Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 21:36

Au secours, l'affaire Wildenstein revient !

Le 24 octobre prochain, les Français expatriés vont devoir revoter pour élire leur représentants à l'Assemblée des Français de l'étranger. Le dernier scrutin a été annulé avant l'été par le conseil d'Etat. La deuxième place de la liste présentée par l'UMP est occupée par un certain Guy Wildenstein que les observateurs attentifs des déboires d'Eric Woerth connaissent bien: proche du président Sarkozy, donateur de l'UMP, Guy Wildenstein est surtout un habitué des paradis fiscaux jamais inquiété par le fisc français malgré de nombreuses alertes. Et justement, France Inter vient de révéler qu'une nouvelle plainte a été déposée contre lui.

L'origine de l'affaire
Benoît Collombat, journaliste à France Inter, avait déjà publié le 20 août dernier une longue enquête sur Eric de Sérigny, conseiller bénévole d'Eric Woerth. Le voici qu'il récidive, cette fois-ci sur Guy Wildenstein. En juillet dernier, Le Monde, puis Libération lui avaient consacré deux longs articles, sans que la polémique ne prenne.

Guy Wildenstein est au coeur d'une action de sa belle-mère, Sylvia Roth, veuve du collectionneur d'art Daniel Wildenstein, décédé en 2001. Elle conteste la valeur de l'héritage déclaré - une quarantaine de millions d'euros, alors que les évaluations précédentes de la fortune de son mari s'établissaient à plus de 4 milliards d'euros. La justice, saisie dès 2005, a officiellement reconnu que l'essentiel de cette fortune a été placée dans des fonds offshore (Guernesey, îles Caïmans), jugeant même, en octobre 2008, « l’évasion du patrimoine dans des sociétés étrangères et des trusts, conforme à la tradition familiale de transmission des biens aux héritiers directs ... » (sic !).

L'une des plaintes de Mme Roth contre quatre de ces trusts a même été classée sans suite le 5 juillet dernier par le Procureur de la République, Jean-Claude Marin (le même qui traita le procès Clearstream...).

Le 9 juillet dernier, une information judiciaire pour abus de confiance a été ouverte à Paris, et une information judiciaire été ouverte le 22 juillet suivant, et confiée à Guillaume Daieff, juge d'instruction au pôle financier.  La semaine dernière, France Inter révélait qu'une nouvelle plainte, beaucoup plus large, avait été déposée par l'avocate de Mme Roth : « abus de confiance », « organisation d’insolvabilité », « blanchiment », « recel d’abus de confiance », « recel de blanchiment », « recel de faux et d’usage de faux », rien que ça !

Woerth,si proche, Sarko pas loin.

Cette affaire concerne directement Eric Woerth et Nicolas Sarkozy. Guy Wildenstein est un proche éminent du chef de Sarkofrance, comme le rappelle Benoît Collombat dans son enquête.

1. Alors ministre du budget, Woerth était, comme l'administration fiscale, au courant de cette évasion fiscale. Mme Roth a en effet écrit à plusieurs reprises au directeur de l'administration fiscale (en juin puis en septembre 2009), à la Direction des services fiscaux de Paris Nord (juin et septembre 2009), à Eric Woerth (en 2009) et à François Baroin (en juillet 2010).

2. Eric Woerth connaît personnellement Guy Wildenstein. A Chantilly, ce dernier entretient quelques chevaux, via l'Ecurie Wildenstein, dont il est le gérant, et dont le siège social jouxte le siège de l'UMP rue de la Boétie à Paris.


3. Eric Woerth connaît aussi Guy Wildenstein comme donateur de l'UMP. Ce dernier était très actif en 2007 pour lever des fonds de campagne au profit du candidat Sarkozy. On a pu le voir, en janvier 2007, en compagnie du trésorier Erc Woerth, accueillir à New-York des donateurs du Premier Cercle.
On a pu aussi le voir accueillir Nicolas Sarkozy, à New York, à l'automne 2006.

4. L’Institut Wildenstein, qu'il préside, jouxte également le siège de l’UMP rue de la Boétie dans le 8ème arrondissement de Paris. C'est un centre de recherche en histoire de l'art.

Jusqu'à présent, le pouvoir politique a largement tenté d'étouffer cette affaire. Les sommes en jeu dans ce litige d'héritage sont faramineuses ; l'enjeu politique l'est tout autant.

Ami sarkozyste, où es-tu ?

 

http://sarkofrance.blogspot.com/2010/09/au-secours-laffaire-wildenstein-revient.html

 

 

France: "Plus grave encore que l'affaire Bettencourt " ?

 

Depuis plusieurs mois, un dossier d'évasion fiscale présumée retient l'attention en France. Il concerne le collectionneur de tableaux Daniel Wildenstein, dont les fils auraient dissimulé une large part de la fortune au fisc. Sans réaction des autorités pourtant mises au parfum.

Estimée à trois milliards d'euros, la fortune de Daniel Wildenstein, décédé en 2001, aurait été ramenée à quelques misérables 42 millions d'euros dans la déclaration de succession faite au fisc français. Le reste aurait été caché dans des trusts logés dans différents paradis fiscaux par les deux fils de Daniel Wildenstein. C'est du moins ce que prétend, preuves à l'appui, la veuve du collectionneur et belle-mère de Guy et Alec Wildenstein.

Et elle accuse franchement : les services fiscaux et les ministres du Budget, Eric Woerth puis François Baroin n'ont pas levé le petit doigt lorsqu'elle leur a fait part de ses soupçons d'évasion fiscale. Et la plainte qu'elle avait déposée en 2009 n'a pas ému le parquet de Paris, avant qu'il soit contraint d'ouvrir une information judiciaire pour "abus de confiance" lorsqu'une deuxième plainte avec constitution de partie civile eut été introduite par Sylvia Wildenstein. Une nouvelle plainte a encore été déposée par la veuve du collectionneur le 20 septembre dernier  et celle-ci met clairement en cause les liens de l'un des fils, Guy, avec l'UMP.

C'est que Guy Wildenstein fait lui aussi partie du "premier cercle" des donateurs de l'UMP. Et lui aussi a reçu la Légion d'honneur, des mains de Nicolas Sarkozy. Des circonstances qui rappellent étrangement l'affaire Bettencourt. D'aucun relèvent aussi que Guy Wildenstein est un habitué du champ de courses de Chantilly, fréquenté par Eric Woerth, maire de Chantilly, et son épouse Florence.

 

Encore le "premier cercle"

 

Une grande fortune, proche de Nicolas Sarkozy et d'Eric Woerth, soupçonné d'évasion fiscale et un ministre accusé de passivité complice, c'est beaucoup. "Cette affaire est plus grave encore que l'affaire Bettencourt" explique l'avocate de Sylvia Wildenstein Me Dumont-Beghi, qui demande la jonction de toutes les plaintes et espère bien voir un juge d'instruction nommé. Ce serait alors une différence majeure avec l'affaire Bettencourt où, malgré les demandes répétées de l'opposition et de nombreux acteurs du dossier, le procureur de la République de Paris se refuse toujours à désigner un juge d'instruction.

Au ministère français des Finances, on conteste avoir fait preuve de passivité. "Quand on reçoit ce type de courriers, on regarde les renseignements et on les exploite. C'est le cas dans cette affaire, répondaient en juillet au Journal Du Dimanche les services de Philippe Parini, le directeur général des Finances publiques. "Mais on ne peut pas vous dire s'il y a une enquête ou un contrôle en cours, c'est le secret fiscal", se justifiaient-il. Même réponse au cabinet d'Eric Woerth, où on assurait au début de l'été que ce dernier n'était en aucun cas intervenu dans ce dossier "complexe".

 

T.N. avec Le Monde

 

 

http://www.rtbf.be/info/monde/france/france-plus-grave-encore-que-laffaire-bettencourt-257566

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche