Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 20:44

 

Medical.jpg

 

 

 

Appel du 18 Juin pour la prise de conscience que les dents dévitalisées constituent très probablement la principale cause du cancer en France.


 

On a l’habitude de dire dans le domaine de la spiritualité que l’homme cherche vainement à l’extérieur de lui la vérité alors que c’est au plus profond de lui qu’elle réside. Une assertion qui pourrait bien être vraie aussi pour le cancer, dont la cause serait donc à rechercher au plus profond des tumeurs cancéreuses.


 

En discutant avec un ami chirurgien sur les médecins anatomopathologistes qui analysent au microscope les tumeurs pour voir si elles sont cancéreuses, voici ce que j’ai appris dernièrement. Lorsque les médecins anatomopathologistes constatent que les cellules de la tumeur possèdent les caractéristiques cancéreuses, donc que la tumeur est cancéreuse, savez vous ce qu’ils trouvent au centre des tumeurs? Ils trouvent des cellules normales mais nécrosées c’est à dire des cellules mortes. La tumeur cancéreuse constitue donc très probablement une pathologie où l’organisme n’arrive pas à se débarrasser par le système immunitaire de cellules mortes.

 

L’organisme entoure alors les cellules mortes, gangrénées ou nécrosées  - c’est comme on veut -, par des cellules cancéreuses qui font barrière à la mort afin de séparer la mort du vivant. Les mécanismes de la vie, dont le cancer fait partie, font donc comme ce que Dieu recommande dans la Bible lorsqu’Il dit de ne pas laisser les morts au milieu des vivants mais de les emmener à l’Hadès, par exemple.


 

Le Dr Semmelweiss avait aussi compris, jadis, que les étudiants en médecine sortant des salles de dissection devaient bien se laver les mains avant d’aller accoucher les parturientes.

 

J’imagine que tout ce qui est mort, depuis un certain temps notamment, recèle très probablement je ne sais quoi de très toxique et certains germes très virulents sécrétant des poisons extrêmement toxiques, le tout pouvant nuire très fortement à tout ce qui est vivant.

 

L’idée de prendre des plantes médicinales anti-infectieuses et anti-parasitaires pour soigner le cancer est donc assez cohérente, comme Hulda Clark le conseillait. Hulda Clark qui pensait que les parasites représentent probablement la plus grande cause au cancer, avec les produits chlorés mis dans l’eau potable aussi d’ailleurs.

 

Mais, pour en revenir aux parasites, s’ils étaient la première cause de cancers, comment expliquer alors que nombre d’habitants des pays africains, qui sont pourtant infestés de parasites en raison de leur eau de boisson, n’ont pourtant que très peu de cancers?

 

Le cancer est, avant tout, une maladie des pays riches, de ceux qui ont les moyens de conserver leurs dents cariées en les dévitalisant et c’est bien là qu’il faut voir la première cause du cancer de notre civilisation, même s’il en existe d’autres, j’en conviens. Tout ce qui empoisonne les cellules vivantes de l’organisme se révèlera plus ou moins cancérigène, un jour ou l’autre.


 

Les cellules cancéreuses sont des cellules programmées génétiquement, donc des cellules que la vie a prévu de faire apparaître dans certaines circonstances. Elles ne sont nullement des cellules folles à vouloir éliminer systématiquement et surtout par n’importe quel moyen, comme certains voudraient le faire croire parce qu’eux mêmes ne comprennent pas le sens du cancer.

 

C’est un peu comme la psychiatrie qui ne comprend pas le sens de la schizophrénie et qui détruit les cerveaux des schizophrènes avec sa chimie en qualifiant la schizophrénie de folie alors qu’elle n’est qu’une forme de perception des mondes parallèles. Une perception qui, certes, peut rendre fous ceux qui n’en comprennent pas le sens, mais qui peut faire grandement évoluer ceux qui le comprennent.


 

Pour arriver à supporter l’empoisonnement associé à la nécrose cellulaire, des cellules cancéreuses apparaissent dans les tumeurs, par conséquent, pour effectuer une tache que les cellules normales ne sauraient exécuter. Le problème est que, d’une part, les tumeurs grossissent pour réaliser des barrières plus épaisses et donc plus efficaces, j’imagine, et que, d’autre part, les cellules cancéreuses consomment énormément d’énergie et épuisent l’organisme.

 

Pour preuve, dans un cancer, le cœur se met par exemple à battre très vite et les extrémités des membres deviennent froides. Tout cela parce que les cellules cancéreuses nécessitent beaucoup d’énergie et qu’il en reste moins ensuite pour réchauffer les extrémités. Cela fait qu’en général le malade meurt par épuisement énergétique ou dans d’atroces douleurs de compression si les cellules cancéreuses persistent un peu trop longtemps dans son organisme ou si les tumeurs grossissent un peu trop.

 

Bref, dans le cancer, quand apparaît la tumeur, tu meurs. Cela n’est pas inutile à rappeler quand on entend parfois dans certains milieux de médecines douces que le cancer est une bonne chose pour la santé. Je sais, certes, que ce n’est pas totalement faux non plus à un certain niveau de compréhension comme l’a expliqué le Dr Hamer . Il explique que la cancérisation d’un organe est la meilleure solution que le cerveau trouve pour résoudre un fonctionnement déficient du dit organe.

 

Pour sa liberté d’expression le Dr Hamer a d’ailleurs fait deux ans de prison en France, c’est honteux. Les malades de psychiatrie dont on détruit le fonctionnement du cerveau avec des poisons pharmacologiques ne font, d’ailleurs, bizarrement, que très rarement des cancers.

 

D’où l’idée folle d’un certain Gernez de détruire le cerveau de tout le monde en faisant ce qu’il appelle de la prévention active, pour prévenir le cancer. Idée folle, heureusement jamais appliquée par l’institution mais toutefois par certains adeptes de médecines douces manquant de discernement qui présenteront certainement, après quelques temps de cette prévention folle, des problèmes neurologiques.

 

L’idée de Gernez consiste plus précisément à prendre du chloral, un ancien médicament de psychiatrie, pour prévenir le cancer. Le choral de Gernez est d’ailleurs aussi un dérivé chloré (NaClO2) proche de ceux que Hulda Clark considérait comme cancérigènes. Mais le sel de cuisine (NaCl) aussi, et pourtant j’en prends. Avec le choral, on n’aura certes pas de cancer mais plus de cerveau non plus à terme. Avec Gernez, ou bien tu as un cancer ou bien tu as un cerveau, il faut choisir. (...)


 

Le fait de comprendre que le cancer est une solution de guérison orchestrée par le cerveau ne doit pas faire oublier quand même que le cancer tue aussi, la plupart du temps, et donc qu’il n’est pas une mauvaise chose d’éliminer les tumeurs cancéreuses.

 

Et cela contrairement à d’autres symptômes bénins comme la fièvre, la douleur, les allergies, par exemple, qui tuent rarement et qu’il est trop souvent une erreur de supprimer avec des médicaments allopathiques ou même homéopathiques (voir texte «la médecine des poisons», car ces symptômes constituent en fait des manifestations d’autoguérison de l’organisme face à un empoisonnement.

 

Ne rien faire face au cancer n’est donc parfois pas la meilleure des choses à faire, même si une bonne psychothérapie pour résoudre ses conflits intérieurs n’est, bien sûr, pas inutile non plus. Elle peut parfois suffire, je veux bien le croire, surtout si la cause du cancer est uniquement d’ordre psychologique, ce qui est assez rare.

 

Une bonne psychothérapie serait même, selon moi, une psychothérapie qui irait plutôt dans le domaine de la philosophie, voire de la spiritualité. Nous devons accepter tout ce qui arrive comme un cadeau du ciel pour nous faire évoluer. Nous devons notamment comprendre que les considérations matérielles ne sont pas ce qu’il y a de plus important. Arriver à accepter ce qui nous arrive est une bonne façon de ne plus avoir de conflits intérieurs. La philosophie, voire mieux la spiritualité, me semblent donc, en fait, bien plus adaptées que la psychothérapie à proprement parler, pour gérer ces conflits psychologiques cancérigènes dont parle Hamer, notamment. (...)


 

Mais revenons à nos moutons. Le chirurgien qui enlève la tumeur cancéreuse enlève donc, en même temps que des cellules cancéreuses, des cellules mortes, et c’est une très bonne chose qui sauve la vie au patient, très souvent. Évidemment, si, en plus, il enlevait les causes du cancer, c’est à dire tout ce qui peut induire la mort des cellules, comme tous les poisons en général, les dents dévitalisées et les idées morbides que certains appellent conflits, ce serait encore mieux évidemment.


 

Le fait de savoir que le centre des tumeurs est constitué de cellules nécrosées et le fait de savoir que la mort engendre la mort (j’en parle sur un autre texte du site: «essai sur le suicide»  http://dent.devitalisee.free.fr/?p=113) est un élément de plus, s’il en fallait, pour comprendre que les dents mortes ou dévitalisées engendrant à distance de la mort donc des cellules mortes dans l’organisme, sont, par conséquent, hautement cancérigènes.

 

Hautement cancérigènes, c’est d’ailleurs aussi ce que disait des dents dévitalisées feu le professeur Joseph Issels, éminent cancérologue allemand, qui guérissait bien plus de cancers que ses collègues et qui, comme par hasard, faisait systématiquement enlever toutes les dents dévitalisées de ses patients. On comprend aussi pourquoi les Français qui possèdent le plus de dents dévitalisées d’Europe sont aussi les Européens qui ont le plus de cancers d’Europe (1,7 fois plus que les Allemands par exemple). Merci à notre excellent système de couverture maladie - sécurité sociale, mutuelles et CMU - qui prennent en charge bien mieux qu’ailleurs en Europe les couronnes sur dents dévitalisées, principaux revenus des dentistes français, ce qui incite, par conséquent, les dentistes français à dévitaliser plus qu’ailleurs en Europe.


 

Plus généralement, tous les poisons qui contribuent à tuer des cellules à petit feu sont donc cancérigènes (tabac, amiante, métaux lourds que l’on ingère notamment par les fritures dans des casseroles métalliques  -même en inox -, etc..).

 

Si je suis assez d’accord avec l’élimination chirurgicale des tumeurs cancéreuses, je suis plus critique sur la chimio et la radiothérapie. La chirurgie enlève un poison du corps tandis que la chimio et  la radiothérapie introduisent des poisons. La radiothérapie et la chimiothérapie sont donc aussi, par conséquent, cancérigènes et cela même si elles tuent aussi des cellules cancéreuses. C’est un paradoxe, certes, mais ce pourrait aussi être une explication de plus aux fréquentes récidives des cancers traités par radiothérapie d’une part (surtout si on n’enlève pas les causes, notamment les dents dévitalisées) mais aussi à l’apparition de métastases cancéreuses après traitements, car la chimio partant dans le sang empoisonne bien d’autres organes.

 

On en perd d’ailleurs ses cheveux… Eh oui les traitements de la cancérologie moderne sont très probablement cancérigènes. Ils induisent de nouveaux cancers tout en traitant un cancer particulier. On pourra bien sûr attendre plusieurs siècles au moins avant que les médecins cancérologues le reconnaissent éventuellement. Autant demander aux médecins ayant vacciné toute leur vie pour éviter certaines maladies de reconnaître que les vaccins provoquent toutes sortes d’autres maladies encore plus graves, de la mort subite du nourrisson à l’autisme en passant par les leucémies des enfants par exemple. Autant demander aux dentistes de reconnaître qu’en ayant dévitalisé toute leur vie des milliers de dents pour les sauver ils ont induit des centaines de cancers aux conséquences bien plus graves que la perte de dents. Autant de missions impossibles en quelque sorte.

 

D’ailleurs, si vous ou l’un de votre groupe essayez de faire admettre cette théorie à un cancérologue ou un juge, sachez que je nierai toute implication dans cette théorie et j’affirmerai que la chimio et la radiothérapie sont deux grands progrès de la civilisation. Par contre, je maintiendrai que les dents dévitalisées ont permis de sauver des millions de dents, tout en provoquant des millions de cancers par la même occasion évidemment.

 

Il paraît que l’on ne peut pas être condamné deux fois pour le même délit, m’a dit mon avocat. Et comme, pour cette dernière affirmation, j’ai déjà payé (interdiction d’exercer la dentisterie à vie et un an et demi de prison avec sursis) il paraît que je suis tranquile. C’est du droit, parait-il…. A moins que l'on me considère comme un récidiviste, va savoir,  il faut que je me renseigne encore un peu…


 

Il y a encore un problème annexe à la dent dévitalisée. Comme celle-ci se trouve dans l’os de la mâchoire, elle l’empoisonne tellement avec les années que parfois des cellules d’os meurent. Les parents ayant des dents dévitalisées transmettent au passage à leur progéniture l’information «os maxillaire malade», ce qui leur provoquera des problèmes orthodontiques.

 

A cause de cet os malade, même enlevées, les dents dévitalisées peuvent donc être encore la cause de cancers, surtout si on les a conservées très longtemps. Les os nécrosés n’arrivant pas à cicatriser présentent alors des cavités qu’on appelle aussi cavitations. Un sujet qui n’intéresse pas non plus vraiment les dentistes en France, car c’est encore une preuve, s’il en fallait, de la toxicité des dents dévitalisées.


 

La cavitation peut, elle aussi, être cancérigène, moins que la dent dévitalisée toutefois. Or, il se trouve que j’ai découvert qu’il existe un produit issu de la technologie quantique, pourrait-on dire, qui, injecté dans l’os, fait disparaître l’os mort. Mais, bon,, je ne vais pas trop vous en parler, car l’idée d’enlever les dents dévitalisées n’intéresse déjà pas grand monde, alors inutile de trop parler de ce sujet qui n’arrive qu’après l’extraction des dents mortes, de toutes façons. Et puis vous n’avez qu’à le trouver vous même sur les textes du site, car j’en parle quelque part. Et puis, sinon, mettez des cristaux dans les dents de vos dentiers, ça marche aussi un peu déjà.


 

Le cancer tue aujourd’hui environ autant que la dernière guerre mondiale a tué. Il est prévu qu’environ un Français sur deux aura un cancer, selon les statisticiens. Le traitement d’un cancer coute 15 000 €uros, en moyenne, ce qui contribue plus que tout à ruiner notre sécurité sociale et notre société française, déjà ruinées, à vrai dire.

 

Une société dont les politiques, pour financer la maladie en général et le cancer en particulier vont jusqu’à emprunter de l’argent que nos générations futures devront rembourser. Et dans ces traitements ruineux du cancer les cancérologues oublient juste de faire à leurs patients l’acte le plus efficace pour guérir, le moins mutilant et le moins onéreux qui soit, c’est à dire leur faire enlever les dents dévitalisées.

 

Un acte qui serait aussi la meilleure prévention au cancer et aussi l’acte le plus apte à revitaliser les organismes fatigués et atteints de maladies en tout genre. En ce 18 juin 2010, c'est un bon jour pour de lancer un appel salvateur à la prise de conscience que les dents mortes tuent, à leur tour, notre civilisation. Inutile d’en vouloir aux dentistes, qui ne font que répondre à la demande conservatrice perverse d’une civilisation, qui veut conserver des dents trop cariées à tout prix et au mépris des lois de la vie en les tuant.

 

Une civilisation sur le déclin, qui sera, certes, aussi, et peut-être encore plus, empoisonnée dans l’avenir par les déchets nucléaires qu’elle produit, empoisonnant au passage aussi ceux qui n’en produisent pas. Mais tout cela est encore un autre sujet. Il serait temps que les Français et les Françaises qui en ont conscience aident véritablement à relayer cet Appel du 18 juin 2010 au maximum et résistent, non pas à un quelconque oppresseur, mais à la désinformation sur la toxicité des dents dévitalisées, qui est plus forte en France que partout ailleurs en Europe, tout comme l’est d’ailleurs aussi la désinformation sur l’immense dangerosité du nucléaire, même civil, et qu’ils résistent aussi, accessoirement, à l’aversion pour les dentiers, qui constituent pourtant, pour la santé, la meilleure solution de remplacement des dents dévitalisées extraites.


 

Bruno Darmon, Docteur en chirurgie dentaire.

 

 

Source: http://dent.devitalisee.free.fr/?p=122

 

Voir aussi sur L'Art de Vivre Sain: Témoignage d'un médecin.

 

Remarque: Le Docteur Bruno Darmon s'exprimera, le 30 Juillet prochain, sur le thème des effets nocifs des dents dévitalisées lors du Colloque "Vivre sa Santé au Naturel" de Plancoët: http://lasantenaturelle.over-blog.com.

 

 http://artdevivresain.over-blog.com/article-le-nouvel-appel-du-18-juin-52561344.html

 

 

.0

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Santé
commenter cet article

commentaires

mutuelle dévitalisation 21/01/2013 14:08


Bonjour,


Lorsque mon dentiste m'a dévitalisé les dents, j'avais peur, à la fois soulager après le soin. Mais quand j'ai su que je pourais avoir un cancer avec, j'ai été traumatisé . Je vous remercie pour
le détail!

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche