Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 18:23

Alerte ! La précarité s'étend en France,

les lois liberticides aussi,

dissimulées par les Médias

qui détournent l'attention des vrais problèmes.

Article à lire absolument, à relayer partout !

 

pauvrete.jpg

 

Mohamed BELAALI, Sombre avenir

 

La France, dans le cadre d’un capitalisme en crise, tend lentement vers un régime que personne ne sait encore comment qualifier. Mais peu importe les adjectifs et les qualificatifs. Tous les signes d’un sombre avenir pour la majorité de la population sont, hélas, bien présents : précarité, chômage, misère, répression, suppression progressive des libertés publiques, propagande etc. Le citoyen est ainsi enserré par un pouvoir omnipotent qui, comme les tentacules d’une pieuvre géante, l’étouffe. Car la richesse doit rester, vaille que vaille, concentrée entre les mains d’une seule et même classe sociale minoritaire mais possédant tous les pouvoirs.

La France, pays riche, compte aujourd’hui des millions de travailleurs pauvres, de précaires, de chômeurs, de sans abris, de sans papiers, bref des millions d’hommes et de femmes broyés par la machine capitaliste. Ces laissés-pour-compte sont de plus en plus nombreux, et la politique d’austérité que le gouvernement prépare en ce moment même, ne fera qu’accroître encore un peu plus leur nombre. La destruction du système de retraite par répartition, basé sur la solidarité entre générations, va entrainer inévitablement l’augmentation du nombre de personnes cumulant vieillesse et pauvreté. Sombre avenir pour une partie de la population de plus en plus importante !

Mais cette misère n’a d’égal que la richesse accumulée par une petite minorité de très riches dont les revenus ont augmenté par exemple entre 2004 et 2007 de 40 % selon l’Insee (1). Malgré la crise, les profits des entreprises du CAC 40 (cotation assistée en continu) ont atteint 49 milliards d’euros en 2009. Grâce à un montage technique et financier sophistiqué, appelé dans leur jargon « optimisation fiscale », ces groupes paient nettement moins d’impôt que les entreprises plus modestes. Le manque à gagner pour l’État s’élève à 8 milliards d’euros (2).

Et comme cette richesse amassée grâce aux revenus du capital et non du travail ne leur suffit pas, l’État leur verse des millions d’euros chaque année au titre du fameux bouclier fiscal (585,5 millions d’ euros rien que pour 2009) sans parler d’innombrables exonérations et autres privilèges fiscaux. Le recours massif à la fraude (3) et aux niches fiscales est une pratique courante et récurrente des nantis. Et on va taire tous les scandales immobiliers à répétition de certains membres du gouvernement (voir entre autres les affaires Gaymard et Estrosi). La richesse est ainsi produite directement par les uns et confisquée indirectement par les autres !

L’État, complice de ce pillage, organise en même temps, à travers ses organismes notamment ceux de la sécurité sociale, une véritable chasse aux « fraudeurs » des prestations sociales, c’est à dire aux travailleurs pauvres, aux précaires et aux chômeurs. Il a même créé à cet effet le Répertoire National Commun de la Protection Sociale (RNCPS). Il est à préciser que le nombre de ces « fraudeurs » et le montant total de la fraude sont dérisoires (4). L’État bienveillant avec les uns, est impitoyable avec les autres !

Pour masquer cette cruelle réalité et éviter toute résistance d’envergure, la bourgeoisie utilise l’État et tout son appareil idéologique et répressif. Les grands médias, tous entre les mains d’industriels, vont jouer un rôle déterminant dans le maintien et la reproduction de cette situation. Ils demeurent l’instrument le plus redoutable et le plus efficace pour anesthésier une population active déjà traumatisée et démobilisée par le chômage. Experts, spécialistes, artistes et autres intellectuels sont eux aussi enrôlés pour répandre la « vérité » de la classe dirigeante. Bref tous les moyens, petits et grands, sont mobilisés pour perpétuer les privilèges et les injustices de l’ordre établi. Plus le système s’empêtre dans ses propres contradictions et s’enfonce dans la crise, plus la propagande devient intense, futile et cynique. Le moindre fait divers, aussi insignifiant soit-il, devient affaire d’État. Le fait divers est érigé en fait politique majeur. Il est élevé au rang des préoccupations et priorités nationales. Président de la république, ministres, parlementaires, préfets et commissaires, chacun dans son domaine, réfléchit comment résoudre par exemple le problème de la femme verbalisée (22 euros) pour port de niqab au volant et de son mari soupçonné par le pouvoir d’avoir plusieurs épouses. Les journalistes, eux, vont se charger d’expliquer, à longueur de journée et de nuit, aux citoyens la gravité de l’affaire pour la nation. Le gouvernement va jusqu’à décréter l’urgence sur... le projet d’interdire totalement la burqa ! Il faut que la loi soit adoptée avant l’été car il y va de la dignité des femmes et de l’intérêt de toute la nation, rien que cela !

L’État français a été également mobilisé dans « l’affaire de la rumeur » concernant la vie privée du couple présidentiel. Là encore, la police, la justice, les services de contre-espionnage, les ministres anciens et nouveaux, les conseillers du président ont déployé un zèle singulier pour remonter aux sources ...de la rumeur ! Et la démesure de cette mobilisation a été étalée lamentablement dans les médias. D’autres faits divers viendront alimenter la chronique dans l’espoir de détourner l’attention de la population des décisions graves qui se trament contre elle comme par exemple la destruction de ce qui reste encore du système de retraite par répartition.

Mais pour que les « réformes » passent, il faut contrôler, surveiller, ficher, réprimer, bref il faut terroriser les citoyens qui refusent de courber l’échine. Il devient, en effet, de plus en plus difficile aujourd’hui de ne pas rencontrer la police dans la rue. Elle est omniprésente voire omnipotente. Chaque manifestation est sévèrement et massivement encadrée par des policiers en tout genre. A côté des CRS en tenue de combat et armés de flash-ball, matraques et gaz lacrymogène, des policiers en civil se mélangent et défilent avec les manifestants. Les membres des brigades départementales de sécurité, souvent masqués, surveillent de loin le déroulement de la manifestation entassés dans leurs véhicules grillagés. La BAC (Brigade Anti-Criminalité), la matraque montrée de manière ostentatoire et provocante, encadre de très près les cortèges tout en filmant les manifestants. La brutalité accompagne souvent les interpellations arbitraires à la fin de la manifestation. La garde à vue dans les commissariats est vécue comme un cauchemar par la plupart de celles et ceux qui en ont fait l’expérience : « Quand les policiers m’ont “invitée” à m’asseoir sur un banc pour y être menottée, le mur contre lequel je devais m’adosser était maculé de sang encore frais. J’ai dû me déshabiller totalement pour la fouille. Puis j’ai été poussée dans une cellule souillée d’excréments. J’étais traitée comme un animal. La volonté d’humilier était évidente » témoignait l’avocate Caroline Wassermann (5). Plus d’un demi-million de citoyens ont connu la garde à vue en 2008, 67 % de plus qu’en 2001 ! (6). Personne n’est à l’abri d’une telle humiliation. Car la garde à vue se généralise et se banalise. Elle est institutionnalisée. Il faut faire peur à la population et la dissuader de toute velléité de résistance. Tout acte d’opposition à la politique du pouvoir, aussi élémentaire soit-il, est brutalement réprimé. Même les lycéens n’échappent pas à cette répression policière. Ces jeunes à qui on a appris que la police était là pour les protéger dans le cadre de l’État de droit, se sont vus gazés, matraqués, brutalisés, jetés à terre et traînés au sol sans ménagement comme de dangereux criminels par cette même police. Ces adolescents ont été parfois arrêtés devant leur lycée, conduits au commissariat et gardés à vue sans pouvoir communiquer avec leurs parents. Après le commissariat, les procureurs prennent la relève au tribunal et profèrent des propos violents et traumatisants pour des gamins qui réclamaient juste un enseignement de qualité et ouvert à tous.

La répression les poursuit à l’intérieur même de l’école. Vidéo-surveillance, portiques de sécurité, policiers etc. vont transformer progressivement l’école en prison. 5 247 « correspondants sécurité-école » sont choisis parmi les policiers et les gendarmes. Mais Sarkozy veut aller plus loin : « Il y a quelques jours j’ai souhaité que dans les 53 établissements identifiés comme les plus difficiles de France, on aille plus loin en proposant l’installation d’un bureau pour le policier ou le gendarme référent au sein même du lycée et du collège »(7). A quand l’installation d’un véritable commissariat à l’intérieur des établissements scolaires ? Quelle est jolie la démocratie bourgeoise qui méprise et brutalise sa jeunesse !

Et comme cela ne suffit pas, il faut mettre le pays sous surveillance et supprimer progressivement les libertés publiques chèrement acquises. Il faut installer des caméras partout, croiser les fichiers informatiques, prélever des empruntes digitales et génétiques y compris sur des enfants, en un mot il faut que le contrôle sur la population soit total. La France n’est pas encore le Royaume-Unis où 4,2 millions de caméras filment en permanence les faits et gestes des citoyens et où la police peut interpeller n’importe qui, n’importe quand sans la moindre justification, presque comme dans 1984 de George Orwell. Cependant, le gouvernement français a la ferme volonté de tripler le nombre des caméras (de 20 000 à 60 000) sur la voie publique, dans les établissements scolaires, dans les transports en commun, bref il faut que l’œil du pouvoir observe et contrôle tout le monde.

Mais surveillance et profit sont deux faces d’une même réalité. Car la vidéo-surveillance c’est aussi un marché fleurissant dont la croissance entre 2003 et 2012 varie selon l’équipement acheté entre 60 et 400 % (8). Pour engraisser davantage encore les entreprises du secteur, Michèle Alliot-Marie a signé un décret le 22 janvier 2009 facilitant l’accès à la vidéo-surveillance aux établissements publics et privés utilisant moins de 8 caméras. La surveillance généralisée a un bel avenir devant elle.

La classe dominante, non contente d’avoir précarisé et paupérisé les travailleurs, exige en plus qu’on les punisse, qu’on les cache. Les pauvres doivent rester invisibles. Car ils sont la preuve vivante de la faillite de son système économique. Les prisons regorgent de pauvres. A l’extérieur de la prison, leur force de travail est devenue inutile, superflue.

Violence, surpopulation, humiliation, souffrance, arbitraire de l’administration pénitentiaire, mesures d’isolement de longue durée, bref des conditions de détention d’un autre âge font de la prison un haut lieu de la déshumanisation des hommes. Il ne faut donc pas s’étonner que la France détienne le triste record du nombre de suicides dans les prisons. Comme le taux de chômage, celui de la détention et du suicide ne cessent d’augmenter. Malgré les condamnations successives des instances européennes, internationales et des associations des droits de l’homme, ces taux continueront, hélas, à augmenter. Car ils sont intimement liés à la politique pénale et carcérale de la classe dirigeante qui utilise le dogme de la « tolérance zéro » pour plaire à une frange de la population et pour évacuer les problèmes économiques (chômage de masse, politique d’austérité etc), et sociaux (sécurité sociale, santé...). La sécurité demeure l’enjeu majeur des campagnes électorales.

Cette politique n’est, toutefois, que l’expression d’un système dont le profit reste l’unique objectif. Là encore, prison et profit vont de pair : la prison c’ est aussi un marché non seulement au niveau des produits liés à la sécurité (bracelets électroniques, caméras...) mais aussi au niveau de la construction et de la gestion des prisons. Les constructions, les rénovations des prisons font le bonheur des entreprises comme Bouygues, Eiffage Construction, Vinci... sur le malheur des détenus. Les entreprises privées s’occupent également de la restauration, de la formation professionnelle, de l’ accueil des familles etc. L’État est réduit à fournir le plus de détenus possible afin d’ alimenter les bénéfices de ces entreprises privées. La prison est une affaire très rentable (9).

Les perspectives électorales sont elles aussi sombres. Elles se réduisent à un « choix » binaire : PS/UMP – UMP/PS ou pire encore UMP/FN. Lorsque l’on regarde de plus près non pas les discours mais les actes, on constate, malgré des nuances voire parfois des différences, que ces deux partis majoritaires (PS/UMP) servent en dernière analyse les intérêts de la classe dominante.

Mais l’histoire nous a appris que la lumière peut aussi jaillir de l’obscurité. Malgré cet asservissement général dû au capitalisme et les malheurs dont il accable les salariés, le système produit de lui-même les conditions de sa propre disparition. Ses crises à répétition montrent à quelle enseigne ce système est inefficace et dangereux pour l’homme et la nature. Aux travailleurs d’unir leur force et de la diriger contre le système lui-même et non contre ses effets. Toutefois cette lutte ne peut aboutir que si les producteurs directs de richesses sont conscients de leur exploitation commune. La prise de conscience et l’unité de tous les travailleurs sont donc une nécessité vitale et un préalable au dépassement du capitalisme.

Mohamed Belaali

(1) Les revenus et le patrimoine des ménages, Insee http:// www.insee.fr/fr/themes/docum...

(2) http:// www.latribune.fr/depeches/re...

(3) sur les fraudes comptables et financières commises par les entreprises voir http:// www.oca-audit.com/offres/fil...

(4) http:// www.ldh-toulon.net/spip.php?...

(5) Témoignage de l’avocate Caroline Wassermann publié dans L’Humanité du 20 novembre 2009. Cité par LDH Toulon http:// www.ldh-toulon.net/spip.php?...

(6) http:// www.ldh-toulon.net/spip.php?...

(7) http:// www.elysee.fr/president/les-...

(8) http://www.msi-etudes.fr

(9) http:// www.ldh-toulon.net/spip.php?...

URL de cet article
http:// www.legrandsoir.info/Sombre-avenir.html

© LE GRAND SOIR - Diffusion non-commerciale autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.

Il n'est point besoin d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer. Guillaume le Taciturne

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=13161

 

 

 

 

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Populations sinistrées
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche