Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2009 7 06 /09 /septembre /2009 15:58
 
 

Photo : Jacques Paltz
(Armeria, dont le capitule est en grosseur réelle de 2 cm)

Mise à jour le 6 septembre 2009


« On ne va tout de même pas retourner au Moyen Age ? »



Telle est l’expression stupide qui nous est parfois opposée, y compris par des « journalistes(*) »...
Cela va encore lorsque l’on parle d’écologie, de sauvegarde de la planète, de protection de la vie, de la biodiversité,
de développement durable…
Mais c’est lorsque l’on entre dans le concret, lorsque l’on tire les conclusions logiques de ce constat et de ces
bonnes intentions,
que ça se gâte !
Surtout si l’on va au fond des choses… Car l’écologie est faite d’interactions.
Il faut se garder des solutions simplistes, avancées par dogme, par fanatisme, et pour tout dire,
par méconnaissance totale du sujet. Car seul le bilan global compte !
A l’arrivée, il y a souvent loin de la théorie à la pratique, tellement l’équilibre écologique est complexe !
(*)
Liste non limitative des experts en mauvaise foi, collaborateurs servils, pouvant sortir ce genre d'ânerie :
Laurence Ferrari, Jean-Marc Sylvestre...


Savoir poser les bonnes questions et bien identifier les problèmes
Le nucléaire est emblématique de ces mauvaises questions posées.

La France est le pays le plus touristique du monde.
Economiquement, nous ne pourrions pas nous passer de cette manne financière.
Or, il se trouve que la France est aussi le pays le plus nucléarisé du monde.
Cela signifie qu’au premier accident (ou malveillance) sérieux, non seulement ce sera une catastrophe humanitaire,
mais aussi que les touristes ne viendront plus.
C’est pour le coup que nous risquerons alors de retourner au Moyen Age… !
Car en plus, il faudra traiter l’arrêt des autres centrales dans les pires conditions…

De toute façon, avec la sécheresse, y compris en hiver, on ne pourra bientôt plus refroidir et donc faire fonctionner
les 40 réacteurs qui épuisent nos rivières... Savez-vous qu'ils consomment potentiellement 3 milliards de litres d'eau par JOUR ! Alors...

La question n’est donc pas : « Peut-on se passer du nucléaire ? ».
Mais : « Qu’attend-on pour arrêter cette folie ? ».
Savez-vous aussi qu’une étude a été demandée sur la résistance des centrales nucléaires en cas de chute d'avion ?
Sa conclusion est qu'elles ne résisteraient pas à la chute d'un avion de plus de 5,7 tonnes,
alors qu'il est impossible d'intercepter "gentiment" un tel avion.
Il n'y a donc que 2 cas de figure possible :
1) Il faut détruire l'avion et ses passagers avant, si possible...
(impossible en pratique, pour un premier avion, de prendre la décision à temps).
2) Dans le cas contraire, le pays le plus touristique du monde devient "inhabitable".
Or, bien que les survols soient interdits, tous les sites sont néanmoins survolés (80 % moins de 1 fois/an, 2
0 % 5 fois/an
et 2 sites "souvent"). Un accident est donc toujours possible, sans parler d'un attentat.
Et justement, savez-vous que l’on joue encore et toujours avec le feu lorsque l'on sait qu'un simple petit
groupe "armé"
de chalumeaux, pourrait, en s'attaquant aux pylônes THT, provoquer une panne gigantesque, y compris
dans toute l’Europe,
et risquer un drame nucléaire en obligeant les centrales à un arrêt brusque, cette manœuvre d’urgence
étant des plus délicates qu’il soit ?


Mais le nucléaire n’est qu’un exemple parmi d’autres…


Tout ce qui constitue nos sociétés mène à une impasse : énergies non renouvelables, agriculture dévastatrice,
médecine aberrante, épuisement des ressources naturelles (notamment en eau), surpopulation…


Si l’on continue ainsi, on va droit dans le mur.
S'il y a une utopie et une naïveté, c’est bien de croire que l’on peut continuer ainsi !


Le pire c’est que tout le monde le sait ou en a au moins conscience au fond de soi…
D’ailleurs, on en revient au constat consensuel du début.
Il faut faire quelque chose !
Et on sait quoi ! Des solutions existent, qui auraient pu et du être appliquées depuis longtemps…
Et à nouveau les points qui fâchent et les questions naïves, du genre :
« Alors pourquoi on n’en parle pas (ou pas davantage). Comment se fait-il qu’une information importante
ne remonte pas à la surface ?
Toutes les vérités finissent par se savoir un jour ou l'autre, alors pourquoi aucun journaliste ou magazine i
ndépendant n'en fait état ?
Si c’était vrai, on finirait bien par le savoir à un moment ou à un autre ! ».

C’est une remarque implacable… que dis-je, c’est une sentence !

Mais cette sentence part de 2 postulats :

1) Il y a encore des journalistes indépendants
2) Nos hommes politiques et grands industriels sont foncièrement bons et désintéressés.
En ce qui concerne les journalistes, reportez-vous à l’article :


"De l'indépendance de la presse" rubrique "ARTICLES FLORAISON"
En ce qui concerne le second point :
Tout prouve que ce postulat est faux et sans fondement, et que c'est même tout le contraire.
Mais le processus est encore plus vicieux que cela. Lorsque, pour des raisons inavouables, une information
ou une invention,
qu'elle concerne la santé ou l'énergie notamment, doit rester secrète, il suffit de jeter le discrédit et l’anathème sur ceux qui publient l'information ou qui sont à l'origine de la découverte. Ainsi, le simple fait d'en faire état risquant
de ridiculiser, l'autocensure est de règle. Bien sûr, les pressions et menaces diverses ne sont pas négligées
pour autant. Mais le ridicule et le discrédit sont des armes plus subtiles et plus redoutables, puisque menant
à cette autocensure si efficace.
Avant, en dénonçant un scandale ou un trafic, qu'il soit politique, médical ou lié à l'énergie, on risquait sa vie.
Aujourd’hui, on risque le ridicule, la marginalisation, et cela sert d'exemple à l’entourage, qui, au lieu de se
mobiliser pour dénoncer l'assassinat physique (comme avant), s'autocensure en se réduisant au silence.
Du jour au lendemain, un grand journaliste ou un grand professeur de médecine, jusque là honorablement
connu et respecté,
peut passer au stade peu enviable de paria.
Et cela en fait réfléchir plus d'un...!!!
Je vous laisse aussi vous reporter aux différents articles publiés dans ce site artemisia-college.org

Ensemble, agissons dans un seul but… pour la vie… vraiment…
« Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire ! ».
Albert Einstein


En vérité, je pense qu’il est grand temps de changer de tactique.
Je suis convaincu que ceux qui nous imposent le nucléaire, les OGM,
les pesticides, les vaccins… notamment, le font non pas parce qu’ils se trompent, mais délibérément, dans l
e but de créer volontairement un système néfaste, morbide, propice à développer leurs bizness, un monde
maintenu dans un état de guerres continuelles, de pauvreté
sans fin pour la plupart des habitants de la terre et de ruine environnementale globale, juste pour soutenir l
eur « ordre » mondial démoniaque. Il faut en tirer les conséquences :
cesser de nous épuiser à chercher à convaincre, et consacrer « toutes nos forces » pour combattre ces gens
et leurs plans.
Trop tard pour ceux qui ne veulent pas comprendre, qui ne veulent pas voir l’évidence.
Et gare au syndrome de la grenouille !*
Bonne lecture…
Jacques Paltz




*Le syndrome de la grenouille (parabole)


Imaginez une marmite remplie d'eau froide dans laquelle nage tranquillement une grenouille. Le feu est allumé s
ous la marmite, l'eau chauffe doucement. Elle est bientôt tiède. La grenouille trouve cela plutôt agréable et
continue à nager.
La température continue à grimper. L'eau est maintenant chaude. C'est un peu plus que n'apprécie la grenouille,
ça la fatigue un peu, mais elle ne s'affole pas pour autant.
L'eau est cette fois vraiment chaude. La grenouille commence à trouver cela désagréable, mais elle s'est affaiblie,
alors elle supporte et ne fait rien.
La température continue à monter jusqu’au moment où la grenouille va tout simplement finir par cuire et mourir,
sans jamais avoir fait quelque chose pour s'extraire de la marmite.
Si la même grenouille avait été plongée directement dans l'eau à 50°, elle aurait immédiatement donné le coup
de patte adéquat qui l'aurait éjectée aussitôt de la marmite...
Cette expérience montre que lorsqu'une dégradation des conditions s'effectue d'une manière suffisamment lente,
elle échappe à la conscience et ne suscite, la plupart du temps, aucune réaction, aucune opposition, aucune révolte.

Si nous regardons ce qui se passe dans notre société depuis quelques décennies, nous subissons une lente dérive
à laquelle nous nous habituons.

Des tas de choses qui nous auraient horrifiés il y a 20, 30 ou 40 ans, ont été peu à peu banalisées, édulcorées,
et nous dérangent mollement à ce jour, ou laissent carrément indifférents la plupart des gens (préférant le
football et les infos « people »).
AU NOM DU PROGRES, de la science et de la « sécurité », les pires atteintes aux libertés individuelles, à la
dignité du vivant, à l'intégrité de la nature, à sa beauté et au bonheur de vivre, s'effectuent lentement et
inexorablement, avec la complicité constante des victimes, ignorantes ou démunies (ou ne voulant ni voir ni
se donner les moyens de réagir).
Les noirs tableaux annoncés pour l'avenir, au lieu de susciter des réactions et des mesures préventives, ne font
que préparer psychologiquement le peuple à accepter des conditions de vie décadentes, voire DRAMATIQUES.


Le GAVAGE PERMANENT d'informations niaises, de la part des médias, sature les cerveaux, qui n'arrivent
plus à faire la part des choses entre le réel et le virtuel, entre les films et la réalité. L'énergie nucléaire, l
es engrais chimiques, les clonages, les OGM, ont grignoté progressivement notre libre arbitre au point qu'il
est condamnable de vouloir échapper aux vaccinations (par exemple), et que l’idée même de vouloir y échapper
vous catégorise immédiatement comme sectaire marginal ; ce qui en dit long sur le formatage profon
d des esprits !
Verchip (dispositif d'identification à radiofréquence ou RFID), microprocesseurs de la taille d'un grain de riz,
est mis au point par la société Applied Digital Solutions, en Floride. Ces puces sont implantées sous la peau et
émettent un signal lisible par un décodeur spécial, qui identifie tous nos paramètres sociaux, médicaux et autres...
Les malades en sont les premiers « bénéficiaires » aux Etats-Unis (et les jeunes en discothèque pour pouvoir
accéder au carré V.I.P. !!!). L'implantation est payante, plus un abonnement mensuel pour l'entretien des
bases de données.
Prochainement (?), ceux qui refuseront cette « puce », perdront l'accès aux établissements publics, à la
Sécurité Sociale, aux autoroutes, aux banques ; la police vérifiera si vous avez bien votre puce et si elle est
bien à jour.

Fabulations ? Visionnez donc cette interview d’Aarun Russo, directeur et producteur de films
documentaires d'Hollywood, qui a parlé en détail des reconnaissances renversantes de Nick Rockefeller.
Des révélations époustouflantes à regarder ABSOLUMENT avec cette vidéo de 10 mn, enregistrée
quelques temps avant sa mort :

http://www.dailymotion.com/video/x3qiv7_aaron-russo-sur-le-911-le-cfr-et-ro_politics
Idem sur ce site :
http://www.choix-realite.org/?3106-rockefeller-a-reconnu-l-objectif-de-l-elite-de-pucer-la-population-
aaron-russo

Et :
http://artemisia-college.org/EXTRAORDINAIRE-00-03-02-0185-01.html

A lire ces 3 PDF ci-dessous, révélateurs (c'est le mot) :

artemisia-college.org
 
Fichier(s) joint(s) :





http://artemisia-college.org/AGIR_VITE__POUR_LA_VIE__-15-60-1.html

(blog fermé volontairement le 20.9.9 - Pourquoi ????? Un signe du danger qui vient ?)

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Alerte - danger ! - SOS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche