Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 18:51

http://communistesclichy92.elunet.fr/public/communistesclichy92.elunet.fr/-dany-cohn-bendit380.jpg

http://communistesclichy92.elunet.fr/public/communistesclichy92.elunet.fr/-dany-cohn-bendit380.jpg

 

Note d'eva : Ca, c'est l'euvre de Daniel Cohn-Bendit, infiltré dans les partis, notamment verts, pour les libéraliser. Déjà les Verts s'appellent maintenant Europe-Ecologie-Verts, diluant leurs idéaux dans le magma totalitaire européen... eva R-sistons

.
Gilbert Casasus - Chroniqueur associé | Mardi 26 Avril 2011 à 15:01 |


.

A l'heure où le FDP, le parti libéral allemand, s'apprête à changer de dirigeant, Gilbert Casasus retrace l'histoire de ce parti en perte de vitesse et décortique son glissement progressif vers la droite de l'échiquier politique allemand.



Que Philipp Rösler prenne la succession de Guido Westerwelle à la tête du FDP en mai prochain, cela n’intéresse à vrai dire que peu de monde. Ce changement de direction n‘aura qu’une incidence limitée sur la vie politique allemande. Quant à Philipp Rösler, son parcours est peut-être atypique. Adopté à l’âge de neuf mois par une famille allemande, ce natif du Vietnam a très vite gravi les échelons de la politique. A la tête du parti libéral en Basse-Saxe, il a rejoint le cabinet d’Angela Merkel en 2009 au poste de Ministre de la Santé. Certains voient déjà en lui l’homme du renouveau des libéraux. Pronostic des plus vagues lorsque l’on connaît ses projets de réforme. En bon libéral qu’il est, sa politique de santé repose sur un principe simple : faire une médecine à deux vitesses. C’est-à-dire avantager ceux qui peuvent la payer au détriment de ceux qui ne le peuvent pas. Critiqué pour son « clientélisme au profit de l’industrie pharmaceutique », telle la déclaration de la Secrétaire générale du SPD, Andrea Nahles, le prochain Chef des libéraux allemands n’est autre qu’un néolibéral pur jus.

Traditionnellement proches des intérêts patronaux et économiques, les libéraux allemands connaissent quelques sérieux ratés depuis plusieurs mois. Guido Westerwelle a montré ses limites à la tête du ministère des Affaires étrangères, où il fait très pâle figure. Le ministre de l’Économie, Rainer Brüderle, se voulait l’apôtre des baisses d’impôts auxquelles, crise financière oblige, il fut contraint de renoncer. Quant à la députée européenne du FDP, Silvana Koch-Mehrin, elle est à son tour soupçonnée de plagiat lors de la rédaction de sa thèse de doctorat. A l’aube de son congrès, le FDP a donc de quoi être inquiet.

Abstraction faite de Sabine Leutheusser-Schnarrenberger qui, après avoir été ministre de la Justice sous Helmut Kohl a retrouvé son poste dans le gouvernement d’Angela Merkel, il a le personnel politique le plus faible de son histoire. Aujourd’hui, il cherche en vain les dignes successeurs de Theodor Heuss, de Walter Scheel ou Hans-Dietrich Genscher. Allant d’un échec électoral à l’autre lors des scrutins régionaux en Saxe-Anhalt, dans le Bade-Wurtemberg et surtout en Rhénanie-Palatinat, il est partout en perte de vitesse. D’ailleurs, selon certains sondages, il n’est même plus sûr de retrouver les bancs du Bundestag lors des prochaines élections nationales de 2013. Cette projection paraît néanmoins hasardeuse. En effet, les électeurs allemands lui ont toujours laissé une petite place au parlement.

On pourrait encore longtemps disserter de la sorte. S’interroger par exemple sur tel ou telle, sur celui-là ou sur celle-ci. L’exercice aurait peut-être son charme mais ne rimerait pas à grand-chose. Le devenir du FDP n’est pas qu’une question de personne. Il réside dans la légitimité politique que ce parti est désormais en droit de revendiquer au sein d’un paysage politique allemand qui s’est considérablement transformé au cours de la dernière décennie. Personne ne sait au juste où se situe le FDP à l’heure actuelle. A droite ou à gauche de la CDU ? En complément économique des Verts de plus en plus libéraux ? N’est-il plus que le résidu d’un ancien système politique de la RFA d’avant la réunification, où il servait de balancier entre une démocratie-chrétienne conservatrice et une social-démocratie plus progressiste ? Qu’il l’admette ou non, le FDP est à la recherche d’une identité qu’il aura du mal à trouver. Il ne sait plus où il est car il ne sait plus qui il est. Parti clientéliste pour les couches les plus favorisées de la société, il n’est plus en mesure de s’interroger sur le sens même du mot « libéralisme ». Après avoir porté le renouveau démocratique de la RFA avec les sociaux-démocrates de 1969 à 1982, il n’a cessé de sombrer dans un néolibéralisme inégalitaire dont il s’est volontairement fait le porte-parole.

Persuadé de se trouver au centre, le FDP n’a même pas remarqué qu’il glissait de plus en plus vers la droite. Toutefois, et c’est là tout à son honneur, il n’a pas suivi les traces de son homologue autrichien, le FPÖ, pour renouer avec ses vielles lubies nationales-libérales. Mais concurrencé par une CDU en mal de démocratie chrétienne et des Verts embourgeoisés, il a perdu la place qu’il prétendait occuper. Il n’est pas hors système. Au contraire : il est tellement intégré dans un système que ce système a de moins en moins besoin de lui. En ce sens, il est au centre d’un centre qui se délite. Comme le souhaitait naguère Valéry Giscard d’Estaing pour la France, l’Allemagne a peu ou prou toujours été gouvernée au centre. Sauf que l’Allemagne a désormais changé. Aujourd’hui, son parti centriste n’est plus le FDP. Il a pour nom les Verts. Quitte à deviner d’ici quelque temps la naissance d’un nouveau parti allemand, il n’y a qu’un pas. Sous le nom de « Vert’libéraux », l’Allemagne pourrait suivre l’exemple suisse. En effet, ces derniers vont de victoire en victoire lors des élections cantonales et municipales, comme à Zurich. Au détriment d’ailleurs de leurs concurrents libéraux du FDP helvétique !

* Gilbert Casasus est professeur en études européennes à l'Université de Fribourg en Suisse.
 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche