Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 22:25

Adieu BNP… les rats quitteraient-ils le navire avant une guerre impliquant Israël ?

 

L’annonce a fait l’effet d’une bombe dans les milieux bancaires en Israël, surtout pour ceux qui n’étaient pas familiers de la situation de BNP Paribas. La presse économique (The Marker et Globes) a publié une annonce sur la fermeture de BNP Paribas à Tel-Aviv. A la suite de l’information devenue publique, IsraelValley a contacté ce jour la direction de la banque sans succès. Les milieux bancaires francophones d’Israël préfèrent ne pas s’exprimer. La presse israélienne n’hésite pas à donner des hypothèses sur les raisons de la fermeture de la banque : concurrence féroce sur le marché, erreurs diverses (1).


L.I.E.S.I.
Mardi 22 Novembre 2011
Adieu BNP… les rats quitteraient-ils le navire avant une guerre impliquant Israël ?
En avril 2006, un article avait été diffusé par IsraelValley : « C’est une première pour une banque française. Le Professeur Stanley Fischer, Gouverneur de la Banque Centrale, a remis cette semaine à Jérusalem la licence d’ouverture d’une Succursale BNP Paribas de plein exercice à Jean-Jacques Santini, Responsable de la Banque de Détail dans les Marchés Emergents et Outre Mer, et à Charles Reisman, Directeur de Territoire de BNP Paribas en Israël. BNP Paribas avait un bureau de représentation en Israël depuis neuf ans. Jusqu’à présent, seuls deux établissements financiers étrangers avaient obtenu de la Banque d’Israël le droit d’exercer dans l’état hébreu : HSBC et Citibank.

La nouvelle de cette annonce d’une première succursale est pratiquement passée sur toutes les agences de presse alors que finalement, en apparence, rien de très exceptionnel n’est arrivé. Le Jerusalem Post a même presenté une photo de la cérémonie. Aucun chiffre précis n’a été mentionné sur les intentions de la banque française. Depuis bien longtemps les habitués de la relation France-Israël savaient que BNP Paribas allait passer à un stade supérieur. Déjà le journal Maariv en avait parlé. Ce qui est exceptionnel c’est que la banque française a du certainement déployer des efforts considérables pour briser le monopole des grandes banques israéliennes qui travaillent souvent main dans la main pour ralentir la progression des banques étrangères en Israël. Le manager clé de la progression de BNP Paribas en Israël est bien Charles Reisman qui a été le très actif Président de la Chambre de Commerce Israël-France et une personnalité incontournable du monde bancaire ». (Source)

(1) IsraelValley, étant le site Officiel de la CCFI à Paris, a un devoir de réserve.

Que cache cette décision ? La future guerre contre l’Iran ? Un plan ourdi à un plus haut niveau contre Israël (version du plan Pike) par le cartel bancaire ? Patientons et nous aurons bientôt un adminicule de réponse. Est-il utile de rappeler que les fondateurs de l’Etat d’Israël furent les principaux financiers du sionisme de V. Jabotinsky, et qu’ils ont aussi le projet non avoué d’aboutir à un conflit entre Israël et le monde musulman, contraignant toutes les nations à choisir l’un des deux camps? Ce programme, dénoncé dès les années 60 par certains hommes courageux, devient plus que « réaliste » aujourd’hui. Les dynamites sont en effet disposées géopolitiquement. Quand les mèches seront-elles réellement allumées ? Là est la question.

http://liesidotorg.wordpress.com/ http://liesidotorg.wordpress.com/

 

http://www.alterinfo.net/Adieu-BNP-les-rats-quitteraient-ils-le-navire-avant-une-guerre-impliquant-Israel_a66918.html

 

 

Sur le Liesi :

 

DSK devait remercier qui de droit…

Le site israélien d’information Ynet annonce en exclusivité que Dominique Strauss Kahn s’est rendu pour une visite éclair de deux jours en Israël. DSK, ancien directeur déchu du FMI, a été l’hôte à Tel-Aviv de l’homme d’affaire Jean Friedman, ancien patron d’Europe 1.

Rappelons que Jean Friedman a été une personnalité proche des milieux du parti socialiste en France et du Président Mitterrand. En Israël, Jean Friedman était proche du Parti Travailliste. Notamment, selon la presse israélienne, c’est Friedman qui a financé le rassemblement en faveur du processus d’Oslo le samedi soir le 4 novembre 1995, où fut tué le Premier ministre Itzhaq Rabin. (Source)

Les raisons de ce déplacement furtif peuvent être nombreuses. Mais il semble assez évident que DSK devait remercier qui de droit pour la bonne conclusion de son affaire de New York. Rappelons qu’après l’arrestation de DSK, son principal avocat s’est précipité à Tel Aviv et qu’après cela toute l’affaire s’est littéralement retournée en sa faveur.

La question importante est de savoir si DSK s’est entendu avec ces réseaux de pouvoir pour « programmer » autre chose. Y aura-t-il une autre affaire en France ? L’avenir nous le dira.

Quelle assurance de la part de l’avocat de DSK !

L’avocat de DSK a accordé une interview au journal israélien Ha’aretz. Il a affirmé que son client serait acquitté des charges qui pèsent contre lui et qui ont secoué le monde de l’économie. “Il plaidera non coupable et il finira par être acquitté, a déclaré l’avocat Benjamin Brafman (photo). C’était la première interview donnée par l’avocat depuis que M. Strauss-Kahn a été arrêté la semaine dernière à New-York dans le cadre d’une affaire d’agression sexuelle.

M. Brafman a passé le week-end au Nord de Jérusalem, où il devait se rendre pour des obligations familiales. Il a retrouvé en Israël son fils qui est rabbin.Il a rencontré les journalistes du Ha’aretz alors qu’il allait se rendre aux feux de Lag Ba’omer avec ses petits-enfants.(Source)

 
15 Comments

Publié par le 22 novembre 2011 dans Non classé

 

30 deniers pour les Judas de la technocratie européenne

Voici une petite vidéo pour vous mettre de bonne humeur à propos de ces eurocrates qui cherchent à abolir la souveraineté nationale et à entraver, par de multiples mesures gestapistes, le travail de millions de gens qui cherchent tout simplement à gagner leur vie. La Haute banque sait comment amadouer ses employés… les 30 deniers. Bien sûr, il ne faut pas « généraliser »; il y a sans doute quelques bonnes âmes perdues dans la bergerie des loups, mais elles ne doivent pas être nombreuses…

Ici, la presse TV Allemande tente de démontrer que de nombreux députés européens POINTENT le matin à 7h00
pour bénéficier des indemnités de présence non négligeables…  les valises prêtes afin de partir en week-end. Le commentaire est en allemand et sous-titré en français.

http://dotsub.com/view/01ad2718-073c-474a-ac40-c7a72e199d55

 
14 Comments

Publié par le 22 novembre 2011 dans Non classé

 

Trader Noé -Analyse du 22 novembre 2011

Tant que l’indice E-mini SP 500 évolue sous les 1230 points, la tendance reste baissière et l’indice peut se rapprocher des 1115-1090 points. Pour échapper à cette correction il faudrait que le cours repasse au-dessus des 1260 et surtout 1285 points.

Ce matin, il s’agit d’un simple rebond technique (prises de bénéfices) et rachat d’euros et obligations de la part de la BCE probablement.

Les agences de notation commencent à faire pression sur la France et l’indice Future CAC 40 devrait se rapprocher des 2865 et 2650 points prochainement, sauf si l’indice repassait au-dessus des 3120 et 3190 points.

Depuis notre dernier contact avec le Banquier Anonyme, les bancaires ont corrigé de 35 % en 15 jours !
Désormais et si nous nous référons à ses points, il faudra regarder les prochains supports phares.
Soit 21 pour BNP, 3 euros pour Crédit Agricole et 10 euros pour Société Générale et pourtant nous n’en sommes qu’au petit arc à poulies évoqué à plusieurs reprises.

Ajoutez à cela des dégradations « éventuelles » des notes de la France, de l’Allemagne, le Krach obligataire éventuel mentionné hier pour les Etats-Unis et le marché perdra 80 % l’année prochaine.

Dans un tel contexte, la situation pourrait bien être intenable l’année prochaine et les traders en herbe pourraient être fauchés !
Il vaut mieux être sage, fermer son compte chez son courtier avant les grands cataclysmes.

En prenant le cas de la faillite de MF Global, ceux qui ont fermé leur compte et retiré leur argent quelques jours avant la faillite sont accusés par les juges d’avoir provoqué la faillite du courtier et devront indemniser même le courtier !
On croit rêver !

Pour les courtiers, il serait également plus sage de faire comme au poker, se coucher « proprement » avant la grande débâcle. Ce métier n’a plus d’avenir.

Nous ajoutons ce lien sur la faillite de MF et l’accusation de ceux qui ont retiré leur argent

http://www.zerohedge.com/news/entire-system-has-been-utterly-destroyed-mf-global-collapse-presenting-first-mf-global-casualty

 
71 Comments

Publié par le 22 novembre 2011 dans Non classé

 

Menace de krach obligataire aux Etats-Unis ?

La presse financière américaine a expliqué ce week-end que les Européens, étant dans l’incapacité de résoudre leurs problèmes, on peut dès lors craindre une contagion de la situation européenne outre-Atlantique. C’est ainsi que le Standard & Poor’s 500 est à 1.215,65 points et cela cadre parfaitement avec les points de Trader Noé.

Si la Grèce et l’Italie font moins la Une des journaux depuis l’arrivée de gouvernements dirigés par des techniciens de Goldman Sachs, bien évidemment adoubés par les marchés, l’Espagne est revenue à l’avant-plan, ainsi que la France, deuxième économie européenne. A la fin de la semaine dernières, Madrid a dû accepter des taux proches de 7% pour emprunter des titres à 10 ans sur le marché, un seuil jugé ingérable dans la durée pour les pays très endettés. On a récemment vu ce qui s’est produit pour l’Italie. Berlusconi a été menacé de dégager et un salarié de la Firme de Wall Street a pris les commandes du pays… sans la moindre élection «démocratique».

Pendant ce temps, Paris continue de bénéficier de sa précieuse note AAA, mais les taux français commencent à grimper dangereusement. A tel point que l’écart des taux obligataires entre la France et l’Allemagne vient de dépasser les 200 points de base.

Le conseil des financiers américains

Pour de nombreux analystes américains, la BCE ne peut plus s’obstiner à suivre la ligne allemande de non-intervention. Elle doit agir énergiquement comme le fait aux Etats-Unis la Réserve fédérale (Fed). Incroyable déclaration de Frederick Dickson, stratège en chef chez DA Davidson : « Il est probable de voir une panne générale du système financier européen qui affecterait durement les économies européenne et mondiale ». Il a exhorté les Européens à permettre à la BCE d’acheter massivement de la dette des pays en difficulté.

Les économistes américains ont été subitement «éclairé»! Ils commencent à dénoncer les politiques d’austérités unilatérales. Ils s’en prennent vertement à l’ancienne leader de la jeunesse communiste Angela Merkel (qui aurait changé de casquette), l’accusant « de ne rien (avoir) compris ». Comment appliquer des politiques d’austérité dans des pays qui ont 15% de chômage et où la croissance est en berne ? Solution de ces grands génies de Wall Street : faire tourner la planche à billet, comme chez eux.

En tout cas, les Américains ont tout à redouter d’un gros problème sur leur marché obligataire. Cette inquiétude est d’autant plus grande que la « super-commission » bipartite du Congrès américain, chargée d’identifier 1.500 milliards de dollars d’économies d’ici au 23 novembre, semble pour l’heure incapable de s’entendre. Il y a urgence, insiste Candi Wolff, analyste chez Citigroup: « Le Congrès a dû remarquer ce qui se passe avec la crise de la dette en Europe, en particulier en Grèce et en Italie. Nous devons agir énergiquement pour éviter une crise similaire ici ». La vérité est que le Congrès n’a aucun pouvoir face au cartel bancaire. Les politiciens sont à la solde de la Haute finance comme avait si bien décrit Jean Gabin dans ce film qu’il faut revoir… Le Président. Donc, tout est question de timing dans le scénario de ces individus qui ont tant réclamé cette « bonne crise majeure », nécessaire pour introduire leur Nouvel Ordre Mondial.

 
84 Comments

Publié par le 21 novembre 2011 dans Non classé

 

Trader Noé – Analyse du 21 novembre 2011

Comme mentionné lundi dernier, l’indice E-mini SP 500 manquait bien de dynamisme sans parvenir à franchir la résistance des 1280 points.
Pour valider une poursuite haussière, il faut que l’indice franchisse ce seuil dans un premier temps.
Actuellement, il est repassé sous les 1230 et légèrement sous les 1210, affaiblissant ainsi l’indice Future CAC 40.

Le petit arc à poulies a commencé à montrer sa force la semaine dernière sur les bancaires et le secteur industriel.
(EDF et Air France ont également bien corrigé).

Le gros Arc ne montrera sa force que l’année prochaine pour un objectif probable à 1700 points sur l’indice CAC 40, provoqué par une très grosse crise bancaire de plus en plus probable. (Voir commentaire de M Rocard)

D’ailleurs, les banques centrales achètent énormément d’or comme garantie. Il deviendrait logique que l’or de chaque pays devienne une garantie. Rien de tel pour provoquer une chute de dominos des états en provoquant un écroulement monétaire européen.
Il suffit de regarder la flambée des taux Italiens et espagnols, sans oublier la Grèce.

L’indice Future CAC 40 devrait se rapprocher des 2865 et 2650 points. Pour invalider ce scénario, il faudrait que l’indice repasse au-dessus des 3145 points.

Pour le Gold Spot, nous restons toujours dans la même situation. Le support des 1700 est très important. Bien sûr, la tendance de fond reste haussière. Cependant, pour voir le cours s’envoler il est impératif que l’indice franchisse les 1820 et 1930 dollars l’once. Actuellement, il manque un peu de dynamisme et la rupture des 1700 nous inciterait peut être à attendre le support phare des 1550 dollars pour intervenir. Au-dessus des 1700, nous attendrons sagement le franchissement des résistances…

Nous vous invitons à surveiller les points mentionnés la semaine dernière sur les bancaires, il s’agit de points pivots. Crédit Agricole est venu tester les 4.3 euros !

 
35 Comments

Publié par le 21 novembre 2011 dans Non classé

 

Une menace se fait jour sur les Bunds allemands

La courbe des rendements des emprunts d’Etat de la zone euro montre depuis quelques semaines une corrélation exceptionnellement élevée avec celle des marchés d’actions. Si l’attention s’est surtout portée sur les rendements italiens, espagnols et français les Bunds allemands pourraient à leur être l’objet de toutes les inquiétudes.

« De nouvelles craintes ont surgi au cours des dernières séances, avec notamment la vente d’emprunts allemands », souligne Chuck Retzky de Mizuho Securities USA à Chicago. A ce jour, le marché des Bunds est perçu comme l’un des placements les plus sûrs pour les investisseurs. Par conséquent, si la pression vendeuse se confirmait, l’inquiétude sera plus forte encore pour les Treasuries.

Comme le cartel bancaire a l’intention de jouer la sortie de l’Allemagne de l’euro, cette attaque n’est absolument pas surprenante. C’est sans doute le début… Une attaque des Bunds allemands et une dégradation du triple A de la France par les « forces de marché », assureraient un feu d’artifice.

 
21 Comments

Publié par le 21 novembre 2011 dans Non classé

 

Egypte : dans l’attente du 28 novembre 2011

Les Egyptiens sont-ils en train de comprendre qu’ils ont été berné par les hommes de pouvoir de Washington ? Ils étaient des milliers d’Egyptiens à occuper samedi soir la place Tahrir, désertée par la police après de violents affrontements qui ont relancé les tensions à moins de dix jours des premières élections législatives depuis la chute du président Hosni Moubarak.

La police anti-émeutes s’est retirée en début de soirée de la place emblématique de la révolte de janvier et février en Egypte, où plusieurs milliers de manifestants scandant des slogans contre le pouvoir militaire ont continué d’affluer.

De nombreux partisans d’un candidat salafiste déclaré à l’élection présidentielle dont la date n’est toujours pas fixée, Hazem Abou Ismaïl, sont notamment venus renforcer les rangs des manifestants, a constaté un journaliste de l’AFP.

En fait, le pays est sous la coupe du maréchal Hussein Tantaoui, dirigeant du Conseil suprême des forces armées (CSFA).

La veille, des dizaines de milliers de manifestants, en majorité issus des rangs des Frères musulmans et des mouvements salafistes, s’étaient rassemblés sur la même place. Cette démonstration de force, menée par les islamistes, visait à réclamer le retrait d’une déclaration constitutionnelle présentée par le gouvernement, accusée de permettre aux militaires de garder des privilèges, en exemptant notamment le budget de l’armée de toute supervision parlementaire.

Rappelons que les Egyptiens doivent voter le 28 novembre pour élire les représentants de l’Assemblée du peuple (chambre des députés), premier tour d’un scrutin législatif qui doit se dérouler au total sur quatre mois. L’armée a promis de rendre le pouvoir aux civils après l’élection d’un nouveau président. La date de la présidentielle qui doit suivre les législatives n’est toutefois pas encore connue, ce qui suscite de nombreuses craintes de voir les militaires s’accrocher au pouvoir… Suivons cette révolution téléguidée par le camp Washington/Londres. N’oublions pas le document de 1982 dont nous avons récemment parlé et qui évoquait cela.

 
41 Comments

Publié par le 20 novembre 2011 dans Non classé

 

Peugeot confirme que l’économie réelle est désormais bien impactée

Cette fois, la catastrophe financière n’impacte pas seulement les banques. Comme l’annonçait Trader Noé (grâce à la méthode de lecture graphique très particulière qu’il possède), l’économie réelle est touchée. Que dire en effet avec l’automobile ! Hier, le président du directoire de PSA Peugeot Citroën, Philippe Varin, a justifié les réductions de coûts au sein du groupe en prévenant qu’au second semestre la division automobile de PSA allait « perdre » tous ses gains du premier semestre. Il précisera avec gravité: « Nous serons seulement proches de l’équilibre en 2011. « Le marché ne s’est pas redressé en 2011 comme nous l’avions prévu. En Europe où nous réalisons toujours plus de la moitié de nos ventes, il sera au mieux stable cette année », ajoute-t-il.

Dans un tel contexte, la solution est de faire des économies. « Il n’y a pas de plan social, il n’y a pas de licenciement », a-t-il toutefois réaffirmé, mais « un changement de poste à prévoir » pour « 2.000 personnes du groupe PSA ».

Il a par ailleurs réfuté toute idée de délocalisation de la recherche et du développement: « Nous ne délocalisons pas », a-t-il dit en précisant qu’aujourd’hui « 15.000 personnes » sont dévolues à « la recherche en France » pour « 400 à Shangaï et 1.500 à Sau Paulo ».

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche