Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 21:38

 

parole-au-peuple.jpg

Notre règle d'or : la parole au peuple

L’heure est grave. Notre démocratie est en danger.

La décision au mois d’août du Conseil Constitutionnel de donner son feu vert à l'adoption par la France du pacte budgétaire, ouvre la voie à une ratification en catimini par le Parlement, avec la complicité des élus UMP et PS.

 

Cette ratification sonnerait le glas d'un nouveau pan de notre démocratie. Après avoir perdu son indépendance monétaire et le contrôle de ses frontières, la France est sur le point de perdre son indépendance budgétaire.


François Hollande envisage de faire voter une loi sur la ratification du nouveau traité fin septembre. C'est pourquoi Debout la République et Nicolas Dupont-Aignan s'engagent aujourd'hui dans une bataille pour faire plier le Président de la République et exiger la tenue d'un référendum. Nous avons besoin de vous tous. Dans un mois, il sera trop tard.

Comment agir ?

Pour agir, vous pouvez signer en ligne la pétition en cliquant ici.

>> Signer la pétition en ligne <<

Vous pouvez aussi télécharger et imprimer la version papier de la pétition en pièce jointe puis nous la retourner par courrier.

Venez aider les militants de DLR qui, aux quatre coins de France, vont aller faire signer la pétition. Diffusez ce lien autour de vous et parlez-en à vos proches. Ne laissons pas les technocrates de Bruxelles retirer au peuple un de ses derniers pouvoirs : le vote du budget et de l'impôt !

Debout la République lance aussi une grande campagne d’affichage. Vous pouvez retrouver notre affiche et nos autocollants en pièce jointe. Vous pouvez les commander en envoyant un courriel à courrier@debout-la-republique.fr

A DLR, notre règle d'or, c'est la parole au peuple.

 

http://www.debout-la-republique.fr/article/notre-regle-d-or-la-parole-au-peuple

 

 

._____________________________________________

 

.

.

Vive l’euro, jusqu’à ce que la France en crève !

 

Vive l'euro, jusqu'à ce que la France en crève ! la France compte plus de 3 millions de chômeurs. Le premier ministre annonce que la situation est « grave » et le ministre de l'emploi prévient que le chômage va encore s'étendre.

 

Vive l’euro, jusqu’à ce que la France en crève !

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault vient de confirmer sur France Inter, le dimanche 2 septembre, que le cap des 3 millions de chômeurs avait été franchi. Avec ce commentaire : « La situation est particulièrement grave. »

Certes.

Mais que propose le chef du gouvernement ?

PLUS QUE JAMAIS, LA LUTTE CONTRE LE CHÔMAGE IMPOSE DE COMMENCER PAR SORTIR DE L’EURO ET DE L’UE

Je l’ai dit maintes fois, depuis la création de l’UPR il y a bientôt 5 ans et demi : il est IMPOSSIBLE de lutter contre la montée inexorable du chômage et des délocalisations, tant que la France :

a)- n’aura pas remis en cause les articles 32 et 63 du traité sur le fonctionnement de l’UE (TFUE, qui reprend des dispositions identiques figurant dans le traité de Maastricht).

Ces articles donnent en effet le feu vert général à toutes les délocalisations industrielles et placent les salariés français en concurrence frontale avec des centaines de millions de salariés chinois, indiens, ou du Sud-est asiatique pays 20 fois moins – ce qui constitue évidemment une concurrence intenable ;

b)- ne sera pas sortie de la monnaie européenne, car notre pays n’est plus maître de ses taux d’intérêt et de ses taux de change.

En outre le maintien en survie artificielle de l’euro exige des politiques d’austérité toujours plus gravement récessives, ce qui plonge tous les pays de la zone dans une dépression économique et une montée du chômage inexorable.

Tout cela impose de sortir de l’Union européenne et de l’euro.
Du reste, les traités ne prévoient d’ailleurs pas la possibilité de sortir de l’euro sans sortir de l’UE.

LES EUROPÉISTES PRIS À LEUR PROPRE PIÈGE

La seule réponse des européistes à ces arguments a consisté :

a)- pour ce qui me concerne, à briser ma carrière administrative, à m’interdire purement et simplement l’accès aux médias et à organiser l’omerta autour des mes analyses ;

b)- plus généralement, à taxer quiconque veut sortir de l’euro de « nationalisme » et « d’extrême-droite ».

Et cela, au motif que Mme Le Pen voudrait sortir de l’euro, ce qu’elle a d’ailleurs « oublié » de proposer dans sa profession de foi pour l’élection présidentielle, seul document officiel transmis aux 46 millions d’électeurs.

Je rappelle au passage que, loin de se démarquer de cette tactique de diabolisation orchestrée par l’UMP/MODEM/EELV/PS, le Front de Gauche abonde dans le même sens. M. Jean-Luc Mélenchon a ainsi déclaré, le 26 juin 2011, sur la radio Europe 1 que « prôner la sortie de l’euro relève du maréchalisme »

Cette stratégie de la terreur intellectuelle, consistant à diaboliser quiconque veut sortir de l’euro et des traités européens, s’est certes révélée remarquablement efficace pour imposer au peuple français la situation dans laquelle nous sommes.

Seulement voilà : il y a une justice immanente. Maintenant que cette situation tourne au désastre, les européistes se retrouvent pris à leur propre piège de diabolisation.

Ayant pris appui depuis deux décennies sur les opportuns « dérapages » de la famille Le Pen pour certifier aux Français que vouloir sortir de l’euro et de la construction européenne était équivalent à approuver les idées hitlériennes, ils ne peuvent plus venir soudain expliquer aux Français que c’était une blague…

Il se sont donc condamnés à refuser absolument la seule possibilité de sauver le niveau de vie des Français, qui passe justement par la sortie de l’euro et de l’UE.

Les européistes, qu’ils appartiennent à l’UMP, au PS, au MoDem, à EELV, ou au FG, en sont donc réduits à contempler le naufrage, sans pouvoir rien dire ni faire d’efficace pour lutter contre.

Cela aurait la beauté antique de la tragédie grecque si cette irresponsabilité criminelle de notre classe politique n’entraînait pas des millions de nos compatriotes dans un appauvrissement épouvantable, dont nous n’avons encore vu que les prémisses.

L’ABSENCE PATHÉTIQUE DE SOLUTION DES EUROPÉISTES

N’ayant donc rien à proposer d’efficace et de concret pour lutter contre la montée inexorable du chômage, le Premier ministre Ayrault a donc fait ce que savent faire les européistes : débiter sur un ton monotone des idées creuses, des promesses vaines, et des appels à la mobilisation…. dans le vide.

Au micro de France Inter, après avoir avoué que « la situation est particulièrement grave », le chef du gouvernement a ainsi accouché d’une souris :

« On est à trois millions de personnes sans emploi. C’est la raison pour laquelle nous avons accéléré la convocation du Parlement. Tout le monde doit s’y mettre, retrousser les manches, pour qu’on réussisse. »

Comme si le problème était que les gens s’étaient tourné les pouces, depuis 20 ans qu’a été ratifié Maastricht !

M. Ayrault nous a également fait le coup du déni, en lançant : « Je ne veux pas être le Premier ministre d’un tournant de l’austérité », alors que c’est pourtant exactement ce qu’il est, puisqu’il n’est que l’exécutant docile des instructions de l’oligarchie UE-BCE-FMI.

Alors que propose-t-il réellement ? Eh bien, on a beau tourner et retourner ses propos dans tous les sens, on ne trouve rien.

Il a réaffirmé que « les objectifs de 3% (de déficit) pour le budget 2013 seront tenus », ce qui veut donc dire que la politique de récession suicidaire va être maintenue et renforcée.

Curieusement, M. Ayrault s’est ensuite défendu « d’avoir bullé, comme on dit » pendant l’été.

Puis il a balayé les critiques : « Je n’entends pas ces critiques parce qu’elles ne correspondent à rien (…) Ça, c’est les petits potins ».

Et il a terminé en engueulant tout le monde : « Ça suffit ! Cela vaut pour tout le monde. La discussion a lieu au sein du conseil des ministres, pas sur la place publique. »

Voilà qui en dit long sur le degré de nervosité de l’équipe gouvernementale. Cela nous promet certainement des rebondissements cocasses au sein de la « majorité plurielle » au cours des mois à venir.


En haut, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, vérifiant son brushing - en bas, le Ministre du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social Michel Sapin, une nouvelle fois convié à faire part de ses « expertises » devant les caméras.

L’INDÉCENCE DE MICHEL SAPIN

Ce dimanche ensoleillé du 2 septembre 2012 a enfin été marqué par les déclarations indécentes de Michel Sapin, « Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social » [ sic ].

Lors du Forum Radio J, il a joué les blasés et a même presque tourné les chiffres calamiteux du chômage comme s’il s’agissait d’une plaisanterie :

« C’est déjà fait les trois millions de chômeurs ! Les chiffres que nous commentons, (…) qui sont les chiffres du mois de juillet, sont aujourd’hui dépassés. On est en septembre. Donc, ce n’est pas la peine de s’interroger sur les 10%. C’est déjà fait ! ».

Avant d’enchaîner : « Ne nous battons pas sur des symboles qui sont déjà dépassés (…) La question est : ‘est-ce que ça va augmenter encore beaucoup?’. Oui, ça va encore augmenter. »

Voilà au moins qui est clair : le « Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social » – de gauche – annonce non seulement sur le ton de la boutade que « les trois millions de chômeurs, c’est déjà fait ! », mais il prévient d’un ton bravache que « ça va encore augmenter.» Alleluia !

Bien entendu, il a quand même voulu laisser un peu d’espoir, en concluant : « Est-ce qu’à un moment donné on peut l’inverser? Oui, on peut l’inverser .»

Mais que vaut donc cette promesse ?

Pour mesurer le degré de fiabilité des promesses du sieur Michel Sapin, rien n’est plus instructif que de rappeler ce qu’il disait voici 20 ans.

En 1992, Michel Sapin était Ministre de l’Économie et des Finances sous François Mitterrand et militait ardemment pour que les Français votent OUI au référendum du 20 septembre sur le traité de Maastricht. Il le fit notamment en ces termes, sur RTL, le 29 juillet 1992 :

« La France, compte tenu de la politique qui y est menée, est le seul pays qui, dès aujourd’hui, est en situation de pouvoir entrer dans la monnaie unique. [...] Tous les Français savent bien que l’Europe c’est la prospérité. La monnaie unique sera l’occasion d’accroître la prospérité européenne. Il suffit pour cela de constater que, du jour où la monnaie unique sera créée, elle sera la première monnaie du monde. »

CONCLUSION : L’INCOMPÉTENCE FLAMBOYANTE AU POUVOIR

Que le Ministre de l’Économie et des Finances se soit trompé à 100% dans ses prévisions de l’époque ne l’a pas empêché de continuer à plastronner au PS et d’y prendre la pose du « sage » et de « l’expert ».

En novembre 2011, François Hollande, candidat PS à l’élection présidentielle, en a d’ailleurs fait un élément clef de son équipe de campagne : il l’avait nommé « Chargé du projet présidentiel »…..

Avec un tel « expert » pour piloter le programme présidentiel de Hollande et pour lutter contre le chômage en France, nous pouvons être certains que les mois qui viennent seront bien sombres.

 

http://www.u-p-r.fr/actualite/france/hausse-du-chomage-euro-jusqu-a-ce-que-la-france-en-creve

 


L'ancien patron du Crédit Immobilier de France (en faillite)

a touché 1,5 million d'indemnités

.

 

 

Voici que la Banque Centrale Européenne s'apprête à voler votre pouvoir d'achat au grand jour!

Une décision importante risque d'être prise ce Jeudi 6 Septembre...

Lire l'article...

A tout de suite pour vos commentaires !

 

..

VOUS AVEZ TROIS JOURS ! Bougez vous !


Par Menthalo – Nos agriculteurs sont étranglés par des multinationales, qui abusent de l’OMC… On nous fait manger des aliments sans goût, sans saveur et sans valeur nutritive. La terre agricole se meurt de l’abus des pesticides et des engrais chimiques. Nous pouvons faire évoluer cette tendance.

Bougez vous ! Soyez consomm-acteurs ! Soyez responsable !


Puisque très exceptionnellement on nous demande notre avis,

répondez à ce questionnaire de l’Union Européenne sur ce que vous voulez manger demain.


Il sera soumis aux citoyens des 27 pays européens. Les réponses formeront  la base d’un document de travail, dont il sera tenu compte dans le processus de décision sur le futur de la Politique Agricole Commune.

Ce questionnaire n’est ouvert que trois jours, alors foncez !  et faites passer le message autour de vous sans tarder.

http://www.food4.eu/fr/have_your_say/quest.html

 
30 Commentaires

Publié par le 4 Septembre 2012 dans Non classé

 

BCE (sous la coupe du cartel bancaire) face à l’agacement de certains banquiers allemands

Officiellement, les marchés européens et l’euro furent sauvés d’une débâcle au cœur de l’été grâce à la magie du verbe de Mario Draghi. Mais la rentrée s’annonce et il va maintenant falloir concrétiser l’annonce du 2 août 2012. « Les marchés l’ont bien compris, si bien que l’objectif de rouvrir, par une baisse des taux courts, le marché de la dette aux Etats assoiffés a été atteint, pour l’instant du moins. Attendre davantage de la BCE serait sous-estimer les divisions profondes, et sans doute insurmontables, qui continuent de l’agiter s’agissant des limites de sa politique non conventionnelle », écrit L’Agefi avec raison.

Le ras-le-bol des banquiers centraux allemands

On se souvient du bouillant Axel Weber, qui avait démissionné au premier semestre 2011 de la direction de la Bundesbank, parce qu’il était opposé au programme de rachats d’obligations de la BCE, lancé en 2010. Puis il y eut, en septembre dernier, une autre démission spectaculaire : celle de Jürgen Stark, un autre Allemand, pour les mêmes raisons. Lui était chef économiste de la BCE.

Et maintenant ? Jens Weidmann, le président de la Banque centrale allemande (Bundesbank), songe ouvertement à démissionner en raison de son opposition au programme de rachats d’obligations de la BCE. C’est ce qu’affirme le quotidien Bild-Zeitung du 31 août, citant des sources financières. La chancelière Merkel  a pesé de tout de tout son poids afin qu’il reste en place… Y a-t-il eu des accords officieux ? Nous l’ignorons. Jens Weidmann a raison de comparer la politique de l’Américain Draghi à “un financement des Etats par la planche à billets”, qui risque de faire l’effet d’une “drogue” pouvant rendre les Etats “accro”.

La rentrée s’annonce chaude… mais pas encore brûlante

Il y a déjà en ligne de mire le 11 septembre ! Ce jour-là, la Commission dévoilera le projet d’union bancaire, décidé par le Conseil fin juin et censé déboucher avant la fin de l’année. Dès le lendemain, nous connaîtrons le verdict de la Cour constitutionnelle de Karlsruhe sur la conformité du futur Mécanisme européen de stabilité. Et dans le même temps, en soirée, la décision de la Fed sur un hypothétique QE3… très attendu par les accrocs du papier monnaie…

Vous l’avez remarqué, dans cette analyse, nous sommes très silencieux sur la Grèce, qui n’intéresse plus vraiment personne… pour le moment. Et quid du programme français de redressement des finances publiques

Un documentaire et un mini-site sur Goldman Sachs (Le Monde)

 

Les dents grincent dans les hautes sphères de la finance. Et pour cause, la chaîne TV franco-allemande Arte diffusera mardi soir une “Thema” autour de la toute puissante banque d’affaires américaine Goldman Sachs. Avec en prime-time un grand documentaire produit par Capa et coréalisé par les grands reporters Marc Roche (Le Monde) et Jérome Fritel (Capa TV). Fruit d’une année d’investigation, La banque qui dirige le monde est un portrait édifiant de cet empire invisible, riche de 700 milliards d’euros d’actifs (soit deux fois le budget de la France), qui s’est enrichi pendant la crise des “subprimes “ en pariant sur la faillite des ménages américains, et a été sauvée de la sienne grâce à ses appuis politiques. Le tout argumenté par de nombreux témoignages vidéo – banquiers, économistes, traders, journalistes, législateurs, responsables politiques…  En avant-première de sa diffusion, un mini-site invite l’internaute à visiter cette banque représentée comme un supermarché de la finance. Différents rayons permettent de plonger au cœur de cet empire tentaculaire. Du rayon “Bricolage”, qui concerne le commerce et la spéculation sur les matières premières non alimentaires (métaux, pétrole, gaz…) jusqu’au rayon “Direction”, détaillant les primes mirobolantes de ses dirigeants. De nombreux extraits qui ne figurent pas dans le montage final, faute de place, complètent ce document interactif riche d’enseignements.

 

HSBC doit être fermée et sa direction poursuivie – Partie IV*

La magie du verbe et ses limites

La BCE annonce déjà la météo !

En juin dernier, les économistes de la BCE annonçaient une contraction de 0,1% du Produit intérieur brut (PIB) pour la zone

 

.

.

Interview : Goldbroker anticipe le risque d'hyperinflation

Posted: 03 Sep 2012 04:52 AM PDT


Recommandé par la très célèbre Gold Anti-Trust Association en lutte contre la manipulation du cours des métaux précieux, GoldBroker est une entreprise de vente et de stockage d'or et d'argent-métal en ligne et je me suis récemment entretenu avec son PDG. Fabrice Drouin, directeur et fondateur de Goldbroker.com rejoint parfaitement ma prévision sur l'issue incendiaire que prendra notre monnaie
.


Joseph Stiglitz critique la mondialisation

 

.

 

Partager cet article

commentaires

mutuelle dentaire 26/12/2012 15:10


La politique et la santé sont deux choses qui sont liés. Et la santé passe aussi par la consommation des aliments saines. Que peut faire la gouvernement pour améliorer l'alimentation de la
population?

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche