Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 04:51

publié par
roland (Dazibaouebmaster) Avant-hier 16H28


CNRSDe
Comité Valmy

Le 25 juin, réfugié en territoire étranger, le Conseil d'Administration du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) français a adopté par 15 voix contre 6 le projet de contrat d'objectifs avec l'Etat rejeté par les personnels et qui équivaut à une mise à mort de l'établissement. Trois jours après le discours de Nicolas Sarkozy devant le Parlement réuni en Congrès, ce passage en force témoigne de la réalité de la politique du nouveau gouvernement. L'événement peut choquer d'autant plus, qu'il ne semble pas que l'actuel gouvernement des Etats-Unis pratique à l'égard de sa recherche fédérale une politique analogue à celle appliquée en France par Valérie Pécresse contre le CNRS, l'INSERM, l'INRA, l'INRIA et l'ensemble des organismes publics de recherche. A qui profitera le démantèlement de la recherche publique française ?

Le communiqué du CNRS ne fournit aucune réponse aux critiques émises par les personnels à l'égard de ce contrat d'objectifs. Un épisode de l'histoire scientifique de la France semble bien se fermer, avec des conséquences qui s'annoncent très lourdes.

Wikipédia rappelle :

« Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous le sigle CNRS, est le plus grand organisme public français de recherche scientifique. Classé comme établissement public à caractère scientifique et technologique (EPST), il est placé sous la tutelle administrative du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

Fondé par le décret-loi du 19 octobre 1939, afin de « coordonner l'activité des laboratoires en vue de tirer un rendement plus élevé de la recherche scientifique ». Le CNRS fut réorganisé après la Seconde Guerre mondiale et s'orienta alors nettement vers la recherche fondamentale.

En 2007, il employait environ 30 000 personnes : 26 100 permanents (11 700 chercheurs et 14 400 ingénieurs, techniciens et administratifs, ainsi que 4000 contractuels). Son budget annuel est d'environ 3 milliards d'euros dont 500 millions de ressources propres. Le CNRS exerce son activité dans tous les domaines de la connaissance à travers 1260 unités de recherche et de service dont la plupart sont gérées avec d'autres structures (universités, autres EPST, grandes écoles, industries...) pour quatre ans sous la forme administrative d'« unités mixtes de recherche ».

(...)

Le CNRS est né le 19 octobre 1939, de la fusion entre une agence de moyen, la Caisse nationale de la recherche scientifique et un grand institut de laboratoires et de chercheurs, le Centre national de la recherche scientifique appliquée.

Cette fusion a été préparée par Jean Zay avec l'aide de ses sous-secrétaires d'État à la recherche, Irène Joliot-Curie puis Jean Perrin. Le décret organisant le CNRS est signé par le président de la République en exercice, à savoir Albert Lebrun, le président du Conseil, Édouard Daladier, le ministre de l'Éducation nationale Yvon Delbos succédant à Jean Zay, et le ministre des Finances Paul Reynaud.

(...) »

(fin de citation)

En réalité, la création d'un organisme comme le CNRS était une conséquence logique du développement de l'économie et des besoins de la société. La même évolution s'est produite aux Etats-Unis avec la montée de la recherche fédérale.

Les exigences citoyennes et sociales qui se trouvent à l'origine du développement des grands organismes de la recherche publique n'ont cessé de croître depuis la Libération, que ce soit en France ou aux Etats-Unis. Ces mêmes exigences expliquent le rôle croissant de la recherche fondamentale.

Dans un pays comme les Etats-Unis, avec une structure politique fédérale et des grandes universités privées pré-existantes, la recherche publique organisée au niveau de l'Etat fédéral s'est malgré tout développée jusqu'à devenir la force motrice dominante de l'ensemble de la recherche scientifique et technologique.

Les organismes de la recherche fédérale US jouent un rôle dirigeant dans l'ensemble du pays. Ils orientent, financent, évaluent et réalisent les programmes de recherche.

En France, le CNRS et les autres EPST ont joué un rôle analogue jusqu'à la mise en place de l'Agence Nationale de la Recherche (ANR) et de l'AERES (Agence d'Evaluation de la Recherche et de l'Enseignement Supérieur), et l'adoption de la Loi n°2007-1199 du 10 août 2007 relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU).

Après l'approbation de la LRU, les gouvernements de Nicolas Sarkozy ont entrepris de démanteler les EPST français et de transférer leurs moyens et leurs personnels à des universités qui, pour survivre, devront se placer sous la coupe du capital privé.

Pour justifier cette politique, Nicolas Sarkozy et Valérie Pécresse ne cessent de parler de « modernisation » et de se référer à un prétendu « modèle américain ». Mais la réalité est que les dirigeants des Etats-Unis préservent leurs organismes publics de recherche, et qu'ils évitent de suivre une politique de casse comme celle qui sévit actuellement en France. La recherche fédérale US n'est point menacée ni démantelée, ni en voie de privatisation, comme le sont ses homologues français.

On peut lire, par exemple, sur le site des National Institutes of Health (NIH) :

http://www.nih.gov/about/NIHoverview.html The Nation's Medical Research Agency

The National Institutes of Health (NIH), a part of the U.S. Department of Health and Human Services, is the primary Federal agency for conducting and supporting medical research. Helping to lead the way toward important medical discoveries that improve people's health and save lives, NIH scientists investigate ways to prevent disease as well as the causes, treatments, and even cures for common and rare diseases. Composed of 27 Institutes and Centers, the NIH provides leadership and financial support to researchers in every state and throughout the world.

For over a century, the National Institutes of Health has played an important role in improving the health of the nation. The NIH traces its roots to 1887 with the creation of the Laboratory of Hygiene at the Marine Hospital in Staten Island, NY.

The NIH is an agency of the U.S. Department of Health and Human Services. With the headquarters in Bethesda, Maryland, the NIH has more than 18,000 employees on the main campus and at satellite sites across the country.

With the support of the American people, the NIH annually invests over $28 billion in medical research. More than 83% of the NIH's funding is awarded through almost 50,000 competitive grants to more than 325,000 researchers at over 3,000 universities, medical schools, and other research institutions in every state and around the world. About 10% of the NIH's budget supports projects conducted by nearly 6,000 scientists in its own laboratories, most of which are on the NIH campus in Bethesda, Maryland.

(...)

(fin de citation)

Les NIH américains n'ont donc rien perdu de leur rôle dirigeant au niveau de l'ensemble des Etats-Unis, tout en restant à la fois opérateurs de recherche, agence de moyens, évaluateurs... Le tout, dans un pays où l'investissement des entreprises privées dans la recherche est autrement plus conséquent qu'en France.

Que deviendra notre pays après le démantèlement de la recherche publique française ? Quels en seront les bénéficiaires, et qui en subira les conséquences ? Que deviendront les droits effectifs des citoyens, notamment dans les domaines de l'information scientifique et du développement des connaissances au service de l'intérêt général ? Sur ces questions essentielles pour l'avenir de la socitété, le débat public n'a pas eu lieu.

 


Source: Comité Valmy


http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=4567 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche