Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 04:02



15e Conférence de Montréal -
Le point sur le Nouvel Ordre Mondial
 

Source: Le Devoir

 

 

La Conférence de Montréal aura une 15e édition chargée, la semaine prochaine, avec une impressionnante brochette d’invités venus faire le point sur le nouvel ordre mondial qui émergera de la crise.

«Ce sera notre conférence la plus importante», a affirmé en entrevue au Devoir cette semaine le président fondateur de l’événement, aussi appelé Forum économique international des Amériques, Gil Rémillard. «On craignait que ce soit plus difficile d’intéresser les gens à un tel événement en cette période de récession, mais c’est le contraire qui se produit. Les gens sont très préoccupés par ce qui arrive et cherchent à comprendre.»

Placé sous le thème: «S’adapter au nouvel ordre mondial», lors de cet événement de quatre jours, qui débutera lundi, on se penchera notamment sur la gouvernance de l’économie mondiale, sur le commerce entre l’Amérique et l’Europe ainsi que sur le lien entre l’énergie et le développement durable. On s’intéressera aussi aux enjeux moins économiques, mais tout aussi importants, tel que la sécurité alimentaire, l’immigration et la révolution génomique.

Les quelque 3000 participants verront défiler plus de 125 conférenciers, dont plusieurs gros noms du monde des affaires, de la politique et de la scène internationale. Parmi eux, citons: l’ancienne secrétaire d’État américaine durant les années Clinton, Madeleine Albright, le nouveau prix Nobel de médecine, Luc Montagnier, les dirigeants du Fonds monétaire international, de la Banque mondiale et de l’OCDE, les p.-d.g. de General Electric et de Gaz de France-Suez et les économistes en chef de Goldman Sachs et de Standard & Poor’s. Il y aura également de nombreuses vedettes locales, comme le premier ministre du Québec, Jean Charest, et le gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney.

L’événement devrait également compter plusieurs organisations non gouvernementales. Certaines viendront pour assister mardi au dévoilement de l’ONG récipiendaire du Prix Rio Tinto pour la durabilité, qui se veut «le prix Nobel du développement durable» et est accompagné d’une bourse d’un million de dollars.

Rencontres officielles et non officielles

«Certains de ces invités ne seraient pas venus, il y a seulement trois ou quatre ans, dit Gil Rémillard. Année après année, cela devient un peu plus facile d’attirer des conférenciers et des participants de premier niveau, parce que la conférence est de plus en plus connue comme l’un des forums économiques les plus importants au monde.»

Tous ces gens viennent évidemment entendre des conférences, mais aussi pour étendre et entretenir leurs réseaux de contacts. «Il y aura chaque jour des dîners et des petits-déjeuners, officiels et non officiels», dit Gil Rémillard. On sentirait notamment un grand intérêt à l’étranger pour le nouveau projet du gouvernement Charest de développement du Nord québécois. «Cela représente pour eux un potentiel énorme, non seulement en matière hydroélectrique, mais aussi de ressources gazières et minières.»

Prise dès le départ sous l’aile protectrice et influente de Power Corporation et de la famille Desmarais, le Forum économique international des Amériques/Conférence de Montréal commence à sortir du nid. Depuis trois ans, il organise dans la Ville Reine le Toronto Forum for Global Cities. Et bientôt, il annoncera la création d’une seconde «activité complémentaire», mais cette fois à l’extérieur du Canada. Il n’est pas question cependant que l’événement principal se déroule ailleurs qu’à Montréal. «Nous sommes très heureux à Montréal. C’est notre maison-mère», dit M. Rémillard.

15 ans d’évolution économique

Son forum a été marqué par l’évolution de la pensée et de la réalité économique des 15 dernières années. «Lorsque nous avons commencé, c’était le début de l’Organisation mondiale du commerce, de l’Accord de libre-échange nord-américain, et d’une nouvelle façon de voir le monde, que l’on a commencé à appeler la mondialisation. On n’avait pas de modèle pour cela. C’était un mouvement dans lequel nous avions beaucoup d’espoir. Le mur de Berlin venait de tomber. On sortait d’une crise économique… C’est parti en flèche», rappelle l’ancien ministre du gouvernement de Robert Bourassa.

Aujourd’hui, poursuit-il, on réalise que l’on est allé trop loin dans le libéralisme économique, que l’on ne s’est pas assez soucié de principes comme l’équité et le développement durable. «On redécouvre aussi que le gouvernement a un rôle à jouer, qu’il faut des règles, des cadres. Après avoir tant annoncé la fin de l’État-nation, on se rend compte que l’État a une responsabilité qui doit non seulement être reconnue, mais qui doit être exercée.»

 

 

Posté par citoyen_sly

Partager cet article

commentaires

Eva+R-sistons 11/06/2009 23:25

Merci, je vais publier cet article, cordialement eva

Lenz 11/06/2009 19:57

Les multinationales exigent à nouveau que les peuples soient à leur service. Elles leur font maintenant assumer les pertes occasionnées par leurs crédits aussi spéculatifs qu’excessifs. Cela bouleverse l’ordre économique. Les chefs des multinationales et des investisseurs institutionnels se pré­sentent comme les nouveaux maîtres du monde, «libres et riches» (Kenichi Ohmae). La politique de l’OMC a rendu possible le dumping social, grave dévoiement du libre-échange. Les entreprises profitent des moyens que les politiques leur ont offerts. http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=13948

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche