Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 15:45

american dream over

Le rêve Américain en a pris un coup!

1 mar

le rêve américainLa BBC a visité aux Etats-Unis quelques campements de « sans logis » America’s homeless resort to tent cities, de plus en plus nombreux, depuis qu’il a explosé la crise de 2008. Les données officielles soulignent que près de 47 millions d’usa mericains vivent au-dessous du seuil de pauvreté et ce chiffre continue d’augmenter.
Il y a actuellement 13 millions de chômeurs, trois millions de plus que lorsque Barack Obama est entré en fonction en 2008. Quelques estimations estiment que près de 5 000 personnes se sont vues obligées de vivre sous des tentes dans des campements de « sans-logis » éparpillés dans 55 villes des Etats-Unis. Le plus grand est celui de « Pinella Hope », en Floride, dans la zone plus connue comme le siège de Disney World. Une organisation catholique offre quelques services à ces habitants, tels que des machines à laver, des ordinateurs, des téléphones, etc.

note d’Annie : j’ai cherché sur google.com des infos, des photos, après beaucoup d’essais de différents camp de tentes aux USAmots clefs en anglais j’ai fini par trouver cet article à partir de la photo « ne soyez pas dupez du nombre de pauvres… » visiblement une bataille de campagne électorale sous le chiffre qui « aurait brutalement diminué » cet article renvoie à un article du New york times… qui confirme une bataille de chiffre… à la vu surtout d’aides diverses (bons d’alimentations par ex.). J’en conclus que la situation est plus obscure qu’en France, mais dénote un esprit général sur chaque bord de l’Atlantique d’une propagande libérale qui veut nous faire croire que tout ça … c’est leur faute à eux, pas aux banques…

parce que les photos de sdf que j’ai trouvé et vous propose ne sont pas suffisamment significatives de mon point de vue : il y a toujours des sdf même dans les pays développés

Pauvre_aux_USAamerican dream over
Beaucoup de campements sont organisés et tiennent des réunions pour se distribuer les travaux communautaires. Pour certains, avec peu de perspectives de trouver du travail, les tentes sont devenues leurs logements semi-permanents. Plusieurs de ces personnes jusqu’à il y a peu avaient des vies confortables, typiques de la classe moyenne US. Maintenant elles dorment sur des oreillers aussi mouillés que leurs couvre-lits, en hiver alors que les températures baissent sont nettement en dessous sous zéro. « Toutes les nuits, au moment de dormir, nous mettons littéralement nos têtes dans l’humidité » a dit à la BBC, Alana Gehringer, habitante d’un campement de l’état de Michigan.

Ce regroupement de 20 tentes s’est formé dans un bois sur au bord d’une route, dans les environs de la ville « Ann Arbor ». Ils n’ont pas de toilettes, ils disposent seulement d’électricité dans la tente communautaire où les habitants se réunissent autour d’un poêle à bois pour échapper au froid. Et malgré cela chaque fois il y a plus de personnes qui vivent ainsi. La police, les hôpitaux et les hébergements publics demandent fréquemment s’ils peuvent envoyer plus de gens à vivre là. « Avant-hier soir par exemple, nous recevons un appel en nous disant qu’il y avait six personnes qui n’avaient pas de place dans le foyer. Nous recevons autour de 9 à 10 appels de ce type par nuit » dit Brian Durance, l’un des organisateurs du campement.

La réalité des réfugiés de la Floride et du Michigan est la même dans plusieurs endroits. Lundi Obama a rendu public le plan d’augmentation des impôts pour les riches « Nous voulons que tous aient des opportunités justes ». Le président US a mentionné ceux qui « luttent pour entrer dans la classe moyenne ». A « Pinella Hope », à « Ann Arbor » et dans d’autres dizaines de lieux du pays, en plus de ceux qui veulent entrer dans la classe moyenne, il y-a ceux qui en furent expulsés par la crise et veulent revenir.

Traduit de l’espagnol pour El Correo par : Estelle et Carlos Debiasi

completétez votre lecture

Meurtres à Detroit: Le maire appelle au calme

La ville de Detroit est une de ces villes américaines en faillite qui exprime bien la gravité de la crise actuelle, le maire ayant réduit au maximum les frais à laissé à l’abandon une grande partie de la ville: plus d’entretien de voirie ni de ramassage d’ordures ménagères, plus de services de police, plus de pompiers, plus d’écoles, seuls les quartiers les plus aisés bénéficient encore d’un minimum, majeure partie de la ville tombe donc entre les mais des gangs.


DÉTROIT – Le maire de Detroit a lancé un appel au calme, mardi, alors que la ville est soumise à un grave épisode de violence.

Au cours des 58 derniers jours, 50 meurtres ont été commis à Detroit, soit 11 de plus qu’à pareille date en 2011, dans une ville qui compte un peu plus de 700 000 habitants.

La police déplore que plusieurs des crimes contre la personne aient été commis avec des armes à feu interdites, souvent par des jeunes.

Le maire David Bing a demandé aux parents de mieux s’occuper de leurs enfants, d’être vigilants dans leur quartier et de dénoncer les actes criminels.

Le chef de la police de Detroit, Ralph Godbee, a invité la population à prendre sa sécurité en mains. Soulignant que plus de 80 pour cent des résidants de Detroit sont Afro-Américains, le chef Goodbee a affirmé que la communauté avait surmonté bien des discriminations et qu’il était désolant qu’elle ne puisse mettre fin aux violences dans ses propres rangs.

Selon le magazine «Forbes», en 2010, Detroit a affiché un bilan de 1111 crimes violents par 100 000 habitants, le pire bilan des grandes villes américaines.

 

Source: journalmetro.com

 

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Les pays en crise
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche