Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 22:17
 Quelques brèves
 récentes

 

Washington : cachez-moi ces 300 000 manifestants que je ne saurais voir !

Paris, le 15 septembre (Nouvelle Solidarité) — Depuis samedi dernier, les médias du monde entier cachent à la population mondiale le fait que ce ne sont pas « des dizaines de milliers de manifestants » qui ont déferlé à Washington pour dénoncer la politique de Barack Obama, mais bien des centaines de milliers de manifestants, comme on a pu l’évaluer à partir des rues couvertes par la foule.

Tout comme elle cache l'existence de villages de tentes bourgeonnant dans des Etats comme la Californie, la Floride, le Rhodes Island ou le Tennessee (http://www.youtube.com/watch?v=CnnOOo6tRs8), l'administration Obama cherche également à cacher l’explosion d’une véritable grève de masse à travers tout le pays qui pourrait l’obliger à changer radicalement sa politique voire même la déstabiliser.

Lyndon LaRouche établit le parallèle avec la chute du mur de Berlin il y a 20 ans. Le 6 octobre 1989, Erich Honecker, secrétaire général du Parti communiste de la RDA et Erick Mielke, chef de la sécurité Est-allemande, organisaient en grande pompe le 40eme anniversaire de la création de la République démocratique allemande. A ce moment déjà, des dizaines de milliers de personnes manifestaient tous les lundis en Allemagne, alors que des milliers d’autres fuyaient la RDA via la Hongrie et l’Autriche. Le 9 novembre, à peine un mois plus tard, le mur était tombé et les allemands entreprenaient sa destruction à coups de pioches !

Ainsi, contrairement à la propagande diffusée par les agences de presse internationales, dont l’AFP, propageant la « ligne » de la Maison Blanche selon laquelle la manifestation n’a rassemblé que « quelques dizaines de milliers », (le très modéré Le Monde ne parle lui que « de milliers ») ce sont plutôt des centaines de milliers de personnes qui ont manifesté à Washington, sans compter les rassemblements qui ont eu lieu dans le pays en préparation à cette manifestation, ni ceux qui ont eu lieu le jour même, en coordination avec celle-ci. Voici juste quelques exemples : entre les 9 et 12 septembre, des rassemblements ont réuni 2500 personnes à Dallas (Texas), 10 000 à New Lenox (Illinois), 2000 à Pittsburg (Pennsylvania), ou 3000 à Toms River (New Jersey). Le jour même de la manifestation, on en a signalé 12 000 à Fortworth (Texas), 1000 à Wasilla (Alaska), ou 1000 à Orange County (California).

Autre grossier mensonge savamment distillé par les « communicants » de la Maison Blanche et diffusé par les médias, les contrôleurs de ces manifestations seraient les Républicains de droite, Rush Limbaugh, Dick Armey et autres reliques de la période George Bush.

La réalité cependant est toute autre, comme on peut le constater en visionnant ce reportage de MSNBC depuis la manifestation (http://www.youtube.com/watch?v=OBVPnUdlRHw), et il faut s’être crevé les yeux pour ne pas imaginer ce qui se passe aux Etats-Unis actuellement.

S’il est vrai que le camp républicain cherche à tirer profit du mouvement et à le contrôler, que parmi les manifestants on trouve les libertariens, farouches ennemis de l’Etat et autres extrémistes du genre, la vaste majorité des participants toutefois est formée d'Américains déboussolés par l’effondrement de leur pays, qui viennent de tous les Etats et des tous les courants d’idées, y compris de la gauche du Parti démocrate et des syndicalistes. Comme le soulignait bien cet article du New American, « Jamais, depuis 150 ans il n’y a eu une telle manifestation au Capitole, avec des participants qui ne demandaient pas de prébende au gouvernement fédéral, une loi favorable à leurs intérêts spécifiques, ou une sorte de favoritisme. Les marcheurs exigeaient plutôt que le gouvernement obéisse à la Constitution et leur ‘foute‘ la paix ! »

A côté des calicots contre le « Big state », que les médias on diffusé à l’exclusion de tous les autres, on trouve aussi des slogans contre la Réserve Fédérale, « Fermez la Fed », « Arrêtez d’imprimer de la monnaie », ou encore « C’est la constitution, idiot », imitant le fameux slogan « C’est l’économie, idiot » qui avait permis à Clinton de remporter sa présidentielle. On voyait également de nombreuses affiches du Président américain affublé d’une drôle de petite moustache, signature du mouvement de Lyndon LaRouche dénonçant l'hypocrisie de la réforme de la santé d'Obama. Une alliance difficile entre groupes différents, dit le reportage de MSNBC mentionné plus haut, insistant sur le fait « qu’il n’ont aucun dirigeant désigné », qu’ils se définissent comme des « patriotes » et des « défenseurs des idéaux de la Constitution américaine ». Ce qu'ils ont en commun : leur « mécontentement envers les deux partis » et le sentiment qu’ils ne sont écoutés par aucun des politiques de Washington.

Les médias français, qui ne nous informent pas correctement sur tout cela, reflètent-ils les craintes de nos propres oligarchies face à la possibilité d’un tel mouvement en France ?

Les HMO tuent des gens, disent les infirmières californiennes

11 septembre 2009 (Nouvelle Solidarité) – « Le refus d’accès aux soins, prononcé régulièrement par les assureurs privés, est comme l’éléphant dans la pièce dont nul, dans le débat national sur la santé, ne semble vouloir parler. Rien dans les lois, actuellement débattues au Sénat et à la Chambre des représentants, ne remet en cause cette pratique. »


Ces assureurs privés, appelés HMO (Health management organisations), sont des « panels de la mort », déclare l’Association des infirmières de Californie. Cette association a rendu public les chiffres choquants du nombre de refus d’accès aux soins par les HMOs.

Cette déclaration de Deborah Burger, infirmière, co-présidente de l’Association des infirmières de Californie (CNA), et du Comité national d’organisation des infirmières (NNOC), lance un défi au discours prononcé par Obama le 7 septembre à Cincinnati, où il pérorait : « opposants à la réforme : que proposez-vous comme alternative ? »

Le CNA/NNOC vient de montrer que les HMOs ont refusé, sur les huit dernières années, pas moins d’un cinquième des demandes de prises en charge. Les responsables de l’enquête du CNA/NNOC ont analysé les données fournies par les assureurs auprès du Département de la santé de Californie. De 2002 au 30 juin 2009, six des principaux assureurs installés en Californie ont refusé 47,7 millions de demandes de soins, soit 22% du total des demandes.

Voici le détail : PacifiCare (appartenant au groupe UnitedHealth) a refusé 39,6% des demandes ; Cigna, 32,7% ; HealthNet, 30% ; Kaiser Permanente, 28,3% ; Blue Cross, 27,9% ; et Aetna, 6,4%. Dans de nombreux cas, cela s’est soldé par des décès précoces : par exemple pour Nataline Sarkisyan, 17 ans, habitant Northridge en Californie, à qui Cigna a refusé une transplantation du foie ; également pour Nick Colombo, de la ville de Placentia, à qui a été refusé le traitement de son cancer des os. Cette pratique a permis aux 18 géants de l’assurance de dégager un profit de 15,9 milliards de dollars en 2008 dans le seul Etat de Californie.

Le CNA/NNOC est favorable à l’alternative qu’Obama a précisément retirée de la table : une extension de la couverture de santé de Medicare à tous les Américains.

Quelle est l’option choisie par Obama ? Dès le départ, il a écarté l’idée d’une assurance-santé universelle, et il a déclaré que les assureurs privés continueraient à jouer leur rôle dans sa « réforme ». Il a exigé que soit mise en place une copie conforme du système britannique, avec ses refus d’accès aux soins décidés par un panel de la mort (fameux pour ses initiales : NICE), dans le but de réduire les dépenses de Medicare et Medicaid.

Lyndon Larouche, à la tête de la campagne pour un retrait de la « réforme » d’Obama, propose une alternativetrès simple : bannir les HMOs, abroger la loi de 1973 de Nixon qui a amené leur création, rétablir dans chaque Etat le quota d’accueil hospitalier défini par la loi Hill-Burton, et financer cela par une caisse unique ; en d’autres termes, une assurance Medicare/Medicaid pour tous.

Les HMO soutiennent Obama et l’austérité

15 septembre 2009 (Nouvelle Solidarité) – Aujourd’hui à Washington, lors de la grand-messe des assureurs de santé privés sur les programmes de santé publique, le mot d’ordre était à l’austérité, sur un ton fasciste et décontracté.

Devant un millier de dirigeants du secteur, Stuart Altman, un des principaux stratèges du lobby des HMO, s’est exclamé : « Oui, vous êtes haïs ! Vous cachez même à vos familles votre activité car la population vous déteste », avant d’inviter ses condisciples à soutenir la réforme Obama et ses coupes drastiques dans le programme Medicare/Medicaid, et de leur demander encore plus de sévérité dans les refus de soins à leurs assurés.

La toute dernière couverture du magazine à grand tirage Newsweek, « The case for killing Granny », montre bien l'hypocrisie des médias qui affirment que la réforme d'Obama vise à principalement à offrir une couverture santé aux américains laissés pour compte. L'auteur de l'article affirme : « L'idée que nous puissions rationner les soins pour les personnes âgées (ou toute autre personne) est un anathème politique. Les politiques n'osent pas utiliser ce mot qui commence par un 'R', de peur d'être accusés - à tort, bien entendu - de vouloir débrancher Grand-mère. Or, le besoin de réduire les dépenses pour les personnes âgées en fin de vie est le proverbial éléphant dans la pièce du débat sur la réforme de la santé. Tout le monde le voit mais personne n'ose en parler. (...) A moins que les américains apprennent à contempler la mort comme étant plus qu'un défi scientifique à surmonter, notre système de santé ne pourra jamais être réparé. »
Puis Altman s’en est pris aux « cinglés » qui s’imaginent que l’administration Obama veut mettre en place des « tribunaux de la mort », avant de rassurer ses amis assureurs que de tels comités chargés de diminuer les coûts étaient bien inclus dans le projet de loi Obama. Il a ensuite jeté son dévolu sur « les inventions et les innovations dans les technologies médicales », qui, parce qu’elles promettent de rallonger la vie, rendent les gens dépendants et provoquent un terrible accroissement des coûts. Il faut absolument procéder à des coupes drastiques dans le programme Medicare (programme public de santé pour les personnes âgées et les malades chroniques), a-t-il expliqué, sinon il faudra imposer un contrôle des salaires et des prix qui ne manquerait pas de déclencher des protestations bien plus massives que la grande manifestation de samedi à Washington.

Cette conférence était organisée par l’AHIP, le lobby des assureurs privés pour qui Simon Stevens, l’homme du programme pro-euthanasie du Prince Charles et de Tony Blair, joue le rôle de stratège et d’intermédiaire avec l’administration Obama.

Après le discours de Altman, Anton Chaitkin, de l’Executive Intelligence Review, a pris la parole : « Votre collègue Simon Stevens, maintenant directeur de l’assurance santé à l’Association des retraités américains, a mis en place en Angleterre des coupes budgétaires conséquentes avec le programme Liverpool Care Pathway (Altman a hoché de la tête en signe d’approbation), qui prescrit aux patients qui semblent être sur le point de mourir, une mise sous sédation et l’arrêt de toute alimentation et hydratation. S’ensuit une mort rapide. Des études montrent qu’en Angleterre, une mort sur six est due à cette euthanasie involontaire. N’est-ce pas ce que vous voulez faire aux Etats-Unis ? »

Altman sourit avec mépris, puis lança : « Vous voyez ! Je savais qu’il y aurait un de ces cinglés pour intervenir », déclenchant un éclat de rire général. Puis il pointa Chaitkin du doigt et dit : « Nous ne tuons personne. Mais vous, en demandant que l’on paye pour des procédures inutiles, vous tuez des gens ! », avant d’être largement applaudi pour cette position courageuse. Puis il a ressorti ses vieilles statistiques censées prouver que 30% des dépenses de Medicare étaient gaspillées sur de « vieux faiblards » et autres patients coûteux.

Face à la révolution qui s'en vient, à lire de toute urgence :
La faille du marxisme : composition technologique du capital contre composition organique

Ne soyez plus largué, suivez l'actualité sur :
www.solidariteetprogres.org

Vous cherchez plus que de l'information ?
Visitez la section « Dossiers » et approfondissez nos idées

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche