seconde, et dont on voit les effets désastreux : le nivellement par le bas et la désorganisation profonde et durable du second degré. Quant au supérieur, il ne tardera pas à suivre la même voie.

Ainsi, à moyen terme, aucun cycle ne sera épargné.

Le démantèlement des enseignements scientifiques ne fait que commencer.

Au nom de l’égalitarisme on a supprimé la seconde C, puis on a cru bon d’abolir la distinction entre les terminales C et les terminales D qui pourtant menaient à la réussite des profils d’élèves différents.

Tout un arsenal pédagogique, soit disant innovant, est mis en place pour empêcher d’apprendre et de structurer une pensée. Tout ce qui est du domaine de la réflexion est devenu suspect, car jugé potentiellement discriminatoire. Mais voilà, les sciences exactes résistent encore au rouleau compresseur.

En effet, comme « l’allemand sans peine » des années 70, « les sciences sans peine » n’existent pas. Sauf pour quelques surdoués, il est difficile pour la majorité de progresser sans efforts, difficile aussi, dans les sciences exactes, de dire tout et son contraire, difficile de tricher, d’énoncer des contrevérités.

Le formatage intellectuel y est moins aisé que dans d’autres disciplines plus perméables à l’idéologie du moment. Les lois mémorielles, la culture de la repentance, le droit-de-l’hommisme n’ont que peu de prise sur les mathématiques ou les sciences physiques.

Et c’est bien cela qui exaspère nos dirigeants !

D’où l’émergence d’une véritable phobie des sciences exactes car elles échappent à l’emprise du politiquement correct.
Cela dépasse tout ce George Orwell pouvait imaginer lorsqu’il écrivait son prophétique 1984 !

Quant à l’affirmation révolutionnaire, prononcée au moment de l’exécution de Lavoisier – « La république n’a pas besoin de savants » –, elle connaît aujourd’hui un regain d’actualité !


http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-32066375.html

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Alerte - danger ! - SOS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche