Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 06:36
publié par graffitix Hier 22H09

Ces derniers jours, les gouvernements des principales économies mondiales ont annoncé des contractions de grande ampleur pour le premier trimestre de l'année, alors que les indicateurs réels de la crise économique continuent à se détériorer.

Le Mexique a été le dernier pays à annoncer un déclin massif au premier trimestre, annonçant mercredi que son économie s'étant réduite de 8,2 pour cent comparée à il y a un an. C'est la chute la plus rapide depuis que la crise du peso en 1995 avait mené le pays à la limite de l'insolvabilité et si elle devait se confirmer sur toute l'année, cela représenterait une chute de 21,5 pour cent.

Cette annonce faisait suite à celle de mardi selon laquelle l'économie Japonaise s'était contractée de 4 pour cent pour le quatrième trimestre de 2008, soit la pire chute depuis 1955, représentant une inquiétante contraction annualisée de 15,2 pour cent. L'économie japonaise s'est contractée de 3,8 pour cent durant le dernier trimestre.

 La semaine dernière, l'Allemagne a annoncé que son économie était également tombée de 4 pour cent pour le premier trimestre 2009, soit la contraction la plus rapide depuis que le gouvernement a commencé à réaliser des statistiques par trimestres en 1970. L'Allemagne, dont l'économie orientée vers l'export est fortement dépendante de la demande extérieure, est l'économie la plus durement affectée de toutes les grandes économies de la zone euro, mais elles ont toutes enregistré des déclins significatifs.

Rien que lundi, Jean-Claude Trichet, président de la Banque centrale européenne, avait déclaré, en s'appuyant sur des éléments fournis par l'Organisation pour la coopération économique et le développement (OCDE), que cette mauvaise passe avait atteint un « point d'inflexion ». En travaillant surtout à partir des performances du marché des actions et des indices de confiance, Trichet indiquait qu'une reprise était proche.

« En tout cas, on observe un ralentissement de la baisse du PIB. Dans certains cas on observe déjà une reprise », a-t-il conclu. La dernière salve de statistiques sur le PIB n'accorde aucune crédibilité à ce pronostic.

Les statistiques officielles publiées vendredi indiquent que la zone euro s'est contractée de 2,5 pour cent dans le premier trimestre, à comparer au 1,5 pour cent du dernier trimestre de 2008.

Les chiffres qui sont en jeu sont stupéfiants. Comme le notait le Financial Times : « Si l'économie allemande continue à se contracter à ce rythme, elle se sera réduite d'un cinquième d'ici la fin de l'année, annulant complètement les quinze années de croissance qui ont suivi l'unification. »

Les économies de l'Europe de l'Est se font pulvériser, les dernières statistiques indiquent que la Slovaquie, l'un des derniers membres de l'UE, a vu son économie se contracter de 11,2 pour cent au cours des trois premiers mois de l'année.

Le Mexique, l'Allemagne et le Japon font partie des principaux partenaires commerciaux des États-Unis, représentant à eux trois 500 milliards de dollars de commerce annuel avec les États-Unis. Avant la crise, les importations américaines représentaient près de 3000 milliards par an et constituaient un des principaux moteurs de la production des autres pays.

D'après le Wall Street Journal, les importations de marchandises aux États-Unis ont baissé de 30 pour cent au premier trimestre de 2009 par rapport au premier trimestre 2008. En 2006, les États-Unis avaient un déficit courant de plus de 800 milliards, lequel s'est maintenant réduit à 500 milliards. La hausse du chômage, la baisse de la valeur des logements et les fermetures en grand nombre ont entraîné une baisse importante de la consommation de produits étrangers, y compris les voitures et les biens de consommation courante. La production automobile mexicaine, dont l'essentiel part pour les États-Unis, a chuté de plus de 41 pour cent, toujours selon le Wall Street Journal.

La crise a endommagé le complexe réseau de la production internationale, laissant les producteurs de la chaîne mondiale d'approvisionnement complètement coupés des informations sur la demande pour leurs produits.

« On se retrouve à choisir un nombre au hasard, parce que personne n'est au courant de rien, » a déclaré un producteur de composants électroniques interviewé par le Wall Street Journal. Suite à l'annonce de la baisse de la production japonaise, Sony a déclaré qu'il réduirait son réseau mondial de fournisseurs de moitié pour compenser la baisse de la demande.

Les investissements étrangers directs ont baissé de 15 pour cent l'année dernière, d'après un rapport publié mercredi par les Nations unies. Le secrétaire général de la Conférence de l'ONU pour le commerce et le développement (UNCTAD), Supachai Panitchpakdi, a dit que le déclin des investissements étrangers serait « bien plus profond » que celui de l'année dernière.

Pendant ce temps, les profits mondiaux des bourses et des institutions financières poursuivent leur reprise. Durant les trois derniers mois, tous les indices boursiers importants ont fortement augmenté. L'indice FTSE All-World a augmenté de plus de 40 pour cent depuis mars [Financial Times Stock Exchange – indice de l'activité générale des bourses mondiales, ndt].

Au cours des trois derniers mois, le NASDAQ américain a augmenté de 16,88 pour cent, l'indice européen FTSE Eurofirst de 18 pour cent, le Nikkei japonais de 24,91 pour cent, et le Hang Seng taïwanais de 35,44 pour cent. L'indice Vanguard Financials [indice basé sur le cours des principales entreprises financières américaines et utilisé par la firme Vanguard pour créer un fond d'investissement constitué d'un panier de ces entreprises, ndt] les a cependant tous dépassé, montant de 42 pour cent depuis le 6 mars.

Comme le Financial Times l'a fait remarquer dans un article de jeudi, le regain de la bourse est lié aux milliers de milliards de dollars en argent frais que les banques centrales du monde entier ont mis en circulation. « Les marchés sont inondés d'argent par les gouvernements et les banques centrales, entraînant une relance de la spéculation qui avait porté les indices si haut, il y a deux ans. À un moment il faudra que ça s'arrête… si les espoirs sont artificiels, la déception sera, elle, bien réelle. »

Les États-Unis à eux seuls doivent injecter près de 15 000 milliards de dollars dans le système financier, selon un rapport récent de la Deutsche Bank. Les grands pays développés ont tous pris des initiatives similaires, injectant un nombre incalculable de milliers de milliards de dollars dans la finance alors que les économies réelles subissent les ravages les plus étendus depuis les années 1930.

Le programme du gouvernement Obama – appauvrissement des travailleurs par les licenciements et les restructurations, couplés à d'immenses sommes accordées à la finance — est devenu, avec quelques variantes, le programme des gouvernements du monde entier. Dans les pays avec de forts déficits commerciaux, comme les États-Unis, l'Espagne et le Royaume-Uni, cela a pour effet de transmettre les contractions à l'étranger.

Mais les pays au solde excédentaire ne répondent pas plus rationnellement. Michael Pettis, professeur de finances à l'Université de Pékin, écrit dans le Financial Times de jeudi qu'un certain nombre d'exportateurs asiatiques, en particulier la Chine, tentent d'échapper à la baisse de la demande mondiale en renforçant la production industrielle.

« Ces politiques orientées vers l'investissement augmentent la consommation indirectement, en augmentant la production, et bien qu'elles donnent un coup de pouce temporaire à la croissance, elles ne peuvent pas entraîner une augmentation suffisante de la consommation intérieure pour qu'elle remplace les achats américains. Ce qui est pire, dans certains cas ces politiques limiteront fortement la consommation intérieure future, juste au moment où on en aura le plus besoin.

En bref, alors que l'élite des États-Unis veut retrouver les hauts profits en appauvrissant des millions de gens et réduisant le déficit comptable actuel, la Chine cherche à restaurer les profits en mettant en place une capacité de production qu'elle ne peut pas soutenir. Ces deux politiques sont condamnées à s'entrechoquer, mais leur résultat respectif sera le même : l'appauvrissement des travailleurs des pays importateurs, un chômage énorme, une surcapacité et une crise économique aggravée pour les exportateurs.

Ces processus, se développant dans le cadre d'une économie mondiale en chute libre et en conjonction avec un chômage en forte hausse, augurent des conflits sociaux sur toute la planète.

Article original, WSWS, paru le 22 mai 2009.
par Andre Damon - Source mondialisation.ca

 Articles de Andre Damon publiés par Mondialisation.ca



http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=4067

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche