Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 00:10
img_comments.gif

Appel à l’humanité

arton14609-0add3.jpg
Badi BALTAZAR
"Diverse Humanity", Alexandra Lane

Ceci est un appel à l’humanité des femmes et des hommes du 21ème siècle. Un appel qui sonne comme l’imminence d’un changement, au croisement toujours plus proche des ténèbres de la fin d’un cycle et des lumières du début d’un autre. Un appel à celles et ceux qui comme moi transpirent cette même impression désagréable que tout se meurt, que l’état de droit n’est pas, que l’Humanité fonce tête baissée sur une autoroute sans sortie, que notre mauvaise foi et nos mensonges sont infinis et que s’installe cette insidieuse résignation à consommer du monde qui va mal.

img_grey_font_scale_less.gif
img_grey_font_scale_none.gif
img_grey_font_scale.gif

Les mots qui vont défiler sous vos yeux ont pour cible votre conscience, que vous soyez proie ou prédateur, indigné ou dignitaire. Car comme vous je fais partie de cette génération sacrifiée qui veut, qui peut et qui va tout remettre en question. Tout. Telle est sa raison d’être. Prise en étau entre les murs que sont les frontières et l’argent, elle s’est formée en souterrain, comme une lame de fond, sous toutes les crises que nous traversons, c’est une véritable crise humaine que nous vivons. Que nous soyons Européens, Africains, Asiatiques ou Américains. N’en déplaise aux fatalistes, les récentes et multiples naissances de mouvements citoyens à travers le monde sont en cela des initiateurs de formes de pensées politiques nouvelles. A la lumière de leurs étincelles, nous goûtons à l’odeur des mèches qu’ils rallument pour nous éclairer. Car il est grand temps de réunir nos forces, de puiser en nous le courage d’exorciser nos peurs, de se sentir humain parmi les humains et de se projeter dans un avenir commun. Un monde dans lequel les dictatures financières, politiques et militaires des oligarchies seraient reléguées aux oubliettes de l’Histoire. Un monde dans lequel les citoyens pourraient réellement prendre part aux décisions politiques, libres de s’exprimer, libres d’aller et venir où bon leur semble. Un monde dans lequel l’homme et la nature seraient enfin au cœur des préoccupations, où les désirs seraient subordonnés aux besoins. L’espoir, aujourd’hui, relève du bon sens, participe du beau et surtout, il est plus que jamais vital.

Comment changer le monde ? Voilà la vraie question. Imaginer qu’un paradigme miracle pourrait nous propulser du jour au lendemain dans une ère de paix et de sérénité serait naïf, n’est-ce-pas ? Voilà pourquoi nous feignons ne pas pouvoir répondre à cette question fondamentale, nous réfugiant derrière son apparente inaccessibilité et nous moquant de la première âme venue qui se risquerait à une réponse ou en nous disant comme pour nous rassurer que l’important n’est pas la chute, c’est.... Ces comportements que nous adoptons face à nos responsabilités sont en fait les révélateurs d’un profond sentiment d’impuissance.

Si nous aspirons à la dignité, à l’autogestion et à ce que les peuples du monde décident de ce que le monde doit être, alors ce n’est qu’à travers notre réalisation personnelle qu’une réalisation collective sera possible. Nous ne pourrons changer le monde extérieur que si nous changeons notre monde intérieur. En un mot, se réaliser pour réaliser.

Si cette proposition est bel et bien une alternative aux postures réformistes (améliorer le système en place) ou révolutionnaires (changer radicalement le système), c’est parce qu’elle suggère une approche d’une toute autre dimension : construire un monde nouveau à l’intérieur même de l’ancien monde, sans chercher ni à le compléter ni à le détruire. Il s’agit donc d’innover, d’être créatif, de consacrer notre énergie à la réalisation et au développement d’un véritable espace public, par les citoyens et pour les citoyens.

Les barrières de cet espace public se trouvent en nous, nichées au plus profond de notre conscience. Sur le chemin vers notre humanité, nos doutes et nos peurs sont les obstacles qui nous enjoignent à faire demi-tour. Le long processus de reconquête que requiert la création d’un espace public réel ne peut donc s’enclencher que par la prise de cette conscience. C’est de là que jaillit la lumière, que l’on se rend compte d’une réalité, que l’on se réalise en acquérant de nouvelles connaissances qui nous permettent de mieux prendre la mesure du monde qui nous entoure et de découvrir des vérités jusqu’alors inconnues ou hors de portées. Cette évidence parait somme toute très simple, mais le fait est qu’elle semble encore inaccessible pour le plus grand nombre. Nous voyons tant de nos semblables hésiter, danser d’un pied puis l’autre en espérant qu’il ne s’agisse que d’un mauvais rêve. Pourtant, c’est notre éclatante réalité. Il est donc plus que temps d’en prendre conscience, chacun à notre niveau.

Naturellement, cette prise de conscience individuelle induit une responsabilité morale. En effet, comment ne pas réagir lorsque l’on a enfin réalisé ? Il devient alors inévitable de se repositionner. C’est un grand moment de vérité car il va falloir se redéfinir, implicitement ou explicitement, que cela débouche sur de l’indifférence ou de l’empathie. Mais il y a dès lors de grandes chances que, de cette petite graine de conscience en nous, une volonté puisse germer. Une volonté qui se marierait avec le besoin de revoir nos schémas de pensées et de se faire les avocats du diable de nos sociétés afin de libérer nos esprits de leur cellule de certitudes et enfin pouvoir atteindre l’étape ultime : mettre en place des actions nouvelles, constructrices et libératrices. Or le déclencheur de ces actions réside dans notre capacité technique. Les outils, réels ou virtuels, sont à notre portée, nous savons comment les utiliser. Ils sont notre pouvoir d’action, celui d’agir sur nos vies.

Rappelons brièvement le contexte à travers lequel la réalisation de cet espace public se dessine, car un des aspects paradoxaux de ce début de siècle transparait dans son individualisme mondialisé qui par la relativité des phénomènes, se révèle être également une opportunité inédite. En effet, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, des êtres humains des quatre coins de la planète ont la possibilité de communiquer, d’échanger leurs compétences, de s’organiser et d’additionner leurs énergies. Les moyens techniques et matériels existent donc bel et bien. C’est un fait. Notre génération - tous les êtres humains vivants actuellement - a les outils nécessaires pour se réapproprier sa dignité.

Dès lors, face aux innombrables constats d’échec de nos politiques, si nous comprenons que les principes et les dogmes dont nous avons hérités sont le produit de la société telle que l’homme l’a construite, il devient évident que ceux-ci peuvent et doivent impérativement passer sous nos microscopes. Un gouvernement qui n’a plus que la peur, la manipulation et la violence à opposer à un mouvement profond d’expression populaire est en fait déjà mort.

Disons-le autrement : le savoir est sur le pas de la porte, le vouloir est tapi juste derrière. Et, le pouvoir populaire, lui, n’est plus un mythe. Sortons dans les rues, reparlons-nous, réunissons-nous en assemblées populaires, réapprenons le langage, l’écoute et le partage et réinventons. Reconnaissons que nous n’avons plus aucune excuse, aucun prétexte valable pour justifier notre inaction et notre silence.

Littéralement,

 

Badi Baltazar


www.lebuvardbavard ?com

URL de cet article 14609

http://www.legrandsoir.info/appel-a-l-humanite.html

img_1pixel.gif

 
Un futur présent, l’après-capitalisme, de Jean Sève
arton8052-60281.jpg
Michel PEYRET
Une façon de dépasser le capitalisme Le livre de référence L’essai de l’historien Jean Sève intitulé Un futur présent, l’après-capitalisme (La Dispute, 2006). Ce livre propose une interprétation du mouvement historique actuel dans le sens du dépassement possible du capitalisme. Il énonce ce qu’il envisage comme des preuves de l’existence actuelle de « futurs présents » qui seraient autant de moyens de ce dépassement du capitalisme déjà à l’œuvre dans le réel. Sur la question économique, la gauche est (...) Lire la suite »
AUTRES ARTICLES RECENTS
img_carre_bleu.gifIl y a 66 ans, l’éradication d’Hiroshima et de Nagasaki était-elle morale ?
img_carre_bleu.gifNetanyahu durcit les conditions de vie des prisonniers politiques palestiniens
img_carre_bleu.gifLe capitalisme sauvage descend dans la rue (Counterpunch)
img_carre_bleu.gif"Dalaï-Lama : pas si zen". De Maxime Vivas
img_carre_bleu.gifMexique : Cherán, autodéfense indigène
img_carre_bleu.gifJusqu’où la crise peut-elle nous mener ?
img_carre_bleu.gifPourquoi le régime syrien ne tombera pas (Asia Times)
img_carre_bleu.gifGuerre de l’information - le paradoxe syrien dévoilé (Asia Times)
Le Grand Soir
Voici les nouveautés de la semaine :
Pour vous désabonner, voir à la fin.
Première audience du procès des jeunes salafistes qui ont tué Vittorio. Immédiatement renvoyé.
par Michele Giorgio
Gaza City - Ils sont enfermés dans la cage des accusés, quatre des six jeunes accusés d’avoir enlevé et assassiné Vittorio Arrigoni. Mahmoud Salfiti, Tamer Hasasnah, Khader Jram et Amer Abbu-Ghloula. Ce sont les survivants de la (présumée) cellule salafiste (deux autres membres, parmi lesquels le Jordanien Abdel Rahman Breizat sont morts dans un affrontement armé avec les forces spéciales du Hamas) qui croyait, en prenant en otage l’activiste italien, pouvoir libérer le cheikh jihadiste al Maqdisi, (...) lire la suite
par Badi BALTAZAR
Ceci est un appel à l’humanité des femmes et des hommes du 21ème siècle. Un appel qui sonne comme l’imminence d’un changement, au croisement toujours plus proche des ténèbres de la fin d’un cycle et des lumières du début d’un autre. Un appel à celles et ceux qui comme moi transpirent cette même impression désagréable que tout se meurt, que l’état de droit n’est pas, que l’Humanité fonce tête baissée sur une autoroute sans sortie, que notre mauvaise foi et nos mensonges sont infinis et que s’installe cette (...) lire la suite
par Bernard GENSANE
Au début de sa carrière d’écrivain et de journaliste, pour des raisons peut-être plus personnelles que politiques, Orwell s’est intéressé à ceux qui avaient sombré dans la misère la plus noire au début des années trente en Grande-Bretagne. Il a écrit de nombreux textes, dont son premier livre publié en 1933, Dans la dèche à Paris et Londres (Down and Out in Paris and London). Il écrivit ce livre après avoir partagé, volontairement, le sort de ces malheureux, dans les asiles de nuit, dans les champs de houblon (...) lire la suite
Obama est vide, émotionnellement, intellectuellement…
par William BLUM
Par Christiane Passevant et Larry Portis. William Blum est écrivain, journaliste, historien. Né en 1933 aux Etats-Unis, il a d’abord l’itinéraire d’un Étatsunien moyen, anticommuniste et persuadé qu’il vit dans une démocratie idéale. Après ses études, il travaille pour le Département d’État, dans les services informatiques. Mais la guerre du Viêt Nam, comme pour beaucoup d’autres, lui fait prendre conscience des leurres et des « mythes » du discours officiel. Il devient alors actif dans le mouvement (...) lire la suite
par Linda S. HEARD
Une puissance nucléaire est constamment considérée comme la victime pendant que le peuple qu’elle occupe est qualifié de terroriste Il faut féliciter Ankara de tenir tête à son ancien allié Israël qui refuse de s’excuser pour le meurtre de 9 militants turcs embarqués sur un bateau d’aide humanitaire turc qui essayait de briser le blocus israélien de Gaza. Ce qui a mis du sel sur la plaie, ce sont les fuites d’un rapport de la commission Palmer missionné par l’ONU qui est clairement orienté en faveur (...) lire la suite
par Mourad TEYEB
L’élite politique tunisienne ne parvient pas à convaincre les électeurs de participer à la transition démocratique qui prépare les élections du 23 octobre Les Tunisiens se sont habitués, au cours des 50 dernières années, à la règle du parti unique de facto à laquelle Zein Al-Abidine bin Ali, l’ancien président du pays qui a été chassé par les manifestations populaires de janvier contre son régime, avait ajouté divers partis d’opposition. Mais ils étaient essentiellement décoratifs et n’affectaient en rien (...) lire la suite
par Esther VIVAS
Si le drame de la faim occupe à nouveau l’actualité avec la crise alimentaire dans la Corne de l’Afrique, la famine est une réalité quotidienne qui est largement passée sous silence. D’après l’Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation (FAO), plus d’un milliard de personnes dans le monde ont des difficultés d’accès à la nourriture. La malnutrition a des causes et des responsabilités politiques. L’Afrique est une terre spoliée. Ses ressources naturelles ont été arrachées à ses (...) lire la suite
Comment les femmes du Cachemire mènent leur combat.
par Mushtaq Ul Haq Ahmad Sikander
"La nécessité est la mère des inventions" est un fait avéré ; les femmes du Cachemire en sont la preuve vivante. Le conflit armé leur a imposé de nouveaux rôles ; elles s’y sont magnifiquement adaptées et en ont assumé les responsabilités. Pendant la phase initiale du conflit armé, les femmes ont lutté à égalité avec les hommes et, dans beaucoup de cas, se sont montrées plus efficaces que les hommes surtout quand l’armée ou la police venait chercher les jeunes. Les femmes de la localité manifestaient alors à (...) lire la suite
Un siècle de violences armées passées sous l'éteignoir médiatique
par legrandsoir
Liste partielle des interventions de l’armée états-unienne depuis 1890. Elle n’inclut pas : présence obligatoire de la police militaire lors de manifestations. Mobilisations de la Garde nationale. Déploiements de la force navale au large des côtes nationales. Renforcement du personnel des ambassades. Emploi de personnel n’émargeant pas au Département de la Défense (tels les DEA). Exercices militaires. Mobilisations sans but de combattre. Stationnement permanent de forces armées. Actions couvertes (...) lire la suite
Hou, Hou, méfions-nous, l’Ornella-Guyettisme est partout !
par Maxime VIVAS
Intégré au vocabulaire bouddhique, l’ahimsa engage en effet très largement dans l’abstention de toute intention de nuire à autrui et à soi-même, fut-ce en intention ou en parole. Ainsi le mensonge, la calomnie ou la manipulation (la propagande) constituent des actes négatifs tout aussi préjudiciables, parfois plus, qu’une empoignade ou qu’une fessée. Jean-Paul Ribes (bouddhiste). In « Une non-violence de l’intérieur ». Le 16 avril 2011, LGS publiait un article qu’on peut relire par le lien (...) lire la suite
par Mohamed Tahar Bensaada
Maintenant que la proie libyenne est à terre et dépecée, et dans l’attente du partage de ses morceaux par les acteurs de cette guerre « humanitaire », les puissances occidentales s’activent à mettre en place un nouvel ordre local qui sera composé d’un mixe de « désordre constructif » et de contrôle à distance du nouveau régime via une armée internationale de « conseillers » militaires, policiers et administratifs. Mais pour assurer le futur ordre en Libye, les puissances occidentales devraient s’assurer que (...) lire la suite
par Rosa LLORENS
La guerre civile espagnole revient dans l’actualité avec deux films simultanément sur les écrans français : Balada triste, d’Alex de la Iglesia, et Pain noir, d’Agusti Villaronga, deux auteurs "périphériques", l’un basque, l’autre catalan des Baléares. Chacun présente des aspects intéressants : Balada triste rappelle la nature du Valle de los Caidos, que les circuits touristiques, y compris ceux destinés aux classes des lycées et collèges, incluent sans aucune précaution - c’est comme si on faisait (...) lire la suite
par Chems Eddine CHITOUR
« Une injustice commise quelque part est une menace pour la justice dans le monde entier. » - Martin Luther King (Lettres) Une information passée globalement sous silence nous apprend qu’un Rapport de l’ONU- ce « grand machin » dont parlait, avec mépris » déjà à l’époque, De Gaulle - absout globalement Israël de l’assaut du navire amiral le Mavi Marmara de la flottille qui avait l’outrecuidance d’accoster à GAZA pour y apporter des vivres et des médicaments à une population de plus de 1,5 million de (...) lire la suite
L’art de la guerre
par Manlio DINUCCI
Que penseriez-vous si la police, après une explosion suspecte qui aurait fait écrouler une maison en tuant les gens qui y habitaient, avant toute chose enlevait et détruisait tout ce qui reste ? C’est ce qu’ont fait, il y a dix ans, les autorités étasuniennes : elles ordonnèrent d’enlever immédiatement les structures en acier des tours écroulées le 11 septembre à New York. Aucun doute, dans la version officielle, que la cause ne fût l’incendie provoqué par l’impact des avions détournés par les (...) lire la suite
par Thami BOUHMOUCH
« Nous avons amené la torture, les bombes à fragmentation, l’uranium appauvri, d’innombrables assassinats commis au hasard, la misère, la dégradation et la mort au peuple irakien... » - Harold Pinter (Prix Nobel de littérature) « L’opération humanitaire » en Libye, qui a été menée tambour battant par les Etats-Unis et l’OTAN, a débouché finalement sur un désastre abominable. Le but de cette équipée guerrière, on le sait, était de faire main basse sur le pétrole et les ressources financières du pays (en plus (...) lire la suite
par Oscar FORTIN
L’expression « changement de régime » revient de plus en plus souvent dans les débats politiques et dans les aventures guerrières. On ne parle plus de changements cosmétiques, mais de changements globaux dans la manière de gérer la solidarité, l’économie, la finance, la démocratie, la politique, les droits humains des personnes et des peuples. LE RÉGIME DOMINANT EN OCCIDENT Le régime dominant, dans les pays de l’Occident et dans de nombreux autres pays dépendants de ces derniers, repose sur quatre (...) lire la suite
par Caleb IRRI
Dans les premières pages de son livre "retour au meilleur des mondes", Aldous Huxley dresse en 1958 un bilan des anticipations qu’il avait dégagées en 1930, comparées d’une part à la situation telle qu’elle lui semblait évoluer à l’époque, et d’une autre aux anticipations d’une oeuvre non moins importante : "1984", de George Orwell. Prenant acte du fait que le monde avançait "beaucoup plus vite" que prévu, il constatait que le monde avait plus de chances de ressembler à son meilleur de mondes qu’à celui de (...) lire la suite
par Salim LAMRANI
Confrontée à des sanctions économiques imposées par les Etats-Unis depuis plus d’un demi-siècle, à la crise financière globale et à un problème récurrent de productivité, Cuba se trouve dans l’obligation de réformer en profondeur son système socio-économique afin de préserver ses acquis sociaux et son mode de vie. Si les facteurs externes expliquent en partie les difficultés auxquelles se trouve confrontée la société cubaine, il est impossible d’en éluder les responsabilités internes. Comme l’a souligné le (...) lire la suite
par Rebel Griot
"L’Afrique est la clé du développement économique mondial" ; ce récent titre du Washington Post est d’une honnêteté rafraîchissante, mais pas vraiment un scoop. La main d’oeuvre et les ressources africaines —comme vous le dirait n’importe quel historien économique décent— sont la clé du développement économique mondial depuis des siècles. Quand les Européens ont découvert l’Amérique il y a 500 ans, leur système économique s’est disséminé à vive allure. Les puissances européennes ont pris de plus en plus (...) lire la suite
BREVES
14 artistes/groupes répondent à l’appel de Singing Palestine et interprètent des chants palestiniens. 3 cinéastes répondent à l’appel de ZIN TV et présentent 3 clips inspirés par Singing Palestine. Sortie officielle de l’album, concert et projection des clips le samedi 24 septembre 2011 au Théâtre (...) lire la suite
Le samedi 10 septembre à 1 heure du matin (heure de Damas), la psychanalyste syrienne Rafah NACHED, fondatrice de l’Ecole de Psychanalyse de Damas, a été arrêtée par les services de sécurité syriens à l’aéroport de Damas, alors qu’elle s’apprêtait à embarquer sur un vol d’Air France en direction de Paris (...) lire la suite
.
_________________________________
.

Au bout de la route

Là où l'asphalte et les certitudes finissent

9/12/2011

Du Québec, lettre ouverte aux autres humains

Publié par Marc Lafontan | Libellés : Résister

Un texte de Denis McCready :

falling.jpg



Je ne veux pas vous faire rire, ni vous faire pleurer. Je ne vous connais pas individuellement, mais je vous aime collectivement, pour l’instant. Il peut m’arriver de ne pas vous dire bonjour, mais je me lève chaque matin en pensant à vous, mais surtout à vos enfants, à leur avenir, à notre coin de pays.

Ce texte pourrait ressembler à un caprice d’intellectuel, je le vois plutôt comme un texte prérévolutionnaire, un appel à considérer l’insurrection. Si vous êtes confortables dans votre vie actuelle, je suis venu vous parler dans le casque.

(...) Je suis un citadin, comme d’autres sont des hommes des bois. Ça ne m’empêche pas de penser que la ville moderne du 20e siècle est devenue un endroit absurde où vivre, un lieu qui peut être cruel et qui facilite le contrôle des populations, le contrôle des individus et de leur pensée. Chaque jour, on nous dit quoi penser, quoi acheter, comment vivre et surtout on nous dit de ne pas changer le monde. Il faut donc réinventer la ville ou la détruire. Et pour ça, j’ai besoin de vous.

Une ville, c’est captivant, mais rappelons-nous que nous pouvons devenir captifs. Je comprends ceux qui veulent se sauver la fin de semaine. C’est une question de santé mentale. Notre proximité est dangereuse quand elle nous contraint comme une cage autour d’un rat.

 Henri Laborit, dans le film Mon oncle d’Amérique d’Alain Resnais, expose les résultats de ses recherches avec des rats. Le chercheur français a enfermé deux rats dans la même cage. Quand il ne se passe rien, ils sont tout à fait «civils» l’un avec l’autre, mais dès qu’on passe un courant électrique dans le plancher, ils s’attaquent l’un à l’autre. Dès que le courant s’arrête, ils arrêtent de se battre. Les rats répondent à l’agression immatérielle en attaquant automatiquement ce qu’ils présument être la source de l’agression: l’autre. Ce test ne laisse aucune séquelle sur les deux rats. Ensuite, Henri Laborit a répété l’expérience avec un seul rat dans la même cage. Le rat n’a pas d’autre rat à attaquer. Il sursaute, souffre, subit cette agression sans aucun exutoire physique. Laborit découvre que s’il fait subir ce traitement au rat régulièrement, l’animal développe un cancer, et Laborit théorise qu’un corps qui subit une agression sans se décharger finit par s’attaquer à lui-même.



Ça ne veut pas dire que vous devez vous battre avec l’humain le plus proche dès que vous êtes de mauvaise humeur! Ou violenter votre chien ou des pigeons, SVP. Non. Mais rappelez-vous que pendant que vous êtes occupé à vous «battre» avec les autres habitants de votre ville, vous ne pouvez combattre ce qui vous fait vraiment mal: l’État et la corporation.

 

Depuis des mois, partout dans le monde, les peuples se soulèvent et renversent leur gouvernement, parfois dans une réelle prise de pouvoir venant de la rue, parfois en tant que simples pions sur un échiquier qui a déjà été joué pour eux, tantôt dans l’allégresse pacifique, tantôt dans un bain de sang. Les citoyens du monde veulent se libérer de leurs dirigeants parce que ces gouvernements ont échoué de manière accablante.

Les Québécois ont autant de raisons d’être en colère. Nous sommes collectivement bien nantis, nous mangeons relativement à notre faim, nous sommes libres de nos opinions politiques – quand on se compare, on se console, diront certains –, mais la colère sommeille. Vous le savez, vous la sentez. On nous ment, on nous pille, on érode nos libertés fondamentales, on nous monte l’un contre l’autre. Ne soyons pas bêtes; ne nous rendons pas malades à force de subir cette agression sans réagir. Si on a mal ensemble, il faut agir ensemble.

 

En ce moment, nos infrastructures routières sont devenues le symbole du Québec: des politiciens et des corporations s’assoient et décident de dépenser l’argent de vos impôts en plaçant la priorité sur leur bénéfices communs: la cotisation politique pour le politicien, l’argent excessif pour la corporation, qu’elle soit une entreprise de construction de routes ou de barrages hydroélectriques, un empire médiatique, une compagnie de boissons gazeuses ou une compagnie de pétrole, de gaz ou de minerais. Nos ponts tombent et tuent, et on ne sait pas qui est responsable. Le pouvoir est exclusif, le profit privé, la dette publique et la bêtise anonyme.

 

Après l’invention de la ville moderne, nous avons assisté à l’invention de la ville virtuelle. Et en bon peuple grégaire que nous sommes, nous avons investi les lieux d’Internet massivement: courriel, sites Web, blogues, Facebook, Twitter, Google+, etc. Nous sommes des citadins très volontaires, tant dans notre cité physique que sur Internet, mais nous sommes divisés. Par les petites querelles quotidiennes, par les divertissements inutiles et abrutissants. Les messages de ceux qui veulent nous informer et nous aider sont difficiles à entendre parce qu’il y a beaucoup de bruit. On est plus intéressé par une recette de cuisine que par une recette pour devenir libre. 

 

Notre capacité d’indignation est complètement déboussolée. On hurle dans les tribunes publiques de tout acabit parce qu’un père a tué ses deux enfants – un acte horrible –, mais on ne lève pas le nez de nos téléphones «intelligents» quand notre premier ministre nous annonce qu’il va vendre le grenier de nos ressources naturelles à des pays étrangers pour une bouchée de pain. On ne rouspète pas contre les implications de cette décision du gouvernement de donner un prix à l’eau potable traitée par les usines de notre ville afin que des compagnies l’embouteillent pour faire des millions de profits. 

On ne bronche pas lorsque notre ex-ministre des Ressources naturelles, Mme Nathalie Normandeau, fait de l’à-plat-ventrisme devant la compagnie Pétrolia, respectant un ordre de cette corporation de fermer sa gueule sur l’entente entre cette compagnie et Hydro-Québec: la société d’État a cédé le pétrole de l’île d’Anticosti – une ressource collective – pour une redevance gardée secrète pour l’instant. Je vous épargne l’énoncé du bilan environnemental possible, mais sachez que cette réserve de pétrole est accessible seulement par fracturation hydraulique et qu’elle pourrait entraîner jusqu’à 3 trillions de dollars de profits. 

Si on coupait la pomme en deux avec Pétrolia, on réglerait la dette du Québec et on pourrait payer les soins de santé de tous les enfants à naître cette année jusqu’à leur mort. Mais M. Charest préfère vendre nos ressources naturelles au moins offrant.

 

 Les compagnies minières vident notre sous-sol depuis des années pour une petite poignée de change (à peine 3% de redevances réelles) et si l’exploitation du gaz de schiste allait de l’avant, cela se ferait sous ce régime; autant dire qu’on prendrait un risque environnemental phénoménal avec la vallée du Saint-Laurent – notre garde-manger – pour des pinottes. 

 

Je vous épargne le discours sur l’hydroélectricité, je me suis exprimé là-dessus dans le film que j’ai produit – Chercher le courant –, mais avec le projet de la Romaine, on nage en pleine absurdité de dépenser huit milliards de dollars pour produire de l’électricité qu’on va vendre à perte. Le Plan Nord du gouvernement Charest va coûter 80 milliards de dollars d’investissement, mais va rapporter seulement 28 milliards de revenus à l’État… Il est fou cet homme ou quoi? On dépenserait 80 pour gagner 28. Imaginez la tête d’un banquier ou d’un directeur de Caisse populaire si vous alliez négocier un prêt pour une maison avec ce genre de logique de revente. On vous expulserait à coups de pied dans le cul. 

 

Si on laisse faire le gouvernement actuel, l’avenir de nos enfants se résumera à travailler sous terre dans une mine du Plan Nord pour un patron étranger. Je n’ai pas envie de devenir l’esclave d’une corporation qui pompe nos ressources et vide notre pays de sa richesse. L’eau, le pétrole, les mines, le gaz naturel, l’hydroélectricité, ce gouvernement se comporte comme un proxénète et nous vend à des vautours en nous disant que c’est pour notre bien. Et quand ils nous auront bien vidés, qu’on ne sera plus qu’un territoire expurgé de ses ressources, ils nous laisseront dépenser le peu d’argent gagné dans cet échange qui s’apparente à un vol pour nettoyer les océans de merde toxique qu’ils auront laissés derrière eux.

 

Mais nous n’avons pas dit notre dernier mot et il est encore temps. C’est ici que vous avez votre rôle à jouer. Vous êtes des citadins, oui, mais il est temps de devenir de vrais citoyens. Regardez plus loin que votre quartier, regardez plus loin que vos divergences partisanes, qui sont autant de manières de nous diviser. Si nous ne terminons pas ce qui a été commencé dans les années 60 avec la Révolution tranquille, que nous soyons fédérés au Canada ou souverains, nous resterons un peuple esclave des corporations étrangères. Les citoyens de la vallée du Saint-Laurent se sont réunis, se sont coalisés et ils ont réussi à envoyer le message aux gouvernements et aux compagnies gazières qu’ils avaient leur mot à dire dans le dossier du gaz de schiste. Ça se passait dans leur cour. Mais notre cour à tous, c’est le Québec. Présentement, le gouvernement nous méprise et des compagnies comme Pétrolia tentent de museler la critique en utilisant les tribunaux; il est temps de se lever et de poser un geste de citoyens libres.

 

Le Québec est maintenant comme une grosse ville. Nous sommes physiquement proches l’un de l’autre, nous sommes connectés l’un avec l’autre. Imaginez, en 1962, René Lévesque a fait le tour de la province avec un tableau noir pis une craie pour rejoindre des gens majoritairement non éduqués afin de leur faire comprendre qu’il fallait devenir «Maîtres chez nous» en nationalisant l’électricité. Une révolution tranquille, mais une révolution quand même. Vos oncles, vos pères, vos mères même se sont échinés à sortir notre province du moyen âge pour nous donner une richesse collective et un avenir moderne, pis vous restez tranquilles à attendre de recevoir le courriel qui va vous dire que la révolution commence demain.

 

Alors que les fascistes sont à Québec et à Ottawa, que l’opposition est édentée, pendant qu’on torture des enfants en votre nom, pendant qu’on vend le sous-sol québécois pour le prix d’un vieux char, vous continuez de vous regarder le nombril, soucieux de votre standing dans une clique, convaincus que votre recyclage hebdomadaire et vos balades en vélo font de vous des citoyens dignes de ce nom. À mon sens, vous n’avez pas encore prouvé que vous avez droit de cité.

 

Vous avez aujourd’hui entre les mains l’outil le plus révolutionnaire depuis la machine à imprimer de Gutenberg, et tout ce que vous trouvez à dire avec, c’est: «chus saoul», «j’mange de la poutine», «checke la pitoune», «j’fais dodo», «mon chien yé cute»!

 

Vous n’êtes pas ignorants pourtant! Vous consommez journaux, TV, radio, Web. Et le problème est là. Vous consommez. Un citadin paie des taxes; un citoyen participe à la cité. Vous avez arrêté de penser et d’agir, alors que notre province se fait violer par des bandits. Vous restez à rien faire pendant que des étrangers pis des traîtres à cravate élus à l’Assemblée nationale du Québec complotent pour vous voler vos soins de santé, vos écoles, vos ressources naturelles, votre liberté d’expression et votre liberté de presse. Dans certains pays, des peuples ont pendu leur chef d’État pour moins que ça. Ce n’est pas une suggestion, c’est une observation.

 

Vous dormez comme un peuple de poteux dépressifs, obsédés par vos pères qui ne vous ont pas assez aimés pis vos mères qui vous protégeaient trop, suicidaires en hiver et légumes en été, critiqueux sans épine dorsale, petits gérants d’estrade dans un stade qui ne vous appartient même plus, génération de nouveaux moutons électriques qui se laissent manger la laine sur le dos par une corporation étrangère qui a donné une grosse enveloppe brune pour faire de vous des esclaves modernes.

 

Réveillez-vous, réveillez-vous, réveillez-vous. Vous vous faites mentir en pleine face et au lieu de vous organiser, vous restez assis à attendre que quelqu’un donne le signal. Dans votre tête, la solidarité, c’est quand deux lofteurs se mettent en gang pour bitcher une conne obsédée par la grosseur de son cul à la TV.

 

On est les descendants d’une bande de capotés qui ont découvert l’Amérique en canots d’écorce, qui commerçaient avec les Indiens au lieu de les massacrer, qui baisaient les Indiennes au lieu de leur donner des couvertures infectées par la variole, le peuple qui a accueilli les Irlandais et les Écossais, les Italiens, les Chinois, les Vietnamiens, les Haïtiens, même si on n’avait presque rien à leur offrir sauf de la place. On est un peuple qui s’est affranchi sans armes des patrons anglais et étrangers qui nous maintenaient dans la misère. J’ai un message pour vous: ils sont de retour.

 

On est en danger de perdre ce pourquoi nos ancêtres se sont battus, parfois même jusqu’en Europe. Je suis un citadin grégaire, je vis dans ce gros village avec vous, mais je n’ai pas envie de me battre tout seul. SVP. 

 

Réveillez-vous, réveillez-vous, réveillez-vous maintenant.

 

 

.

 


Un autre monde est possible keny arkana

..

..

 

Résistance politique… Organisons-la !

le septembre 9, 2011 par Résistance 71

Vers un Axe Contre-Mondialiste

par Vincent Vauclin

Reprise de l’éditorial de la revue Perspectives de Septembre 2011

url: http://dissidenceresistance.files.wordpress.com/2011/09/perspectives_3_2011.pdf

On se souviendra de l’Été 2011 comme d’une période historique.

Le Système financier et mondialiste, que certains appellent très justement l’Empire, a franchit un cap dans son entreprise de domination et d’asservissement des Peuples.

L’irruption d’une nouvelle crise financière, en réalité parfaitement prévisible (sinon provoquée), les agressions militaires à l’encontre des nations libyenne et syrienne, la mise en place d’une         « règle d’or » Française puis Européenne, sont autant d’évènements qui ne sont pas isolés les uns des autres, mais qui s’inscrivent dans un processus d’hégémonie globale, financière et militaire.

L’Histoire s’accélère. Nous vivons un moment charnière dont il faut avoir conscience, puisqu’il pourrait bien s’agir de l’étape finale de ce processus d’asservissement des Peuples, par la Dette ou par la Guerre.

Ce Nouvel Ordre Mondial, qui n’est rien de moins que l’avènement d’une nouvelle féodalité, où les banquiers remplacent les seigneuries, semble s’accomplir sans rencontrer de véritable résistance.

Mais la partie n’est pas perdue. Face à la puissance mondialiste et financière, les patriotes du monde entier doivent œuvrer à l’édification d’un Axe Contre- Mondialiste fondé sur la solidarité des Peuples contre des élites aussi cyniques qu’apatrides. Et c’est en France que nous devons en poser les jalons, en travaillant au rassemblement et à la mise en réseau des résistances individuelles et collectives, en dénonçant le scandale de la Dette, celui de la guerre en Libye et de la propagande journalistique qui l’a accompagnée, en réalisant un travail pédagogique d’éducation populaire.

Et s’il est fondamental de comprendre l’Empire, et les divers aspects de sa domination, il est tout aussi important de lui opposer une résistance concrète et efficace.

C’est là l’une des raisons d’être de notre organisation, qui concrétise localement notre volonté d’insoumission.

Face au Système, nous n’avons en réalité aucune autre façon de résister que d’entrer en dissidence, et de lui ôter, de façons méthodique et systématique, tous les moyens dont il dispose pour nous dominer. Que ce soit le plan moral, par le refus de cautionner cette domination abjecte, que sur le plan de l’efficacité tactique, la dissidence économique et politique s’avère être la seule façon de réaliser son insoumission, et de donner du sens à sa résistance.

Vincent Vauclin

 

http://resistance71.wordpress.com/


Video - Les Tactiques de Résistance Civile Non-violente

Partager cet article

commentaires

(Clovis Simard,phD) 26/02/2012 19:50


Voir mon blog(fermaton.over-blog.com),No-6. THÉORÈME DE LA CHUTE. - OBSÉDÉ DU POUVOIR ??

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche