Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 17:35

Demain j'arrête... Les achats compulsifs

Dans vos placards : il y 53 paires de chaussures, 18 pantalons, 26 robes d'été et autant d'hiver mais aussi une multitude de bougeoirs et autres bibelots dont vous avez oublié jusqu'à l'existence. Normal : vous êtes une acheteuse compulsive. Par Mathilde…


Posté par Le Journal Des Femmes, ven. 19 nov. 2010

 

© Jupiterimages/Thinkstock

La situation : vous ne savez pas résister à l'appel de la CB

C'est plus fort que vous. Parfois, vous partez tout simplement prendre l'air, sans avoir l'intention ne serait-ce que de faire du lèche-vitrine. Non, vraiment, juste histoire de marcher un peu entre midi et deux. Mais soudainement, votre regard se pose sur LA petite robe de l'hiver / LE coquetier idéal / LA parure de lit qui fera de votre chambre un palace... Bref : vous ne pouvez pas résister.
En 1 minute 30 chrono en main, vous êtes entrée dans la boutique, avez fait main basse sur le produit convoité, agrémenté votre panier de trois ou quatre articles supplémentaires (pour assortir votre tenue/votre table/votre intérieur), avez introduit votre carte bleue dans la machine et être ressortie, à peine en retard pour la reprise du travail. Ce n'est qu'en arrivant au bureau que vous réalisez que vous avez encore dépensé 132 euros, alors que vous étiez déjà à découvert ce matin. Oups.

Non, ce n'était même pas un jour de déprime, juste une journée normale, comme il vous arrive souvent d'en vivre. Votre code de carte bleue, vous ne risquez pas de l'oublier : vous le composez généralement plusieurs fois par jour. Pour acheter une babiole ou un manteau hors de prix, pour vous ou pour vos amis... Vous avez à l'égard des biens de consommation la même attitude que les enfants envers les jouets des autres : vous les voyez, il vous les faut. Maintenant, tout de suite et à peu près à n'importe quel prix.


Objets inutiles

Résultat : votre appartement est une vraie caverne d'Ali Baba. Vous n'avez plus un centimètre carré de libre ni dans vos placards, ni sur vos étagères, encore moins dans votre cave, pleine à craquer de ces bibelots que vous n'avez jamais exposés, finalement.

C'est qu'une fois achetés, tous ces objets vous intéressent déjà beaucoup moins. D'ailleurs, en général, vous réalisez après coup que ces vêtements ne vous vont pas si bien que ça (normal, vous n'avez pas pris le temps de les essayer), que ce bougeoir n'est pas du tout de la bonne couleur pour votre chambre et que ce livre, ah oui tiens, vous l'aviez déjà, en fait. Acheté lors d'une précédente compulsion, probablement.

L'avantage, c'est que vous faites régulièrement le bonheur de vos amis et des associations caritatives, en leur refilant des tonnes de vêtements jamais portés et top fashion...

 

Vous êtes donc une acheteuse compulsive. C'est un fait acquis et dont, d'ailleurs, vous ne vous cachez pas. Le souci, c'est que cette petite manie a des répercussions importantes sur votre vie.


 D'abord, fatalement, passer son temps à faire chauffer la carte bleue, ça finit par coûter cher. Vous gagnez bien votre vie pourtant, et en dehors de ces folies dépensières, vous avez un loyer raisonnable, un train de vie tout à fait basique. Même en ce qui concerne vos achats, vous ne vous jetez pas (toujours) sur les grandes marques. Mais 50 euros par-ci, 30 par-là... Ca finit par découvrir le compte en banque ça ! D'ailleurs votre banquier vous appelle si souvent qu'il a dû finir par vous répertorier dans les numéros abrégés.

 Et puis, avouez que c'est désagréable de se sentir incapable de résister, accro à l'achat, sans plus aucune volonté pour dire non. Les achats sont devenus comme une drogue, vous le réalisez peu à peu. Ils vous possèdent plutôt que l'inverse.

 Et au final, comme pour les drogues, le sentiment d'accoutumance se fait sentir. Vous ne ressentez plus cette vague de plaisir qui vous submergeait au début, en ressortant du magasin puis en réessayant votre robe arrivée chez vous, devant le miroir de la salle de bains. Aujourd'hui, il vous arrive même d'oublier de déballer le sac que vous avez ramené une fois rentrée chez vous. Un peu, là encore, comme ces enfants qui, une fois qu'ils ont obtenu le jouet réclamé, s'en désintéressent très vite.

 

Pas facile de se détoxiquer de l'achat compulsif. Pourtant, il le faut bien, si vous ne voulez pas terminer interdite bancaire ou étouffée sous les vêtements qui tapissent aujourd'hui votre appartement ! Voici donc quelques solutions de secours, qui pourront vous aider à résister à la tentation dans un premier temps.


 Malheureusement, il n'est pas possible de se faire interdire de boutiques comme les accros aux jeux peuvent le faire avec les casinos. Une solution consiste donc à éviter par tous les moyens de vous en approcher, histoire de ne pas être soumis à la tentation. Certes, le midi, il est agréable de faire une petite promenade digestive et de s'aérer un peu les neurones. Mais vous n'êtes pas obligée de filer directement dans LA rue commerçante de la ville. Pourquoi ne pas privilégier plutôt une balade sur les quais (si une rivière traverse votre agglomération, ça va de soi) ou dans le parc le plus proche du bureau. Mieux : pourquoi ne pas profiter de la pause déjeuner pour faire un peu de sport ? Jugez plutôt : une entrée à la piscine : entre 3 et 4 euros. Une balade rue du Commerce : environ 10 fois plus, sans compter les calories ingérées avec ce brownie triple chocolat avalé sur le trajet.

Petite précision : ne vous croyez pas à l'abri en restant derrière votre ordinateur. C'est aussi très facile de craquer sur un site de vente en ligne... Allez ouste, filez dehors pendant votre pause déj' !

Pas de chèquier ni de CB

 Une solution encore plus drastique, si vous ne vous faites pas confiance : ne prenez qu'un minimum d'argent en sortant de chez vous le matin. Laissez votre carte bancaire ET votre chéquier à la maison. Vous pouvez alors partir faire du lèche-vitrine en toute sécurité : il y a peu de chance que la maison vous fasse crédit si vous craquez pour cette petite robe en solde à 212 euros... Evidemment, cette technique exige un minimum d'organisation puisqu'il faut être capable de prévoir au plus juste la somme dont on aura besoin dans la journée. Et les sorties imprévues ne sont plus possibles. Mais avec un peu d'anticipation et de volonté, vous y parviendrez !

 Vous l'aurez compris : ces petits stratagèmes permettent de parer au plus pressé. Mais ils ne vous soignent évidemment pas de votre addiction au shopping. Pour ce faire, il va vous falloir comprendre d'où elle vient, quand elle se manifeste et pourquoi. Seulement après, pourrez-vous envisager de vous en débarrasser définitivement. Ce chemin n'est pas facile, les causes peuvent être multiples : n'hésitez pas à consulter un spécialiste, psychologue ou psychiatre, qui pourra vous guider. Il pourra, par exemple, préconiser une thérapie comportementale cognitive qui, en quelques semaines ou quelques mois pourra vous soulager.

Bientôt, vous retournerez faire les magasins avec plaisir, pourrez craquer sans culpabilité pour la petite robe que vous reluquez depuis des semaines et, ô miracle, votre banquier cessera de vous harceler !

 

A retenir

 Etre une acheteuse compulsive n'est pas de tout repos et peut s'avérer particulièrement néfaste pour le compte en banque.

 Dans un premier temps, vous pouvez limiter les dégâts en évitant de passer devant les boutiques ou en laissant votre carte bleue à la maison.

 Si les symptômes persistent, consultez un spécialiste, qui vous aidera à comprendre d'où vient cette addiction et à la dépasser.

A lire sur la rubrique Psycho

vignette2

Pour en finir avec mes petites angoisses

Le co½ur qui bat plus vite, l'impression d'étouffer, la peur du malaise... Dans un bus bondé ou dans l'ascenseur, les petites angoisses ne préviennent pas. Que faire et comment les éviter ? Lire

Demain j'arrête... De culpabiliser

Au travail, à la maison, avec vos amis... Quand quelque chose cloque, vous avez toujours l'impression que c'est de votre faute : vous en avez trop fait, ou pas assez. Voici un petit guide pour apprendre à vous déculpabiliser. Lire

Contribuer et échanger

 

suite ici :

 

http://www.linternaute.com/femmes/psychologie/bien-etre/demain-j-arrete-achats-compulsifs/en-savoir-plus.shtml

 

 

 

  (...) Lire la suite de cet article sur Journaldesfemmes.com

 

 Abonnez-vous gratuitement aux newsletters du Journal des Femmes
Tout pour maîtriser ses émotions
Ecoutez votre intuition
Petits conseils pour savoir si c'est le bon
Les 10 phrases à éviter au premier rendez-vous

 

http://fr.pourelles.yahoo.com/bien-%C3%AAtre/demain-jarr%C3%AAte-les-achats-compulsifs-blog-30-yahoo-pour-elles.html

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche