Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 03:20

Pourquoi je hais le peuple

Article rédigé le 10 sept 2009, par Mecanopolis

La détermination du peuple est immuable et effrayante. Le peuple est une masse d’individus conditionnés mentalement et intellectuellement par une myriade d’institutions spécialisées dans le lavage des cerveaux et dans l’apprentissage aux futurs métiers de la servilité et de l’assujettissement. En effet, pour qu’il y ait peuple conditionné mentalement et intellectuellement, il faut qu’il existe préalablement école, famille, lois, institutions, État etc dont la mission consiste à modifier la posture psychique de chaque individu pour en faire une masse et des hommes dressés comme les animaux du cirque.



MoutonsDePanurge_grand



Dans le dressage des êtres humains, l’école n’a rien à envier aux centres de formation spécialisés dans la formation des animaux du cirque. L’école et les méthodes pédagogiques ne sont pas autre chose qu’une sorte de dressage des enfants en bas âge appelés à former plus tard ce que l’on appelle l’esprit public ou l’opinion populaire d’une collectivité ou d’une nation. Les chantres de l’humanisme et les philanthropes veulent faire croire que l’école est là pour faire le bonheur des hommes alors qu’elle est en réalité un lieu concentrationnaire chargé de former des troupeaux humains à marcher et à être contents à marcher. L’école est d’abord l’endroit où se forment les réflexes conditionnés des êtres humains suivant des méthodes claires et très sûres. Malgré les différences d’aptitude entre les animaux de diverses espèces, tous les animaux peuvent finalement être dressés. Il en est ainsi des populations scolaires qui, malgré les différences d’aptitude de chacun de leurs membres, seront en fin de compte dressées. À l’école, comme dans le cirque, on retrouve les mêmes principes: l’appât et la peur des sanctions, la crainte de la douleur qui sont les mobiles sur lesquels repose l’apprentissage des animaux et des troupeaux humains. L’imitation pratiquée sur une grande échelle dans l’éducation joue un rôle déterminant dans la formation des réflexes chez les enfants, car elle joue le rôle de « drainage » chez des écoliers en présence d’autres écoliers.

C’est au sein de l’école que se forme le peuple ou l’esprit populaire, cette grande masse d’individus suggestionnables, influençables et violables psychiquement. Dans la vie de nos soi-disant sociétés démocratiques, le peuple est censé être libre et souverain dans le choix de ses gouvernants et de ses représentants. Or, la réalité est tout autre et le peuple n’est là que pour une mission de figuration pour les kermesses électorales. Ce qui est demandé au peuple dans les démocraties capitalistes, ce n’est pas seulement de participer à la mascarade électorale mais surtout et avant tout d’obéir et de se taire. Le peuple a été formé et préparé des années durant à recevoir des ordres, à bien les interpréter et à les exécuter correctement. Il faut bien dire que l’ordre est plus ancien que le langage sinon les animaux du cirque ne pourraient pas le comprendre. La manière de bien comprendre le sens de l’ordre est d’une importance capitale, car la finalité de tout ordre est de déclencher une action. Mais comme toute action est précédée d’un ordre, on comprend aisément pourquoi les regards du peuple sont toujours rivés sur les lèvres de ses meneurs et de ses maîtres dans l’attente des mots d’ordre. Songeons à ces millions de victimes qui ont répondu présentes lors des différentes guerres et dont les corps ont servi de chair à canon. Le peuple est donc, comme le soldat, n’agit que par ordre et il passe sa vie durant à attendre ce moment crucial, le garde-à-vous. La réponse du peuple comme celle du soldat est toujours la même, « A vos ordres ». Comme le soldat lors de sa formation militaire, le peuple sait parfaitement grâce à l’école et à l’imitation, à quel moment il doit répondre présent à l’appel de ses maîtres et meneurs pour procéder à l’exécution des ordres. Pour passer de l’ordre à l’action, le peuple a besoin seulement du mot d’ordre des maîtres et des donneurs d’ordre qui lui imposent une certaine direction. L’art du meneur et du donneur d’ordre consiste à résumer en mots d’ordre tout ce qu’il veut obtenir et à les présenter avec force et d’une manière convaincante pour l’aider à rassembler des individus en peuple. C’est pourquoi les meneurs du peuple utilisent le langage de l’inconscient en recourant à des mots-clés, des slogans, des symboles visuels et sonores, à certaines couleurs et à la musique.

La première mission des meneurs est celle qui consiste à niveler le peuple vers le bas pour mieux le dominer. Pour que l’ordre soit efficacement exécuté, c’est-à-dire sans hésitation, ni discussion, ni explication, ni doute, car, comme pour les animaux du cirque, le peuple ne doit recevoir ni nourriture ni récompense que des mains de ses meneurs et ses maîtres attitrés. Mais contrairement aux animaux du cirque qui peuvent être sanctionnés soit par faim soit par la mort, le défaut d’obéissance du peuple se traduit généralement par sa participation directe dans la fabrication de la machinerie qui sera appelée à le châtier et à le punir, la dictature et le totalitarisme qui s’érigent en son nom. Pour que l’ordre garde toute sa puissance et ses caractères indiscutables, il faut sans cesse travailler au nivellement du peuple vers le bas. Car plus le niveau intellectuel et mental du peuple est bas plus l’ordre a une chance d’être spontanément et correctement exécuté.

C’est parce que le peuple a toujours été à la fois la victime consentante et le complice des dictateurs et des dictatures, que je hais le peuple. Je hais le peuple, parce qu’il est par définition ignorant, aveugle et une marionnette manipulable à volonté. Je hais le peuple, car il est composé d’individus frustes mus par le seul instinct et absorbés par les seuls besoins animaliers, par le boire, le manger et le s’amuser bêtement. Je hais le peuple, car il constitue une entrave à ma liberté et à la réalisation de mes aspirations qui ne sont nullement celles de produire et de consommer. C’est parce qu’il est le seul responsable de tous mes malheurs et de tous mes déboires dans la vie terrestre, que je hais profondément et viscéralement le peuple.

FAOUZI ELMIR

Nous vous recommandons de visiter le blog de notre ami Faouzi :

Le Bulletin de l’International



http://www.mecanopolis.org/?p=9484&type=1

Partager cet article

commentaires

MONIER aLAIN 28/12/2009 12:27


pauvre faouzi elmir,  je n'oserais dire suffisance car ce n'est pas le terme approprie, je m'excuse mais si tu peux faire l'effort de lire le texte sur ma reponse au theme du complot, ma
reponse est suffisamment explicite, si en meme temps c'etait une defense  du philosophe derridien, qui n'apporte pa s de verite devoile, mais un systeme de comprehension qui nous permet de
nous rendre compte que personne n'echappe a la betise, a l'abrutissement ? PEUT ETRE ENCORE PLUS CE QUI SE CROIT EN DEHORS DE TOUTES SES INTERFERENCES; CORDIALEMENT aLAIN


Eva R-sistons 14/09/2009 14:20

Merci pour ton analyse, je l'imprime et je vais la lire, là je suis trop fatigiuée (pas encore coiuchée, trop de travail !) bien à toi, eva

Sam's 14/09/2009 12:19

Il est désolant de voir relayer ici un article appelant à la haine du commun des mortels constituant le peuple. Certes, la masse des hommes et des femmes sont enfermés dans un aveuglement consensuel les rendant ignorants et stupides, car trop attachés à sauvegarder leur confort et leur relative sécurité. Il est tout aussi vrai qu’ils ne bougeront pas plus que cela, même sachant ce qui se trame dans les salons feutrés de l’élite mondial et des responsables politiques, le doux et insidieux « mijotage » de la grenouille dans la marmite.Pour autant, en regrettant cet endormissement, est-il besoin de flinguer ce peuple d’un jugement culpabilisant et extrême, au lieu de l'éclairer en dévoilant la grande manipulation institutionnelle qui le conditionne ? Que nenni, cet article est un aveu de l’impuissance de Faouzy Elmir, l’auteur, à accepter que la matière est plus lente que l’esprit et qu’il faut du temps pour changer sa vision, sa manière de penser, sa mentalité. En somme, la vie de ce monde. «La valeur d'une action ne se mesure pas à sa réussite, mais à sa capacité d'engager encore plus d'action». L’auteur aurait-il épuisé toutes ses ressources pour être à ce point désabusé de la nature humaine et du principe de la Vie selon lequel, un juste retournement des choses arrivera à son heure, lorsque le mouvement pendulaire du balancier capitaliste pointera à son apogée ?La question n’est pas de savoir si Faouzy Elmir ressent plus de haine contre lui-même ou de celle qu’il a vis-à-vis du peuple (son blog en dit long sur ses penchants extrémistes), mais bien plutôt, qui se cache derrière la source qui relaie cet article. Je veux parler de Mecanopolis.Il suffit de taper le nom de son administrateur (Claude Covassi) dans Google, pour générer 11.000 réponses et se faire une idée des motivations qui ont poussées à la création de ce site :Extrait :Claude Covassi, fausse taupe, vrai affabulateurhttp://www.spyworld-actu.com/spip.php?article4573‘’MANIPULATION. Les services secrets se sont intéressés à Hani Ramadan, mais sans violer la loi. Le rapport parlementaire sur l’affaire est pourtant sévère. La police genevoise est critiquée, les médias aussi.Claude Covassi, la taupe soi-disant chargée d’infiltrer le Centre islamique de Genève, n’était finalement qu’un manipulateur non dénué de talent. Il y avait du vrai dans ce qu’il a raconté aux médias, mais beaucoup de faux. La délégation des commissions de gestion du parlement, l’organe de surveillance des services secrets, a livré vendredi son rapport, très attendu, sur une affaire qui tient en haleine les médias depuis plus d’un an. Elle n’a pas trouvé « un seul indice sérieux susceptible d’étayer les graves accusations » du Genevois contre les divers organes du renseignement suisse.’’Claude Covassi définitivement condamné pour trafic d'anabolisantshttp://www.tdg.ch/geneve/actu/claude-covassi-definitivement-condamne-trafic-anabolisants-2009-07-02‘’Le Tribunal fédéral (TF) a confirmé le verdict de la justice genevoise, qui le sanctionne de huit mois de prison avec sursis.La condamnation de Claude Covassi pour trafic d'anabolisants est devenue définitive. Ce jugement avait été précédé de deux crochets entre la justice genevoise et le TF. Mon Repos avait obligé la Chambre pénale à mieux exposer pour quelles raisons elle maintenait la condamnation de Claude Covassi à huit mois de prison après avoir écarté le grief d'escroquerie par métier, initialement retenu en première instance avec d'autres délits. Peine complémentaireContrainte de revoir sa copie, la Chambre pénale genevoise avait expliqué que la sanction restait justifiée pour plusieurs raisons, dont le concours d'infractions et les nombreux antécédents de Claude Covassi. Elle avait confirmé le 23 février dernier la peine de huit mois de prison, complémentaire à une autre peine de quatre mois de prison avec sursis.’’ J’ai eu l’occasion de connaitre personnellement le personnage (qui certes au demeurant, est très avenant, attirant la sympatie et dispose d’un charisme redoutable), lors de la création du forum de Mecanopolis dont j’étais l’un des premiers membres fondateurs. J’ai appris à mes dépends, que si des opinions ne correspondaient pas aux idées et au message que Mecanopolis veut faire passer, la liberté d’expression était prestement et habilement muselée et bafouée. Aventurez-vous à émettre la moindre opinion critique et vous voilà étiquetez comme indésirable si vos commentaires ou vos sujets créés, ne sont pas purement et simplement bannis ou jetés à la trappe. Le but d'un forum n'est-il pas de favoriser les échanges, même si des opinions contraires s'y opposent, garantissant la libertés d'opinion, l'enrichissement et la diversité des débats ?Claude Covassi, l’administrateur de Mecanopolis converti à l’Islam, ne se cache pas d’avoir épousé la cause des Jihadistes tout en n’approuvant pas leurs actions militaires mais en les justifiant habilement, par une compréhension idéologique et fraternelle de leur lutte.Quand on analyse l’ensemble des articles de Mecanopolis, ceux traitant de la cause Arabe et Musulmane (certains très bons et très justes), on s’aperçoit qu’ils constituent pour 80%, la ligne éditoriale du site. Ceux signés Mecanopolis ne révèlent pas son auteur, et pour cause.{{Il s’agit de Claude Covassi}}. Pourquoi son nom n’apparait-il pas ?Les 20% restant traitent de la Suisse, de la mécanique mondialiste, de la manipulation médiatique, tous d’excellentes factures qu'il m'arrive de relayer sur mon site.Les auteurs qui interviennent sont recrutés tout comme je l’ai moi-même été, sur tous les continents. Chacun est spécialisé sur un sujet et le recrutement bat son plein en ce moment. Même si Mecanopolis revendique qu’il n’a rien à vendre et qu’il ne fait la promotion d’aucune cause, orientation politique ou religieuse, ni qu'il ne fasse l’apologie d’aucune idéologie, le projet de Mecanopolis est d’éditer un magasine « papier glacé » s’il vous plait et d’autres plus ambitieux encore, pour développer son aura médiatique.Quand on n’a rien à vendre, on ne se lance pas dans des actions de notoriété dans la recherche d’une plus grande écoute. Je connais pas mal de journaux gratuits qui n’ont de gratuit, que le papier qu’ils impriment. Les articles et les opinions qu’ils éditent ne sont que la version soft et consensuelle des médias alignés. De la sorte, la grenouille ne sent toujours rien venir dans sa marmite. Et nous, pauvres crapauds nous rendant au boulot dans nos métros, nous nous abreuvons endormis, des dernières vraies fausses nouvelles qui alimenteront les discussions des pauses café. Non non, ces « gratuits » n’ont rien à vendre non plus.C’est pourquoi, je suis fort étonné que Sylvain Timsit (le nouvel administrateur de Newsoftomorrow)  pourtant très éclairé et lucide tout comme Eva, aient relayés un article aussi haineux et pauvre en substance vis-à-vis d’une humanité encore naissante, d’un monde dans lequel une fenêtre semble s’ouvrir à un modèle sociétal en recherche de devenir.Malheureusement pour Faouzy Elmir, l’auteur de cet article abdique devant le système et les véritables responsables des abominations de ce monde. Faouzy Elmir s’est trompé de cible, il est tombé dans le piège des idéaux de ceux qu’il veut combattre. N’y parvenant pas, il traite de lâches et de tous les maux, les hommes et les femmes qui ne se réveillent pas assez vite à son goût, pour changer le monde comme lui-même souhaiterait en percevoir une amorce. J’appelle ça, la désillusion « post-prosélitiste » menant à des extrêmes dangereux, pouvant conduire au fanatisme.Faouzy Elmir n’est qu’un pion non dépourvu de talent rédactionnel, correspondant au message que le site de Mecanopolis qui le relaie, veut transmettre.Notez bien que je ne juge pas

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche