Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 01:14

Edwy Plenel, le directeur de publication de Mediapart - Wikipedia

 

Woerth-Sarkozy complices :

30 faits, pas de calomnie


1°) le ministre du budget de Sarkozy, Eric Woerth, était aussi trésorier de l’UMP et depuis des années a mélangé les genres.
2°) Woerth organisait des réunions du « Premier cercle « , des 400 plus riches donateurs de l’UMP,  hôtel Bristol, face à l’Elysée pour que Sarkozy aille serrer les mains et que les chèques tombent.
3°) dans ces 400, Mme Bettencourt figurait comme généreuse donatrice, et comme Marc Ladreyt Delacharriére, directeur financier de L’Oréal et dirigeant de Fimalac, Ficht ratings, l’agence de notation charlatan qui menace la France…
4°) Woerth a placé sa femme chez Mme Bettencourt pour 180 000 euros par an, sous la tutelle de Pierre de Maistre (écoutes enregistrées)
5°) Woerth a décoré Pierre de Maistre de la Légion d’honneur
6°) Mme Bettencourt a versé 7500 euros à l’UMP par le truchement de Woerth
7°) Woerth a diné chez Mme Bettencourt
8°) Sarkozy a diné chez Mme Bettencourt (combien de fois en dehors des 2 ou 3 reconnus)
9°) Mme Bettencourt a donné 7500 euros au micro parti que Woerth a créée dans l’Oise pour collecter des fonds (parti créée avec Yvonne Cassetta, condamnée dans des affaires de tresorerie du RPR et Jean Francois Mancel également condamné). Avec Jean-Francois Mancel et l’ADO, une association locale de l’Oise, Eric Woerth avait déjà eu maille avec la justice pour des questions de financement.
10°) Mme Bettencourt faisait retirer chaque semaine 50 000 euros à distribuer aux « politiques » qui la visitaient. Et la liste d’un certain nombre de ces politiques a été rendue publique (Mesmer, les Chirac, les Kouchner…),
11°) La femme d’Eric Woerth a été amenée à travailler en Suisse pour Mme Bettencourt et M de Maistre
12°) la femme de Woerth a été obligé de démissionner quand le scandale est arrivée et elle a convenu qu’elle avait sous estimé le « conflit d’interêt ». Elle est embauchée chez Hermés pour 400 000 euros.
13°) Mme Bettencourt a des comptes en Suisse dissimulés au fisc, de l’ordre de 78 millions d’euros, (peut etre plus ?) Elle est la femme la plus riche de France, sa fortune, selon les journaux va de 10 à 20 milliards d’euros.
14°) Mme Bettencourt posséde une ile non déclarée dans les Seychelles
15°) Mme Bettencourt a reconnu etre une fraudeuse fiscale et s’est engagée à régulariser lorsque le scandale a éclaté
16°) Mme Bettencourt n’a pas fait l’objet de controles fiscaux réguliers alors qu’elle était en fraude
17°) Woerth déclarait posséder une liste de 3000 noms de fraudeurs fiscaux en Suisse : il n’a pas voulu rendre publique les noms de ces délinquants.
18°) Woerth a prétendu etre le champion de la lutte fiscale, mais le bilan de la lutte contre la fraude de ces 3000 délinquant identifiés est opaque, Mme Bettencourt en faisait elle partie ?
19°) sous l’autorité de Woerth, M de Maistre a été reçu deux fois officiellement à Bercy (rapport de l’IGF du 12 juillet)
20°) sous l’autorité de Woerth, Mme Bettencourt a reçu un chéque de reversement de 30 millions d’euros de « trop perçu » d’impôt.
21°) sous l’autorité de M. Woerth, Mme Bettencourt payait peu d’impôt, grâce au bouclier fiscal, en dépit et en sus de sa fraude.
22°) l’ex comptable de Mme Bettencourt j’a jamais varié dans ses déclarations, en dépit de la communication mensongère, au goutte à goutte, tronquée,  faite en direct à la presse, par M Guéant de l’Elysée : elle a confirmé avoir préparé en 2007, une enveloppe de 50 000 euros pour M. Woerth et comme M de Maistre voulait 100 000 de plus, celui-ci a fait chercher l’argent en Suisse. M. Woerth venait chercher cette enveloppe au moment de la campagne présidentielle de Sarkozy en 2007. Les carnets comptables et les relevés de banque corroborent.
23°) une autre employé de Mme Bettencourt a confirmé les faits sur ces enveloppes de liquide. Relevé de banques et carnets comptables corroborent.
24°) le procureur Courroye est impliqué par M de Maistre qui explique que l’Elysée lui a donné la garantie que l’affaire entre Mme Bettencourt et sa fille serait classée.
25°) c’est le procureur Courroye qui a pris en main l’affaire, alors qu’il y est mis en cause personnellement, en conflit avec ses collègues de Nanterre, qui a ouvert des enquêtes préliminaires, sans autre procédure, sans avocat, sans juge d’instruction indépendant. Sarkozy le justifie.
26°) le rapport de l’IGF est un rapport sous autorité du ministre Baroin et n’a aucune valeur probante. Néanmoins, il fait apparaître que des tractations ont eu lieu avec M. de Maistre.
27°) Il n’y a pas d’enquête sur la liste des 3000 fraudeurs de Suisse et la banque concernée HSBC.
28°) il n’y a pas d’enquête sur les retraits de fonds en liquide et leurs destinataires politiques de Mme Bettencourt
29°) Sarkozy se refuse a remettre en cause le bouclier fiscal  et  l’absence de contrôle si inique qui permettent à des richissimes fraudeurs d’un tel niveau de se soustraire ainsi à leurs obligations républicaines.
30°) Sarkozy a excusé et épargné Mme Bettencourt pour sa fraude fiscale, le 12 juillet devant des millions de Français

Cet article a été écrit par Gérard Filoche, publié le 13 juillet 2010 à 9:41

sabre au clair


Auteur : Gérard Filoche - Source : Le blog de Gérard Filoche

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=14226

 

_______________________________________________________________

 

 

Exclusif: quand Woerth bradait le domaine pour faire plaisir aux copains

Daniel Bernard - Marianne


Quelques jours avant son transfert au ministère du Travail en mars 2010, le ministre du Budget organisait la vente de l’hippodrome de Compiègne à des amis d’amis, au prix d’une acrobatie juridique.






Ce fut l’une des dernières décisions d’Eric Woerth, juste avant de quitter Bercy. Dans la semaine précédant le remaniement, l’encore ministre du Budget s’est assuré de la cession d’une parcelle sur laquelle est installé l’hippodrome de Compiègne, situé dans son cher département de l’Oise. Contre un chèque de 2,5 millions d’euros, France Domaine a reçu l’ordre de céder la soixantaine d’hectares à la Société des courses de Compiègne (SCC), l’association qui en était jusqu’à présent simple concessionnaire.

Or, cette transaction, même à l’heure où tout est bon pour renflouer les comptes publics, est tout sauf anodine. Elle a mis en émoi, à Compiègne et ailleurs, les spécialistes du droit forestier qui se demandent pourquoi Eric Woerth, par ailleurs maire de Chantilly et dont l’épouse possède une écurie de courses, a ainsi précipité une cession juridiquement hasardeuse. «Qu’un ministre intervienne personnellement dans une cession, je ne l’avais jamais vu, s’étonne un fonctionnaire de l’ONF. Il fallait que les choses soient tordues pour justifier une telle implication !».
Pourtant, Eric Woerth est bel et bien intervenu personnellement, comme le montre le document ci-dessous :


Exclusif: quand Woerth bradait le domaine pour faire plaisir aux copains
Après avoir, dans ce courrier du 29 octobre 2009, informé l’heureux acheteur que l’Etat était disposé à céder la parcelle, le ministre a veillé jusqu’au bout à ce que le trésorier payeur général de l’Oise procède bien à la vente. «Tout devait être bouclé avant son transfert au ministère du Travail», affirme une source, au ministère de l’Agriculture.

Pourquoi une telle diligence ?
Clairement, il s’agissait de passer en force. S’appuyant sur l’Article L. 3211-5 du Code général de la propriété des personnes publiques, un juriste consulté par Marianne affirme que «l’hippodrome, dès lors qu’il a été bâti sur une forêt domaniale, est inaliénable». Une étude de l’ONF, sollicitée par Bercy, stipulait d’ailleurs qu’une cession nécessitait le vote préalable d’une loi. Une jurisprudence existe : en 1960, le conseil d’Etat avait annulé une vente dans le département des Alpes-Maritimes. Malgré cette mise en garde, Eric Woerth n’a pas voulu s’aventurer dans une procédure législative. Par souci de discrétion ?

La Société des courses de Compiègne (SCC), qui a obtenu la cession de gré à gré, est présidée par Antoine Gilibert
*, bien connu dans l’Oise. Cet homme d’affaires est un supporter notoire du sénateur-maire Philippe Marini qui, sans être un ami de Woerth, est tout de même un membre éminent de l’UMP. Egalement propriétaire de chevaux, le même Gilibert participe aux commissions de l’organisateur des courses France galop —un point commun avec Florence Woerth, qui y siégeait également de 2004 à 2007. Bref, il fréquente un petit monde cimenté par la passion équestre, le sens des affaires et le goût de la politique —ce même petit monde qui est aussi celui des Woerth.
Désormais propriétaire, la Société des courses de Compiègne n’aura plus de comptes à rendre à personne pour transformer l’hippodrome. Jusqu’à présent, ses dirigeants devaient obtenir l’accord de l’ONF avant de réaliser le moindre aménagement. Désormais, plus rien ne s’oppose à la construction, envisagée, d’un restaurant panoramique.

suite ici :

http://www.marianne2.fr/Exclusif-quand-Woerth-bradait-le-domaine-pour-faire-plaisir-aux-copains_a195332.html

*Contactés par Marianne2, ni Antoine Gilibert ni la secrétaire générale de la SCC Corinne Dutrey Soyer n’ont pu être joints avant la mise en ligne.
Le Mag
_______________________________________________________________________________________

Encore un conflit d'intérêts ?

Selon le quotidien britannique Daily Mail, Lancôme, une des marques du groupe L'Oréal, aurait donné plusieurs centaines de milliers d'Euros à la fondation Carla Bruni-Sarkozy. L'Oréal appartenant à Mme Bettencourt, il y aurait là encore un conflit d'intérêts ? Ca commence à faire beaucoup ! 

Lire l'article (en anglais) sur le site source.

Traduction Google


Source : Daily Mail
http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=14243

Lire aussi:
http://www.alterinfo.net/La-charge-de-la-brigade-mediatique_a48058.html

Partager cet article

commentaires

eva R-sistons 14/07/2010 23:52



Merci. En effet, j'en parle dans ce post, cordialement, eva



onestdesbleus 14/07/2010 22:55



Nouvelle affaire de la vente illégale de l'hippodrome de Compiègne:


 


 


L'Etat perd beaucoup d'argent:50 000 euros annuels de location et la valeur même du bien estimé à plus de 20 millions d'euros soit 10
fois le prix auquel il a été cédé à des amis,c'est-à-dire bradé.Une perte sèche de plus de 17 millions d’euros sans compter les 50 000 euros annuels.Le patrimoine de l'Etat est peu à peu
liquidé au profit des amis du pouvoir en place. « France galop » c’est la France mise en faillite mais au grand galop ! Il faut que les malfaisants soient au moins neutralisés
et les biens restitués.Il convient,en un mot,de nettoyer les écuries d'Augias.Qui se dévoue?



Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche