Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 21:08

Alerte ! Société financière hautement toxique.

Des locataires en paient le prix fou !

 

 


 

Lyon : quand les bombes toxiques font exploser les loyers

 

 

26 février 2011 (Nouvelle Solidarité) – Il y a quelques mois, 900 des 8500 locataires de la Société anonyme de construction de la ville de Lyon (SACVL) apprennent que leurs loyers ont été augmentés de 100, voire de 140% ! Faute de revenus suffisants pour faire face à de telles hausses, 176 locataires à revenus très modestes se sont retrouvés assignés devant le tribunal et risquent l’expulsion.

Pourtant, fondée en 1954, la SACVL, une société d’économie mixte, est à l’origine un bailleur social détenue à 76,9% par la ville de Lyon dont huit élus siègent au conseil d’administration, parmi lesquelles l’adjoint aux Finances.


La souscription en 2007 de six « prêts toxiques » a mis la SACVL dans le rouge. Comme l’explique un article de Libération  : « En 2005, la Sacvl avait contracté des prêts à taux variables auprès du Crédit Agricole. Puis pour parer à une éventuelle envolée des taux, elle a voulu sécuriser ces prêts, en contractant sur les conseils de la banque, des produits censés les garantir. Pour la Sacvl, le Crédit Agricole fait office à la fois de conseil et de banquier, tout en siégeant au conseil d’administration. L’un des cinq produits contractés, appelés aussi "swaps", s’est révélé bien plus toxique que les prêts qu’ils étaient censés protéger. »


« A l’époque peu de gens en France savaient comment ces produits financiers fonctionnaient, y compris ceux qui les vendaient » avoue Michel Le Faou président de la SACVL. Ils ont déjà coûté 46 millions d’euros. Conséquence, la SACVL se sépare d’une partie de son patrimoine pour augmenter sa trésorerie. 176 millions d’euros d’actifs seront cédés entre 2010 et 2011, 43 millions en 2012. Et en attendant, ce sont les locataires qui paient la facture.


Voici, après l’affaire des emprunts toxiques de Lille, de Saint-Etienne, de Rouen et de tant d’autres collectivités locales, un exemple supplémentaire plaidant pour la création immédiate d’une vraie Commission d’enquête sur la crise financière qui exigerait la séparation immédiate des activités bancaires entre banques de dépôts et banques d’affaires ainsi que le rétablissement la Caisse des dépôts et des consignations dans sa mission de partenaire historique des collectivités locales.


http://www.solidariteetprogres.org/article7471.html

 

.

 

Collectivités. LES PRETS TOXIQUES FONT TOUSSER LES COLLECTIVITES LOCALES

 

27 novembre 2008

 

 

 

http://blog.pressebook.fr/criseanatomy/page/2/

 

Pour réaliser leurs investissements, de nombreuses régions, départements ou communes ont eu recours ces dernières années à des crédits financiers risqués. Les fameux prêts dit « toxiques ». Avec l’éclatement de la crise financière, ces emprunts risquent de plomber leurs finances dans les mois qui viennent.


Depuis le début de cette crise, l’Etat agit souvent comme un pompier. Pour éviter une faillite du système financier, pour sauver certains secteurs stratégiques ou encore pour relancer la machine économique. Mais il arrive également à l’Etat, et plus précisément aux collectivités locales, de tirer la sonnette d’alarme.


Cri d’alarme. Un cri d’alarme relayé d’abord par Claude Bartolone, le président du conseil général de Seine-Saint-Denis en octobre. Il déplore l’importance des prêts risqués pris par son prédécesseur. 97 %  du total de l’encours de la dette. Par conséquent, les intérêts de la dette du département pourraient grimper au grès des variations de la Bourse.

 

Qu’est-ce qu’un prêt toxique ?

 

Cependant, tous les prêts à taux variables contractés par les collectivités locales ne sont pas toxiques. Certains sont indexés sur des cours qui varient peu ou sont adossés sur plusieurs valeurs pour minimiser les risques. Les prêts toxiques sont ceux indexés sur des valeurs dont le cours peut beaucoup fluctuer. Par exemple une monnaie ou le cours d’une marchandise comme le pétrole.

 

http://blog.pressebook.fr/criseanatomy/page/2/

 

Partager cet article

commentaires

PLegoux 01/03/2011 15:02



Emprunts toxiques et Claude Bartolone ; je vous engage à lire un autre point de vue :  Banques : la Seine-Saint-Denis donne un mauvais signal



Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche