Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 07:42

 

Copyright © 2013 Global Research

La reconquête de l’Afrique

Global Research, janvier 29, 2013


Au moment même où le président démocrate Obama réaffirmait dans son discours inaugural que les Etats-Unis, « source d’espoir pour les pauvres, soutiennent la démocratie en Afrique », de gigantesques avions étasuniens C-17 transportaient des troupes françaises au Mali, où Washington a installé au pouvoir l’an dernier le capitaine Sanogo, entraîné aux USA par le Pentagone et par la Cia, en aiguisant les conflits internes. La rapidité avec laquelle a été lancée l’opération, officiellement pour protéger le Mali de l’avancée des rebelles islamistes, démontre que celle-ci avait été planifiée depuis longtemps par le socialiste Hollande.

La collaboration immédiate des Etats-Unis et de l’Union européenne, qui a décidé d’envoyer au Mali des spécialistes de la guerre avec des fonctions d’entraînement et de commandement, démontre que l’opération avait été planifiée conjointement à Washington, Paris, Londres et dans d’autres capitales. Les puissances occidentales, dont les groupes multinationaux rivalisent entre eux pour s’accaparer les marchés et les sources de matières premières, se compactent quand leurs intérêts communs sont en jeu. Comme ceux qui en Afrique sont mis en péril par les soulèvements populaires et par la concurrence chinoise. Le Mali, un des pays les plus pauvres du monde (avec un revenu moyen par habitant 60 fois inférieur à celui des Italiens, et plus de la moitié de sa population sous le seuil de pauvreté), est très riche en matières premières : il exporte de l’or et du coltan, dont les gains finissent cependant dans les poches des multinationales et de l’élite locale. Pareil au Niger voisin, encore plus pauvre (avec un revenu par habitant 100 fois inférieur à l’italien) bien qu’il soit un des pays les plus riches en uranium, dont l’extraction et l’exportation est aux mains de la multinationale française Areva. Ce n’est pas un hasard si Paris, en même temps que l’opération au Mali, a envoyé des forces spéciales au Niger. Situation analogue au Tchad, dont les riches gisements pétrolifères sont exploités par l’étasunienne Exxon Mobil et d’autres multinationales (mais des compagnies chinoises sont aussi en train d’arriver) : ce qui reste des profits va dans la poche des élites locales. Pour avoir critiqué ce mécanisme, l’évêque combonien (ordre religieux missionnaire italien, NdT) Michele Russo avait été expulsé du Tchad en octobre dernier. Niger et Tchad fournissent aussi des milliers de soldats, qui, sous commandement français, sont envoyés au Mali pour ouvrir un deuxième front. Ce qui a été lancé au Mali, avec la force française comme fer de lance, est donc une opération de vaste envergure, qui du Sahel s’étend à l’Afrique occidentale et orientale. Elle se soude à celle qui a commencé en Afrique du Nord avec la destruction de l’Etat libyen et les manoeuvres pour étouffer, en Egypte et ailleurs, les rebellions populaires.

Une opération à long terme, qui fait partie du plan stratégique visant à mettre la totalité du continent sous le contrôle militaire des « grandes démocraties », qui reviennent en Afrique avec un casque colonial peint aux couleurs de la paix.

 

Edition de mardi 29 janvier 2013 de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20130129/manip2pg/14/manip2pz/335194/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

 

 

Voir aussi :

 

Al-Qaïda sert d’écran de fumée à la recolonisation de l’Afrique du nord par l’OTAN

 

Sources : rt.com

afrique01De plus en plus de pays occidentaux s’impliquent directement ou indirectement dans le conflit au Mali, et les interrogations sont de plus en plus nombreuses sur leurs motivations. Le journaliste Neil Clark explique ici à RT, que l’intervention a « uniquement des raisons économiques ».

Plusieurs pays occidentaux ont déjà proposé leur aide à la France, laquelle va renforcer sa force militaire jusqu’à 2500 soldats la semaine prochaine.

Le Royaume-Uni fournit une assistance logistique aérienne, tandis que les États-Unis fournissent des systèmes de surveillance et une aide dans le renseignement.

Washington a également annoncé qu’il allait fournir des avions de transport pour les troupes françaises et qu’il était envisagé d’envoyer des avions ravitailleurs pour les avions de combat français.

Le Canada soutient également l’intervention militaire en cours en envoyant un avion de transport. Le pays fournit également une contribution indirecte par des formations au contre-terrorisme dans le Niger voisin.

L’Italie est prête à fournir un soutien logistique pour les opérations aériennes, mais elle ne rejoindra pas les troupes françaises sur le terrain. Le ministre italien de la défense, Giampaolo Di Paola, a déclaré au Sénat ce mercredi que l’offre de l’Italie était uniquement limitée à des opérations aériennes.

Le journaliste du Guardian, Neil Clark a déclaré à RT qu’il était persuadé que des raisons économiques étaient derrière chaque aventure militaire occidentale de ces 30 dernières années – et le Mali n’était pas une exception.

RT : Le Royaume-Uni soutient cette campagne militaire française au Mali avec des fournitures en armement et plusieurs otages britanniques ont été tués en Algérie. Jusqu’à quel point pensez-vous que le public britannique et les politiciens sont prêt à s’engager ?

Neil Clark : Je pense que le public est très préoccupé, parce que ce qui s’est passé ici, c’est que David Cameron, qui a passé la majeure partie de l’année dernière à encourager les rebelles islamistes en Syrie, a maintenant adopté la ligne selon laquelle les rebelles islamistes au Mali sont le plus grand danger pour le reste du monde et que nous devons intervenir, malgré les conséquences prévisibles pour la Grande-Bretagne. Et je pense que c’est une politique tout à fait erronée. Malheureusement, l’élite politique en Grande-Bretagne semblent être toute entière derrière la politique de Cameron, ce qui est très inquiétant. Mais je pense que le public est très préoccupé par ce qui se passe.

RT : Qu’en est-il pour le Royaume-Uni ? Qu’est-ce qui pousse Londres à soutenir la France ?

NC : C’est très intéressant, parce que si on repense à 2011, c’était des gens comme David Cameron et William Hague qui étaient ceux qui criaient le plus fort et qui étaient les plus agressifs pour déposer le colonel Kadhafi. Et maintenant, les mêmes personnes, Cameron et Hague, disent que nous devons nous impliquer au Mali pour y réprimer les groupes d’al-Qaïda. Et il y a donc une contradiction réelle ici, une véritable hypocrisie. Pourquoi la lutte contre Al-Qaïda en Afrique serait la tâche la plus urgente ? Pourquoi devons-nous jouer un rôle actif dans la chute de dirigeants ? Et qu’est-ce qu’il y a derrière tout cela pour la Grande-Bretagne ? Je pense que ce qui se passe, c’est que cette menace d’al-Qaïda est utilisée comme un écran de fumée pour la recolonisation de l’Afrique du Nord par les forces de l’OTAN, la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis.

RT : Pensez-vous que c’est pour cela qu’ils ne tiennent pas compte de la montée en puissance d’Al-Qaïda en Syrie ?

NC : Tout à fait ! Parce que, bien sûr, l’un des plus grands mythes dans les relations internationales, c’est que les puissances occidentales étaient comme un seul homme contre al-Qaïda toutes ces 20-30 dernières années. Ce n’est pas vrai. Elles utilisent la menace d’al-Qaïda, dans certaines circonstances pour envahir certains pays comme l’Afghanistan. Mais ailleurs, elles peuvent effectivement soutenir al-Qaïda pour renverser des régimes laïques, comme en Syrie et en Libye. Ça prend des allures de monstre de Frankenstein, et bien sûr, tout remonte à l’Afghanistan dans les années 1980, quand al-Qaïda et des groupes islamistes radicaux ont été utilisés par l’Occident pour aider à chasser l’Armée rouge. Et cela fait partie de la politique.

RT : Jusqu’où l’implication britannique en Afrique du Nord pourrait-elle aller – et quelle réaction pourrait-il y avoir ?

NC : Je pense que nous allons nous enfoncer de plus en plus, parce que la semaine dernière, David Cameron nous a dit que nous ne pouvions pas laisser les islamistes prendre le pouvoir au Mali. Bien qu’il ait contredit ces commentaires quelques jours plus tard, en disant que ça n’avait pas vraiment d’importance si les islamistes prenaient le pouvoir au Mali… Donc, j’ai vraiment peur. Je veux dire que les néo-conservateurs n’ont pas obtenu leur guerre contre la Syrie, mais que maintenant il semble que nous avons tous à appuyer cette intervention contre le Mali.

RT : L’Afrique a beaucoup de ressources naturelles inexploitées. Quels pays semblent plus intéressés à gagner et peut-être à élargir leurs intérêts là-bas ? Et comment ces intérêts peuvent-ils se percuter ?

NC : Très probablement, car je pense bien évidemment que selon le point de vue de M. Hollande – l’économie est en très mauvais état en France – il espère qu’une intervention réussie au Mali augmenterait sa popularité à l’intérieur. C’est aussi la question de l’uranium et de la façon dont la France a besoin d’uranium. Et le Mali est un grand producteur d’uranium. Il y a des ressources là-bas. Donc, je pense que la France – c’est très clair – a des raisons économiques. Et je pense que des raisons économiques sont derrière chaque intervention occidentale de ces 30 dernières années.

Si nous regardons en arrière – les attaques contre la Yougoslavie, contre la Syrie, la guerre en Libye – tout cela était habillé comme des interventions humanitaires. Mais il n’en était rien. Ce sont des interventions économiques. Et l’Occident veut les ressources, l’Occident veut prendre le contrôle des ressources dans cette région. Et je pense que l’OTAN va s’installer en Afrique du Nord. Je pense que c’est clairement de cela dont il est question La menace d’al-Qaïda est instrumentalisée de telle sorte que l’OTAN, après son départ d’Afghanistan, ira se déployer en Afrique du Nord.

20 janvier 2013 – Russia Today

Article original en anglais :
http://rt.com/news/mali-interventio…

Traduction : Info-Palestine.eu - al-Mukhtar


Ingérence et crime de guerre en Syrie: USA et Qatar commanditaires d’une attaque faux-drapeau à l’arme chimique à Homs ?…

 

url de l’article original: http://www.infowars.com/hack-reveals-washington-approved-plan-to-stage-chemical-weapons-attack-in-syria/print/
~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

 

APRES LES MANIPULATIONS DU « PRINTEMPS ARABE », LE CHAOS DE L’HIVER ISLAMISTE !

 

Lettre ouverte à Monsieur le ministre des Affaires étrangères du Gouvernement provisoire tunisien !

 

Tunisie : Interview exclusive de Zine El Abidine Ben Ali : « J’ai vraiment mal pour mon pays et pour mon peuple »

 

Le Réseau CADTM Afrique condamne l’intervention militaire de la France et de ses alliés au Mali

 

Le mystère Erdogan


Assad, un président Syrien lucide et confiant

Il est bien sûr impossible de faire le compte exact des victimes des bombardements français mais, en extrapolant les rares informations qui filtrent, on peut les estimer à au moins six ou sept dizaines par jour et penser qu'elles ont pu parfois dépasser les cents.

 

 

RAID ISRAÉLIEN. Syrie : Israël a-t-il le droit de tuer des Syriens (2 morts 5 blessés) en toute impunité ?

by Allain Jules

Comme toujours, quand un pays est en guerre, il est très fragile. Des chasseurs israéliens ont violé l'espace aérien syrien et bombardé un Centre de recherche scientifique dans la banlieue de Damas. C'est la Syrie qui l'affirme. Auparavant, un convoi avait déjà été la cible de l'aviation israélienne. Ne croyez pas du tout aux salmigondis des [...]

Lire la suite

 

Belgique:Laurent LOUIS s’oppose à la guerre au Mali et dénonce la manipulation internationale

by realinfos
  Le député indépendant belge Laurent LOUIS s'oppose, seul contre tous les autres parlementaires, à la participation de la Belgique à la guerre au Mali. Il dénonce la manipulation internationale, le mensonge de la lutte anti-terrorisme, le soutien des Occidentaux aux djihadistes en Libye, Tunisie et Syrie et dévoile les véritables raisons de cette opération [...]
Raid de la DGSE en Somalie : ce qui s'est passé
Au lendemain du raid avorté pour tenter de libérer l'otage "Denis Allex", la DGSE, qui a planifié de bout en bout l'opération, se trouve fragilisée. Ce qui restera comme l'une des missions les plus meurtrières effectuées par le service français - trois fonctionnaires, dont l'otage, sont morts - vient relancer le vieux débat sur une éventuelle fusion du service Action et du Commandement des opérations spéciales (COS). (...) Lire la suite
 
  GRATUIT  
  FRANCE - Sécurité privée : pas de jackpot Areva
Tout ça pour ça ! Après quatre mois de consultations (IOL nos 671, 676, 678 et 679), le groupe nucléaire Areva a sèchement annulé l'appel d'offres pour la protection et le transport de ses personnels au Niger, dont le montant était estimé à 5 millions d'euros. (...) Lire la suite

 

 

Brics-Syrie: Géodiplomatie contre Géostratégie.

0
Brics-Syrie: Géodiplomatie contre Géostratégie.

Par Camille Loty Malebranche Les forces de l’Histoire, se manifestent à travers l’évolution des...

 

 

Areva en Afrique ou la loi de la jungle

Eva Lacoste

Présent dans une centaine de pays, Areva dispose de la maîtrise de l’ensemble de la chaîne du (...)

Comment Areva laisse mourir ses travailleurs au Niger

Emmanuel Haddad

Les Français s’éclairent et se chauffent grâce à leur travail : ces centaines de mineurs nigériens (...)

Le Mali, prochain Afghanistan ?

Immanuel Wallerstein

Extrait d’un article d’Immanuel Wallerstein qui revient sur l’histoire récente du Mali. L’Histoire (...)

Les “guerres nomades” gagnent le Mali

Colette Braeckman

Comment la situation s’est-elle dégradée dans le Nord du Mali ? Dans cet entretien d’avril 2012, (...)

Faire la guerre au Mali ou comment éluder les bonnes questions

Carlos Crespo

Le cas du l’intervention au Mali ne déroge pas à la règle : les États occidentaux ne sont prompts à (...)

La France intervient au Mali et réaffirme son rôle de gendarme en Afrique

Survie

C’est finalement le 10 janvier 2013 que la France est entrée en guerre au Mali. La communication (...)

Mali : le bruit des bottes

Mireille Fanon Mendès-France

En novembre déjà, Mireille Fanon-Mendes-France, fille de Frantz Fanon et experte aux Nations (...)

L’aventure ambiguë de la France au Mali

Pierre Cherruau

L’intervention française au Mali suscite un bel enthousiasme. Mais les doutes et les critiques (...)

Lutte antiterroriste en France : cherchez l’erreur

Bahar Kimyongür

En France, on peut appeler à armer les rebelles terroristes en Syrie, diffuser leur propagande, (...)

De conspiration en conspiration…

Meriem Laribi

Le 12 décembre 2012, l’article que j’ai rédigé suite à mon séjour au Venezuela était publié sur le (...)

 

 

Voir aussi :

 

Syrie, une autre réalité -

Du bon journalisme, enfin !

Global Research, janvier 27, 2013

 

.La publication documentaire d’Anastasia Popova diffusé sur la chaîne Russia 24 a suscité éloges et critiques sur le point de vue émis sur la situation actuelle en Syrie, point de vue différent de celui qui circule dans les médias européens.C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de poursuivre sur ce sujet en discutant avec l’auteur du rapport, une jeune journaliste qui a couvert le Printemps Arabe dans plusieurs pays et qui a passé quelques temps en Syrie, au contact de nombreuses personnes impliquées dans le conflit.

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche