Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 06:27

L’Islam expliquée aux nuls

La supériorité de Mahomet est d'avoir fondé une religion en se passant de l'enfer, remarqua Napoléon. Les défauts de nos hommes de religion d'aujourd'hui est de prêcher la même religion tout en se passant du paradis. Le contraste est saisissant. Et c'est là que tout le mal réside


Cide
Dimanche 3 Octobre 2010


L’islam expliqués aux nuls!
Cette réflexion sur le rôle des hommes de religion dans les sociétés
musulmanes est uniquement motivée par le souci d'aider à enrichir le débat
sur une question rarement évoquée malgré qu'elle est d'une importance
capitale, car elle est à l'origine de beaucoup de maux des musulmans.

Yusuf Islam, ou Cat Stevens pour les mélomanes, avait, comme d'autres
convertis, tout résumé par sa célèbre phrase " Heureusement que j'ai connu
l'Islam avant de connaître les musulmans", je ne peux qu'aller dans son sens
et dire " Heureusement que j'ai connu l'Islam avant de connaître les Imams,
les Marabouts, les Cheikhs, les Maîtres soufis, les islamistes, etc. etc.".

A comprendre par les islamistes tout ce beau monde qui s'autoproclame
secrétaire particulier de Dieu, qui s'arroge le droit de légaliser ou
d'interdire, de tuer ou de laisser vivre. Le ton étant donné, allons, alors,
directement dans le vif du sujet : l'Islam, le vrai, est maintenant en
Occident, et les idoles, les grandes, sont chez nous, les musulmans. Et cela
n'est pas seulement parce que le souffle fondateur des lois occidentales est la
justice sociale, mais aussi parce que l'individu y est respecté, ses droits y
sont conservés et il n'y est point contraint dans ses croyances.  

Ces trois principes, qui sont des buts suprêmes dans l'islam, sont
aujourd'hui bafoués dans toutes les sociétés musulmanes. Tandis qu'ils
sont, par contre, garantis dans la majorité des sociétés occidentales. D'où
le secret de la fascination exercée, aujourd'hui, par l'Occident sur les
masses musulmanes. La même fascination que les occidentaux d'antan ont eu à
l'égard de l'islam. Spécialement ceux dits des lumières, comme Voltaire,
Lamartine, Hegel, et la liste est longue. Tous les esprits éclairés, en
occident, ont eu, en effet, de l'admiration pour les enseignements de l'Islam,
sa justice, sa simplicité, son authenticité ainsi que sa révulsion pour les
idoles ainsi que pour l'idolâtrie.  

Ce qui donne raison, en fin de compte, à Adonis qui affirmait que l'homme :
" est plus proche de la lumière lointaine que de la proche obscurité“. Car,
à leur époque, pour ces hommes des lumières, les lointaines lumières furent
bien celles de l'Islam comme elles les sont, aujourd'hui, pour bon nombre de
musulmans, les valeurs de justice et de liberté occidentales. Quant à
l'obscurité, si elle était jadis occidentale force est de reconnaître
qu'elle est, malheureusement, aujourd'hui notre.

Elle est, en effet, aggravée et entretenue par une caste d’hommes de
religion qui, par ignorance ou par incompétence, tire ses ouailles vers
l'abîme de l'ignorance et de la superstition. Les enseignements du prophète
de l'Islam sont, ainsi, faussés par des hommes hostiles à la réflexion, à
la contemplation, au rappelle, ainsi, même, qu'à l'universalité de l'Islam
. Ce même prophète qui, dixit Lamartine, fascine, guide, oriente, rappelle et
appelle. Des hommes qui, parasitant la marche, inversent l'ordre de priorités
et se trompent sur l'essentiel.  

A les entendre, l'Islam est un index d’interdits. Ils le réduisent,
injustement, à sa jurisprudence, qui ne représente, aussi importante
soit-elle, que 228 versets parmi les 6236 versets que compte le Saint-Coran. Pis
encore, de ce 228 versets, ils se focalisent sur la trentaine qui traite du code
pénal, soit 0,05 % de tout le Coran. La méprise, arithmétiquement parlant,
est flagrante. L'islam l'esprit, le message, la civilisation est, lui, et à
défaut d'être compris, laissé aux oubliettes.  

Du coup, tout est interdit, tout est châtiment, tout est répression et
persécution.  
En somme, pour ces hommes de religion, les flammes de l'enfer sont plus
présentes dans leurs discours que les fleuves du paradis. La supériorité de
Mahomet est d'avoir fondé une religion en se passant de l'enfer, avait dit
Napoléon. Les défauts de nos hommes de religion d'aujourd'hui est de
prêcher la même religion tout en se passant du paradis. Le contraste est
saisissant. Et c'est là que le mal, tout le mal, réside.


Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Regard sur ...
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche