Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 02:51



Grippe porcine: l'OMS appelle à la mobilisation face à la deuxième vague


L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé la planète à se tenir prête au choc de la deuxième vague du virus "capricieux" de grippe porcine, qui a tué près de 1.800 personnes, au moment où le Nord se prépare à rentrer dans une saison fraîche, propice à la propagation.

"On ne peut pas dire si le pire est passé ou s'il est sur le point d'arriver", a averti la directrice de l'OMS, Margaret Chan vendredi à Pékin.

"Nous devons nous préparer à toute surprise que nous réserve ce nouveau virus capricieux", a-t-elle insisté, martelant: il faut se "préparer à une seconde voire à une troisième vague comme nous l'avons vu lors des précédentes pandémies".

A l'approche de l'automne, les pays du Nord sont sur la ligne de front, alors que l'épidémie commence à reculer dans les zones tempérées de l'hémisphère sud, où elle a sévi durant l'hiver austral.

L'onde de choc y a été virulente, le virus A(H1N1) se répandant à une vitesse fulgurante au point de supplanter la grippe saisonnière, reconnaît l'OMS.

Depuis son apparition en mars, cette nouvelle grippe est parvenue à se propager dans 177 pays, où elle a tué 1.799 personnes et contaminé plus de 182.000 personnes, selon une estimation que l'OMS estime largement sous-évaluée.

Et ce n'est qu'un début, admet l'organisation qui a déclaré le virus première pandémie de grippe du 21ème siècle le 11 juin, en raison de sa vitesse de propagation et de sa nouveauté, privant la population mondiale d'immunité.

"L'OMS est toujours mobilisée et inquiète", explique ainsi un porte-parole de l'agence onusienne, Gregory Hartl rappelant que le virus n'avait pas encore passé son premier hiver dans les pays de l'hémisphère nord où vivent 5/6ème de la population mondiale.

L'inquiétude est d'autant plus perceptible que la grippe, dont les contours se précisent lentement, se montre finalement "plus virulente" que sa cousine saisonnière, même si la majorité des cas restent bénins.

Surtout, fait valoir M. Hartl, elle affecte essentiellement des personnes jeunes, frappant plus gravement les plus fragiles telles que les femmes enceintes, les personnes obèses ou souffrant de maladies chroniques.

Au total, les cas les plus sévères se retrouvent parmi les 30/50 ans.

Et, ce qui est le "plus préoccupant" car toujours "mystérieux" selon M. Hartl, 40% de ces cas graves voire mortels apparaissent chez des personnes en parfaite santé.

Sous pression avant la réouverture des écoles, propice à la propagation, les pays du Nord ont sorti l'artillerie lourde.

D'après l'OMS, ils ont d'ores et déjà commandé plus d'un milliard de doses de vaccins, considérés comme l'arme la plus efficace contre la maladie.

Plus d'une vingtaine de sociétés pharmaceutiques dans le monde entier travaillent d'arrache-pied mais le médicament ne pourra être prêt avant octobre.

Même alors, il ne sera pas suffisant pour tout le monde, reconnaît l'OMS qui a revu à la baisse son estimation optimiste d'une production de 4,9 milliards de vaccins annuel.

Selon les données actuelles, seule la moitié voire le quart pourront être produits alors qu'on ignore toujours s'il faudra une ou deux injections pour une vaccination efficace.

Face à ces inconnues, les pays ont déjà dressé, sur les conseils de l'OMS, la liste des personnes qui auront un accès privilégié au vaccin tels que les personnels de santé, les femmes enceintes, les personnes fragiles ou souffrant de maladies chroniques...

Et en attendant, ont mis en place des plans B, prévoyant les conditions de fermeture des écoles, la livraison d'antiviraux, le renforcement des structures d'accueil des hôpitaux...

"Tout le monde doit être prêt", prévient M. Hartl car "il est impossible de dire si le A(H1N1) ne reviendra pas avant" octobre-novembre, période d'apparition habituelle de la grippe saisonnière.

Ce qui est "probable" en tous les cas, c'est qu'il "devienne le virus de grippe dominant au début des mois d'hiver", prévoit l'OMS qui se rassure: pour l'instant, il n'a pas encore muté.

 

Grippe A(H1N1): qui vacciner en priorité ? Un défi pour les gouvernements


Face à l'impossibilité de pouvoir vacciner dans un premier temps l'ensemble de la population contre la grippe pandémique A(H1N1), les gouvernements vont devoir faire des choix et établir des priorités.

Vendredi, la directrice de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Margaret Chan soulignait qu'il s'agissait d'"une des décisions les plus difficiles que les gouvernements auront à prendre".

Selon Melinda Henry, porte-parole de l'organisation, les Etats devront décider "s'ils veulent stopper la contagion, protéger les infrastructures essentielles d'un pays ou réduire le nombre de cas de malades et de morts".

Alors qui vacciner d'abord ? Les enfants scolarisés et leurs parents, répondent des chercheurs américains dans la revue Science. Privilégier les jeunes, cibles du virus dont ils sont également un grand vecteur, empêcherait la contagion dans les écoles et la transmission aux parents, puis au reste de la communauté. Moins de vaccins seraient nécessaires que pour la grippe saisonnière, affirment-ils.

Au Japon, la vaccination de la plupart des enfants contre la grippe saisonnière entre 1962 et 1987 a divisé par trois ou quatre le taux de mortalité, sauvant 37.000 à 49.000 vies.

Selon d'autres experts, le vaccin vaut d'abord pour les personnes souffrant de pathologies chroniques, leur évitant des complications.

L'OMS prône pour l'instant de vacciner les personnels de santé, à charge pour les Etats de définir pour les autres leur propre politique.

Aux Etats-Unis, pays le plus touché par la grippe A(H1N1) au monde, les autorités sanitaires veulent vacciner 160 millions de personnes, soit un Américain sur deux. Un groupe prioritaire restreint de 41 millions de personnes à vacciner (femmes enceintes, personnels de santé, adultes de santé fragile, enfants et jeunes de 6 mois à 24 ans) a été identifié.

Le Mexique, foyer mondial de la grippe porcine en avril-mai, a sollicité un prêt de 400 millions de dollars à la Banque mondiale pour acheter 20 millions de doses pour la période décembre-avril, d'abord destinées aux populations les plus vulnérables et aux personnels de santé.

En Argentine, deuxième pays le plus touché au monde par le virus avec un peu plus de 400 morts, aucun plan de vaccination n'est annoncé pour l'instant. Au Brésil (370 morts environ), les personnels de santé seront les premiers vaccinés à l'horizon de décembre.

En Chine, les autorités espèrent vacciner 1% de la population d'ici octobre - soit 13 millions de personnes environ. Les personnels de santé, les personnes âgées et les enfants devraient être les premiers.

La Grande-Bretagne, pays européen le plus touché, a commandé 54,6 millions de doses pour 60 millions d'habitants. Un groupe prioritaire de 11 millions de personnes a été identifié, dont 2,1 millions appartenant aux services sanitaires et sociaux.

La France, comme l'Espagne et les Pays-Bas, va vacciner en premier lieu les groupes à risque - personnels de santé, personnes ayant des problèmes de santé chroniques (respiratoires, diabète...), femmes enceintes, etc. Madrid pourrait ajouter à la liste les professeurs d'école primaire. La République tchèque cible uniquement dans un premier temps les médecins, infirmières et autres employés de la Santé publique.

Au Moyen-Orient, Israël prévoit à terme de couvrir l'ensemble de la population. L'Egypte table sur 2,5 millions de personnes vaccinées pour 80 millions d'habitants. Bahrein prévoit de vacciner en priorité les personnels de santé, les malades et également les pèlerins.

Dans l'hémisphère sud, déjà lourdement frappé par l'épidémie, l'Australie annonce le début d'une "vaccination de masse" dès septembre. Deux millions de doses seront disponibles dans un premier temps pour les personnes fragiles et les personnels de santé.

 

http://www.romandie.com/ats/news/090823044242.p1a7qxo1.asp

http://www.romandie.com/ats/news/090823043618.vcnmdhjq.asp

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Santé
commenter cet article

commentaires

Eva R-sistons 27/08/2009 04:05

Terre sacrée, super blog, que je recommande à tous ! Eva

SOS-planete 24/08/2009 11:11

Super blog. Recommandé par http://terresacree.orgBien amicalement.Michel

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche