Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 15:32



Comment la France a aidé Israël
à avoir la bombe atomique


publié par
Observeur Hier 07H15

Dans l'article : http:// www.dazibaoueb.fr/article.php?art=5874


j'avais écrit que c'était le Général De Gaulle 

Dans l'article : http:// www.dazibaoueb.fr/article.php?art=5874

j'avais écrit que c'était le Général De Gaulle

qui avait autorisé la mise au point de la bombe nucléaire d'Israël

dans le desert du Sahara à l'époque de l'Algérie française.

C'est une erreur que j'ai effacé.

 

Voici ce qui s'est passé : (voir le paragraphe en rouge)

Comment la France a aidé Israël à avoir la bombe atomique

Dans les années 1950, Paris et Tel-Aviv, mus par une hostilité commune contre l'Égypte de Nasser, ont coopéré étroitement dans la recherche atomique.

Dans le domaine de la dissuasion, cela s'appelle une politique d'ambiguïté nucléaire. Officiellement, l'État hébreu, qui fête ces jours-ci son soixantième anniversaire n'a toujours pas la bombe atomique. Il n'a pas signé le traité de non-prolifération nucléaire (TNP) et n'est donc pas soumis au contrôle des inspecteurs de l'Agence internationale à l'énergie atomique (AIEA). Mais c'est un secret de Polichinelle, dans cette région troublée du Proche-Orient, qu'Israël dispose d'ogives atomiques, surtout depuis que le premier ministre Ehoud Olmert l'a implicitement reconnu, en décembre 2006. De fait, Israël a la bombe depuis 1967. Et c'est l'aide, décisive, de la France, qui lui a permis de devenir la sixième puissance nucléaire de la planète.

Lorsque naît l'État hébreu, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale qui a vu, pour la première fois, l'utilisation de l'arme suprême par les États-Unis contre le Japon, les responsables israéliens misent sur la bombe pour éviter qu'un second Holocauste puisse un jour être commis contre le peuple juif. L'arme nucléaire devra assurer la survie du nouveau pays sur le long terme. Plus tard, elle devra aussi le protéger des menaces représentées par l'Irak et l'Iran, soupçonnés d'avoir eux-mêmes des ambitions nucléaires militaires.

Le programme nucléaire israélien est lancé en 1949 par le premier ministre, David Ben Gourion. À l'époque, les États-Unis refusent d'y contribuer. Déjà, la perspective de voir un jour la Chine et la France rejoindre le club très fermé des puissances nucléaires ne plaît guère à Washington. Les dirigeants américains veulent à tout prix éviter la nucléarisation du Proche-Orient. Sous John F. Kennedy, l'Administration américaine n'aura de cesse d'essayer de convaincre Israël de renoncer à son programme atomique. En échange, le Pentagone offrait son parapluie nucléaire et des garanties sur la dissuasion. En vain.

En 1954, Ben Gourion se tourne vers Paris, à qui il propose une entraide mutuelle pour la mise au point de la bombe. La France possède un double avantage : elle a une longueur d'avance en matière de recherche nucléaire et veut laver la honte de la Collaboration en cajolant les victimes juives du nazisme. Le rapprochement franco-israélien se noue autour de la guerre de Suez. Les deux pays ont un ennemi commun : l'Égypte de Gamal Abdel Nasser, qui soutient d'un côté le Front de libération nationale (
FLN) algérien contre la France et arme, de l'autre, les fedayins palestiniens contre Israël.

Programme clandestin

Lorsque le président égyptien ferme le canal de Suez à la navigation israélienne avant de le nationaliser en 1956, Paris et Tel-Aviv font front commun et décident d'intervenir aux côtés de la Grande-Bretagne. Ce sera un fiasco, en raison de l'hostilité américano-soviétique à l'aventure. Mais l'amitié franco-israélienne se poursuit. En octobre 1957, Paris et Tel-Aviv passent des accords diplomatiques et techniques et lancent véritablement le programme nucléaire clandestin, supervisé par Shimon Pérès et financé par des fonds secrets prélevés sur le budget du ministère israélien de la Défense.

La France avait promis de fournir la centrale nucléaire de Dimona, dans le désert du Néguev, avant la crise de Suez. Mais la coopération, qui doit permettre à Israël d'obtenir la maîtrise complète du cycle de combustible et de se hisser au rang de nouvelle puissance nucléaire, est renforcée après l'invasion du Sinaï égyptien par l'armée israélienne. Paris envoie plusieurs centaines de techniciens, livre un réacteur nucléaire de 24 mégawatts et entame les travaux à Dimona en 1958.

Le contrat prévoit également la construction d'une usine souterraine de séparation isotopique. En échange de son soutien déterminant, la France, qui cherche elle aussi à se doter de l'arme atomique ce sera chose faite en 1960 espère «bénéficier de la technologie américaine, à laquelle les scientifiques israéliens sont supposés avoir accès», explique l'historien Pierre Razoux (*).

Lorsque de Gaulle revient au pouvoir en 1958, il freine, puis ordonne l'arrêt de la coopération nucléaire avec Israël. Le général veut réorienter la politique étrangère de la France dans un sens plus favorable aux pays arabes, surtout après les accords d'Évian sur l'indépendance algérienne en 1962. Les essais nucléaires français ayant été concluants, de Gaulle estime qu'il n'a plus besoin des Israéliens pour faire progresser la recherche. «Mais surtout, il veut assurer le caractère français de la bombe, recentrer l'outil de dissuasion sur le territoire national», indique Pierre Razoux, qui occupe aujourd'hui des fonctions au Collège de défense de l'Otan à Rome.

Après lui, Georges Pompidou, Valéry Giscard d'Estaing puis Jacques Chirac mèneront une politique nucléaire beaucoup plus proliférante. Paris ira même jusqu'à fournir un réacteur nucléaire, celui d'Osirak, à l'Irak de Saddam Hussein. «Mais sous de Gaulle, la politique nucléaire de la France est vraiment recadrée. Nous ne sommes plus dans l'amitié très forte qui liait la classe politique française et les travaillistes israéliens», explique Bruno Tertrais, spécialiste du nucléaire à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS) à Paris.

Un gilet pare-balles

L'aide française aura néanmoins été déterminante. Le programme israélien est suffisamment avancé pour pouvoir être mené jusqu'à son terme. Les principales étapes ont été franchies et l'usine de Dimona est terminée. Nasser s'en alarme, qui déclare en 1966 : «L'Égypte se lancerait dans une guerre préventive si Israël se mettait à fabriquer des armes nucléaires.» Le président égyptien multiplie les provocations envers l'État hébreu, envoie ses avions survoler Dimona. Mais il est trop tard. À la veille de la guerre des Six-Jours en 1967, les premières armes nucléaires sont quasi opérationnelles au sein de Tsahal.

Pendant tout ce temps, le secret est conservé sur le programme nucléaire israélien. Pour en avoir révélé l'ampleur dans une interview au Sunday Times, en octobre 1986, l'ancien technicien Mordechai Vanunu a été condamné à dix-huit ans de prison.

Après avoir longtemps servi de gilet pare-balles contre la menace irakienne, lorsque Saddam Hussein était au pouvoir, le programme nucléaire vise aujourd'hui en grande partie à protéger l'État hébreu de la menace iranienne. Les ambitions nucléaires de Téhéran et l'intransigeance de Mahmoud Ahmadinejad, qui estime qu'Israël devrait être «rayé de la carte», ont potentiellement rétabli la menace existentielle qui pesait contre l'État hébreu avant la guerre des Six-Jours de 1967 ou pendant la guerre de Kippour de 1973.

Selon la publication britannique spécialisée Jane's Intelligence Review, la menace est plus sensible encore depuis la publication, en décembre 2007 à Washington, du rapport des agences de renseignements américaines, le NIE, qui, en relativisant la menace nucléaire iranienne, a rendu improbable une intervention militaire des États-Unis.

La peur de se retrouver seul face à l'Iran nourrit les rumeurs d'une intervention militaire israélienne contre les installations iraniennes. Benyamin Ben Eliezer, le ministre israélien des Infrastructures, a prévenu le mois dernier qu'une
«attaque iranienne contre Israël déclenchera une riposte dure qui provoquera la destruction de la nation iranienne».

L'État hébreu disposerait aujourd'hui, selon les spécialistes, de 100 à 200 têtes nucléaires. Son armée détient toute la gamme des vecteurs pouvant délivrer une arme atomique, notamment des bombardiers de fabrication américaine F 15 ou F 16, ainsi que des missiles.

La dissuasion israélienne s'appuierait aussi, depuis peu, sur une composante marine. Avec l'aide, non plus de la France, mais de l'Allemagne cette fois ! Au début des années 1990, Tel-Aviv a passé des accords de coopération avec Berlin, qui concernent notamment la livraison de trois sous-marins Dauphin, appartenant à la dernière génération. Selon Pierre Razoux, il est probable que des missiles nucléaires puissent être embarqués dans ces sous-marins dotés d'une technologie anaérobie. «Les Allemands sont antinucléaires chez eux, mais permettent à Israël de renforcer sa dissuasion nucléaire en lui livrant de nouveaux vecteurs», remarque le spécialiste.

(*) Pierre Razoux est l'auteur de «Tsahal, Nouvelle histoire de l'armée israélienne», Perrin 2006.

http:// www.bladi-dz.com/articles/1672/1/Comment-la-France-a-aide-Israel-a-avoir-la-bombe-atomique/Page1.html

 

COMMENT ET POURQUOI LA FRANCE A DONNE LA BOMBE A ISRAEL


vendredi 20 juin 2008 par Philippe Simonnot

Au moment où la presse française fait de gros titres sur des révélations quant à la filière secrète nord-coréenne en Syrie, il n’est pas inutile de rappeler qu’il y a un demi-siècle, la France a donné la bombe atomique à Israël, prenant ainsi le risque de nucléariser la poudrière du Proche-Orient.
Ainsi fut installé au profit de l’Etat hébreu un énorme déséquilibre stratégique permettant aux stratèges juifs d’exercer un chantage nucléaire non seulement sur ses voisins arabes, mais aussi sur les grandes puissances pour obtenir d’elles subsides, privilèges et armements conventionnels.
Principal cible : les Etats-Unis, qui seraient forcément impliqués si par malheur la bombe atomique était utilisée au cours d’un conflit dans cette région. Et ce chantage est encore aujourd’hui exercé. C’est dire l’importance des conséquences actuelles de la décision prise par la France dans les années 1950.
Pourquoi l’a-t-elle prise ? Et QUI l’a prise ? On a prétendu que la France, ayant été convaincue de la précarité stratégique d’Israël face au monde arabe, aurait choisi « généreusement » de mettre définitivement l’Etat juif à l’abri de toute menace de destruction. Cette thèse qui suppose une certaine naïveté et certain altruisme chez les hommes d’Etat français de ce temps-là n’est pas vraisemblable.
En réalité, même si l’opinion et la presse à l’époque étaient largement intoxiquées par la propagande israélienne, au sommet de l’Etat on ne pouvait pas ne pas être informé de la supériorité écrasante de l’armée d’Israël sur ses éventuels agresseurs, la France ayant participé elle-même à la construction de cette supériorité en vendant à l’Etat juif les armes conventionnelles (chars, avions etc.) les plus sophistiquées de l’époque.
La raison du geste français– soigneusement cachée jusqu’ici – pourrait bien être tout simplement que la France a payé ce jour là, cash, le prix de la participation d’Israël à l’expédition de Suez visant à renverser Nasser. C’est ce que nous allons exposer et expliquer.



LA FILIERE JUDEO-NUCLEAIRE



Pendant que Pineau est à Londres, Français et Israéliens entreprennent une autre négociation, encore plus secrète que la première. Dans le dos du ministre français des Affaires étrangères, occupé à Londres à persuader Eden, Ben Gourion, Moshe Dayan, Golda Meir et Shimon Pérès discutent avec Guy Mollet et Bourgès-Maunoury de coopération nucléaire. C’est le secret dans le secret. Si secret que le chef de la diplomatie française, pourtant réputé être un ami d’Israël, en est écarté. Tellement secret que dans le livre qu’il écrira en 1976 sur la crise de Suez, il n’en dira pas un mot. Pas plus d’ailleurs qu’Abel Thomas dans son récit pourtant très détaillé des négociations clandestines de la villa de Sèvres, publié en 1978.

Pineau, rappelons-le, est à la tête du ministère des Affaires étrangères, réputé pro-arabe, voire antisémite, où l’on peut craindre que ce secret soit éventé. Il n’est même pas au courant des livraisons massives d’armements français à Israël qui ont eu lieu en mai et juin. Si on a dit à Pineau de venir seul à Sèvres, c’est aussi parce qu’on se méfie sinon de lui, du moins de son cabinet.
Evidemment, la coopération nucléaire entre les deux pays n’est pas née du jour au lendemain ce 22 octobre. C’est, en fait, déjà, une longue histoire.
On peut même soutenir que Ben Gourion, dès 1948, a pensé à l’arme nucléaire pour défendre l’Etat qu’il avait fondé. « Homme formé au début du 20e siècle, il a une foi naïve dans la force de la science, observe l’historien français de la Palestine Henry Laurens. L’ensemble de ses préoccupations l’a poussé très tôt à réfléchir à une option nucléaire, d’autant plus que les grands noms du programme nucléaire américain étaient juifs. » « Il croyait que la science, observe de son côté Shimon Pérès, que la science pourrait compenser ce que la nature nous [Israéliens] nous avait refusé en termes de ressources et de matières premières ».

Du reste, beaucoup de savants juifs avaient émigré en Palestine durant les années 1930 et 1940, parmi lesquels David Bergmann, un chimiste juif allemand chassé par les Nazis, qui allait devenir directeur du Commissariat à l’Energie Atomique israélien, instauré en 1952 sous les auspices et le contrôle du ministère de la Défense. D’autre part, à peine l’Etat juif déclaré, des dépôts de phosphates uranifères ont été découverts dans le désert du Néguev. En même temps un procédé d’extraction de l’uranium contenu dans ces phosphates a été mis au point est breveté, ainsi qu’un moyen de produire de l’eau lourde par distillation. Deux brevets qui sont ensuite cédés au Commissariat à l’Energie Atomique français. Donc deux des éléments nécessaires à la fabrication d’une bombe atomique ont été très vite réunis. A vrai dire les deux procédés israéliens s’avérant trop coûteux, l’Etat hébreu préférera s’approvisionner en uranium auprès de la France et en eau lourde au près de la Norvège.

En 1949, le savant français Francis Perrin, membre du Commissariat à l’Energie Atomique de la France rend visite en Israël à son ami David Bergman. Il invite de jeunes scientifiques israéliens à venir travailler au centre français de recherche nucléaire de Saclay. Perrin a raconté bien plus tard que pendant la Deuxième Guerre mondiale, lorsqu’il travaillait aux Etats-Unis dans le cadre du Projet Manhattan qui devait déboucher sur le bombardement nucléaire d’Hiroshima, on lui avait dit qu’il pourrait utiliser ses connaissances de retour en France à condition de garder le secret. C’est sur cette même base qu’il transmet son savoir à ses collègues israéliens…

http://observatoiredesreligions.fr/spip.php?article275&artsuite=5 


http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=5965

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche