Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 22:54

 

TSCG : vrais mensonges, fausses évidences et mauvaise foi

Bastamag.net - Le traité budgétaire européen, auquel s’opposent le Front de gauche, Europe écologie - Les verts et plusieurs élus socialistes, sera débattu à l’Assemblée nationale début octobre.

 

Austérité : droit dans le mur en klaxonnant !

sur PLUME DE PRESSE

 

Extrait:
...  à ce stade-là, tirons-en les conséquences : ce n’est plus de l’aveuglement, de l’incompétence et de la bêtise, c’est impossible. Il faut se résoudre à l’évidence, ces gens-là ne peuvent plus ne pas savoir ce qu’ils font. Nous sommes donc en face d’une entreprise systématique et concertée de paupérisation des peuples au profit de l’oligarchie. « Il y a une guerre des classes, c’est un fait, mais c’est ma classe, la classe des riches, qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner », a déclaré Warren Buffet

 

.

.

Je vous partage ce lien vers l'émission "Là-Bas si j'y Suis", au lendemain de la manif de ce dimanche 30 septembre contre le TSCG à Paris. De nombreuses interventions éclairant une nouvelle fois le fond du sujet et une présentation de ce tout nouveau mouvement qui pour la première fois ne manifeste pas seulement contre un traité, mais contre un modèle de société dans son ensemble. Un mouvement qui se poursuivra bien au-delà en s'amplifiant dans l'avenir (très) proche.


Je donne aussi parallèlement le lien d'une récente intervention d'Edwy Plenel qui fait le lien entre le contexte historique de cet actuel traité et les conditions qui ont mené à la révolution de 1789 : http://www.dailymotion.com/video/xtyj0k_edwy-plene-c-est-comme-ca-que-la-revolution-de-1789-a-commence_news

 

Les "nonistes" de 2005 ont donc donné de la voix. Plus encore, parmi les 40.000 à 80.000 personnes décomptées dans les rues de Paris, beaucoup de "repentis" qui ont martelé à coups de slogans / chants et autres pancartes : "ce traité préconise des mesures qui auront un impact en matière de fixation et d’indexation des salaires ; de processus de négociation collective sur les régimes des retraites, sur les services de la santé ainsi que sur l’ensemble des prestations sociales."


Des journées agitées, François Hollande et son Premier ministre vont donc en vivre encore quelques-unes. Alors que la discussion sur la loi organique est prévue le 8 et le vote le 10 octobre, se tiendra, ce même 8 octobre, un meeting européen des forces de gauche à l’espace Reuilly, faisant suite à un nouveau week-end de mobilisation les 6 et 7.

La dynamique devrait allégrement franchir le mois d’octobre, puisque la soixantaine d’organisations fédératrices évoquent également la tenue d’une assemblée européenne des mouvements sociaux en novembre à Florence et un sommet altermondialiste en Grèce, au premier semestre 2013.

Un reportage d’Antoine Chao, de Sarah Lefèvre et de Gaylord Van Wymeersch.

http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2547

 

.

Non au traité de la rigueur
Le lundi 1er octobre 2012

 


Les "nonistes" de 2005 ont donc donné de la voix. Plus encore, parmi les 40.000 à 80.000 personnes décomptées dans les rues de Paris, beaucoup de "repentis" qui ont martelé à coups de slogans / chants et autres pancartes : "ce traité préconise des mesures qui auront un impact en matière de fixation et d’indexation des salaires ; de processus de négociation collective sur les régimes des retraites, sur les services de la santé ainsi que sur l’ensemble des prestations sociales."

Des journées agitées, François Hollande et son Premier ministre vont donc en vivre encore quelques-unes. Alors que la discussion sur la loi organique est prévue le 8 et le vote le 10 octobre, se tiendra, ce même 8 octobre, un meeting européen des forces de gauche à l’espace Reuilly, faisant suite à un nouveau week-end de mobilisation les 6 et 7.

La dynamique devrait allégrement franchir le mois d’octobre, puisque la soixantaine d’organisations fédératrices évoquent également la tenue d’une assemblée européenne des mouvements sociaux en novembre à Florence et un sommet altermondialiste en Grèce, au premier semestre 2013.

Un reportage d’Antoine Chao, de Sarah Lefèvre et de Gaylord Van Wymeersch.

 

http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2547

.

982-pour-une-constituante-1.jpg

 

Pour une Constituante

 

Veuillez trouver ci-dessous un communiqué
de l'Association pour une Constituante.
Cordialement

André Bellon
Président de l'Association
www.pouruneconstituante.fr
-------------------------------------------------
01/10/12

 
La manifestation du 30 septembre à Paris contre le traité TSCG dit « pacte budgétaire »  est une marche de plus vers la remise en cause du système politique et économique, en France comme dans d’autres pays européens.
Même si la plupart des commentateurs et des medias s’obstinent à ne l‘analyser qu’à travers les effets de personnalisations ou les enjeux tactiques, il s’agit là une fois de plus d’un mouvement vers autre chose, de la recherche d’autres principes, d’autres conceptions de la vie publique et surtout vers la démocratie.
L’Association pour une Constituante  a manifesté son soutien à cette évolution politique et sociale par ses prises de position et en organisant un point fixe le long du parcours de la manifestation (Voir http://www.pouruneconstituante.fr/spip.php?article607). Les nombreux échos rencontrés ont confirmé une volonté large de voir réaffirmée la volonté populaire. Dans le même temps, les prises de positions des élus locaux au congrès des Présidents de Conseils généraux (Voir texte de Christian Berthier http://www.pouruneconstituante.fr/spip.php?article606) indiquent les réticences de plus en plus fortes des représentants du peuple à accepter les diktats qui leur sont imposés.
L’Association pour une Constituante continue de proclamer, pour sa part, qu’il n’y a pas de solution pacifique à la crise politique actuelle sans réaffirmation de la démocratie par le biais d’une Assemblée ad hoc, c’et à dire d’une Constituante élue au suffrage universel.
.

rene-balme.org

.

Appel à la désobéissance du 2e forum national


Paul Aries, directeur de La vie est à nous ! Le sarkophage
René Balme, Maire de Grigny (Rhône)


Nous saluons les centaines de participants au 2e forum national de la désobéissance et les dizaines de milliers de manifestants contre le traité européen austéritaire.
Ce 2e forum national de la désobéissance a réuni ce samedi 29 septembre à Grigny près de 400 citoyens, militants, élus... pour dire : nous avons désobéi sous la droite nous désobéirons aussi sous la gauche !
Nous désobéirons aussi sous la gauche car ce dont le gouvernement du parti socialiste a besoin ce n’est pas de temps...mais de faire les bons choix en matière de justice sociale, écologique et internationale !
Nous désobéirons aussi sous la gauche car ardents prometteurs d’une démocratie participative active nous savons que rien n’est jamais possible sans la mobilisation de tous et de chacun.
Nous désobéirons aussi sous la gauche car nous refusons toute politique qui prône le sacrifice...
Nous refusons le programme du parti socialiste : trois ans d’austérité suivis de deux ans de justice sociale...
Nous le refusons non seulement parce qu’il est inefficace économiquement, injuste socialement, mais parce qu’il prépare le retour d’une droite encore plus extrêmisée aux affaires en 2017 avec un Super-Sarkozy !

La gauche n’a pas le droit d’échouer et pour cela les citoyens doivent se faire entendre !

Nous appelons les élus à utiliser le droit à l’expérimentation sociale prévu par la loi.
Nous appelons les élus à désobéir non seulement pour dire Non à tout ce qui nous tue..mais aussi pour dire Oui à la vie.
La ville de Grigny a distribué à l’occasion de ce 2e forum des graines de la désobéissance interdites...La ville de Grigny a ouvert son centre de santé...bien au-delà de son domaine réglementaire de compétence.
Le sarkophage
est devenu à l’occasion de ce 2e forum La vie est à nous ! /le sarkophage car si, avec l’élimination de Sarkozy, nous n’en n’avons pas fini avec le sarkozysme.... nous devons aussi vivre une seconde révolution, avec le passage des passions tristes aux passions joyeuses.

Nous invitons la population à multiplier les alternatives. la gauche avait su en 1981 libérer de nouveaux territoires (radios libres, lois Auroux et le renforcement de la démocratie salariale).. Nous devons aujourd’hui arracher au gouvernement le droit de multiplier des expérimentations.

Merci à nos partenaires le CADTM, ATTAC, la fondation Copernic, Le CIDEFE (organisme de formation des élus).
Merci aux dizaines d’associations syndicales, politiques, citoyennes qui ont animé le village des associations...

Nous tiendrons notre promesse du samedi soir : nous nous retrouverons en 2013 pour le 3e forum national de la désobéissance à Grigny !

  rené Balme www.rene-balme.org    

Socialisme & Souveraineté et l'ARSIN

Dossier sur la dette publique

 .

Comment la France peut sortir de la crise.

Retrouver notre souveraineté monétaire

Pour cela il faut que la France sorte de l'Euro et quitte l'Union Européenne, afin de s'affranchir de l'article 123 du traité de Lisbonne et ainsi retrouver les bonnes conditions qui prévalaient avant la loi du 3 janvier 1973 qui a interdit à l'État de se financer auprès de sa Banque Centrale.


La souveraineté monétaire dont il est ici question ne veut pas uniquement dire le retour au Franc, mais signifie aussi et surtout que l'État maîtrise la création monétaire.

Il ne faut pas désobéir aux traités, mais sortir de l'U.E. par l'article 50...[...]...

Lucien PONS
Egalement,

La dette publique pour les nuls

Sortez de la propagande médiatique

La vérité sur la crise

Avoir des projets en temps de paix

Il faut faire sauter le verrou monétaire

Propositions concrètes

La monnaie a été privatisée

.

Chevenement dit non au TSCG

http://www.atlantico.fr/decryptage/jean-pierre-chevenement-pourquoi-dis-non-au-traite-budgetaire-europeen-490482.html Atlantico : Examiné mercredi en Conseil des ministres, le projet de loi…

 

Pour lire la suite cliquez ici

 

ANNEXE :

 

L'usine d'Aulnay-sous-Bois...

Après la publication du rapport "Sartorius" sur la situation financière de Peugeot, on se demande s'il n'y aurait pas comme un oubli..!

 

On a beau commencer à être habitué, çà fait toujours quand même bizarre, ces situations où en lisant la presse, en écoutant la radio, on se demande si on est en train de rêver ou si quelqu'un quelque part nous prendrait pas pour des andouilles.

 

1- Une restructuration depuis longtemps annoncée

Le 12 juillet dernier, le groupe Peugeot confirmait le plan de restructuration tant redouté depuis des mois, qui allait aboutir à la fermeture de l'usine d'Aulnay-sous-Bois (93). La restructuration, particulièrement catastrophique (8000 suppressions d'emploi, sans compter les conséquences, encore inconnues, sur les sous-traitants), étaient expliquée par la baisse du marché européen, où le groupe prévoyait une baisse de 10% de ses ventes.

 

2- Où l'on apprend que les iraniens roulent en Peugeot

Parmi toutes les réactions atterrées que cette annonce avait suscitées, l'une d'elle détonait : le délégué syndical CGT de la boite pointait comme principal responsablee des difficultés l' abandon par Peugeot du marché iranien depuis février 2012.

Marché sur lequel Peugeot avait écoulé pas moins de 455 000 véhicules en 2011, en partenariat avec un construteur local nommé Khodro.


Pourquoi diable le groupe Peugeot avait-il décidé d'abandonner ce marché considérable?


La réponse de la direction était confuse, invoquant un problème de financement lié à des sanctions financières européennes prises contre l' Iran qui généraient les paiements interbancaires. Elle minimisait par ailleurs l'impact de l'abandon du marché iranien, évaluant la manque à gagner à 640 à 850 millions d'euros. Autant dire trois fois rien.

 

3- Où l'on apprend qu'Obama est actionnaire de Peugeot

L'agument du problème bancaire était ridicule, d'autres firmes faisant sans problèmes des affaires en Iran.

 

La réalité est plus crue. En février 2012,

PSA avait noué une alliance avec Général Motors, firme états-unienne détenue à 60% par l' Etat fédéral (oui, oui, une entreprise publique aux USA : c'est ce qu'on appelle la socialisation des pertes en période de crise), qui est entrée dans le capital de PSA à hauteur de 7%.

 

Or l'actionnaire principal du nouvel ami de Peugeot ( les USA, donc) est bien connu pour chercher des noises à l'Iran. L'Iran, ennemi de l'impérialisme et d' Israël, qui accueille le sommet des pays non alignés, l' Iran allié de la Syrie. C'est donc l'administration Obama qui a demandé à Général Motors d' imposer à PSA de se retirer du marché iranien. Cette décision semble même avoir été une condition préalable à l'entrée de GM dans le capital de Peugeot.

 

Comme quoi une firme capitaliste est capable de sacrifier ses intérêts pour une décision d'ordre purement politique, lorsqu'il le faut vraiment. On aurait pas cru. Ils doivent vraiment pas être sympas, ces iraniens.

 

4- Un rapport du gouvernement nous apprend que Peugeot n'est pas assez mondialisée

Nous voilà arrivé au 11 septembre 2012; date à laquelle le ministère du redressement productif a rendu public le rapport "Sartorius" qui était censé faire la lumière sur la situation économique de Peugeot et vérifier si le plan de restructuration était inévitable.

Surprise la restructuration s'avère inévitable

La presse fustige les "erreurs stratégiques" de Peugeot, coupable d'avoir "manqué d'ambition dans l'internalisation du groupe", bah oui, s'ils avaient délocalisé plus tôt la production à l'étranger, z'auraient pas besoin de supprimer des emplois aujourd'hui ; logique non ?

 

5- Ou l'on cherche vainement le mot Iran dans le rapport

Bon, à part çà, on se frotte les yeux, on cherche dans tous les articles de presse, et on trouve rien à propos de l' Iran. Finalement, c'était important l' Iran ? c'est çà ou c'est pas çà qui a fait couler le groupe? On aimerait bien savoir, mais on nous dit rien.

Alors puisque les journalistes sont des feignasses, on va remonter à la source, on va se taper le rapport "Sartorius". Vu que çà fait 47 pages, il en aura bien consacré une au marché iranien ( 13% des ventes en 2011, à rappeler)?

Eh ben non, on trouve rien.Mais alors, rien.

On cherche le mot "Iran" des fois qu'on l'aurait oublié, et on le trouve UNE fois dans un tableau intitulé "répartition géographique des immatriculations PSA en 2011 (hors Iran)"

Le seul endroit où le rapport mentionne l'existence du marché iranien, c'est pour dire qu'il en fait abstraction, sans expliquer pourquoi !

D'ailleurs, dans un autre tableau (page 7), le rapport mentionne sans aucun problème une répartition des ventes dans le monde dont le total est toujours inférieur à 100%. çà lui pose aucune difficulté, il a juste supprimé une ligne comme d'autres effaceraient des visages sur les photos officielles en d'autres lieux.

 

6- Où on se demande si on ne serait pas pris pour des truffes

C'est donc assez raide à quel point le rapporteur se fiche de notre poire. Même en étant de mauvaise foie, il aurait pu expédier un paragraphe du genre:

"contrairement aux allégations complotistes mal dégrossies, l'abandon du marché iranien et de ses 455 000 véhicules par an n'a eu qu'une incidence dérisoire sur la santé de l'entreprise"

Mais non, même pas, ils ne prennent même plus la peine d'emballer leurs foutaises.

 

Sinon le rapport nous apprend quand même que, toutes filiales confondues (banque, équipementier..) le groupe PSA n'est pas en déficit au 1er semestre 2012, vu que seule la branche automobile l'est (page 4). Mais çà on le saviat déjà.

 

Concernant la branche automobile, les difficultés sont cependant réelles, puisqu'au 1er semestre 2012 le réusltat opérationnel courant est négatif de 662 millions d'euros. C'est beaucoup. Mais en lisant cet article depuis le début on sait que l'impact de l'abandon du marché iranien était censé coûter 640 à 850 millions d'euros, et que c'était beaucoup...d'accord, c'est sur une année, pas sur 6 mois, mais quand même..!

 

Pour finir sur le bonne note, le rapport "Sartorius" trouve que l'alliance de Peugeot avec General Motors est plutôt une bonne idée, mais estime qu'il faut faire gaffe quand même que çà supprime pas encore des emplois à force de trouver des synergies (sur les achats aux sous-traitants, par exemple, qui pourraient désormais tous se faire aux Etats-Unis)

 

Vu la réussite de l'alliance avec GM jusqu'ici, on aurait tort d'être inquiets..!

 

lu sur Agoravox, écrit par lapindebois
.

.

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche