Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 07:53

SOTT.net
   mercredi 24 juin 2009

                   ahmadinejad


© Inconnu

Ahmadinejad nous montre la voie

 

Ayant remporté une victoire écrasante à l'élection présidentielle, Ahmadinejad et ses supporters  au sein du régime iranien devraient savourer la gloire d'un mandat acclamé par les Iraniens. Au lieu de cela, ils font face à une pression incessante provenant de l'intérieur et de l'extérieur alors qu'ils sont confrontés à leur crise la plus mortelle connue jusqu'à présent. Les médias américains et britanniques se mettent en quatre pour diffuser des images d'une manifestante iranienne tuée par balle en plein jour, tout en décriant de manière répétée « l'élection frauduleuse » en Iran.


Voici le reportage de la BBC sur l'événement. Notez l'image bien placée et le sous-titre  « tombes » (tel qu'il est apparu dans l'article original). L'implication n'est pas affirmée, mais la suggestion est un appât très attrayant pour les lecteurs aujourd'hui chargés émotionnellement par les comptes rendus du symbole martyrisé de la Liberté IranienneTM : le régime iranien est en train d'enterrer tranquillement les preuves de son crime dans des ‘charniers'...

She was near the area, a few streets away, from where the main protests were taking place, near the Amir-Abad area. She was with her music teacher, sitting in a car and stuck in traffic.

Elle était près de la zone, à quelques rues seulement, de là où les principales protestations avaient lieu, près de la zone d'Amir-Abad. Elle était avec son professeur de musique, assise dans une voiture et coincée dans la circulation.

 

© BBC
Des emplacements de tombes auraient été creusés à l'écart pour  les personnes tuées dans les affrontements de Téhéran.

Elle se sentait très fatiguée et avait très chaud. Elle est sortie de la voiture pendant quelques minutes seulement.

Et c'est à ce moment-là que tout est arrivé.

C'est à ce moment-là qu'elle a été tuée. Des témoins oculaires et une vidéo du tir montrent clairement que de probables paramilitaires Basij en costume civil l'ont visé délibérément. Des témoins ont dit qu'ils l'a visaient clairement et qu'elle a été  touchée en pleine poitrine.

Le New York Daily chargea émotionnellement son texte :

Son nom est Neda, ce qui signifie "voix" en Farsi, et sa mort est devenue le principal cri de ralliement de la rébellion iranienne.

La jeune fille adolescente au frais visage, tuée samedi par ce qui semble être un sniper isolé dans les rues de Téhéran, est maintenant un symbole puissant pour les manifestants pro-démocratiques de l'Iran.

Sa mort choquante et rapide dans les bras de son père hurlant a été capturée sur vidéo rapprochée, publiée sur Facebook et s'est animée sur les écrans d'ordinateur dans le monde entier.

« RIP Neda, le monde pleure en voyant ton dernier souffle, » était un des messages écrit parmi le flot qui a inondé Twitter.

« Ils ont tué Neda, mais pas sa voix, » a écrit un autre. « Neda est la sœur de tout le monde, la fille de tout le monde, la voix de la liberté de tout le monde, » a déclaré un troisième.

A quelques heures de sa mort, des posters du visage de la jeune fille, les yeux ouverts et ensanglantés, furent brandis par des manifestants à Los Angeles et New York.

La vidéo graphique a été publiée à l'origine sur Facebook par un expatrié iranien aux Pays-bas qui dit qu'elle lui a été envoyée par un ami à Téhéran, un médecin qui essayait de sauver la jeune fille.


Il l'identifiait comme Neda Soltani, une étudiante en philosophie âgée de 16 ans.

Un groupe de Facebook ayant été créé pour la pleurer l'appelle « L'Ange de l'Iran. »

Hummm, Facebook et Twitter semblent jouer des rôles utiles dans cette révolution post-moderne.

Les  grands argentiers néo-conservateurs derrière Facebook


Facebook - le complot de la CIA


Incitation de la foule : Les Etats-Unis confirment qu'ils ont demandé à Twitter de rester ouvert pour aider les manifestants iraniens


Pour ne pas être en reste, le Times de Londres a décrit sa mort comme « l'équivalent iranien de l'étudiant qui défia les chars chinois sur la place Tien'anmen. » C'est un saut énorme étant donné qu'il y avait des comptes rendus en désaccord concernant son âge, concernant les personnes avec qui elle était à ce moment-là et ce qu'elle faisait. Enterré dans le panégyrique  du Times sur le « symbole de la rébellion » martyrisée, se trouvait un avertissement crucial :

L'authenticité de la vidéo, et l'origine de la balle, ne peuvent être vérifiées indépendamment, mais cela n'importe plus guère maintenant, parce que des millions d'Iraniens et des centaines de millions d'autres dans le monde croient fermement que l'histoire est vraie.

Quel joli petit embellissement quand le mouvement de l'histoire est de notre côté ! Nous ne savons pas qui l'a tuée, mais supposons juste que c'est le méchant régime iranien !

Eh bien, si la révolution qui n'a pas été télévisée au Venezuela en 2002 nous a appris quelque chose, c'est que l'origine de la balle du sniper est cruciale pour comprendre qui est responsable dans  l'instigation  de la violence et donc qui manipule les événements pour des motifs ultérieurs. Les similarités entre ce qui se passe en Iran aujourd'hui et ce qui s'est passé au Venezuela en 2002 sont frappantes.

Le manuel du coup d'état de la CIA qui a échoué


Quelque part dans les bois de la campagne de Virginie, la CIA enseigne sa maîtrise  en préparation et exécution de coups d'États, le modèle étudié est ici manifestement  le renversement en 1953 du Premier ministre iranien Mohammed Mossadegh, l'opération secrète de coup d'État parfait de la CIA. Mossadegh était le dernier chef d'État  iranien élu démocratiquement. « Mossadegh était un nationaliste opposé passionnément à une intervention étrangère en Iran. Il était  aussi l'architecte de la nationalisation de l'industrie du pétrole iranienne, qui avait été par le passé sous contrôle britannique. « Ca vous semble familier ?
Oui, changez « Chavez » et « Venezuela » en Mossadegh et Iran ; changez « américain » en britannique et vous avez  le même type de technique visant à lancer un coup d'État à l'égard du président Hugo Chavez au Venezuela vers 2002.

La CIA fit une alliance avec l'élite du Venezuela qui contrôlait la majorité des chaînes de télévision dans le pays et des généraux haut placés dans l'armée vénézuélienne. La CIA initia une campagne de propagande avec les chaînes de télévision sous contrôle, suivie par des manifestations dans les rues. Puis la CIA utilisa des snipers pour créer le chaos dans les rues. Le chaos fut utilisé comme prétexte pour que l'armée exige le départ de Chavez. L'armée alla jusqu'à arrêter Chavez mais il ne démissionna jamais. Le plan entier s'est effiloché  48 heures plus tard quand les supporters de Chavez envahirent les rues de Caracas et que des jeunes officiers de  l'armée (surtout la garde du palais) se rangèrent de nouveau  du côté de Chavez. Une fois que les forces anti-putschistes prirent le contrôle de la principale chaîne de télévision, les jeux étaient faits. Le peuple exigea de manière écrasante le retour de Chavez.

Malgré les prédations apparemment sans limites montrées par les agents de la tromperie comme ceux de la CIA, leurs capacités créatrices limitées révèlent des modèles de signature caractéristiques. Réinsérer « Ahmadinejad » à la place de Chavez et « Iran » à la place de « Venezuela » et le même scénario écrit par la CIA se répète, comme un programme informatique périmé que ses utilisateurs répugnent à mettre à jour par peur de s'avancer dans l'inconnu.

La vidéo est apparue montrant la jeune fille de 16 ans (ou 26) Neda Soltani avec son père ou son professeur de musique - peu importe le récit que vous préférez - debout juste quelques instants avant d'être tuée par une balle d'un seul sniper.

 



Que ces informations surgissent d'une manière aussi synchronisée dans un pays qui a soi-disant verrouillé l'accès du peuple à l'information est curieux. Il est encore plus curieux qu'une caméra se soit trouvée pointée en direction de cette personne particulière malgré le fait que des gens se dirigeaient  dans toutes les directions. Et notez l'homme avec la casquette blanche qui apparaît brièvement et parle dans un téléphone portable avec une main couvrant sa bouche. Mlle Soltani fut-elle choisie à l' avance pour être assassinée ? Ou bien fut-elle abattue au hasard par les autorités iraniennes répressives comme les médias voudraient nous le faire croire ?


L'événement a fait l'objet d' une grande couverture médiatique aux Etats-unis, poussant Obama  à briser sa politique du « Sans commentaire » au sujet des manifestations dans la rue, sachant qu'il avait gardé ses distances jusqu'alors  :

 

Obama condamne violemment les mesures énergiques prises contre les manifestants

Le Président démocrate, faisant face à de lourdes critiques de la part des Républicains disant qu'il était trop timide pour soutenir les manifestants contre l'élection contestée en Iran, a déclaré que les Etats-Unis étaient « atterrés et scandalisés » par la violence.

« Je condamne fermement ces actions injustes, et je me joins au peuple américain pour pleurer chaque vie innocente qui est perdue, » a déclaré Obama.

Il a décrit  la vidéo d'un femme iranienne tuée dans les rues, qui est devenu le sujet principal   de la couverture médiatique des manifestations, comme étant « à briser le cœur » et dit que cela montrait clairement que la violence utilisée à l'encontre des manifestants était « fondamentalement injuste. »

« En 2009, aucune poigne de fer n'est assez forte pour empêcher le monde de porter témoignage de la poursuite pacifique de la justice, » a-t-il déclaré .

Quand on lui a demandé pourquoi il avait mis autant de temps à exprimer son sentiment d'indignation, Obama a affirmé que l'approche des Etats-Unis avait été cohérente et qu'il ne voulait pas blesser les manifestants en les alignant avec les Américains.

« En fin de compte, la chose la plus importante que le gouvernement iranien doit considérer est sa légitimité aux yeux de son peuple, » a-t-il déclaré.

Mais Obama a refusé de se prononcer sur les conséquences potentielles que les répressions menées par Téhéran pourraient amener, et dit qu'il y avait encore « une voiepossible  » pour l'Iran dans laquelle il pourrait opérer à l'intérieur de la communauté internationale.

Pendant ce temps une autre attaque de drone au Pakistan assassinait deux fois plus de personnes que  les « manifestations violentes » et encore plus de preuves de la cruauté d'Israël apparaissaient. Faut-il retenir son souffle en attendant une condamnation de la Maison Blanche pour  ces crimes ?

Ce qui est particulièrement irritant à ce sujet est le fait qu'il y a des montagnes de
preuves suggérant que Bush a volé ses deux élections et il y a une preuve absolue que l'invasion de l'Iraq a abouti à la mort de plus d'un million d'Iraquiens. Pourtant guère de mots n'ont été écrits sur ces questions par les mêmes médias qui condamnent aujourd'hui l'Iran.

Considérez ces faits concernant  l'élection volée de 2000 :

  • L'élection  s'est jouée dans un Etat dont le gouverneur est le frère du candidat.
  • La Junte a opposé un recours concernant le recomptage des  votes dans l'Etat disputé.
  • Le Procureur général de cet Etat, fortement lié à la Junte, a supprimé des votes en utilisant une liste créée par une société de l'Etat d'origine du candidat.
  • Cette liste contenait frauduleusement des centaines de milliers de noms de citoyens qui en fait étaient éligibles pour voter.
  • La Junte, des membres d'un parti connu pour son programme promouvant  les droits des  Etats, est allée  à la Cour Suprême fédérale pour renverser la décision de la Cour  ordonnant un recomptage des votes.
  • Ce gagnant autoproclamé a perdu en réalité le vote populaire.
  • Ce gagnant autoproclamé est le fils d'un ancien dirigeant du pays et cet ancien dirigeant était le chef de rien de moins que la CIA.

La profondeur de l'hypocrisie d'un régime qui accuse sa victime de crimes pour lesquels elle est constamment coupable est époustouflante. James Petras a écrit ceci :

Ce qu'il y a d'étonnant, dans la condamnation occidentale unanime du résultat de cette élection, présenté comme frauduleux, c'est le fait qu'il n'y ait pas la queue du début de la moindre preuve, ni sous forme écrite, ni sous forme d'observations, qui nous ait été présentée, ni avant, ni une semaine après le dépouillement des bulletins de vote. Durant toute la campagne électorale, aucune accusation crédible (ni même, d'ailleurs, aucune accusation douteuse) de tripatouillage électoral n'avait été émise. Aussi longtemps que les médias occidentaux ont continué à croire à leur propre propagande concernant une victoire immanente de leur candidat-fétiche, le processus électoral a été présenté comme hautement libre, animé de débats publics enflammés et de niveaux sans aucun précédent d'activité publique, sans aucune entrave attribuable à un excès de prosélytisme public. Les dirigeants et les mass media occidentaux étaient à ce point persuadés d'avoir affaire à des élections totalement libres et ouvertes qu'ils étaient persuadés que leur candidat chouchou ne pouvait que gagner.

Les médias occidentaux se sont reposés sur leurs reporters couvrant les manifestations monstres des partisans de l'opposition, ignorant et minimisant l'énorme score réalisé par Ahmadinejad. Pire : les médias occidentaux ont ignoré la composition sociale des manifestations opposées, celles des partisans d'Ahmadinejad - le fait que le candidat élu bénéficiait du soutien de la classe bien plus nombreuse des ouvriers pauvres, des artisans et des fonctionnaires, alors que l'essentiel des manifestants de l'opposition appartenait aux étudiants de la haute et de la moyenne bourgeoisies, ainsi qu'à la classe des hommes d'affaires et des professions libérales.

Je le savais ! La vérité derrière le gazouillis de Téhéran

Aussi évident que  cela  l'était lors de  notre propre élection de 2000, Al Gore ne remettrait pas sur le tapis  la question de l'élection frauduleuse. Aucun politicien américain majeur n'y fait référence. Ils savent très bien qu'une telle accusation ferait trembler toutes les fondations de notre démocratie et menacerait les structures politiques en place.

Ce qui est, bien entendu, exactement de quoi il s'agit. Les initiateurs des troubles  étaient bien trop conscients que des accusations répétées de fraude électorale menaceraient les fondations des institutions politiques iraniennes, instillant le doute et le manque de confiance dans le peuple iranien.

 

Si les violents manifestants ne sont pas des supporters de Mousavi, alors qui sont-ils ?


Les Etats-Unis et leur partenaire dans le crime, Israël, n'ont pas caché leur désir d'un changement de régime en Iran. Etant donné les tentatives d'intimidation incessantes menées contre l'Iran et la diabolisation de son régime au cours des années récentes, il est incroyable d'observer le soutien étendu que cette comédie de révolution  a reçu dans les médias occidentaux,  régurgitant ainsi sans critique les mensonges flagrants créés par la CIA et ses cercles de réflexion. Et ce, en dépit de tout ce qui a fait surface depuis le 11/9, sans parler des échecs successifs des précédentes révolutions codées en couleur en Europe de l'Est et la farce diabolique de « répandre la liberté et la démocratie en Iraq. »

L'histoire de l'implication secrète américaine et britannique dans les affaires iraniennes est longue et sordide. Aujourd'hui, rien n'est différent. L'ancien général pakistanais Beig dit qu'il y a une implication de services de renseignements  incontestée prouvant l'ingérence américaine en Iran. »

« Les documents prouvent que la CIA a dépensé 400 millions de $ en Iran pour appuyer une révolution bigarrée suivant les élections, » a-t-il ajouté.


La CIA a distribué 400 millions de dollars en Iran pour susciter une révolution

 



La portée d'action de la CIA est globale et totale, allant de la guerre secrète psychologique et logistique, déstabilisant ou soutenant des nations souveraines selon ses besoins - les besoins d'une élite impitoyable et psychopathique libre des doutes  soulevés par la conscience. Les stéréotypes imprimés sur nous par la ‘culture populaire' sur ce que la nature et les activités de groupes de renseignement hautement secrets comme la CIA imposent ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Il est essentiel pour notre bien être psychologique que nous devenions conscients de la portée ainsi que de la profonde  variété et sophistication employée contre nous par eux dans leur guerre contre la réalité. Dans « The Secret Team », un compte rendu étendu  portant sur la structure et  le modus operandi de la CIA et de l'Etat sécuritaire américain, l'ancien initié de haut niveau de la CIA L. Fletcher Prouty expose les hommes derrière le rideau, décrivant les mécanismes et les machinations du régime de l'État caché qui contrôle les intérêts nationaux de l'Amérique - qui sont, bien entendu, leurs intérêts :

Le système militaire global américain est sans nul doute le système de communications le plus grand, le plus puissant, et le plus capable qui existe. Cependant, le meilleur et le plus efficace système dans le monde appartient à la CIA. Cette affirmation est toutefois a tempéré du fait   des capacités de la National Security Agency, mais celle-ci fait plus ou moins partie du système militaire et n'a pas besoin d'être étudiée ici. La CIA peut couvrir le monde entier, non comme une couverture, mais comme une rapière. Il n'existe aucun endroit qu'elle ne puisse atteindre pour contacter un agent ou un chef de station occupé dans ses propres installations sécurisées. En faisant cela, l'Agence fait usage de toutes sortes de communications ; certaines sont considérées comme assez anciennes et grossières mais efficaces, et d'autres sont hautement sophistiquées.

Les méthodes grossières comprennent l'équipement et l'entraînement de groupes terroristes tandis que les méthodes hautement sophistiquées visent les canaux d'information du pays. Nous pouvons voir cette étendue de moyens d'actions dans les méthodologies de subversion affichées dans les événements ayant mené à   et durant la campagne électorale iranienne :

 

Bush approuve les opérations secrètes contre l'Iran

La CIA donne un soutien total, procurant de l'argent et des armes à un groupe militant iranien, le Jundullah, qui a fait des raids en Iran à partir de bases au Pakistan.

L'Iran dévoile des complots au cours de  l'élection présidentielle.

Le ministre du renseignement iranien a découvert des « complots terroristes » visant la sécurité et la stabilité du pays au cours de l'élection présidentielle.

« Le ministère a démantelé les groupes impliqués dans ces activités et a arrêté presque tous les membres du groupe en deux étapes, » selon l'IRNA qui a cité le ministre du renseignement Gholam-Hossein Mohseni-Ejei mercredi.

Il a dit que les complots incluaient des attentats à la bombe sur plusieurs sites en Iran, ajoutant que les personnes  derrières ces activités étaient liés aux « régimes sionistes et non-sionistes en dehors du pays. »

La branche américaine du terrorisme Inc. basée au Pakistan. « Jundullah » revendique la responsabilité de l'explosion en Iran

Le groupe terroriste Jundullah a revendiqué la responsabilité d'une attaque terroriste qui  a tué au moins 25 personnes dans le sud-est de l'Iran.

L'attaque sanglante a blessé 125 autres personnes. Un second explosif a  aussi été désamorcé quelques minutes avant  explosion.

Les fonctionnaires iraniens condamnent l'attentat, le désignant comme allant dans le sens de tentatives de diviser les Iraniens, juste avant l'élection présidentielle du 12 juin.

Le dirigeant par intérim de la prière du vendredi à Téhéran, l'Ayatollah Ahmad Khatami, a porté l'accusation sur les Etats-Unis et Israël, appelant l'attentat, « un plan pour séparer  la population chiite et la minorité sunnite en Iran. »

L'organisation terroriste basée au Pakistan nie avoir un lien avec Washington, mais ABC News a annoncé en 2007, en citant des sources de renseignement américaines et pakistanaises, que le groupe terroriste « a été secrètement encouragé et conseillé par des fonctionnaires américains » pour déstabiliser le gouvernement iranien.

Le journaliste d'investigation Seymour Hersh a révélé un autre rapport en juillet 2008 disant que les leaders  du Congrès américain avaient secrètement donné leur accord à la demande de financement de 400 millions de $ de l'ancien Président George W. Bush, ce qui donne aux Etats-Unis les mains libres pour armer et financer les groupes terroristes comme les militants de Jundullah.

L'Iran subit les opérations psychologiques américaines

Un auteur sur pakalert.wordpress.com déclare  qu'il a été  intrigué par l'apparition soudaine de dizaines de milliers d'allégations sur  Twitter qu'Ahmadinejad avait volé les élections iraniennes. Il a enquêté, dit-il, et il rapporte que chacun des comptes hautement actifs ont été créés le samedi 13 juin. « IranElection » est leur mot-clé le plus populaire. Il a limité ses investigations aux spammers les plus persistants : @StopAhmadi, @IranRiggedElect, and @Change_For_Iran. Il a recherché plus en avant et a trouvé que le 14 juin, le Jerusalem Post avait déjà écrit un article sur le nouveau twitter. Il conclut que les sites du nouveau Twitter sont des opérations de propagande.

Devant la vitesse de la pression irrésistible et croissante exercée contre l'Iran, Ahmadinejad a t'il perdu la guerre ? Souvenez-vous comment Hugo Chavez a récupéré des tentatives de coups d'État successives pour combattre ensuite. Il est remarquable que les vagues de manifestations menées par les médias en Iran ont coïncidé avec la participation d'Ahmadinejad à la Shanghai Cooperation Organisation, d'où il a émergé avec dignité, intact et soutenu par des voisins puissants :

Le président Mahmoud Ahmadinejad appelle à la création d'un nouvel ordre mondial en traitant des nombreux défis apparaissant dans l'arène politique internationale.

« Ce dont nous avons besoin est un changement spectaculaire dans la pensée politique mondiale, » a dit le président Ahmadinejad lors d'un discours mardi à la Shangai Cooperation Organization (SCO) à Moscou.

« Le capitalisme de style occidental tombe en morceaux, marquant la fin de l'ère de l'impérialisme, » a-t-il ajouté.

Ahmadinejad a déclaré que le nouvel ordre mondial devrait être moins centré sur les Etats-Unis. « Les nombreuses difficultés  politiques et économiques que rencontre Washington montrent qu'on ne peut plus faire confiance à son jugement, » a-t-il expliqué.


Il ne faut pas s'étonner qu'ils le haïssent - en présentant une alternative à l'hégémonie
américaine, il est une menace qui doit être neutralisée d'une manière ou d'une autre.


 Futur Quantique

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-36592093.html



liste complète

Partager cet article

commentaires

Eva R-sistons 29/09/2009 04:17


Et maintenant, petite Cigale, non seulement la France est dupe, mais participe, et mène le bal (des vampires) !


cordialement eva


cigalette 28/09/2009 09:21


Avant la France que nous aimons
n'était pas dupe
des manoeuvres d'un pays ayant annoncé par la voix de Bush fils...qu'il avait vocation à diriger le monde !

Afghanistan, Irak, Iran...Amérique Latine...même ignominies anglo-saxones...
et comme au temps des nazis...beaucoup de collabos


Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche