Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 20:58

 

Affaire Karachi :

Un témoignage implique Sarkozy

Créé le 06-09-2012 à 12h56 - Mis à jour à 13h05
Le Nouvel Observateur

Une fonctionnaire du ministère du Budget confirme que l'ex-chef de l'Etat a donné son accord écrit aux contrats signés avec le Pakistan et l'Arabie saoudite.

 

Nicolas Sarkozy (Sipa)

Nicolas Sarkozy (Sipa)

Nicolas Sarkozy a donné son accord écrit en 1994, comme ministre du Budget, au versement de commissions en marge d'un contrat d'armement qui est au centre d'une affaire de corruption politique présumée, selon la déposition d'un haut fonctionnaire publiée jeudi 6 septembre par Mediapart.

Le cabinet de Nicolas Sarkozy a indiqué ne faire aucun commentaire sur des procédures judiciaires. Nicolas Sarkozy a nié dans les médias depuis plusieurs années toute malversation dans ce dossier.

L'hypothèse des juges est un détournement partiel, à des fins de financement de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995, de commissions légales convenues en marge de la vente de sous-marins au Pakistan (contrat "Agosta", 84 millions d'euros) et de frégates à l'Arabie saoudite (contrat "Mouette", 200 millions d'euros) dans les années 1990.

Balourd

Un lien est soupçonné entre l'imbroglio sur les paiements de commissions au Pakistan et un attentat à Karachi qui a tué onze Français travaillant sur les sous-marins, en 2002. Nicolas Sarkozy était porte-parole de la campagne Balladur.

Patricia Laplaud, haut fonctionnaire à l'époque au budget, a déclaré à la police le 3 juillet que le "balourd", en jargon une surcharge de commissions alors légales versées en marge des gros contrats, avait suscité de sa part une sollicitation du ministre.

"En raison du balourd et de l'importance du contrat, il nous fallait un accord écrit de notre ministre (Nicolas Sarkozy, ndlr), que nous avons obtenu. Le contrat Mouette était un contrat important. Une note avait été envoyée au cabinet du ministère afin d'obtenir cet accord", a-t-elle ajouté.

Création d'une société au Luxembourg

Les investigations ont montré que l'argent ainsi versé a bénéficié à un intermédiaire, Ziad Takieddine, mis en examen aujourd'hui plusieurs fois. Des retraits en espèces ensuite en Suisse semblent correspondre. Le lien avec les très importantes sommes en espèces versées aux comptes de la campagne Balladur ne semble pas cependant établi.

Le nom de Nicolas Sarkozy figurait déjà au dossier car il aurait, selon un rapport de la police luxembourgeoise, approuvé la création de structures off-shore au Grand-Duché, supposées avoir servi à des malversations, ce qu'il nie.

(..)
(avec Reuters)
suite ici :

http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20120906.OBS1563/affaire-karachi-un-temoignage-implique-sarkozy.html#xtor=EPR-3-[Actu17h]-20120906

 

.

.

Affaire Karachi: Un témoignage impliquerait Nicolas Sarkozy

 

Déjà visé par une plainte, Nicolas Sarkozy est à nouveau au cœur de l'affaire Karachi. L'ancien président de la République aurait en effet donné son accord écrit en 1994, comme ministre du Budget, au versement de commissions en marge d'un contrat d'armement qui est au centre d'une affaire de corruption politique présumée. C'est en tout cas ce qu'affirme la déposition d'un haut fonctionnaire publiée ce jeudi par Mediapart.


Sollicité par Reuters, le cabinet de Nicolas Sarkozy a indiqué ne faire aucun commentaire sur des procédures judiciaires. Nicolas Sarkozy a nié dans les médias depuis plusieurs années toute malversation dans ce dossier.


La campagne présidentielle de Balladur en fond


L'hypothèse des juges est un détournement partiel, à des fins de financement de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995, de commissions légales convenues en marge de la vente de sous-marins au Pakistan (contrat «Agosta», 84 millions d'euros) et de frégates à l'Arabie saoudite (contrat «Mouette», 200 millions d'euros) dans les années 1990.


Un lien est soupçonné entre l'imbroglio sur les paiements de commissions au Pakistan et un attentat à Karachi qui a tué onze Français travaillant sur les sous-marins, en 2002. En 1995, Nicolas Sarkozy était porte-parole de la campagne Balladur.


D'importantes sommes en espèces


Patricia Laplaud, haut fonctionnaire à l'époque au Budget, a déclaré à la police le 3 juillet que le «balourd», en jargon une surcharge de commissions alors légales versées en marge des gros contrats, avait suscité de sa part une sollicitation du ministre.


«En raison du balourd et de l'importance du contrat, il nous fallait un accord écrit de notre ministre [Nicolas Sarkozy], que nous avons obtenu. Le contrat Mouette était un contrat important. Une (...) Lire la suite sur 20minutes.fr

 

.

 

.


Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche