Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 04:32



Jeudi 30 juillet 2009

L’impunité dont jouissent les caïds des multinationales, les gros bonnets de la spéculation, les sauvageons du CAC 40, les escrocs de la publicité... n’est plus tolérable. 

Comme le déclarait un ex-ministre de l’Intérieur : « la sécurité n’est pas de gauche ou de droite ». Aussi, ces mesures inspirées par le seul bon sens devraient faire l’unanimité.

 Restaurer l’ordre républicain dans les entreprises.

 Usines et bureaux sont devenus des zones de non-droit où la police ne s’aventure que rarement. Cette dérive appelle une réponse énergique : les Contrats de Sécurité en Entreprises (C.S.E).

 Inspirés des Contrats Locaux de Sécurité visant les banlieues en voie de désintégration, les C.S.E. ont pour objet le contrôle des fauteurs de troubles éventuels (chefs d’entreprise, cadres supérieurs, contremaîtres, consultants en restructuration...). Les agents de contrôle (assemblées générales de salariés, syndicats non affiliés au patronat...) appuyés par la police de proximité, s’attacheront à prévenir et à sanctionner sévèrement les petites incivilités patronales (ordres et menaces vexatoires, démonstrations de toute-puissance...) dont la répétition quasi quotidienne affecte la vie de millions de travailleurs et alimente le sentiment d’insécurité.

Toutes les études le prouvent : les manquements au code du travail, aussi bénins soient-ils en apparence, entraînent leurs auteurs dans la spirale délictueuse (discriminations, harcèlement moral, sexuel, abus de biens sociaux, manipulations mentales...) voire dans l’escalade criminelle (démissions sous la contrainte, charrettes de licenciements boursiers, chasse aux subventions, délocalisations et sous-traitance à l’étranger proche de l’esclavage).

 Organiser le fichage ADN des actionnaires

 Réservé jusqu’alors aux violeurs, tueurs, et autres militants syndicaux, le fichage ADN sera étendu désormais aux présumés responsables des mauvais traitements infligés aux salariés (précarité, flexibilité, exclusion).

Ce dispositif s’applique à toutes personnes contribuant, directement ou indirectement, à l’insécurité sociale : actionnaires, économistes, éditorialistes des
Médias aux ordres, suite sans fin  publicitaires, ministres...

 Fermer les écoles de commerce.

 Pépinières du terrorisme économique, ces écoles intégristes ont vu leur nombre multiplié par trois ces vingt dernières années. S’y propage un discours ouvertement agressif, tourné vers la performance inutile pourvu qu’elle soit rentable, incitant à la haine des démunis. Leur formation achevée, les étudiants en théocratie libérale iront grossir les rangs du libéralisme armé (spéculateurs, privatiseurs, responsables de multinationales, de banques, de ministères de l’Economie...) pour transformer la vie en marchandise et la France en un vaste supermarché traversé d’autoroutes et entouré de barbelés.

 L’urgence est de mettre fin à cet endoctrinement d’autant plus scandaleux que souvent réalisé sur fonds publics.

Eloigner les caïds des lieux où ils sévissent

Le monde du travail est trop souvent otage d’une minorité d’employeurs, de cadres et chefs de bureau.

Bien que peu nombreux, ces gangs occupent une place prépondérante dans l’espace collectif, notamment chez les jeunes en manque de repères qui tendent à les ériger en modèles. Ces multirécidivistes diffusent une idéologie fondée sur la violence (rituels de domination ou d’exclusion), la ségrégation (tri des salariés en fonction de leurs performances, leurs origines), le racket et le vol (personnel sous payé), le culte de la hiérarchie, l’argent facile et l’économie parallèle (stock-options, fraude fiscale, dividendes...).

Ces caïds, vivant dans le virtuel de l’argent facile, doivent bénéficier d’un suivi éducatif en zone rurale et d’un réapprentissage de la valeur du travail. Cursus au terme duquel leur retour dans l’entreprise pourra être envisagé sans poste à responsabilité.

Encore d'autres mesures ?

Punir les viols collectifs de droits sociaux dans les caves des quartiers d’affaires.
Organiser des frappes chirurgicales contre les états terroristes : Monaco,Suisse,Lichteinstein, Luxembourg...et plus généralement les zones anciennement nommées paradis fiscaux. 
Ouvrir un débat sans tabou sur (l'indispensable et nécéssaire) euthanasie de rentiers.


Bon, tout ceci vous semble surréaliste ?
Eh bien faites un petit retour sur terre : 

Lu sur:  
http://www.humanite.fr/2009-07-29_Politique_-Je-me-suicide-a-cause-de-mon-travail-a-France-Telecom ...mais médiatiquement, cela ne pèse rien par rapport à un pêt de travers présidentiel

« Je me suicide à cause de mon travail à France Télécom »

Restructuration . Un salarié de l’opérateur téléphonique s’est donné la mort, mettant en cause ses conditions de travail.

Michel D., un salarié marseillais de France Télécom, a mis fin à ses jours le 14 juillet à son domicile, en laissant à sa famille et à ses collègues une lettre sans ambiguïté. « Je me suicide à cause de mon travail à France Télécom », écrit ce fonctionnaire de cinquante et un ans, architecte réseau dans l’unité de pilotage (UPR) du Sud-Est, qui ajoute : « Urgence permanente, surcharge de travail, absence de formation, désorganisation totale de l’entreprise. Management par la terreur ! Cela m’a totalement désorganisé et perturbé. Je suis devenu une épave, il vaut mieux en finir. »

La direction, qui estime que « les causes d’un suicide sont toujours multiples », précise que ses collègues « avaient remarqué des signes de dépression. Il avait été pris en charge par les managers, ses collègues et les partenaires sociaux ». Une information confirmée par Denis Capdevielle, délégué CGT au Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) de l’unité où il travaillait, qui constate : « Le malaise devait être profond. »

C’est le 18e suicide depuis février 2008 parmi les quelque 100 000 salariés de l’entreprise, selon l’Observatoire du stress et des mobilités forcées à France Télécom, mis en place fin 2007 à l’initiative de SUD PTT et de la CFE-CGC. L’observatoire souligne que ce suicide intervient après « trois tentatives » en juin dans la région de Lyon, le suicide d’une cadre parisienne, celui d’un technicien, ou la mort, il y a un an, d’un agent qui s’était jeté sous un train à Troyes.

Les syndicats dénoncent depuis plusieurs années la dégradation des conditions de travail qui a suivi l’ouverture du capital de l’entreprise en 1997, avec restructurations massives et 60 000 suppressions de postes à la clé. Fabienne Viala, de la CGT, met en cause des surcharges de travail liées à la baisse des - effectifs « et des responsabilités de plus en plus lourdes », notamment pour les cadres comme Michel D.

« Ces changements se sont accompagnés d’une transformation d’une entreprise de métiers techniques d’excellence en une société perçue comme essentiellement attachée à dégager du cash », analyse Olivier Flament, secrétaire SUD PTT du CHSCT et membre de l’observatoire. Des mutations qui ont eu « des effets dans le détail des activités, au détriment des compétences acquises et de l’histoire professionnelle de chacun. Des identités professionnelles ont été mises à mal sans que l’on s’en aperçoive ».

Le syndicaliste évoque les pressions sur les salariés pour qu’ils adhèrent à la culture de l’entreprise, « comme s’il ne suffisait plus de faire son travail pour montrer sa loyauté ». Autre facteur de tensions, l’arbitraire des rémunérations, mis en cause directement par Michel D. dans sa lettre : « C’est la conséquence de l’individualisation des rémunérations. Cela crée une mauvaise ambiance. C’est voulu par le management », écrit-il dans son courrier.

Aucun de ces suicides n’a été qualifié d’accident du travail, note l’observatoire, qui y voit « l’acharnement des directions à reléguer ces affaires au rang des "problèmes individuels" ».

Lucy Bateman

http://rupturetranquille.over-blog.com/article-34409566.html



Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche