Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 août 2009 2 25 /08 /août /2009 15:05

École secondaire publique De La Salle

 wikipedia.org



C'est bientôt la rentrée.

 

Avec elle souffle le vent mauvais des destructeurs et de ceux qui regardent les bras croisés. En contre-chant résonne aussi l'air frais, vif et piquant des révoltés, des défenseurs, de ceux qui ont le courage de lutter. Ce n'est un secret pour personne : l'Ecole française est en danger. Sapée en premier lieu par le gouvernement, c'est à dire ceux-là même qui sont censés la protéger. L'Ecole publique serait-elle si abjecte qu'il faille la démolir ? Mais d'ailleurs que proposent les démolisseurs ? Quelles seraient les alternatives ?

 

Une Dollar Academy cotée en bourse, fluctuant selon les marchés ? Trousse + ardoise + cahiers sponsorisés ? Et pub pour tous à la récrée ?

 

Ou bien cette belle école catholique, apostolique et romaine qui montre sa charité chrétienne en virant tous les gosses à la peine ? Qui sélectionne sur compte en banque ?

 

Soyons sérieux ! C'est bien l'Ecole publique qui est le socle de ce pays, qui fait de lui une République. C'est bien cette école exigeante et égalitaire qui permet à chacun, indépendamment de son milieu social, et pour peu qu'il ne soit pas trop handicapé par les difficultés de sa famille, d'accéder à un bagage culturel suffisant lui permettant d'analyser le monde, de même que critiquer, si nécessaire, ceux qui le gouvernent.

L'Ecole publique française ne forme ni travailleurs ni exploiteurs, elle a pour ambition la formation de citoyens, hommes et femmes dignes d'une démocratie.

 

C'est ce qui gène les ploutocrates.

Et c'est ce pour quoi les belles âmes se battent.

 

Bien sûr, l'Ecole est imparfaite. Quelle institution ne l'est pas ? Disons que c'est pour permettre aux râleurs de râler et aux idéalistes d'espérer la perfectionner. Juste un mot aux râleurs : qu'ils essayent simplement une journée ! Qu'ils se dressent sur l'estrade sous les feux de la rampe d'une classe emplie de gosses bien élevés comme les leurs ! Qu'ils goûtent un peu et ils pourront parler ! Un professeur ne peut pas faire traîner les heures ni vivre ses langueurs caché derrière une machine à café. J'en connais de ces fiers travailleurs, ces sacrifiés du PIB si prompts à critiquer "le fonctionnaire" qui sont devenus flasques et livides, totalement déprimés après seulement 3 jours passés à la maison à s'occuper de leur rejeton parce qu'il était malade. Sont-ils si forts ces travailleurs modèles qui ne peuvent plus passer un seul week-end sans l'aide du club mickey ni sans le garde-mômes qu'est devenue la télé ?

 

Je rêve que soit lavé l'honneur du Professeur.

 

Qu'il s'absente, un jour ou bien un mois entier, qu'il montre ainsi à chaque parent que sans lui le pays est paralysé.

Pendant ce temps, que le bosseur apprenne lui-même à éduquer ses gosses, et il saurait alors ce que veux dire le verbe travailler.  

 

  Cédric La Marcelle  

lamarcelle@vitamineb.com



L'opinion d'Eva

Comme déjà dit, je crains qu'un jour l'enseignement public ne soit supprimé.
Au profit du télé-enseignement, de l'enseignement à distance

Ce serait moins coûteux,
on se débarrasserait des enseignants contestataires,
et on maintiendrait isolés les élèves (finies par ex les manifs lycéennes !)

Alerte ! Mon tort est toujours d'avoir raison trop tôt... Eva

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche