Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 19:01

La ville rêvée d'un Palestinien en Cisjordanie

De notre envoyé spécial à Ramallah, Adrien Jaulmes

Image de synthèse du futur centre-ville de Rawabi, en Cisjordanie. Des immeubles blancs rangésen cercles concentriques autour d'un centre commercial, administratif et religieux. (Crédits photo : www.rawabi.ps)




Image de synthèse du futur centre-ville de Rawabi, en Cisjordanie. Des immeubles blancs rangésen cercles concentriques autour d'un centre commercial, administratif et religieux. (Crédits photo : www.rawabi.ps)

Un homme d'affaires veut créer une nouvelle agglomération ex nihilo au nord de Ramallah. Reste à obtenir le feu vert d'Israël.

Un homme d'affaires palestinien veut construire une nouvelle ville en Cisjordanie. Avec ses immeubles blancs rangés en cercles concentriques autour d'un centre commercial et administratif, son projet ressemble à s'y méprendre à une colonie israélienne de Cisjordanie. Rawabi, («les collines»), n'existe pas encore, si ce n'est sur les luxueuses plaquettes de son promoteur, qui vantent la qualité de vie de la future agglomération. Les travaux sur le site prévu, dans les collines à une dizaine de kilomètres au nord de Ramallah, n'ont pas encore commencé. Mais Bashar Masri, le directeur de la société Massar, est confiant dans l'avenir.

«Nous sommes prêts à commencer la première tranche des travaux. L'objectif est de construire une nouvelle ville palestinienne de 5000 habitations, une première en Palestine», dit cet homme d'affaires né à Naplouse. Après avoir étudié en Égypte et aux États-Unis, mené à bien d'importants projets immobiliers au Maroc, il veut à présent investir dans sa Cisjordanie natale. «Il y a un manque de logement criant en Palestine. Plutôt que d'agrandir les agglomérations existantes, nous voulons créer une ville entière», dit-il.

Prendre au mot la «paix économique» de Nétanyahou

S'appuyant sur des centaines de millions de dollars de capitaux d'une société qatarie avec laquelle il a formé un joint-venture, il assure avoir déjà l'accord de l'Autorité palestinienne. «Nous avons besoin de l'engagement du gouvernement palestinien de construire des infrastructures comme des écoles, des postes de police et des casernes de pompiers. Ils sont d'accord sur le principe.»

Reste à obtenir aussi les autorisations d'Israël, qui contrôle tous les déplacements en Cisjordanie. A commencer par ceux de M. Masri, qui a perdu sa carte de résident en 1988 et, comme de nombreux Palestiniens de la diaspora, est rentré avec un visa de tourisme. «C'est effectivement un gros problème, pour moi comme pour tous les investisseurs en Palestine», admet-il dans ses luxueux bureaux à Ramallah, meublés de coûteux fauteuils design. «Mais les choses sont devenues un peu plus faciles ces derniers temps.»

Le gouvernement Nétanyahou, qui préfère promouvoir une «paix économique» avec les Palestiniens, reposant sur le développement, a assoupli la circulation des biens et des personnes en Cisjordanie et levé un certain nombre de points de contrôles. «Nous devons être très circonspects en rejetant ou en acceptant la politique israélienne, dit Bashar Masri. La paix économique voulue par Nétanyahou doit remplacer la paix politique, ce qui n'est pas envisageable. Mais on ne va pas non plus se tirer une balle dans le pied et refuser de saisir l'occasion de lancer des projets qui bénéficieront à notre population. Nous sommes en prison, c'est vrai, mais il faut aussi vivre !»

Pas d'État sans développement

Alors que les autorités israéliennes résistent bec et ongles aux pressions internationales qui réclament le gel des nouvelles constructions dans les colonies de Cisjordanie, le projet de Bashar Masri de bâtir ex nihilo une ville nouvelle semble un peu utopique. «Quiconque investit en Palestine prend des risques, c'est évident…», dit Bashar Masri, apparemment conscient des difficultés qui entourent son projet. «Mais il faut en prendre. Un État palestinien est en train de se bâtir ; il n'existera pas sans développement économique et j'aime à penser que notre projet participe à la création d'un État viable…»


http://www.lefigaro.fr/international/2009/09/15/01003-20090915ARTFIG00313-la-ville-revee-d-un-palestinien-en-cisjordanie-.php?yahoo=1

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Alternatives au Système
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche