Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 04:22


La dette publique française s'élève à 1 858 982 296 309 euros !


Epargne bancaire : placement à haut risque

Epargne bancaire : placement à haut risque
   

Le montant de la dette publique française est de

La dette publique française s'élève à 1 858 982 296 309 euros ! Au moment où j'ai écrit... Depuis... !!!!

Un crédit vous engage et doit être remboursé, vérifiez vos capacités de remboursement (Article 311-5 du Code de la Consommation).

Comme Lehman Brothers, Chypre est devenue la cause d’une nouvelle forme de crise dans la crise. Ceci démontre un autre symptôme qui continue à étouffer les économies occidentales. Nous sommes dans une situation d’urgence, une crise inévitable déclenchée par une explosion insoutenable du crédit. Les banques occidentales et les gouvernements occidentaux sont au bout de la route et votre épargne bancaire n’est plus en sécurité. Lisez pourquoi vous devez agir MAINTENANT...

En mai 2011, l’ancien patron de l’Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, a trahi une idée clairement illuminée dans ce monde de tromperie organisée :

« Vous devez mentir quand cela devient important. »

epargne bancaire

 

Votre épargne bancaire est un placement à haut risque !

épargne bancaireChypre nous rappelle cette vérité implacable : lorsque les États deviennent insolvables, les épargnants payent la facture…

Russell Napier, historien et spécialiste des marchés financiers écrit ce qui suit:

« Le principal impact sera à long terme pour les citoyens de l’euro, tout comme les citoyens de l’Union soviétique ou les colonies américaines qui ont fini par rejeter le sacrifice imposé par les politiciens pour sauver le système. »

« Dans les livres d’histoire nous pourront lire que la mise sous séquestre de Bruxelles imposée à Chypre est le point de basculement dans lequel les citoyens Européens ont refusé le sacrifice socio-politique au profit de la monnaie unique. »

Toute action a des conséquences. Comme le précise Russell Napier :

« Nous craignons que cela pourrait bien être le début de quelque chose de beaucoup plus sinistre. »

Si vous n’avez pas encore compris que ce que vous détenez au sein du système bancaire est en DANGER et qu’une nouvelle carte vient d’être abattue au grand jeu de la destruction massive de richesse, il serait peut-être temps de commencer à transformer une partie de la vôtre en valeur d’usage et tangible, non ?

Un chypriote aurait payé très cher pour accéder à ce lien avant de se faire vider les poches par son pays…

 

http://goldup.fr/2013/03/epargne-bancaire-placement-risque.html

 

.UE-dictature-NOM-copie-1.jpg

 

 

Les miracles sont impossible sur terre. Cela devrait faire réfléchier ceux qui ont peur de sortir de l'euro .

Voici ce qui nous attend comme à Chypre : « une taxe de 15% pourrait finalement toucher les dépôts au-delà de 100 000 euros. Les deux grandes banques de Chypre, Bank of Cyprus et Popular Bank (Laiki en grec), ont plaidé vendredi en faveur d'un tel prélèvement. La mesure semble d'autant plus inévitable que Chypre est acculée « 

 

http://www.francetvinfo.fr/le-parlement-chypriote-vote-les-premieres-mesures-de-son-plan-de-sauvetage_287297.html#xtor=EPR-2-[newsletterquotidienne]-20130323-[lestitres-coldroite/titre2]-[]


 

-------------------------------------------------

.  .

MERCI DE DIFFUSER LARGEMENT AUTOUR DE VOUS !

Après la MEGA-ALERTE DE NIGEL FARAGE, député européen : qui a donné l'arlerte pour sortir votre argent des banques, voici que maintenant ce sont les leaders russes qui demandent à leurs ressortissants de sortir de leur argent du système bancaire occidental.

De quoi prendre cette alerte au sérieux pour nous tous qui sommes dans la zone euro.
Sortez votre argent des banques avant qu'il ne soit trop tard pour vous !

Article original : Russian Leader Warns, “Get All Money Out Of Western Banks Now!”
http://www.eutimes.net/2013/03/russian-leader-warns-get-all-money-out-of-western-banks-now/

 
Medvedev demande aux russes de se retirer du système bancaire occidental
23 mars 2013 Posté par Benji sous Argent et politique, Géopolitique
 

bankrun.jpg

Un « bulletin d’information » du ministère des Affaires étrangères (MAE) envoyé aujourd’hui aux ambassades du monde entier conseille aux citoyens et aux entreprises russes de commencer à se défaire « immédiatement » des actifs qu’ils détiennent dans les banques et institutions financières de l’Ouest, le Kremlin craignant de façon grandissante que tant l’Union européenne et que les États-Unis se préparent pour le plus grand hold-up de richesse privée dans l’histoire moderne.

Selon ce «bulletin d’information urgent», cette mise en garde a été faite à la demande du Premier ministre Dmitri Medvedev qui, plus tôt aujourd’hui a émis une alerte à propos des manoeuvres des institutions bancaire occidentales contre le membre de l’union européenne qu’est Chypre en déclarant :

« Toutes les erreurs possibles qui pourraient auraient pu être commises ont été faites par elles, la mesure qui a été proposée est de nature confiscatoire, et d’un caractère sans précèdent. Je ne peux pas le comparer avec quoi que ce soit mis à part… les décisions prises par les autorités soviétiques … quand elles ne se préoccupaient des économies de la population. Mais nous vivons au 21e siècle dans les conditions de l’économie de marché. Tout le monde a insisté pour que le droit à la propriété privée doivent être respectés ».

Les déclarations de Medvedev font écho à celles du président Poutine, qui a de même mis en garde à propos de la saisie de fond privés sans précédent à Chypre l’appelant «injuste, non professionnelle, et dangereuse. »

Dans notre précédent rapport du 17 mars intitulé « Reculs en Europe après le choc après du raid des Bankster, les États-Unis sont les suivants » nous avons noté que des entités russes ont de 23 à 31 milliards € dans des prêts transfrontaliers à des entreprises chypriotes liées à Moscou, et 9 € milliards € déposés auprès de banques chypriotes qui risquent d’être confisqués par banksters de l’UE.


Source: eutimes.net via les chroniques de Rorschach

.


 

Epargne en danger, Chronique Agora


Les autorités européennes ont démontré que lors d'une situation "exceptionnelle", elles sont prêtes à beaucoup de choses pour mettre la main sur des fonds -- n'importe quels fonds... y compris ceux d'épargnants comme vous et moi.

Dans de telles conditions, votre argent n'est plus à l'abri même sur votre compte en banque : comment prendre des mesures pour vous protéger ?

Tout est ci-dessous...

Meilleures salutations,

Françoise Garteiser
La Chronique Agora

--------------------------------------

Offre - Rapport Spécial

 

INEDIT : Découvrez les résultats de notre enquête exclusive sur les coulisses du système bancaire !

- Ce que votre banquier ne vous dira jamais...
- Les 3 "bombes à retardement" qui menacent votre compte bancaire en ce moment même...
- ... et une stratégie en 4 étapes pour vous protéger

 

Cher Lecteur,

Savez-vous où est votre argent en ce moment même ?

Oui, votre argent -- celui de votre compte courant, de votre Livret A, de votre épargne retraite, de votre assurance-vie... Où est-il ?

Bien à l'abri dans votre banque ?

FAUX.

Alors même que vous lisez ces lignes, il y a toutes les chances que votre argent...

... soit utilisé pour racheter les obligations d'un pays où le taux de chômage est de 26,02% et où la dette publique atteint les 884 milliards d'euros -- nos banques possèdent l'équivalent de 89 milliards d'euros de ces créances pour le moins malsaines.

... serve à renflouer les caisses d'un autre Etat européen en pleine débâcle, politiquement paralysé et à la tête d'une dette se montant à 120% de son PIB. Là aussi, nos banques ont acheté pour 257 milliards d'euros de ses obligations.

... soit versé à des municipalités impécunieuses, qui ont mal placé leurs économies et se sont retrouvées dans le pétrin suite à l'effondrement d'une grande institution financière -- c'est en tout cas ce à quoi nos Livrets A ont servi en 2011 et 2012, par exemple.

Et je pourrais continuer comme ça jusqu'à demain.

Créances douteuses, investissements frelatés, financement d'Etats prodigues comme l'Espagne ou l'Italie (comme dans les deux exemples ci-dessus) mais aussi la Grèce, le Portugal ou l'Irlande, renflouage de banques ou assureurs imprudents...

Est-ce vraiment ainsi que vous investiriez votre argent si vous en aviez totalement le contrôle ?

C'est pourtant précisément ce que fait votre banque, la mienne -- toutes les banques de France ! Voilà des années qu'elles entassent dans leurs coffres des créances risquées, des titres malsains et des obligations "pourries".

Au moindre signe de faiblesse d'un ou plusieurs de ces pays ou organismes, la valeur de ces actifs pourrait partir en fumée... et votre épargne avec.

Mais, me direz-vous, l'Etat nous protège ! Il y a le Fonds de garantie des dépôts, qui assure les sommes déposées jusqu'à 100 000 euros. Oui... sauf que ce fonds n'a de trésorerie qu'à hauteur de deux milliards d'euros environ -- même pas la moitié de ce que la Société Générale avait perdu lors de l'affaire Kerviel.

Le calcul est simple : deux milliards d'euros, cela suffit pour rembourser environ 40 000 épargnants dont les dépôts se montent à 50 000 euros. Sachant que la BNP Paribas à elle seule compte 7,6 millions de clients en France... vous imaginez quel rempart dérisoire ce Fonds constitue pour votre épargne !

Non... pour vraiment protéger votre argent, votre épargne durement gagnée, il faut vous poser les bonnes questions maintenant :

Qu'adviendra-t-il de vos comptes courants, de vos livrets, de votre assurance-vie si un pays ou si votre banque est en proie à une crise de liquidité ou de solvabilité ?

Quelles sont aujourd'hui les banques les plus vulnérables ou au contraire les plus fiables ? Une banque trop grosse pour faire faillite... ou au contraire une petite banque à l'abri des dérivés ou des scandales de trading ?

Comment répartir judicieusement vos dépôts ? Dans votre épargne, comment repérer les produits dangereux susceptibles de se volatiliser ?

Pour répondre à toutes ces interrogations, nous avons réalisé une enquête exclusive, élaborée par un spécialiste du risque financier issu du milieu bancaire. Pendant des mois, il a fait des recherches, épluché les comptes, les nouvelle réglementations, examiné la situation, analysé le contexte...

... Et ce qu'il a à vous dire est pour le moins inquiétant, comme vous le découvrirez tout au long de ce message.

Mais nous ne nous sommes pas contentés d'identifier les dangers qui pèsent sur votre épargne. Nous aimerions aussi vous aider à vous protéger. Nous avons donc mis sur pied une stratégie en quatre étapes ; des mesures simples, que vous pouvez prendre dès aujourd'hui, et qui vous permettront de réduire le risque qui pèse sur vos comptes -- et votre épargne.

Vous n'avez qu'à agir... sans trop tarder.

Comme l'ont démontré Chypre et ses dépôts bancaires, dans le contexte actuel, les choses peuvent changer du jour au lendemain.

Ne vous laissez pas prendre au piège.

ATTENTION : il ne s'agit pas ici de vous pousser à fermer tous vos comptes, de convertir tout votre capital en or et de l'enterrer au plus profond de votre jardin ! Ce serait inutile... contre-productif... et même dangereux.

Non. Le but de cette enquête est plus précis... et plus ambitieux : vous ouvrir les yeux sur les réalités du fonctionnement de nos banques, pour vous permettre d'anticiper les risques et de mieux vous y préparer.

Nous aimerions vous révéler par exemple...

- Les mécanismes qui font qu'un choc local se transforme en crise globale -- ou, plus précisément, pourquoi un problème sur les prêts subprime américains a failli mettre à bas le système financier mondial tout entier. Un schéma qui pourrait parfaitement se reproduire à partir d'un choc en Grèce, en Espagne et tant d'autres...

- Pourquoi les stress tests bancaires officiels ne veulent pas dire grand'chose, et peuvent même avoir l'effet inverse de ce qui était prévu, affolant les épargnants et les marchés au lieu de les rassurer.

- Comment les choses pourraient changer pour votre Livret A... et les nouveaux risques qui pèsent sur cette forme de placement, l'un des préférés des Français -- alors même que l'Etat fait tout pour vous engager à y souscrire !

- Quelles sont les banques les plus vulnérables actuellement en Europe ? Quels sont les signaux d'alarme précis et visibles qui devraient vous alerter sur la faiblesse d'une banque ?

- Nous avons passé au crible cinq grandes banques françaises, en les soumettant à cinq indicateurs très précis : simplement, en un coup d'oeil, vous pourrez voir leur degré de fragilité et connaître leurs faiblesses.

Et ce n'est là qu'un minuscule échantillon des conseils et révélations que nous vous présenterons.

Dans quelques lignes, je vous dirai comment les recevoir -- mais avant ça, j'aimerais que vous compreniez une chose essentielle :

 

Votre argent est menacé à tous les niveaux

Je m'appelle Simone Wapler. Je suis directrice éditoriale des Publications Agora. Mon rôle est simple : fournir à nos lecteurs les meilleurs conseils et informations pour les aider à prendre des décisions d'investissement sûres et profitables, en toute connaissance de cause.

Cette enquête sur les rouages du système bancaire français ne va pas nous attirer que des amis, je le sais bien. Mais peu m'importe. Je suis prête à courir le risque, parce que les enjeux sont considérables -- pour vous, moi et les 99% de Français qui possèdent un compte en banque.

J'ai demandé l'aide d'un spécialiste expérimenté dans le domaine du risque financier. Il a passé des mois et des mois à faire des recherches approfondies, des investigations rigoureuses, des calculs complexes et des analyses minutieuses.

Le résultat : un rapport ultra-complet contenant tous les calculs, explications, conseils et recommandations de notre spécialiste. Nous l'avons appelé Banques : vos vrais risques.

Parce que comme son nom l'indique, de réels dangers planent en ce moment sur vos comptes et votre épargne -- aussi bien de l'intérieur (solidité des établissements financiers eux-mêmes) que de l'extérieur (répression financière accrue, crise de la dette souveraine).

Croyez-moi, c'est le genre d'information que vous n'entendrez jamais de la bouche de votre banquier ! Je ne peux pas vous révéler ces informations confidentielles en détail dans ce message, mais en voici tout de même les grandes lignes.

 

Il y a les risques "normaux"...
.. et il y a ces trois bombes à retardement bancaires !

Soyons lucides : aucun établissement financier, quel qu'il soit, n'est fiable à 100%. D'un autre côté, c'est un peu le lot de toute entreprise humaine -- rien n'est sûr à 100% sur cette Terre !

Nous consacrons dans notre rapport spécial toute une partie à ces risques normaux. Nous détaillons pour vous leurs différentes catégories (vous verrez que même vous pouvez présenter un risque bien particulier pour votre banque !), et les mesures que prennent les banques pour se couvrir et limiter la casse.

Mais au-delà de ces risques "normaux", trois dangers planent actuellement sur les banques -- et donc sur votre épargne.

Rares sont les médias qui parlent vraiment de ces risques. Plus grave même, les autorités financières et bancaires font de leur mieux pour nous persuader que "tout va bien"... même si cela implique de nier et déformer la réalité.

Il suffit de voir ce qui s'est passé en 2010 : en juillet de cette année-là furent publiés les résultats de stress tests sur 91 banques de la Zone euro.

Tout va bien, nous a-t-on dit à l'époque : seuls sept banques avaient été déclarées "inaptes au service". Les marchés, les investisseurs et les épargnants, rassurés, ont repris leurs petites habitudes.

Sauf que, à peine quatre mois plus tard, il a fallu renflouer à grands frais -- plus de 35 milliards d'euros de recapitalisation -- des banques irlandaises qui avaient pourtant passé sans aucun problème le test de résistance !

On aurait pu penser qu'une leçon aussi douloureuse serait restée dans les mémoires... mais non !

Un an plus tard presque jour pour jour, les autorités bancaires européennes publiaient les résultats de nouveaux stress tests... qu'une certaine Dexia avait passés haut la main.

Faut-il vous le rappeler ? En octobre 2011, Dexia, au bord de la faillite, se voyait verser six milliards d'euros par les Etats français et belge pour éviter de mettre la clé sous la porte.

Aujourd'hui, quelles banques vont aussi "bien" que Dexia en juillet 2011 ?
Lesquelles ont un bilan truffé d'actifs dangereux et de créances irremboursables ?
Lesquelles pourraient résister aux bombes à retardement identifiées par notre spécialiste ?

Nous vous apporterons des éléments de réponse dans Banques : vos vrais risques -- mais avant de vous en dire plus sur tout le contenu de ce rapport inédit, voyons ensemble le premier risque qui pèse actuellement sur votre épargne...

 

Prochain mot d'ordre pour votre argent :
répression financière !

Aujourd'hui, tous les ingrédients d'un cocktail explosif sont réunis pour les banques :

- Une masse monétaire en constant accroissement (les planches à billets tournent à plein régime dans toutes les banques centrales)...

- Des Etats surendettés poussés dans leurs derniers retranchements pour financer leurs engagements auprès de leurs citoyens...

- Un cercle extrêmement vicieux entre les banques et les banques centrales -- où les unes et les autres se prêtent mutuellement de l'argent pour parer aux urgences les plus brûlantes...

- Et pas la moindre croissance économique solide pour relancer le fonctionnement sain de la machine !

Résultat ? Comme vous le découvrirez dans Banques : vos vrais risques, votre épargne et vos dépôts bancaires sont en première ligne de la course au financement.

Comme vous l'expliquera notre spécialiste, aujourd'hui, les autorités retardent les échéances et évitent les restructurations de dettes souveraines par la mise en oeuvre de mécanismes de "répression financière". Cela permet de maintenir un statu quo sur la solvabilité des banques... mais cela allume de nouveaux foyers de tensions sur votre épargne bancaire, que ce soit :

- directement dans le bilan des banques
- dans votre Livret A
-  dans votre assurance-vie.

Dans Banques : vos vrais risques, nous démonterons les rouages de cette répression financière qui devrait aller en s'accroissant.

  • Vous verrez pourquoi votre Livret A va de plus en plus servir à financer le gaspillage de nos gouvernants...

  • Comment votre assurance-vie pourrait être littéralement prise en otage par l'Etat dans les années qui viennent...

  • Les ruses encore inédites auxquelles les autorités pourraient avoir recours pour mettre la main sur votre épargne.

Je suis convaincue que cette partie de votre rapport spécial vous ouvrira les yeux sur le fait que ce que vous pensez être votre argent ne vous appartient en réalité pas tout à fait. Croyez-moi, les tours de passe-passe "à la chypriote" ne sont qu'un petit exemple de l'inventivité des ronds-de-cuir du Budget !

Ce n'est pas tout, bien entendu. Nous nous pencherons aussi sur un deuxième risque brûlant.

 

Et si un Etat faisait défaut ?

Contrairement à ce qu'on entend souvent dire dans les médias, les bilans des banques françaises ne sont pas assainis.

Comme vous l'explique notre spécialiste, elles possèdent encore des obligations de pays en difficulté -- Italie, Espagne, Portugal... France... et j'en passe.

Vous verrez dans Banques : vos vrais risques que s'il arrive quoi que ce soit à ces pays -- dégradation de la note souveraine, hausse des taux d'intérêt obligataires, etc. -- la valeur des titres concernés pourrait partir en fumée.

Ces actifs -- qu'ils soient ouvertement "déclarés" dans le cadre de votre assurance-vie ou au contraire "cachés" dans le bilan de votre banque -- peuvent disparaître du jour au lendemain, et votre épargne avec !

Nous vous montrerons aussi qu'une nouveauté vient de faire son apparition dans la loi : elle autorise les autorités à restructurer leur dette si les créanciers sont d'accord. On est en train de mettre en place tout un cadre légal pour une faillite ordonnée du pays.

Nous vous expliquerons pourquoi et comment... mais aussi quels actifs éviter à tout prix pour résister à ce risque précis.

Enfin, nous examinerons un dernier danger considérable qui pèse sur votre argent...

 

Votre banque elle-même
peut se retrouver à court d'argent...

Ce n'est de loin pas impossible -- entre scandales à la Kerviel, expositions diverses à des créances dangereuses, mauvaise gestion et j'en passe, les exemples de banques mises à mal par les marchés abondent.

Au mieux la situation se résorbe d'elle-même peu à peu... au pire les Etats interviennent pour renflouer... et au vraiment pire, l'établissement fait faillite.

Crise de confiance, crise de liquidité, impossibilité pour la banque de se financer sur les marchés interbancaires...

... Quels sont les vrais indicateurs montrant qu'une banque est vulnérable à de tels dangers ? Dans le réseau financier mondial, comment les banques françaises sont-elles classées par rapport au risque de liquidité ?

La réponse se trouve dans Banques : vos vrais risques, avec à l'appui une étude de cas complète sur deux grandes banques françaises.

En lisant toutes ces analyses, vous saurez donc à quoi vous en tenir, vraiment et concrètement sur l'état du système bancaire -- parce que notre spécialiste a aussi examiné les banques du reste de l'Europe.

Impossible en effet de juger objectivement les banques françaises sans s'intéresser au reste du système... Et je peux vous dire que dans le domaine, nous avons découvert certaines vérités qui ne sont pas forcément bonnes à entendre -- mais il est vital que vous soyez au courant pour l'avenir de votre argent.

Voilà dans les (très) grandes lignes ce que vous découvrirez dans Banques : vos vrais risques.

Mais comme je vous l'expliquais au début de ce message, nous ne nous sommes pas arrêtés à la "simple" description des risques -- même si rien que cela pourrait déjà vous permettre d'éviter pas mal de désastres.

Non... nous avons aussi élaboré une stratégie complète, dont le but est de vous aider à mieux diversifier votre épargne... à optimiser votre stratégie bancaire... pour ainsi avoir les meilleures chances de réduire vos risques financiers.

Conseils précis, instructions concrètes et détaillées... Des quatre réflexes à acquérir dès maintenant aux précautions que vous devez prendre sans attendre, nous avons tout fait pour que vous puissiez appliquer nos recommandations rapidement et simplement -- car il en va de la sauvegarde de votre argent.

Je vous expliquerai dans quelques lignes comment recevoir ce rapport exclusif. Mais avant cela, permettez-moi de vous présenter notre spécialiste -- vous verrez que vous êtes entre de bonnes mains...

 

Un insider du secteur
a mené l'enquête pour vous

Sans Mory Doré, le rapport Banques : vos vrais risques n'aurait jamais vu le jour. Mory est "dans" le système -- voilà plus de onze ans qu'il travaille dans le secteur financier.

Déjà auteur de notre grand rapport sur l'assurance-vie -- paru en 2012, et l'un de nos "best-sellers" --, il est responsable du département des Risques financiers au sein de la Direction des risques d'une grande banque mutualiste.

Il fait également partie des interlocuteurs privilégiés de gestion financière et des risques financiers auprès de différentes instances et institutions : commissaires aux comptes, Banque de France et Commission bancaire, Comité d'audit et Comité d'entreprise.

Mory possède un diplôme de statisticien économiste de l'Ecole nationale de la statistique et de l'administration économique ainsi qu'une maîtrise d'Econométrie de l'Université de Bourgogne (Dijon).

C'est donc un véritable initié, qui connaît le secteur bancaire de fond en comble... Et contrairement à votre conseiller bancaire, plus soucieux de sa commission et de son chiffre d'affaires que de vos intérêts, Mory est prêt à vous dire ce qui se passe vraiment en coulisses... à vous dévoiler les "petites manoeuvres" des grands financiers... et à vous aider à en tirer les bonnes conclusions pour votre argent.

J'espère vraiment que vous choisirez de lui faire confiance.

Je pense qu'en plus d'être utile, le rapport Banques : vos vrais risques est une lecture passionnante. En fait, je vais même aller un peu plus loin.

Je suis convaincue que lorsque vous aurez terminé de lire ce rapport, vous en saurez plus long que votre banquier sur le fonctionnement de son propre établissement !

Je n'exagère pas. Avec la somme d'informations méconnues et de détails souvent confidentiels contenus dans les 145 pages de Banques : vos vrais risques, vous aurez une perspective unique -- qui vous permettra de mieux vous préparer aux difficultés qui nous attendent sans le moindre doute.

Parce que c'est bien là le plus important : si nos analyses se révèlent justes -- et tous les chiffres que nous avons tendent à prouver que nous avons raison --, les choses pourraient aller très vite. Effet domino dans la Zone euro, faillite de l'Etat français, répression financière accrue... vous n'avez pas beaucoup de temps pour mettre en place des mesures de protection efficaces.

 

Un plan d'action à mettre en place
sans attendre

Entendons-nous bien -- comme je vous le disais plus haut, il n'est pas question de vous pousser à clore tous vos comptes dès demain, à retirer votre argent de votre banque et à mettre l'intégralité de vos économies sous votre matelas sous forme de pièces d'or et d'argent.

Non. Le système est ainsi fait que pour l'instant, il serait trop difficile de vous passer entièrement de votre banque.

Ce que nous avons fait, en revanche, c'est élaborer pour vous une stratégie vraiment applicable par un épargnant individuel.

Pour commencer, grâce à nos conseils, vous pourrez poser les bonnes questions à votre banquier.

... Vous connaîtrez cinq indicateurs clé, utilisés par les professionnels pour évaluer la santé des banques.

... Vous serez au courant des dernières évolutions de la réglementation, et pourrez vérifier comment votre établissement se situe à ce niveau.

... Vous verrez, grâce aux nombreux tableaux et comparaisons que nous avons établis, ce que vaut votre banque par rapport aux autres.

Vous pourrez aussi agir concrètement pour diversifier et sécuriser votre argent. Voilà quelques exemples de ce que vous découvrirez dans Banques : vos vrais risques...

Nous avons passé 27 banques au crible de critères rigoureux et objectifs -- françaises bien sûr, mais aussi anglaises, suisses, du sud et du nord de la Zone euro. Nous en avons retenu sept que nous jugeons fiables... et huit que nous vous recommandons d'éviter.

Nous avons établi un tableau synthétique clair, pour classer les différents produits d'épargne : où vont-ils vraiment, quels risques courent-ils, quelles sont vos garanties. En un coup d'oeil, vous pourrez évaluer la sécurité de vos actifs actuellement.

Nous vous indiquons également comment diversifier votre épargne entre les différentes catégories d'actifs -- avec notamment une différence cruciale entre deux sortes de placements...

Nous avons consacré tout un chapitre à l'assurance-vie, à ses risques spécifiques, à ce que vous devez éviter de faire dans ce domaine considérant la conjoncture actuelle...

Enfin et surtout, nous avons sélectionné pour vous des banques qui nous semblent fiables et sûres, pour vous aider à "ne pas mettre tous vos oeufs dans le même panier". Ouvrir un compte en Suisse n'est pas forcément LA solution !

  • En fait, vous feriez peut-être mieux d'ouvrir un compte dans ce pays pour le moins surprenant (non, ce n'est pas l'Allemagne !)...

  • Qu'en est-il des banques indépendantes ? Lesquelles offrent de bonnes garanties ? Les quatre que nous avons sélectionnées sont de bonnes pistes pour diversifier votre argent.

  • Certains établissements sont "trop gros pour faire faillite" -- nous vous en donnons la liste officielle et les raisons pour lesquelles il faut vous y intéresser.

Toutes ces précieuses informations, vous les retrouverez dans la dernière partie de Banques : vos vrais risques. Elles vous aideront à déterminer concrètement quels établissements sont les plus fiables selon nos critères, et comment équilibrer vos risques au mieux de ce qu'offre le marché actuellement.

Evidemment, ce ne sont là que les très grandes lignes ! Le rapport Banques : vos vrais risques compte plus de 140 pages (sans compter les annexes...), avec des tableaux, des analyses, des adresses, des liens... Bref, je ne peux pas tout vous décrire dans ce message.

Mais soyez assuré qu'une fois que vous aurez parcouru ce rapport, vous aurez l'intégralité de nos informations sur le secteur bancaire actuel... tous les résultats de nos analyses et comparaisons... les risques potentiels qui pèsent sur vos comptes en banque... et bien entendu notre stratégie complète pour prendre les choses en main à votre niveau.

Comme toujours, nous nous sommes donné comme ligne directrice la transparence et la rigueur.

Les chiffres sur lesquels nous nous sommes basés sont accessibles au grand public... Nos hypothèses de travail partent de faits et de tendances avérés... Bref, nous avons travaillé de manière cohérente et réaliste, pour vous donner l'image la plus précise et la plus claire possible des faiblesses de nos banques.

J'insiste sur le fait que nous ne sommes pas extra-lucides. Il se peut tout à fait que les choses continuent en l'état pendant encore des années et des années. Entre renflouages et bricolages gouvernementaux... qui sait ce qui peut arriver ? Peut-être qu'aucun des dangers que nous envisageons ne se concrétisera -- et ce serait tant mieux, pour être franche !

Mais c'est ma devise, en matière d'argent comme dans le reste de l'existence : on ne regrette jamais d'avoir pris trop de précautions.

Alors regardons les choses sous un autre angle :

Imaginons que tout va bien, que les banques ne connaissent jamais aucun problème, que la Zone euro réussisse à maintenir son équilibre.

Et alors ? En suivant les conseils de Banques : vos vrais risques, vous aurez pris des mesures de diversification et de protection pour votre argent. Pas de quoi se mordre les doigts !

Si en revanche vous êtes confronté à un (ou plusieurs) des risques que nous prévoyons... eh bien, vous aurez pu agir en anticipation et prendre des mesures pour vous mettre à l'abri.

Vous voyez ? Il y a plus de risques à rester les bras croisés... qu'à mettre en place la stratégie défensive que nous avons conçue pour vous.

 

N'hésitez plus !
AGISSEZ MAINTENANT

Lisez attentivement les analyses et conseils de Mory contenus dans Banques : vos vrais risques.

Vous découvrirez entre autres choses...

  • Des explications détaillées sur le véritable fonctionnement d'une banque -- comment gagne-t-elle de l'argent, que fait-elle de vos actifs, quelle est la différence entre banque de financement et banque d'investissement.

  • Pourquoi, malgré les appels à plus de transparence et de réglementation, les nouvelles normes bancaires ne résoudront pas les problèmes actuels.

  • Des chiffres et des analyses clairs, résumés dans des tableaux sans jargon ni données superflues.

  • Des conseils concrets soigneusement étudiés pour être appliqués sans difficultés par un épargnant individuel comme vous et moi.

  • Des annexes détaillées fourmillant d'informations précieuses pour mieux comprendre le contenu de votre rapport -- nous avons même rajouté un glossaire pour rendre tout cela encore plus clair.

Je suis convaincue que le contexte est extrêmement dangereux pour le secteur bancaire actuellement -- et donc pour l'épargnant.

Ne manquez pas votre chance. Pour recevoir le rapport Banques : vos vrais risques pour la somme totale de 147 euros, il suffit de cliquer ici, et de vous laisser guider.

Dès votre commande enregistrée, nous vous enverrons votre rapport en version PDF, par e-mail, pour un maximum de réactivité.

Cette fois-ci, nous y sommes. Je vous ai tout dit... mais permettez-moi quand même de vous réitérer un conseil : n'attendez pas pour agir.

Regardez ce qui se passe à Chypre. A l'heure où j'écris ces lignes, les banques sont fermées depuis bientôt une semaine... les files d'attente s'allongent devant les distributeurs de billets... l'île est quasiment paralysée.

C'est au point que l'Angleterre a dû envoyer un avion de la Royal Air Force chargé de billets de banque pour "dépanner" ses soldats stationnés sur l'île...

Cela ne peut pas arriver en France ? Je suis à peu près certaine que les Chypriotes se disaient la même chose à la veille du 17 mars 2013.

Ne vous laissez pas prendre de court. Mieux vaut agir avec trop d'avance... qu'être complètement pris au piège quand les choses tournent mal.

Découvrez dès maintenant le rapport Banques : vos vrais risques. Vous -- et votre argent -- avez plus à y gagner qu'à y perdre.

Meilleures salutations,

Simone Wapler
Directrice éditoriale
Publications Agora

PS : Etes-vous vraiment certain de la solidité de votre banque ? Qu'arriverait-il à votre argent en cas de crise systémique du secteur bancaire ? Comment faire en sorte de protéger au mieux vos actifs actuellement ? Quels établissements sont les plus fiables en France (et dans le reste de l'Europe) ?

Toutes les réponses sont dans notre rapport inédit, Banques : vos vrais risques. Pour le commander sans attendre -- et pouvoir prendre les bonnes décisions pour votre argent, cliquez ici...

 

 

-----------------------------------------

 

 

Loi bancaire

 


Les écologistes du Sénat renforcent le texte


>

Le Sénat a adopté vendredi 22 mars le projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Le groupe écologiste, avec Jean-Vincent Placé, membre de la commission des Finances et Jean Desessard, chef de file sur ce texte, a défendu en séance le principe d'une séparation plus radicale des activités bancaires. Il se félicite néanmoins d'avoir pu modifier le texte en profondeur, par l'adoption de six de ses amendements.


> Première avancée obtenue, la transparence demandée aux banques quant à leurs activités internationales est renforcée. En plus de leurs implantations, de leur chiffre d'affaires et de leurs effectifs, elles devront désormais rendre publics leurs bénéfices, leurs impôts et leurs subventions, dans tous les pays où elles disposent de filiales. Il s'agit là d'une avancée majeure dans la difficile lutte contre les paradis fiscaux.


>

La spéculation sur les matières premières agricoles, à l'origine de crises alimentaires, sera encadrée par l'Autorité des marchés financiers, qui aura désormais la tâche d'imposer des limites aux positions sur les produits dérivés en cause. Cela permettra de lutter plus efficacement, comme c'est déjà le cas aux Etats-Unis, contre les abus de positions dominantes.


>

Les dirigeants de banques révoqués par l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution ne pourront plus toucher les rémunérations différées (stock-options, parachutes dorés...) dont ils auraient pu être bénéficiaires.


>

L'exercice du droit au compte sera assuré, puisque les banques devront désormais ouvrir les comptes demandés par la Banque de France dans un délai de trois jours.


> Les conditions d'exercice du droit à l'assurance-emprunteur seront plus protectrices, en donnant à l'emprunteur le temps de chercher une assurance plus avantageuse que celle offerte par le prêteur.


> Un rapport demandé au Gouvernement permettra de tirer, d'ici deux ans, un premier bilan des conséquences de cette réforme.


>


> Le passage au Sénat a contribué à enrichir et renforcer le texte, au-delà des amendements écologistes. Les traders sont rendus financièrement responsables en cas de difficulté de la banque et leurs rémunérations seront de plus soumises à l'avis de l'assemblée générale de l'établissement. Le collège de résolution de l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution est élargi à un membre de la Cour de cassation, évitant ainsi que ce collège ne soit exclusivement composé de membres issus du même sérail financier. Enfin, à l'initiative du Gouvernement, une Agence de Financement des Investissements Locaux a été créée, soutenue par la FEVE, qui devrait permettre de diversifier et de sécuriser le financement de nos collectivités.


> Le projet de loi repart désormais à l'Assemblée pour une seconde lecture.

 

 

-------------------- 

 

 

Il y a du boulot avec Hollande  : 
information sur  
l’exemplarité d’un Président : José Mujica dit “Pépé Mujica”, Président uruguayen
Si vous voulez en savoir plus sur José Mujica : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jos%C3%A9_Mujica
 

jose-mujica.jpg

 

 
José Mujica vit avec 680 € par mois, le salaire moyen de son pays.      « On m’appelle « le président le plus pauvre », mais je ne me sens pas pauvre. Les pauvres sont ceux qui ne travaillent que pour essayer de garder un train de vie dispendieux, et en veulent toujours plus », dit-il. « C’est une question de liberté. Si vous n’avez pas beaucoup de biens, alors vous n’avez pas besoin de travailler toute votre vie comme un esclave pour les garder, et donc vous avez plus de temps pour vous-même », conclut-il.
>
Le seul "luxe" du président est une Coccinelle bleue, achetée en 1987. Il continue de vivre sur sa ferme et refuse d'emménager au Palais Présidentiel. Agriculteur de métier et membre de la guérilla pendant les années de la dictature militaire, il a reçu six balles dans le corps et passé 14 années en prison dans des conditions difficiles (isolement et torture) avant d’être libéré en 1985, quand l’Uruguay est devenue une démocratie. Il est devenu député en 1995, puis sénateur, Ministre de l'agriculture et Président en 2010.
>
L’Uruguay fut l’un des premiers pays du monde à abolir la peine de mort, en 1907. Six ans plus tard, il autorisait les femmes à réclamer le divorce. Déjà en 1877 le pays avait décrété l’école publique, gratuite et quasi laïque, bien avant Jules Ferry. L'Uruguay est le pays le moins corrompu du continent sud-américain, et un des plus heureux.
>
Critiquant «l’hypocrisie» des sociétés modernes et des dirigeants mondiaux, José Mujica a  lancé en juin un vaste débat, qui a dépassé les frontières de ce petit pays de 3,3 millions d’habitants, sur la production et la vente de cannabis sous contrôle de l’État, afin de lutter contre le trafic et la toxicomanie. Projet très controversé même dans son pays.
 
Et enfin il a dépénalisé l'avortement sous certaines conditions et depuis octobre 2012 il est légalisé, même si Mujica reconnaît des blocages «philosophiques, religieux, intimes», jusque dans les rangs de son parti. Cette question «devrait être résolue par un vote direct de toutes les femmes d’Uruguay. Et que nous, les hommes, nous nous taisions!», s’emporte-t-il.
>
On parle toujours beaucoup de tous ces présidents plus ou moins indignes du globe, alors là, rendons hommage à ce super président :"Pépé Mujica"!

----------------------------------------------------------------------

http://www.conservativeactionalerts.com/2012/03/bank-runs-and-youth-runs/
032812-bankrun-lg.png
.
Alerte !
-----------------------
Ce site atlantiste nous cache la Vérité, évidemment. Hélas je ne retrouve pas un article, j'en reçois trop - mais en gros, il signifiait que si trop d' épargnants retiraient leur argent en même temps, l'Etat ne pourrait honorer sa parole, il ne pourrait faire face; A bon entendeur ! Hollande veut juste éviter un bank run, il veut éviter les mouvements de panique faisant sauter tout le système branlant, et rassurer. On le connaît, maintenant, on sait qu'on ne peut lui faire confiance, il trahit tous ses engagements. 100.000 euros de garantie bancaire pour chaque citoyen ? Foutaises !  (eva)

Zone euro : Hollande souhaite que la garantie

des dépôts bancaires soit "un principe irrévocable"

Le président François Hollande a souligné mardi que la garantie des dépôts bancaires, mise à mal à Chypre, devait être "un principe absolu, irrévocable" au sein de la zone euro. (..)


La garantie des dépôts est un "principe essentiel dans l'Union bancaire", à savoir que "ceux qui mettent de l'argent dans les banques de la zone euro ont une garantie sur les fonds qui sont déposés", a insisté François Hollande. "C'est un principe qui doit être respecté parce qu'il donne confiance et fonde l'union bancaire et quand il y a une crise, c'est par les mécanismes du MES (Mécanisme européen de stabilité) que le règlement se produit via la recapitalisation", a-t-il enchaîné. (..)

 

.

Hollande le menteur professionnel

Hollande-menteur-e1339010139195.jpg.
http://www.tronchesdecake.com/moi-flamby-de-la-republique/
.
Chypre : les mesures du plan de sauvetage détaillées
Une semaine après une première tentative ratée, qui prévoyait l'instauration d'une taxe sur tous les dépôts bancaires, un accord a été trouvé, dans la nuit de dimanche à lundi 25 mars, entre le président chypriote et ses bailleurs de fonds internationaux pour parvenir à un plan de sauvetage de Chypre, d'un montant maximum de 10 milliards d'euros...
Le Monde
 
Royaume-Uni: les banques vont devoir trouver 25 milliards de livres

Les banques britanniques vont devoir combler un trou de 25 milliards de livres d'ici la fin de l'année pour renforcer leurs fonds propres et se mettre à l'abri des pertes provoquées notamment par le coût des scandales entachant la City et les turbulences dans la zone euro...


Boursorama

 

 

 

   .   

 

b4a572250074e9c5793fc5184509b32e?s=50&d=

Leçon de Chypre

by Patrick Le Hyaric


Le véritable diktat imposé aux chypriotes par les nouveaux maîtres de l’Union européenne est très instructif sur la morgue sans limite des dirigeants européens à l’égard des peuples. De l’Irlande à la Grèce, de l’Espagne à l’Italie et au Portugal, une « Troïka », composée de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne, du [...]

Lire la suite

 

  1. Le député Laurent LOUIS invite les Belges à retirer leur argent des banques

    .   

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche