Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 06:40
publié par roland (Dazibaouebmaster) Hier 14H39

Imaginons la France d'aprèsBulletin d’information anti-autoritaire – Nouvelle série - numéro 32 – août – septembre 2009

Editorial : Faits divers d’un été ordinaire…

La dérive sécuritaire sert de moteur à la politique répressive de notre démocratie formelle. A cette fin, il lui faut constamment placer en garde-à-vue, et même mettre en prison de plus en plus de suspects ou de supposés adversaires de l’ordre public. Comme la parole du policier, fonctionnaire assermenté, suffit pour servir de preuve, le terrain est libre pour toutes les dérives. L’affaire montée contre Julien Coupat et les “anarchistes invisibles” est révélatrice de cette volonté de criminaliser celles et ceux qui osent mettre en cause cet acharnement sécuritaire.
Depuis l’hiver 2001/2002, à la veille de chaque consultation électorale, les problèmes liés à la sécurité sont exacerbés, et reviennent au premier plan des préoccupations. L’UMP excelle dans cet exercice. Il est vrai que les citoyens de la France profonde, particulièrement ceux “qui ne font pas de politique”, se sont toujours avérés sensibles à ce problème. Avec des solutions à courte vue ayant pour objet d’éviter de donner une réponse cohérente aux difficultés économiques et sociales.
Pour les récentes élections européennes du 7 juin 2009, c’est la même grosse artillerie idéologique qui était utilisée. Le projet de loi sur la sécurité intérieure, en gestation depuis l’automne 2007, était de nouveau à l’ordre du jour, lors d’un discours de Nicolas Sarkozy prononcé le 28 mai devant un aréopage de hauts gradés de la police et de la gendarmerie - à l’Elysée. Au programme : la rigueur, encore la rigueur, toujours plus de rigueur. Particulièrement envers les jeunes des cités censés menacer l’Etat républicain. D’où la mise sous haute surveillance des collèges et lycées des banlieues “sensibles”. La paranoïa étant à son comble lorsque l’on apprenait que chaque recteur d’académie pourrait disposer d’une équipe d’agents mobiles pour contrôler les élèves avec fouille à la clé. Le 23 juin, la loi sur les bandes, initiée par Christian Estrosi était débattue au parlement.
A l’occasion de son dernier discours sécuritaire, le président de la République atteignait au sublime en lançant, en direction de son auditoire en uniforme : “Aucune rue, aucune cave, aucune cage d’ escalier ne doivent être épargnées !” Dans le même temps, Amnesty International rendait public un rapport dénonçant “le mépris des droits de l’homme”, visant particulièrement la France, jadis terre de liberté, où les violences policières sont de plus en plus souvent impunies, singulièrement envers les étrangers sans papiers, criminalisés dans les centres de rétention administrative. Etait stigmatisé également le comportement des forces de l’ordre dans le domaine du contrôle social au travers des missions confiées à la police et à la gendarmerie, désormais sous commandement unique, comme au beau temps de la France de Vichy…
Maurice Rajsfus

Petit gredin

La Justice est bonne fille avec les serviteurs de l’Etat. Un commissaire de police, en poste à Juvisy (91) était jugé pour détournement de fonds sous scellées -près de 3 000 euros. Lors de son procès, l’avocat général avait requis un an de prison avec sursis et une interdiction d’exercer pendant cinq ans. Le 25 mai, en délibéré, le tribunal correctionnel de Créteil a finalement condamné ce fonctionnaire, pour le moins indélicat, à huit mois de prison avec sursis, sans qu’il lui soit interdit de rester dans la police. Finalement, c’est le Conseil de discipline de la police nationale qui devrait statuer sur son avenir. (Source, 20 Minutes, 26 mai 2009)

Pandore castrateur

Le 24 mai, un gendarme alsacien était placé en garde-à-vue, à Reichshoffen (67) puis écroué pour “acte de torture et de barbarie ayant entraîné mutilation.” Ce père de famille de cinq enfants s’était rendu chez l’amant de sa femme, et l’avait assommé, traîné dans un garage, avant de l’émasculer. (Source, Libération, 26 mai 2009)

Il n’est jamais trop tôt…

Le 29 mai, à Courdimanche (95) deux gendarmes se présentent dans une famille pour remettre une convocation à un garçon de 9 ans, devant comparaître le lendemain. Motif : le gamin s’était bagarré avec un camarade pendant la récréation. Ce “délinquant” devait être effectivement auditionné durant une vingtaine de minutes par les pandores. La mère de “l’adversaire” ayant porté plainte”, la convocation est une conséquence logique”, devaient expliquer ces braves militaires. Il paraît que les deux garçons se seraient réconciliés. (Source, Le Parisien, 31 mai 2009)

Comptine

Le policier tape, tape
Le CRS
Crosse, crosse
Les grosses menottes
Note, note
Le pistolet
Laid, laid
Et la racaille
Caille, caille.
(D’après une comptine que chantaient les enfants du Limousin, au XIX ème siècle)

Balayette

Le 28 mai, devant la gare de Massy-Palaissau (9l), un jeune homme, mêlé à une bagarre, est interpellé par des policiers en patrouille. Au cours de cette intervention, il tombe “accidentellement”, sa tête heurte un muret de béton et il se fracasse le crâne. Hospitalisé dans le coma, son état était plutôt préoccupant. Il n’est pas inutile de noter que ce jeune homme se prénomme Ousmane. Selon des témoins, qui se “seraient rétractés”, la victime aurait fait l’objet d’une “balayette”. Pour les policiers, le jeune homme est tombé en tentant de se débattre. Qui croire ? (Sources, FR 3, 30 mai et Le Parisien, 31 mai 2009)

Socialiste psycho-rigide

Le très sécuritaire député socialiste, Manuel Vals, député-maire d’Evry (91), celui-là même qui avait appelé à voter avec l’UMP le délit d’outrage à la Marseillaise et au drapeau , a encore fait parler de lui. Il a apporté son soutien à Christian Estrosi, auteur du rapport sur les bandes de banlieue, et les jeunes cagoulés, lors des manifestations. Le 30 mai, le député socialiste n’a pas hésité à déclarer : “M. Estrosi pose un vrai problème, esquisse une première solution. Je souhaite qu’on aille jusqu’au bout du débat pour, à la fois garantir les libertés et rendre la loi plus efficace.” Encore un effort et Manuel Vals pourrait de venir ministre de l’Intérieur ! (Source, Direct-Matin, 2 juin 2009)

A la porte !

En 2008, 1e nombre d’expulsions locatives, effectuées avec le concours de la police, s’est élevé à 11 190, soit 157% de plus en dix ans. C’est le constat effectué par la fondation Abbé Pierre. (Source, Libération, 2 juin 2009)

Délit de comparaison

Le préfet des Pyrénées-Atlantiques a porté plainte pour outrage contre un médecin qui, indigné par le placement en rétention de deux enfants de 5 et 7 ans, lui avait envoyé ce mail : “J’apprends que l’on autorise l’enfermement d’enfants, cela me rappelle une triste époque où l’on mettait les enfants dans des wagons. Bonne
journée !” Réagissant, dans le quotidien Sud-Ouest, le préfet n’était pas content : “La ligne rouge est franchie. La comparaison avec Vichy fait, et fera, systématiquement l’objet d’une action en justice.” Et le coupable sera livré à la Kommandantur ? (Source, Siné-Hebdo, 3 juin 2009)

La vie de château

Il semblerait que le contrôleur général des lieux de privation de liberté prenne sa tâche au sérieux. Dans une recommandation, rendue publique le 3 juin, cette autorité, encore indépendante, a épinglé le commissariat de police de Boulogne-Billancourt (92). Pour le contrôleur général, il s’ agit là d’un lieu “exemplaire d’un certain nombre de difficultés rencontrées ailleurs.” Si l’on se réfère à une visite effectuée dans ce commissariat, en octobre 2008, “…Les conditions d’hygiène sont indignes pour les personnes placées en garde-à-vue !” Exemples : les toilettes débordent, aucune installation ne permet de se brosser les dents ou de se raser, et ne remplit pas davantage les conditions de couchage”. Ce commissariat n’est qu’un exemple parmi d’autres, semble-t-il. (Source, Direct-Matin, 4 juin et Le Monde,5 juin 2009)

Multirécidiviste

L’information a tardé à être divulguée. Le préfet de police de Paris a été condamné à deux reprises, les 16 avril et 4 mai 2009. Ce haut fonctionnaire d’autorité refusait de délivrer des récépissés de demandes d’asile -faisant office de titre de séjour aux réfugiés n’ayant pas trouvé de place dans les centres d’asile mais bénéficiant néanmoins d’une adresse postale. Déjà, en 2006, une première vague de plaintes avait été déposée contre le préfet qui, déjà condamné, avait “réintroduit ces pratiques en 2009″, relèvent Amnesty International et France Terre d’Asile. Il paraît que, depuis les récentes condamnations, le préfet se serait calmé. (Source, Libération, 5 juin 2009)

Un mort au commissariat de Sevran

En 2006, un toxicomane, âgé de 31 ans, était transporté au commissariat de Sevran (93), en état de démence. Deux heures plus tard, après avoir été menotté et allongé sur le ventre, dans un local de 4 mètres carrés prévu pour les personnes conduites au poste pour vérification d’identité, cette personne était déjà en mauvais état. Parce qu’il se frappait la tête sur le sol, un policier avait placé un casque de moto sous la tête de l’homme. Selon les experts logistes, il devait mourir “d’asphyxie mécanique”. Il est vrai que les légistes avaient également relevé une fracture du larynx qu’il se serait faite -selon les policiers- en heurtant le montant d’un banc. Le 4 juin, lors du procès des deux femmes policières, de service le jour du drame, accusées d’homicide involontaire, malgré les réquisitions du procureur qui avait demandé des peines de prison avec sursis, le tribunal de Bobigny devait relaxer les deux femmes. Sans commentaire ! (Source, Métro, 5 juin 2009)

Pas très franc du collier

En avril 2009, 1e gardien de l’Identité nationale, Eric Besson, affirmait que l’article L 622 de la loi Ceseda, prévoyant un véritable délit de solidarité, n’avait jamais été appliqué dans toute sa rigueur. Plus qu’un pieux mensonge, c’était une authentique contrevérité. Une fois de plus, la démonstration en a été apportée, suite à une plainte pour diffamation contre ce ministre. Le 4 juin, une militant humanistes du nord, membre d’une association d’aide aux migrants, rappelait qu’elle avait été placée en garde-à-vue par la police pour avoir aidé des sans papiers à recharger leur téléphone mobile. Droit dans ses bottes, Eric Besson avait pourtant affirmé que les militants bénévoles, ayant apporté apporté “volontairement leur aide à l’entrée ou au séjour illégal d’étrangers” ne seraient pas inquiétés. Comme on disait jadis, dans la France profonde, le ministre, transfuge du PS, est franc comme un cheval qui recule… (D’après Aujourd’hui, 6 juin 2009)

“Hou, la menteuse !”

Le 1er juin, la secrétaire d’Etat à la famille, Nadine Morano, dénonçait le recours abusif à la police, suite à la convocation d’un gamin de 9 ans dans une gendarmerie (voir plus haut). I1 au ra suffit de moins d’une semaine pour que l’on apprenne que la sous-ministre avait elle-même porté plainte, en février dernier, contre une mère de famille des Landes qui, sur le site Internet Daylimotion, avait écrit ce commentaire “Hou,la menteuse !”, suite à une prise de position de la ministre. Peccadille. Pourtant, cette personne devait être convoquée au commissariat de police de Dax. L’affaire une fois connue, Nadine Morano démentait vouloir poursuivre cette personne au pénal. Ah bon… (Source, Aujourd’hui, 6 juin 2009)

Encartés

Le 7 juin, lors du petit déjeuner à la préfecture de Caen, entre Nicolas Sarkozy et Barak Obama, tout le centre-ville était bouclé par des centaines de policiers. Certains d’entre eux expliquaient tranquillement à ceux qui voulaient franchir les barrages qu’il était nécessaire, pour ce faire, d’être muni d’une carte de 1′UMP. (Source, France Inter, 8 juin 2009)

UTEC

A grands sons de trompe, la ministre de l’Intérieur avait annoncé la mise en place d’Unités territoriales de quartiers (UTEQ), dans les banlieues “sensibles”. L’arrivée de ces nouveaux policiers, à Cergy et Villiers-le-Bel (95) n’a pas manqué de provoquer des incidents, dans ces deux villes, les 4 et 5 juin. Ainsi, dans le quartier Saint-Chritophe de Cergy, les policiers UTEQ, ciblés par des feux d’artifice, faisaient usage de leurs flash-ball. Selon les autorités policières, la tension monte dans ce quartier de puis l’arrivée des UTEQ. Détail intéressants, ces véritables brigades punitives, fortes d’une vingtaine d’hommes chacune, se déploient tous les jours, dès 17 heures, dans les quartiers, et ont surtout pour but d’exciter les jeunes, plutôt que de chercher à calmer le jeu. (D’après 20 Minutes, 8 juin 2009)

Pas trop grave

Le 9 juin, le tribunal correctionnel de Versailles jugeait trois policiers poursuivis pour avoir harcelé sexuellement une de leur collègue féminine au commissariat de Vélizy (78), de décembre 2007 à octobre 2008. La jeune femme avait subi des insultes quotidiennes, et de constantes propositions sexuelles. De plus, au cours de séances d’attouchements sexuels, elle était menottée par ses collègues. Le procureur, peu soucieux d’envoyer en prison de braves défenseurs de l’ordre public avait requis des peines allant de dix-huit à vingt-quatre mois de prison avec sursis contre ces policiers “frivoles”. Les juges, un peu plus indignés devaient condamner les trois salauds à six mois de prison ferme, et sept mille euros de dommages et intérêts à payer à leur victime. (Source, Métro, 10 juin 2009)

Toujours le flash-ball

Le 4 juin, à Bondy (93), contrôle d’identité dans un quartier. En cette circonstance, un jeune aurait donné un coup de poing à un policier. Lequel, en tombant, aurait tiré involontairement avec son flash-ball. Atteint en pleine poitrine, le garçon était transporté à l’hôpital, crachant du sang. Sa version est très différente de celle du policier flingueur : ”Le type est sorti de la voiture, m’a agrippé, et comme j’ai résisté le coup est parti tout de suite, presque à bout portant.” Un ami de la victime raconte : “Il y a quelques mois, un copain a été touché aux côtes. Ça fait une sacrée douleur… Ils nous braquent pour un oui ou pour un non et, parfois, le tir part.” A Neuilly-sur-Marne, au début du mois de mai, un garçon prénommé Samir, atteint à la tête par un tir de Flash-ball, avait été hospitalisé, avec un traumatisme crânien. Après l’affaire de Bondy, l’IGS a été saisie, et le tireur suspendu, mais que deviendra l’enquête ? Une députée du “93″ s’indigne : “Beaucoup de plaintes déposées après des incidents de ce genre ont été classés ou égarés !” (Source, Le Canard Enchaîné, 10 juin 2009)

Police familiale…

Le 15 juin, Michelle Alliot-Marie recevait au Carrousel du Louvre, à Paris, préfets, policiers et gendarmes, ainsi que quelques responsables d’associations. En tout, quelque 1 600 serviteurs de l’Etat. Outre un certain nombre d’informations dispensées sur les UTEQ (Unités Territoriales de Quartier, actuellement au nombre de 24 et qui seront 100 en 2010, la ministre de l’Intérieur devait annoncer la création de brigades spécialisées dans la lutte contre les violences familiales. Ce qui manquait encore dans le paysage policier. On n’arrête pas le progrès… (D’après Libération, 16 juin 2009)

Délit de gratouillis

Très récemment, entre Périgueux et Brive, un automobiliste circule tranquillement, quand il est stoppé par un véhicule de la gendarmerie. Motif annoncé par un pandore : “Vous téléphonez en conduisant !” Surpris, l’automobiliste récuse cette accusation, mais le pandore insiste : “Monsieur, on vous a vu !” Réponse de l’automobiliste : “Consultez donc l’historique de mes appels”, avant de tendre son téléphone portable au serviteur de l’ordre public. Aucun appel n’étant enregistré, l’accusateur ne s’avoue pas vaincu et éructe : “Vous aviez quelque chose à la main, vous teniez un objet…” Même s’il s’est agi d’un simple grattement de tête, le représentant de la loi va dresser un PV, avec le motif suivant : “Conduite d’un véhicule dans des conditions ne permettant pas au conducteur de manœuvrer aisément !” Tarif, 22 euros. (Source, Le Canard Enchaîné, 17 juin 2009)

Délinquance policière

Le 16 Juin, le ministère de l’Intérieur rendait public le nombre de sanctions prononcées en 2008 par les Commissions de discipline de la police nationale. Par rapport à 2007, 1es sanctions ont augmenté de 13,6% soit 3 423 simples dérapages policiers ou authentiques bavures. Il est dommage que nous n’ayons pas eu connaissance de la gravité des faits ; le seul chiffre fournis étant celui des 98 révocations. Ce qui laisserait entendre que les 3 325 autres sanctions ne concerneraient que des faits bénins. Par ailleurs, en 2008, 1es services de l’IGPN ont ouvert 1 345 dossiers d’enquête dont 44% ouverts sur saisine judiciaire, 24% sur saisine administrative, et 32% émanant de particuliers. Ces dossiers concernaient 585 faits d’atteintes aux personnes, 421 fautes professionnelles, 54 incidents de vie privée et 71 divers. Il s’avère que si les policiers travaillent plus pour ne pas gagner davantage, certains d’entre eux exécutent leur tâche sans trop de délicatesse. Et puis, alors que le nombre de policiers serait en diminution, la délinquance police paraît être en nette augmentation. (D’après, Le Monde, 18 juin 2009)

Justice expéditive

Sous mandat de dépôt depuis la fin ou mois de mai 2009, un gendarme de Reischoffen (67) a été retrouvé pendu dans sa cellule de la maison d’arrêt de Strasbourg. Ce brave pandore avait simplement émasculé l’amant de sa femme. (Source, La Provence, 19 juin 2009)

Unité d’action…

Le syndicat de policiers en tenue UNSA-Police, et le SGP-FO ont décidé de fusionner. Ces deux syndicats, qui se prétendent de gauche mais dont les adhérents, sur le terrain, ne se comportent guère différemment que les policiers supposés de droite, vont donc constituer une nouvelle force syndicale de policiers en tenue, dénommée l’Union. Faut-il attendre de ces fonctionnaires d’autorité qu’ils refusent la logique productiviste que le pouvoir attend des policiers, qu’ils soient de droite ou relevant d’une gauche approximative ? (D’après Le Monde, 20 3uin 2009)

Carnavalesque

Le décret émanant des services du Premier ministre, interdisant “le fait pour une personne, au sein ou aux abords immédiats d’une manifestation sur la voie publique, de dissimuler volontairement son visage aux participants des manifestations publiques” a été publié au Journal Officiel daté du 20 juin 2009. Comme prévu, les contrevenants pourront être passibles d’une amende de 1 500 euros, et de 3 000 euros en cas de récidive dans le délai d’un an. Décret publié, curieusement, trois jours avant l’examen de la proposition de loi du député UMP Christian Estrosi. En sera-t-il de même des femmes portant le voile intégral ou la burqua, voire de celles ou ceux décorés d’un masque de carnaval ? (Source, 20 Minutes, 22 Juin 2009)

Fête de la musique ou fête de la police ?

Dans la nuit du 20 au 21 juin, une centaine de personnes quittent la place de la Nation, à Paris, pour se rendre au bois de Boulogne afin d’y installer une rave party. Vers 3 heures du matin, la police intervient contre les ravers, qui n’avaient pas reçu d’autorisation. Devait suivre une heure d’affrontements. Plus généralement environ 14 000 policiers avaient été mobilisés à travers la France, pour faire respecter l’ordre musical, dont 2600 pour Paris et sa banlieue. Selon des informations émanant du ministère de l’Intérieur, quelque 223 “individus” avaient été interpellés dans le pays, dont 126 à Paris et, parmi eux, 196 personnes placées en garde-à-vue, dont 98 à Paris. (Sources, France Inter et Métro, 22 juin, Direct-Matin, 23 juin 2009)

Encore Tarnac …

Le 21 juin, à 15 heures, un rassemblement était organisé sur la place de la Fontaine des Innocents (beau symbole), à Paris, en soutien aux mis en examen de Tarnac. Dès 14 heures, la place grouillait de policiers en civils, certains d’entre eux aux allures de voyou. La séquence statique de la manifestation se déroulait dans le calme. Pourtant, dès que les centaines de personnes présentes décidaient de prendre la direction du plateau Beaubourg, les incidents devaient commencer. Particulièrement devant le siège de l’administration pénitentiaire. Le cortège se voyait repoussé à l’aide de jets de gaz lacrymogènes, et de charges de gendarmes mobiles. Pour éviter les interpellations, de nombreux manifestants devaient se réfugier dans les boutiques du quartier. Il n’en reste pas moins que quatre personnes devaient être interpellées, l’une d’elle étant frappée au sol. (Sources, Libération et témoins, 22 juin 2009)

Ah bon…

Une fonctionnaire de la police aux frontières (PAF), en poste à Orly, qui avait porté plainte pour discrimination et harcèlement moral, a été placée en garde-à-vue le 23 juin. Motif : violation du secret professionnel. Selon une source policière, cette garde-à-vue ne serait pas liée à la plainte déposée en avril dernier envers six policiers pour discrimination liée à l’origine, la religion et l’orientation sexuelle. (Source, Métro, 24 juin 2009)

Y a-t-il le feu à la démocratie ?

Dans la soirée du 23 juin 2009, c’était l’annonce du remaniement ministériel attendu. Au ministère de l’Intérieur, c’est Brice Hortefeux qui remplaçait Michelle Alliot-Marie. Nul n’a pu oublier le rôle joué par l’ami personnel de Nicolas Sarkozy, alors qu’il était en charge de l’Identité nationale. Son arrivée place Beauvau n’annonce rien de bon pour l’avenir des libertés fondamentales. L’homme qui a présidé pendant près de deux ans aux expulsions massives de sans papiers envisage peut-être de traiter ceux qui se risqueraient à ne pas marcher droit comme des immigrés de l’ intérieur, et justifier l’un des sobriquets dont il avait été affublé, dès l’été 2007 : “Hortefeux …à volonté !” Curieusement, dans le même temps, le secrétariat aux droits de l’homme, qui n’était pourtant qu’une coquille vide, a été supprimé. Doit-on voir dans cette décision un mauvais présage? (Communiqué de l’Observatoire des libertés publiques, 24 Juin 2009)

Solidarité sous haute surveillance

Le 23 juin, à Calais, des militants altermondialistes, installaient un camp baptisé “No Corder”. Environ 150 personnes s’y trouvaient. Ils n’étaient pas seuls, puisqu’en prévision d’une manifestation prévue le 27 juin, pour la “libre circulation, la fin des frontières et des contrôles migratoires”, 2 000 policiers et gendarmes étaient mobilisés. (Source, Libération, 24 juin 2009)

Effectifs

A l’occasion du rapide aller et retour de Nicolas Sarkozy à la Martinique et en Guadeloupe, les 25 et 26 juin, quelque 900 gendarmes mobiles ont été appelés en renfort, depuis la métropole. Ce qui avait sans doute pour objet d’éviter les mauvaises rencontres entre le président de la République et les Antillais. (D’après Métro, 25 juin 2009)

Police syndicale

Le 25 juin, le service d’ordre de la CGT faisait évacuer la Bourse du travail de la rue Charlot, à Paris, occupée par des sans papiers depuis quatorze mois. Cela se passait vers 12 h 30. Un témoin raconte : “…Une trentaine de gros bras, crânes rasés, masqués, ont débarqué, armés de bâtons et de bonbonnes de lacrymo…” Gazés les occupants étaient contraints de quitter les lieux. Sur le trottoir, des sans papiers affirmaient reconnaître, parmi les policiers en civil présents les mêmes qui avaient forcé les portes du bâtiment une heure plus tôt. Toujours est-il qu’après cette opération le bâtiment était bloqué par la police. (Source, Libération, 25 juin 2009)

Fichiers, quand ils nous tiennent

En 2008, face à la montée des protestations, le fichier EDVIGE, qui avait pour finalité de recenser aussi bien les opinions politiques, que l’orientation sexuelle ou la religion des personnes paraissait avoir été mis en veilleuse. Il semble que ce n’était que reculer pour mieux sauter. En effet, un nouveau fichier serait en préparation : Périclès. Ce fichier est en fait constitué d’un logiciel de recoupement permettant de croiser plus de cinquante fichiers de la police et de la gendarmerie, avec des données bancaires et téléphoniques, pour ne citer que ces deux exemples. (Source, Canal +, 25 juin 2009)

Bavure républicaine

Dans la nuit du 14 au 15 juin, à Paris, un jeune Colombien, âgé de 27 ans, marié à une Française, affirme avoir été passé à tabac au commissariat de la police de la Goutte-d’Or, dans le 18ème arrondissement. Ayant été agressé dans la rue, il réussit à se réfugier dans le hall de son immeuble, et peut appeler la police, qui arrive rapidement. Les policiers interpellent l’agresseur, puis invite la victime à porter plainte. Au commissariat un autre policier le prend en charge. Il raconte : “…Le cauchemar a commencé. (le policier) en me poussant m’a mis les bras derrière le dos. Je lui ai répliqué que j’étais la victime, le plaignant… Dans un couloir, il m’a demandé d’enlever les chaussures, mes lacets… Je prends la direction de l’ascenseur et là, je reçois un premier coup de poing dans le ventre…”Comme il hurle a l’injustice, le policier lui balance un coup de poing à la joue droite, puis une gifle sur la joue gauche. Enfermé dans une cellule, on le fait se déshabiller, avant de le conduire devant deux policiers à qui il demande les raisons de son arrestation. Réponse : “Tu la fermes, petit latino, sinon on va te là fermer !” Comme il demande à boire, il lui est répondu : “Il y a de l’eau que vous pouvez aller boire dans les chiottes !” Dans la matinée, vers 10 heures, il est conduit, menotté, à l’hôpital Lariboisière où un médecin ORL relève une forte perte d’audition à l’oreille gauche. Après dix heures trente de retenue, sans raison, il est invité à sortir… en même temps que son agresseur. Le 16 juin, il déposait plainte auprès de l’IGS contre les trois policiers qui se sont conduits en tortionnaires. A suivre. (Source, Libération, 26 juin 2009)

Police de quartier…

Il semble, décidément, que les policiers des UTEC (Unités territoriales de quartiers) ne soient pas les bienvenus dans les cités. Ainsi, pour la seule nuit du 27 au 28 juin, 1es incidents se sont multipliés entre les jeunes et la police. A l’analyse, la relation de ces “frictions”, émanant directement de ces “sources policières”, informent le plus souvent à sens unique. A Limoges, des affrontements ont opposé des groupes de jeunes à la police, dans la cité de Breuil, après la condamnation d’un habitant à quinze ans de prison. Ensuite, dans la cité ‘’sensible” des Grands Ensembles, à Tremblay-en-France (93), des jeunes ont envoyés des fumigènes, à l’aide de mortiers de feux d’artifices, contre les policiers en patrouille. A Mantes-la-Jolie (78), des échauffourées devaient opposer une centaine de jeunes à des policiers, dans le quartier du Val-Fourré, suite à un contrôle d’identité musclé. En nombre insuffisant, les forces de l’ordre appelaient des renforts pour se dégager. Ce qui fut fait à l’aide de tirs de grenades lacrymogènes et de flash-ball, sans qu’il soit procédé à des interpellations. Enfin, la police se signalait, au cours d’une soirée animée par ses soins, à la cité des Tarterêts, à Corbeil (91), où elle avait été appelée, suite à un caillassage qui aurait été commis par une trentaine de jeunes cagoulés. Ce que les communiqués policiers oublient de rappeler, c’est que cette dégradation de la situation était due à des tirs de grenades lacrymogènes sur une paisible kermesse de quartier. Suite à cette véritable agression contre les habitants de cette cité, quelque 200 personnes devaient manifester dans Corbeil-Essonne, le 28 juin. Par ailleurs, 27 plaintes ont été déposées contre les forces de l’ordre. (Sources, 20 Minutes, France 3 et Métro, 29 Juin, Le Monde et Direct Matin, 30 juin 2009)

Policiers agressés dans le ”93″

Dans la nuit du 29 au 30 juin, deux gardiens de la paix auraient été agressés, et roués de coups, en sortant du commissariat de police de Gagny (93). Insultés et fouillés, les policiers se seraient vu demander leur arme de service. Les agresseurs devaient prendre la fuite à l’arrivée d’une patrouille de la BAC. Au cours de la même nuit, à Montfermeil (93), deux véhicules de police en patrouille, l’un d’eux ayant a son bord le conseiller spécial de l’Elysée,Henri Gaino, ont été caillassés. (Source, Métro, 1er juillet 2009)

Qui faut-il croire ?

La préfecture de police dément la “bavure” qui aurait été commise par des policiers du commissariat de la Goutte-d’Or, dans le 18ème arrondissement de Paris, le 15 juin. Selon ses services, la victime aurait été frappée par son agresseur, et non par des policiers. Reste à expliquer pourquoi la victime s’était retrouvée en garde-à-vue, durant une dizaine d’heures, au commissariat de police -en compagnie de son agresseur. (Source, Métro, 1er juillet 2009)

Pas raciste la police républicaine ?

Un groupe de chercheurs indépendants a publié, le 30 juin, une étude scientifique du plus grand intérêt sur le comportement des policiers lors des contrôles d’identité. Les résultats démontrent une approche discriminatoire vis-à-vis des Arabes et des Noirs. Pour les premiers, la probabilité d’être contrôlés est sept fois plus élevée que pour les Blancs et, pour les seconds, six fois plus… Cette étude, réalisée sur l’observation du travail policier, à Paris, à la gare du Nord et dans l’échangeur du RER à la station Châtelet-les-Halles, entre octobre 2007 et mai 2008. Depuis, la situation n’a pu que s’aggraver.
Les enquêteurs ont discrètement décrypté 525 opérations de police, comparées aux 37 000 personnes passant à proximité. Exemple de commentaire, du rapport rédigé par deux chercheurs du CNRS : “L’étude a confirmé que les contrôles d’identité effectués par les policiers se fondent principalement sur l’apparence, non pas sur ce que les gens font, mais sur ce qu’ils sont, ou paraissent être”. Dans la moitié des cas relevés, les contrôles devaient déboucher sur une fouille. Les auteurs évoquant les nombreuses émeutes intervenues en France depuis l’automne 2005, ne manquent pas de signaler : “Les contrôles sont fréquemment au cœur de l’antagonisme entre les policiers et les jeunes, plus particulièrement ceux vivant dans les zones urbaines reléguées. Ces derniers se plaignent depuis longtemps d’être la cible de contrôles d’identité répétés, dépourvus de nécessité et relevant du harcèlement.” Pour terminer, les deux chercheurs ne manquaient pas de souligner que le cadre juridique “permissif” laisse aux policiers, “un large pouvoir discrétionnaire.”
Finalement, cette étude, qui ne peut que chagriner les autorités policière, ne fait que confirmer, de façon scientifique, ce que l’ on savait déjà ! (Sources, Le Monde et Libération, 1er juillet 2009)

Surtout,ne pas être “susceptible”

A l’occasion de l’étude sur le comportement policier, commentée ci-dessus, les chercheurs rappelaient les termes d’une loi liberticide permettant de donner tout pouvoir aux policiers : “Toute personne se trouvant sur le territoire national doit accepter de se prêter à un contrôle d’identité (dès lors qu’il existe) une ou plusieurs raisons plausibles de soupçonner qu’elle a commis ou tente de commettre une infraction ; ou qu’elle se prépare à commettre un crime ou un délit ; ou qu’elle est susceptible de fournir des renseignements.” En fait, nous serions tous concernés mais d’autres étant bien plus “susceptibles” que d’autres aux yeux des policiers. (D’après Le Monde, 1er juillet 2009)

Argenteuil : 1 mort !

Le 9 Juin, à Argenteuil (95) deux retraités algériens, âgés de 69 et 61 ans, dont l’un est invalide à 60%, sont interpellés par des policiers. Conduits à l’hôpital pour une prise de sang, l’un d’eux perdra connaissance, tandis que l’autre devait décéder. Selon plusieurs témoignages, les deux hommes auraient été roués de coups par trois policiers. Depuis, un collectif, “Vérité et Justice pour Ali et Arezki”, exige toute la transparence sur cette affaire, et la mise en examen des policiers impliqués sur lesquels pèsent des charges accablantes. Le 24 juin, suite à une manifestation regroupant 400 personnes, une délégation avait demandé, en vain, à être reçu par le préfet. (Source, Tout est à nous !, 2 juillet 2009)

Forte pensée

“Le roman policier est un récit où le raisonnement crée l’effroi qu’il est chargé d’apaiser…” (Narcejac)

Je ne t’ai pas vu, mais je t’accuse…

Dans la nuit du 27 au 28 juin, se déroulait une sévère confrontation entre une cinquantaine de jeunes du Tremblay-en-France (93) et les forces de police. A cette occasion, un jeune homme, âgé de 23 ans, qui avait pris la fuite à la vue des policiers, était rattrapé et sera victime de “plusieurs coups de matraque”, puis de ”nombreux coups de pieds”, ainsi que de “violents coups de poing”. Jugé en comparution immédiate, le 30 juin, il sera relaxé faute de preuves car les policiers qui l’avaient poursuivi ne pouvaient pas le reconnaître. L’avocat de la victime devait déposer plainte contre X pour “violences volontaires” commises lors de l’interpellation de son client. (Source, Le Monde, 2 juillet 2009)

Il n’y a pas qu’en banlieue !

Dans la nuit du 1er au 2 juillet, sur le Champs-de-Mars à Paris, un policier intervenait avec ses collègues pour mettre fin à une rixe entre jeunes. Mal lui en a pris car il sera blessé au cuir chevelu et au nez après avoir été frappé à coups de tessons de bouteille. (Source, Métro, 3 juillet 2009)

Sarkozy, je te vois (air connu)

En février 2008, dans le hall de la gare Saint-Charles, à Marseille, un policier zélé interpellait un “individu” qui s’était permis de lui lancer, “Sarkozy, je te vois !”, alors qu’il venait d’assister à un contrôle d’identité musclé. Jugé devant le tribunal de police de Marseille, pour cette insolence, le 19 mai 2009, ce professeur de philosophie est poursuivi pour “vociférations” par un perturbateur dont le propos a un “caractère offensant”. Au cours du procès, le ministère public, qui se voulait indulgent, ne requérait qu’une amende de 100 euros contre l’imprécateur. Depuis, Nicolas Sarkozy devait estimer que ces poursuites étaient “ridicules”. Finalement, le 3 Juillet, le tribunal de police de Marseille estimait que le “tapage injurieux diurne, troublant la tranquillité d’autrui”, n’était pas constitué -et le “délinquant” était relaxé. Peut-être en ira-t-il de même pour ceux qui se risqueraient à clamer “casse-toi, pauv’con !” Pour le professeur de philosophie, qui avait convaincu les policiers qu’il était au RMI, son intervention n’était rien de plus qu’un “geste d’humour destiné à détendre l’atmosphère. ” (D’après Libération, 4 juillet et Le Monde, 6 juillet 2009)

Petit cochon !

Un policier, qui avait installé une caméra miniature dans les vestiaires du commissariat de Massy (91), afin de filmer ses collègues féminines, était suspendu par sa hiérarchie le 17 juin. Il n’en reste pas moins que ce policier voyeur ne semble pas être l’objet de poursuites pénales, bien que les investigations se poursuivent… afin que soient effectuées des vérifications sur le matériel informatique mis en œuvre par ce défenseur de l’ordre public un peu spécial. (Vosges-Matin, 18 juin 2009)

Pochtrons pyromanes

Trois policiers du commissariat de Reims devaient passer devant le tribunal correctionnel. Présentés devant le parquet, dans le cadre d’une procédure de comparution volontaire, les trois hommes, dont un gardien de la paix, un brigadier chef et un agent de sécurité étaient poursuivis pour incendie volontaire d’une caravane, alors qu’ils étaient en état d’ivresse. Circonstance aggravante, le brigadier-chef avait refusé de se soumettre à un contrôle d’alcoolémie. Les deux autres avaient un taux d’alcoolémie situé entre deux et trois grammes d’alcool dans le sang. Il n’en reste pas moins que tous trois ont été suspendus de leurs fonctions et placés sous contrôle judiciaire. Deux d’entre eux risquent jusqu’ à cinq ans de prison. (Source, Vosges-Matin, 5 Juillet 2009)

Récession policière

Par un communiqué du ministère de l’Intérieur, daté du 6 juillet, il était possible d’apprendre que les épreuves de recrutement de gardiens de la paix, prévues pour le 30 septembre, étaient reportées à “une date ultérieure non connue à ce jour”. Avec cette précision : ”Aucun recrutement de gardiens de la paix n’est actuellement programmé”. Il semblerait donc que la RGPP (Révision générale des politiques publiques) frapperait également la police et, en priorité, les adjoints de sécurité et ces “Cadets de la République” imaginés en 2004 par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur. Les syndicats de policiers, et particulièrement Unité Police (majoritaire chez les policiers en tenue), sont chagrinés. De même, les formateurs de la préfecture de Paris qui regrettent de voir frappés les “plus fragiles”. Interrogé, un jeune adjoint de sécurité se lamentait : “…On apprend le Code de déontologie de la police, le Code de procédure pénale, par le concours, et puis on se retrouve bêtement anéanti. Ce n’est pas comme faire une formation de mécanicien. En fin de contrat on ne pourra pas aller voir la concurrence…” Pourquoi pas, si l’on se souvient que le président de la République avait souhaité, il y a quelques mois, que les sociétés privés de sécurité procèdent à un vaste programme de recrutement. (D’après Le Monde, 8 juillet 2009)

Assassin en uniforme

Dans la soirée du 5 juillet, sur une autoroute, près de Clermont l’Hérault, une voiture garée sur une bande d’arrêt d’urgence prend feu. La passagère, une femme, brigadière de police, ne parvient pas à se dégager. Les secours vont la retrouver calcinée. Il se trouve, malgré tout, que sa portière était bloquée. Aux gendarmes qui enquêtent, son mari, brigadier-chef au commissariat de Montpellier, explique qu’il accompagnait son épouse aux urgences, suite à un malaise. L’autopsie va démentir ce scénario car les examens sont catégoriques : la policière est décédée avant l’incendie ; elle n’a donc pas été asphyxiée avant d’être carbonisée. En fait, la jeune femme est décédée d’un œdème pulmonaire, après une forte absorption de médicaments. Placé en garde-à-vue, le 7 juillet, le policier maintient sa première déposition, avant de l’abandonner, car les enquêteurs du SRPJ devaient découvrir des traces d’essence dans le véhicule incendié. Ensuite, ce brave défenseur de l’ordre public devait avouer qu’il avait organisé lui même cette macabre mise en scène, pour camoufler le suicide de sa femme, suite à une violente dispute à son domicile. Il se trouve, pourtant que les légistes devaient relever des ecchymoses et des traces de coups sur la tête de son épouse. Par ailleurs, le policier avait affirmé aux enquêteurs que celle-ci s’était pendue, mais rien dans les constatations des légistes ne peut permettre de conforter cette thèse. Soyons rassurés, il reste malgré tout des humanistes dans la police. (D’après Aujourd’hui, 9 juillet 20091)

Curieuse pendaison

Au cours des soirées des 6,7 et 8 juillet, à Firminy (Loire), de violents heurts devaient opposer la police et les jeunes d’un quartier populaire. Un de leurs camarades, âgé de 21 ans, venait de tenter de se suicider dans sa cellule de garde-à-vue, au commissariat du Chambon-Feugerolle. C’est apprenant qu’il était dans le coma que ses amis s’étaient révoltés. Au cours des affrontements, après des incendies de voitures et de commerces, neuf jeunes majeurs étaient interpellés. Le 8 juillet, on apprenait que le jeune homme était décédé à l’hôpital. De source policière, l’information était distillée que Mobamed s’était pendu avec des lanières découpées de son matelas. Explication approximative si l’on sait que les gardés à vue se trouvent sous une étroite surveillance policière, et qu’il aurait été nécessaire d’un long moment pour découper le matelas, accrocher les lanières, se pendre et décéder. La bavure n’est donc pas impossible. Les deux autopsies ont écarté toute violence policière. Toujours est-il qu’après l’ouverture d’une information pour homicide involontaire, l’IGS enquêre, tandis que la famille annonçait un dépôt de plainte. (D’après France Inter et France Info, 8, 9 et 10 juillet 2009)

Tristesse pandore

Le directeur général de la police nationale a présenté, le 10 juillet, aux syndicats de police, un vaste projet de “police d’agglomération” concernant les villes de Lille, Lyon et Marseille, où la police sera “maître d’œuvre”. Selon les syndicats de policier, ces villes, actuellement sous le contrôle de la gendarmerie passeraient sous celui de la police. Ce qui ne manque pas d’inquiéter les élus locaux. (Source, Libération, 11 juillet 2009)

Barrage pandore : 1 mort !

Dans la soirée du 10 juillet, à Saint-Pierre-de-Vauvray, près de Louviers (Eure), une équipe de gendarmes avaient mis en place un barrage pour contrôler des jeunes circulant sur des mini-motos.
Comme bien souvent, en de telles circonstances, cela se termine très mal, et un garçon, âgé de 18 ans, devait mourir après avoir heurté une palissade en béton. Selon l’un de ses amis, le jeune homme aurait été poussé par un gendarme, ce qui devait provoquer l’issue tragique. Tout naturellement, la préfecture appelait en renfort 80 gendarmes pour réagir aux manifestations qui allaient se dérouler dans Louviers. Pour la gendarmerie, il s’agit simplement d’un accident. (Source, France 2, 13 juillet 2009)

Petit escroc galonné

Le 1er juillet, un capitaine de police, en poste à Laon (Aisne), sortait, menottes aux poignets du palais de justice. En fait, ce policier, patron de la brigade de sûreté urbaine de Laon, venait d’être placé en détention provisoire, après avoir été mis en examen par un juge d’instruction pour : »recel habituel et blanchiment habituel de fonds qui proviendraient d’abus de bien sociaux et banqueroute. » Ces fonds détournés par ses soins qui allaient transiter sur son compte bancaire. Pour compléter le tableau, cet honnête fonctionnaire était également mis en examen pour « corruption passive ». Ce qui signifie en clair que ce policier se faisait gentiment arroser.
Au commissariat de Laon, on reproche désormais à ce galonné à la carrière exemplaire (il avait été médaillé, le 7 mai 2009, pour ses hauts faits) d’avoir encaissé sur son comte, depuis 2006, de multiples chèque provenant d’entreprises du bâtiment pour une somme avoisinant les 150 000 euros. Il est vrai que cet excellent défenseur de l’ordre public ne rechignait pas à reverser une partie de ces sommes à la tierce personne qui lui avait procuré ce filon. Ce capitaine, sans peur et sans vergogne pourrait encourir plusieurs années de prison ferme. (Source, L’Union de Reims, 2 juillet 2009)

Pyromanes en uniforme

Le 2 juillet, trois policiers du commissariat de Reims étaient écroués. Le 1er juillet, alors qu’ils venaient de quitter leur service, ces braves gardiens de la paix s’étaient comportés en « véritables voyous de banlieue » en allant incendier une caravane d’habitation, à Nogent l’Abesse, pour régler un obscur différent opposant l’un d’eux à la victime. Les trois hommes, un brigadier, un gardien de la paix et un adjoint de sécurité, affectés à la brigade de nuit, devaient être rapidement remis en liberté sous contrôle judiciaire, avec l’obligation d’entreprendre des soins anti-alcooliques – les faits ayant été commis sous l’emprise de l’alcool. En effet, ces tristes personnages avaient entre 1 gr et 2 gr d’alcool par litre de sang. Il est important de noter également que l’alcool n’était l’unique raison de cette équipée puisque, la veille, la future victime avait reçu une quinzaine de SMS l’avertissant des mauvaises manières qui l’attendaient. Par ailleurs, sans doute sans doute pressé d’assouvir cette basse besogne, le trio avait heurté un véhicule en stationnement, sans s’arrêter – d’où également un délit de fuite. (Source, L’Union de Reims, 3 et 4 juillet 2009)

Montreuil : les as du flash-ball

Le 8 juillet, à Montreuil (93), au cours d’une manifestation de soutien à des squatters expulsés le matin même d’une ancienne clinique désaffectée depuis une dizaine d’années, un homme âgé de 34 ans était touché à un œil, suite à un tir de flash-ball. Bilan : trois fractures au visage, le globe oculaire fendu en deux, la paupière arrachée. Dans une lettre, son père accuse : « Il a perdu un œil du fait de la brutalité policière ! » Cette intervention musclée se déroulait au cours d’un dîner festif organisé, en guise de protestation, dans une rue piétonne de la ville. Le père de la victime raconte : « Il n’y a pas eu d’affrontement ; cinq personnes ont été touchées par des tirs de flash-ball, tous au-dessus de la taille. » Les personnes présentes, au nombre d’une trentaine, ne menaçaient personne. Cette intervention violente pouvait être décrite comme disproportionnée puisque, selon des témoins dignes de foi, il y aurait eu sur place quelque deux cents membres des forces de l’ordre dont, également, des policiers du RAID. On ne peut éviter de parler de bavure dans la mesure où les policiers n’étaient pas en situation de légitime défense, intervenant même de façon provoquante. Dominique Voient, sénateur-maire de Montreuil, qui s’était félicitée de voir le commissaire de police demander une enquête à l’IGS n’en commentait pas moins cette agression avec amertume : « Le travail de restauration de la police républicaine est bien loin d’être achevé. » (Sources Rue89, 12 juillet, Libération, 13 juillet et Le Monde, 14 juillet 2009)

Mise au pas, à Montreuil !

Les policiers peuvent, impunément, se livrer à des bavures. En revanche, il serait interdit aux vulgaires pékins de protester contre les dérives des forces de l’ordre. Ce qui s’est passé à Montreuil , dans la soirée du 13 juillet, est révélateur, à cet égard, de cette bonne morale : la police cogne, le bon peuple doit se taire ! En fin d’après-midi, quelque 200 personnes s’étaient rassemblées pour protester contre la bavure policière du 8 juillet. Même si cette démonstration se voulait pacifique, c’était insupportable pour les autorités policières. D’où la présence massive de gendarmes mobiles et de CRS. Selon les témoins, les forces de l’ordre ont chargé, matraque haute, sans véritable raison. Pour Dominique Voynet, l’ordre de « dissoudre » la manifestation avait été prise en haut lieu. D’où cette violence à disperser cette petite foule solidaire des squatters, tout en procédant à une vingtaine d’arrestations. (Sources, France 2 et France 3, avec images significatives et Libération, 14 juillet 2009)

Lire la suite sur QUE FAIT LA POLICE.

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=5689

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Regard sur ...
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche