Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 17:05

08.04.2012

ADMR 29. "Désespoir"

 

ADMR.jpg

Je publie ci-dessous un témoignage "intitulé "Désespoir". Sûrement pas par voyeurisme. Mais comme son auteure, je me sens démunie pour alerter sur une détresse psychique, qui se tait souvent ou qui m'est confiée. Ces jours derniers - depuis la décision de justice, en fait -, quelques-uns des contributeurs à ce blog,"solides et réguliers" par les informations ou les commentaires fiables qu'ils me transmettent depuis des mois, "craquent" à leur tour.

 

Bonjour Karine,

Je suis désolée de vous ennuyer avec l’ADMR un dimanche, mais je viens de lire un message d’une collègue et amie, qui partageant sur FB votre article sur « les regrets de l’AD29 », écrit ceci en guise de statut :« Il me reste la pendaison ou le taillage de veine;.j'hésite là ... ». Ce ne sont pas de simples expressions de langage. Non, pour cette amie, je sais que, profondément, elle le pense. Comme d’autres.  Je suis bouleversée, je me sens impuissante à l’aider au-delà des simples conseils d’amie, et …j’ai peur ! Peur qu’il arrive un malheur dans les jours à venir, peur de l’avoir pressenti et peur d’avoir été témoin en amont de cette détresse, sans rien pouvoir faire. Je compte sur son instinct de survie !

Jeudi dernier, avec des collègues, nous avons exercé notre droit de retrait. Qu’est-ce qui m’a décidée ? En premier, évidemment, mon usure et ma souffrance dans une situation qui n’a que trop durée. Ensuite, les larmes de ma collègue, au quotidien. Sa détresse, depuis quelques semaines, et ses réactions face aux annonces des derniers jours. Les larmes des secrétaires, avec qui nous travaillons, se prenant cette détresse en pleine figure, alors qu’elles-mêmes ont déjà suffisamment de problèmes à gérer. Jeudi, le « craquage » d’une autre collègue proche, avec qui j’avais rendez-vous, et dont l’état m’inquiétait déjà depuis quelques temps. Vendredi, la détresse des bénévoles, que je suis sensée aider, perdus dans tout ce marasme et répétant  « Comment allons-nous faire ? » « nous ne savons pas faire… ». Et moi…, démunie face à tout cela.

Je ne peux plus supporter de voir mon entourage professionnel se disloquer, s’effondrer, les uns après les autres. Je ne peux plus faire comme si de rien n’était, attendant simplement mon dû. Je ne peux plus laisser penser à certains bénévoles qu’ils ont raison de faire ce qu’ils ont décidé. Je ne veux plus participer à une organisation du travail globale, humainement destructrice.

Nous sommes, malheureusement, peu à avoir exercé notre droit de retrait. Pourtant la souffrance est là ! Simplement, beaucoup sont dépités, démoralisés et dans une telle souffrance, qu’ils sont incapables, aujourd’hui, de prendre les mesures nécessaires à leur protection. Beaucoup sont incapables même de formuler clairement en quoi ils sont en danger. C’est terrible ! Le danger est là, ils le sentent, ils le décrivent, leurs corps leur signalent, mais ils sont paralysés par la peur (pas la même pour tous d’ailleurs) et camouflent leur mal être avec des médicaments.

Elle est là, la vraie souffrance : imperceptible pour l’extérieur, insidieuse au quotidien, irraisonnée et irrationnelle la plupart du temps… Voire incompréhensible pour ceux qui ne le vivent pas ! Elle ne s’efface pas simplement grâce à des marques de gentillesse, d’attention, de compassion, même si elles sont bienvenues dans ce contexte.

Jeudi dernier, nous devions être une quinzaine de personnels décentralisés à alerter notre direction et à nous retirer : seules 6 l’ont fait. Les raisons ? Voici ce qu’on m’a dit : «  Ils vont utiliser ce document contre nous ! », « Ils ont la justice avec eux », « j’ai peur de signer à cause des représailles », « je préfère encore subir, je n’ai plus l’énergie de me défendre », « je suis perdu, je ne sais plus quoi faire ni quoi penser », «  Je ne préfère pas. Je pense postuler aux GCSMS.. »

Il n’y a pas encore eu d’annonce officielle sur ce droit de retrait. Je ne sais pas s’il y en aura. Pour nous, c’est bon. Jusqu’à nouvel ordre, on reste chez nous. Pour l’anecdote, notre Présidente l’a signé sans le lire ! Ce n’est pas le genre de choses dont on fait la publicité dans le contexte, évidemment ! Ca pourrait éviter des malheurs à certains mais la démarche doit être individuelle… C’est le serpent qui se mord la queue.

Je ne sais pas si cela sera bien perçu ou non dans le réseau, par les gens avec qui je travaillais jusque là. Je n’en suis plus à me demander si cela plaira ou non. Ce dont je suis certaine, c’est qu’il ne me restait plus que ça : ce petit article de code, pour me protéger, et éviter que ma fille ne soit orpheline un jour. J’aurais aimé pouvoir aider à protéger les autres, mes ami(e)s, mes compagnons de souffrance.

Je n’ai pas réussi à convaincre à temps cette amie dont je vous parlais plus haut… J’en suis désolée… J’espère que personne n’attentera à ses jours dans les prochaines semaines. Le risque est réel ! Ce n’est pas un fantasme de gens accrochés à leur boulot ! C’est même l’inverse : c’est le boulot qui s’accroche à eux, et ne les lâche plus.

Vous me direz combien je vous dois,  vous écrire m’aura un peu soulagée, aujourd’hui.

Bon dimanche à vous.

 

.

17:22 Écrit par joncqueur dans Aide à domicile, Associations, Bénévolat | Lien permanent | Commentaires (15)

Commentaires

Je viens de lire le commentaire ci-dessus et ne peux m'empêcher de réagir. Je comprends tout à fait le désarroi des salariés de la fédération qui ont tout donnés jusqu'à ce jour et qui sont traités comme des moins que rien aujourd'hui. Je comprends également que les salariés ressentent le besoin d'écrire à Karine à tout moment (dimanche, soir....) on ne peut pas prévoir une crise d'angoisse. Je voulais simplement dire aux salariés qui seraient prêts à faire une CONNERIE, allez voir un proche, un voisin, un Médecin, mettez un mot sur ce blog mais de grâce ne passez pas à l'acte, ils n'en valent pas la peine. Cela mettra le temps mais vous arriverez à vous reconstruire en étant accompagnés de vos collègues, de vos proches. La vie est précieuse, pensez à ceux qui vous aiment. COURAGE.

Écrit par : columbo | 08.04.2012

J aurais voulu trouver les mots mais c est tellement difficile... Nuit et jour, c est un vrai calvaire... Je partage le témoignage de DÉSESPOIR ... Tout est vrai à puissance 10..! Moi aussi je pressens le danger pour moi-même et mes collegues.
Le droit de retrait dont elle parle, je n'en avais pas connaissance ... Encore des vérités cachées... Il faut arrêter cette machine destructrice avant qu il ne soit trop tard. Ce n est pas à Karine de porter toute cette souffrance... Après nous, ce seront les personnels des associations qui seront broyées... Il faut les arrêter.

Écrit par : Détresse | 08.04.2012

COURAGE est la seule chose qui me vient à l'esprit
que dire d'autre, j'ai malheureusement connu, en moins...pire, ce que vous vivez...
la seule chose que je puisse faire est de diffuser ce message
que dire d'autre ?....

Écrit par : laurent | 08.04.2012

Tout ceci est bouleversant.Ce témoignage , ainsi que les autres me donnent l'impression que les salariés et certains bénévoles sincères sont enfermés dans un trust au management sectaire.

Écrit par : vaevictis | 08.04.2012

Aucun travail ni rien d'autre ne vaut de se "foutre en l'air", surtout pour un travail ou on ne vous apprécie pas à votre juste valeur. Les premiers temps seront peut-être durs, la traversé du désert peut-être aussi sera-t-elle longue mais avant d'en venir à l'extrême, pesez le pour contre, pensez à votre famille, vos ami(e)s. si besoin allez voir quelqu'un pour en parlr, le fait d'en parler vous permettra d'aller de l'avant.
Comme me l'a dit un ami un jour on ne vit pas pour le travail mais pour soi ,donc prenez soin de vous, même si je le sais, la pression doit être intense avec ce qu'il se passe là-bas, dans les moments difficiles, pensez à votre famille et vos ami(e)s qui vous aiment et pour qui vous comptez énormément.

Écrit par : Matie | 08.04.2012

S'il vous plaît, arrêtez tout! que ce soit par le droit de retrait ou par un arrêt de travail, partez! ne restez pas un jour de plus!

Je suis comme vous, collègue décentralisée, et je suis en arrêt de travail car j'étais en danger aussi. Bien sûr ça ne résout pas tout, mais c'est l'instinct de survie qui vous parle!

Comme vous j'ai plein de choses à réparer, à reconstruire en moi. Il y a beaucoup de dégâts.

Mais je VIS, je suis à distance de l'admr et c'est ce qui me sauve. SAUVEZ-VOUS!

Écrit par : collègue | 08.04.2012

protégez vous,aucun travail ne mérite ce désespoir.Il faudra du temps mais cette peine immense passera.La vie est parfois si difficile,injuste car les hommes sont des loups entre eux et dans notre société actuelle si indifférents les uns aux autres mais il y aussi de belles choses et des gens sincéres et honnêtes.Accrochez vous et faites vous aider car vous vous en sortirez,j'en suis certaine.Au contraire,partez la tête haute en vous disant que VOUS NE VOULEZ PLUS TRAVAILLER POUR UN SYSTEME QUI OSE REVENDIQUER SON CÔTE SOCIAL et qui détruit des hommes et des femmes qui savent ce que le mot humanité veut dire.Nous sommes là.Communiquez,nous vous répondrons.Soyez fiers de vous car vous le méritez et l'avez demontré.De nombreux bénévoles lisent ce blog.Qu'attendez vous pour arrêter toute cette souffrance?Vous avez cette rsponsabilité!

Écrit par : virage | 08.04.2012

Si j'en crois les intervenants dans ce blog,le fonctionnement de l'ADMR ressemble à celui d'une secte .Sauvez vous si vous pouvez et bon courage à ceux qui restent.

Écrit par : vaevictis | 08.04.2012

On ne peut qu'être ému à la lecture de ces témoignages, et je le suis; mais l'émotion n'empêche pas la colère.
Je serai de ceux qui invalideront leur bulletin de vote en y apposant ADMR en grosses lettres rouges: une bien belle idée que quelqu'un a eu sur le blog de Karine.
Je serai de ceux qui crieront et de préférence aux élus d'ici et d'ailleurs la maltraitance que vous subissez, car:

Qui sont-ils ces ronds de cuir, ces bien-pensant, ces agents de la désespérance qui se congratulent, se cooptent et s'ovationnent à grand tours d'effets de manche et de déclarations creuses avec des sirupeux "et je te fais confiance et je te remercie" ?
D'où leur vient le droit, avec autant d'outrecuidance et sans vergogne à bénévoler au nom de je ne sais quelle charité mal digérée et accessoirement lucrative ?

"Quand on a rien à dire et du mal à se taire, on atteint les sommets de l'imbécilité" disait Bernard Dimey

S'il avait connu la gouvernance, il aurait pu dire:
"Quand on s'écoute parler, et qu'on méprise en même temps qu'on respire, on atteint les sommets de l'inhumanité."

En l'occurrence et à bien y penser, ici,les deux aphorismes s'appliquent.

Écrit par : grain2sable | 09.04.2012

ce témoignage reflète la situation....désespérante...
J'ai vu ma collègue craquer, moi-même je ne sais plus très bien ou j'en suis...
Que faire ? Rester en sachant que ça va devenir encore un peu plus un enfer ou rester en essayant de lutter pour ne pas laisser tomber les aides à domicile?
Aujourd'hui le personnel administratif souffre, mais demain c'est tout le réseau !!!!!
Les salariés d'intervention se rendent bien compte que la situation va devenir infernale, elles me disent sans arrêt "Mais tu ne vas jamais y arriver" , car elles voient le travail administratif accompli aujourd'hui.... Et comme moi se demandent bien comment je vais pouvoir remplacer autant de personnes que l'on jette !

Les personnes aidées téléphonent car elles sont stressées angoissées par les articles dans les journaux, et ça personne n'y prend garde...Pas un courrier de Mme L'HOUR pour expliquer aux personnes la situation....
Nous sommes là pour les aider à aller de l'avant , à aller mieux dans leur quotidien...aujourd'hui nous n'assurons plus notre mission.....il y a danger !

Pour info, les associations n'ont pas été prévenues officiellement de la liquidation , ni de la poursuite de l'activité...

Demain je reprends le travail sans connaitre la situation? dois-je commencer à "subir" le travail supplémentaire? dois- je travailler comme "avant" ?
Le logiciel ELIAD n'est pas le produit miracle qui va tout solutionner .....n'en déplaise aux Présidents de groupements (inexistants à ce jour !)

je m'étais promis de ne pas regarder votre blog Karine ce week end pour me vider un peu la tête....
Mais peine perdue, mon cerveau ne déconnecte plus, le jour, le nuit, l'ADMR tourne en boucle infernale ....

Je suis quelqu'un qui a subit plusieurs traumatismes dans ma vie privée, mais celui ci est plus "pervers" plus dangereux...il affecte ma famille,mes collègues, les personnes pour lesquelles je travaille....Nous sommes pendus au bon vouloir et à l'incompétence de "bénévoles" qui ont largement dépassé l'âge légal de la retraite....
Le problème est là ....seulement là ....et uniquement là ..
Tant que les pouvoirs publics laisseront faire , rien n'ira, et ceci dans tous les départements, pas seulement chez nous !

Que dire , sinon courage à mes collègues FD.... je ne suis pas convaincue que postuler dans les GCSMS soit une bonne chose pour eux ...les "petits" chefs vont devenir "big chef" ....
Mais surtout utilisez votre droit de retrait ne restez pas , fuyez...loin, très loin de ces magouilles politico - financières (j'espère que la vérité éclatera un jour!)

Écrit par : delph29 | 09.04.2012

Courage ,courage, je vous en prie ne faîtes pas de bêtise, ça serait leur rendre service. Et vous punir et punir votre famille à leur place NONNNNNNN ils n'en valent pas la peine. Je comprends votre souffrance et je la ressents aussi, ils n'ont réussi qu'à BRISER le réseau et les gens qui y travaillent.
Pour beaucoup le personnel des associations sont avec le personnel fédéral et on comprend leurs souffrances.
Les groupements sont des coquilles vides, et franchement je ne leur laisse pas 1 an de vie en prenant les mêmes et on recommence, donc à quoi cela servirait-il de repartir dans un système qui va se couler tout seul, en entraînant en plus avec eux les associations et leur personnel aussi (bénévoles, secrétaires, AD).
Mais pourquoi le TGI a-t-il eu cette idée idiote, que d'inhumanité dans ce réseau SOCIAL.
Pitié pas de bêtise et partez la tête haute, en rigolant d'avance du marasme avenir ou vous ne serez plus, c'est dur mais ça fait du bien au moral, et vos familles ont besoin de vous.
Petite pensée à l'encadrante de notre asso (elle se reconnaîtra) ---> ne te laisse pas écraser et laisse ce merdier derrière toi- pense à ta famille et nous on se verra en dehors de tout ça.

Écrit par : nanette29 | 09.04.2012

bonjour, je suis une salariée avs, je pleure en lisant ton article, et je suis très émue par les commentaires des personnes. Courage à toi et à toutes les filles. Et pitié, pas de conneries, pense à ta famille et rigole un bon coup, et courage.

Écrit par : patou | 09.04.2012

NON, ne leur donnez pas raison en pensant à l’inéluctable… NON, ne cautionnez pas leur inhumanité en pensant à vous faire du mal, A VOUS.

NON, vous les salariés, vous êtes des personnes on ne peut plus responsables, respectables, consciencieuses, bosseuses, pleine d’humanité envers ceux auprès de qui vous travaillez depuis longtemps. Et il faudrait que ce soit vous les coupables ?

NON, surtout ne baissez pas la tête, ne cèdez pas à l'indécente irresponsabilité de certains. Ce n’est certainement pas de votre faute. Il faut le dire, le dire, et le redire encore.

Ne vous culpabilisez pas de LEUR mauvaise gestion.

C’est le monde qui ne va pas bien, qui tourne à l’argent, à la rentabilité, au profit, bref, à l’envers de l’humain !! Aucun de nous ne peut cautionner cela.

Vous n’êtes pour rien dans ce gâchis, dans ces incompétences multiples, NON. Ce n’est pas vous.

Avant tout, faites vous aider, voyez votre médecin, parlez-lui, dîtes les mots de ce qui vous détruit, vous hante, vous habite en permanence ; devant ce manque d’humanité qui résonne toujours quoi que vous fassiez. Tenir, rester debout encore, surtout ne pas tomber car "on n’a rien fait de mal".

Oui, mais vous avez aussi le droit de ne plus pouvoir, d’être épuisée, de ne plus vouloir, de vous effondrer tout simplement. Il faut le dire, oui, vous avez ce droit. C’est aussi cela être humain.



Etre restées debout, dignement, depuis si longtemps, avoir tenu, encore et encore, car il n’y a pas à avoir honte d’aimer son travail, de le vouloir bien faire, de le parfaire « en se mettant à la place des gens ». C’est tout à votre honneur, bien au contraire, de vouloir rester « humain » quelles que soient les circonstances, les tracas, les aléas, les mauvais jours et les mots destructeurs distillés au goutte à goutte.

NON, vous n'y êtes pour rien dans la mauvaise gouvernance et dans l’oubli des valeurs de l’ADMR. Encore moins de la course aux profits des uns ou des autres.

NON, ce n’est pas à vous qu’il faut en vouloir ; oh, NON, surtout, ne vous trompez pas de responsable.



Face à tous ces efforts continus, incessants, encore et toujours, que vous avez dû faire durant ces dernières années, vous n’allez quand même pas leur donner raison de LEUR mauvaise conduite !! Vous qui vous battez, qui vous tenez droit(e)s, qui montrez l’exemple à vos enfants ; à vos yeux l’humain n’est pas quantifiable et, heureusement, heureusement... Surtout, ne détruisez jamais celui qui est en vous.

Merci à vous de ne pas oublier de transmettre ces valeurs sans prix. Elles, au moins, ne se marchandent pas, ne s’achètent pas. JAMAIS.

Alors, OUI, soyez plutôt très fières de ce que vous êtes, de votre mission, de ce que vous faites pour les autres. Alors, OUI, redressez la tête et regardez n’importe qui et ce, droit dans les yeux. Oh, oui, vous pouvez, mais surtout, vous devez le faire.



Car, ce ne sont pas "les personnels" qui se sont perdus en route, égarés petit peu par petit peu, qui ont oublié, annulé, détruit leur part d’humanité, leur partie « cœur ».

Et ceux là qui se sont détruits, au fil du temps, comme les voilà pauvres !



Mais, NON, pas vous.



Alors, dîtes-nous, en quoi seriez-vous responsables des immenses faiblesses de certains ? Est-ce à vous de rougir ?



NON, "Désespoir". Pas vous ni aucun(e) des vôtres.



NON, surtout ne leur donnez pas raison.

Écrit par : vimarigo | 09.04.2012

Chers collègues,

( PERSONNEL FD,ENCADRANTS,AD,AVS,SECRETAIRES)

Moi aussi j'a peur de perdre une amie.
Je suis dans la colère,l' incompréhension et je déteste ce sentiment d'impuissance face à autant de désespoir et douleur.

Mais s'il vous plait oubliez l'idée qu'il faudrait des morts pour qu'enfin on parle de "NOUS" au journal télévisé.

Toutes mes pensées vont ver l'encadrante de notre asso...
Elle qui a recadré tant de choses avec justesse et égalité.
La même qui nous donnait des conseils avec sagesse.
Celle qui nous disait dernièrement accrochez vous car ça va être dur.

Je me pose la question suivante:
Allons nous disparaître sans que personne bouge??

Je pense toujours à toi mon amie....
j’espère que tu tiens le coup.
Je t'ai déjà dis MERCI
Merci pour ta gentillesse
Merci de ton écoute
Merci pour tes messages et tes coups
de fils quand ça n'allait pas.
Merci pour nos conversations philo
(et oui on peut être avs et avoir une connaissance philosophique)
Merci de me faire connaitre GOUNELLE
D'ailleurs je vous le recommander, il est à lire
"DIEU VOYAGE TOUJOURS INCOGNITO"
Je pense à toi mon amie...
Prends soins de toi

ET VOUS TOUS..... S"il vous plait gardez espoir
FAITE PAS DE BÊTISE!!!

Écrit par : moi aussi j'ai peur | 10.04.2012

UNE IDEE...
En lisant tous ces messages (souvent découragés), il me vient une idée, il n'est jamais trop tard...
Par secteur géographique, INVITEZ les conseillers généraux, les dirigeants départementaux et les dirigeants des (futurs?) groupements à des journées "PORTES OUVERTES SUR LES REALITES DE L'AIDE A DOMICILE"... Imaginons: un conseiller général "travaille" une matinée avec une aide à domicile et une après-midi avec une secrétaire d'asso...
Réussir à organiser quelques dizaines de journées portes ouvertes" avec des décideurs permettrait peut-être une prise de conscience des options à mettre en oeuvre...
Redisons une réalité: les décideurs qui sont les financeurs (CG...), les administrateurs, les cadres salariés ignorent totalement le quotidien des services... et pensent trop facilement que tout va bien ...
Courage à toutes... et à tous...

Écrit par : Méannic | 10.04.2012

 

 

http://www.lamaisondelautonomie.com/index.php/Dernieres-news/admr-desespoir.html

Infolettre 190 - lamaisondelautonomie.com - 12-04-2012

http://lactudeladmr29.blogs.letelegramme.com/

http://lactudeladmr29.blogs.letelegramme.com/archive/2012/04/08/admr-29-desespoir.html
.

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche