Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 15:26
Günther Grass : "Israël menace la paix mondiale"

 

 

Le message d'un homme lucide.

Lors d'un sondage il y a quelques années,

+ de 60 % des citoyens européens avaient en effet

identifié Israël comme la plus grave menace

pour la paix dans le monde. Evidemment !

(note d'eva)

.

 

Günther Grass : "Israël menace la paix mondiale"

L'écrivain allemand et prix Nobel de littérature, Günther Grass, suscite une nouvelle polémique après la publication dans les quotidiens Süddeutsche Zeitung, La Repubblica et le New-York Times d'un poème en prose dans lequel il dénonce sans détours la politique israélienne contre l'Iran. Dans ce texte, intitulé"Ce qui doit être dit", il écrit que d'éventuelles frappes préventives israéliennes contre des installations nucléaires iraniennes pourraient mener à"l'éradication du peuple iranien parce que l'on soupçonne ses dirigeants de construire une bombe atomique".
zoom

Haro sur l'arsenal nucléaire israélien


Günther Grass pointe tout particulièrement le silence de l'Allemagne, "culpabilisée par son passé nazi", qui refuserait de voir le danger constitué par l'arsenal nucléaire israélien. Un arsenal "maintenu secret – alors que l'Allemagne participe à son équipement et qui "menace la paix mondiale déjà si fragile", insiste l'écrivain. Il réclame aussi la création d'une agence" internationale pour contrôler les armes atomiques israéliennes, tout comme l'AIEA le fait pour les activités nucléaires iraniennes.


"Un antisémite instruit, poursuivi par la honte et le remord"


Les réactions ne se sont pas fait attendre. L'éditorialiste du quotidien "Die Zeit", Henryk Broder, affirme que Günther Grass "a toujours eu un problème avec les Juifs, mais qu'il ne l'avait jamais aussi clairement exprimé" avant d'ajouter que l'écrivain est "l'archétype de l'antisémite instruit", qui, "poursuivi par la honte et le remord", ne trouvera "la paix de l'âme" qu'avec la disparition d'Israël. Le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Seibert, s'est refusé à s'engager sur ce terrain glissant, en ne faisant aucun commentaire, au nom de la liberté de création.


Scandales à répétition


Aujourd'hui âgé de 84 ans, l'auteur du "Tambour", "Toute une histoire" et "En crabe" a régulièrement écrit sur le régime nazi et la notion de culpabilité. Il n'en est pas à sa première polémique. Il s'est notamment fait connaître pour ses nombreux coups de gueule contre l'impérialisme occidental. En 2003, il avait dénoncé l'intervention militaire en Irak. Et en 2006, il avait choqué son lectorat en révélant qu'il s'était engagé à 17 ans, fin 1944, dans une division blindée de la Waffen SS.

 


La traduction du poème de Günther Grass

"Ce qui doit être dit"


Pourquoi je ne dis pas
pourquoi ai-je tu pendant trop longtemps
ce qui est pourtant évident
et a fait l'objet de tant de simulations
dans lesquelles nous, les survivants,
sommes au mieux des notes de bas de page.

On évoque le droit à une frappe préventive,
l'éradication du peuple iranien soumis,
tenu à une liesse sans joie par un fort en gueule,
sous prétexte que ce potentat construirait une bombe atomique.

Mais alors, pourquoi m'interdis-je
de nommer cet autre pays
qui dispose depuis des années,
certes dans le plus grand secret,
d'un potentiel nucléaire croissant
et échappant à tout contrôle,
puisque aucun contrôle n'est permis ?


Le silence général autour de ce fait établi,
ce silence auquel j'ai moi-même souscrit,
je le ressens comme un mensonge pesant,
une règle que l'on ne peut rompre
qu'au risque d'une peine lourde et infâmante :
le verdict d'antisémitisme est assez courant.


Mais aujourd'hui, alors que mon pays
coupable de crimes sans commune mesure,
pour lesquels il doit rendre des comptes encore et encore,
mon pays donc, dans un geste purement commercial,
certains parlent un peu vite de réparation,
s'en va livrer un nouveau sous-marin à Israël,
un engin dont la spécialité est d'envoyer
des ogives capables de détruire toute vie
là où l'existence de ne serait-ce qu'une seule
bombe nucléaire n'est pas prouvée,
mais où le soupçon tient lieu de preuve,
je dis ce qui doit être dit.


Pourquoi me suis-je tu aussi longtemps ?
Parce que je croyais que mes origines,
entachées par des crimes à jamais impardonnables,
m'interdisaient d'exprimer cette vérité,
d'oser reprocher ce fait à Israël,
un pays dont je suis et veux rester l'ami.


Pourquoi ne dis-je que maintenant,
vieux, dans un ultime soupir de mon stylo,
que la puissance nucléaire d'Israël
menace la paix mondiale déjà fragile ?
Parce qu'il faut dire maintenant
ce qui pourrait être trop tard demain,
et parce que nous, Allemands, avec le poids de notre passé,
pourrions devenir les complices d'une crime,
prévisible et donc impossible
à justifier avec les excuses habituelles.
Pourquoi je ne dis pas
pourquoi ai-je tu pendant trop longtemps
ce qui est pourtant évident
et a fait l'objet de tant de simulations
dans lesquelles nous, les survivants,
sommes au mieux des notes de bas de page.

(..)

Je dois l'admettre aussi, je ne me tairai plus
parce que j'en ai assez de l'hypocrisie de l'Occident
et j'espère que nombreux seront ceux
prêts à se libérer des chaînes du silence,
pour appeler l'auteur d'une menace évidente
à renoncer à la violence tout en exigeant
un contrôle permanent et sans entraves
du potentiel atomique israélien
et des installations nucléaires iraniennes
par une instance internationale
acceptée par les deux gouvernements.


Ce n'est qu'ainsi que pourrons aider
les Israéliens et les Palestiniens,
mieux encore, tous les peuples,
frères ennemis vivant côte à côte
dans cette région guettée par la folie meurtrière,
et en fin de compte nous-mêmes.



(Source Süddeutsche Zeitung)
Traduction Michel Klepp

 

.

http://www.alterinfo.net/G%C3%BCnther-Grass-Israel-menace-la-paix-mondiale_a74190.html

 

 

..

Le Suisse Adolf Muschg prend la défense de Günter Grass

 

Le Suisse Adolf Muschg est le premier écrivain de renommée internationale qui prend la défense de Günter Grass, accusé d’antisémitisme après la publication de son poème sur Israël. L’écrivain alémanique écrit dans ce dimanche dans l’hebdomadaire zurichois Der Sonntag que le reproche d’antisémitisme lancé unanimement contre son collègue allemand le laisse sans voix « tellement il est absurde, injuste et démesuré« .


Günter Grass, prix Nobel de littérature 1999, a publié la semaine dernière un poème dans un journal allemand, intitulé « Ce qui doit être dit », dans lequel il prend la défense de l’Iran contre Israël lequel « menace la paix mondiale » avec l’arme atomique.


L’auteur du « Tambour » demande aussi dans son poème en prose un contrôle aussi bien de l’arsenal atomique israélien, que du programme atomique iranien par une instance internationale. Günter Grass estime que d’éventuelles frappes préventives israéliennes contre des installations nucléaires iraniennes mèneraient à l’éradication du peuple iranien pour la seule raison que ses dirigeant sont soupçonnés de construire une bombe atomique.

 

Pour Adolf Muschg, « on condamne Grass pour quelque chose qu’il n’a pas écrit ». On lui conteste le droit de critiquer Israël. « Pourquoi la réaction presque unanime des germanophones a-t-elle lieu avant de savoir si cette critique contre Israël a bien été émise ? » se demande Muschg.

 

Et pourquoi un auteur comme Grass n’aurait pas le droit de s’exprimer en tant que citoyen du monde ? Le « silence menaçant montre que la suffisance n’est pas seulement de son côté« , écrit Muschg qui se réfère à un passage dans lequel Günter Grass dénonce le « silence généralisé » sur le fait établi qu’Israël dispose depuis des années d’un arsenal nucléaire croissant sans qu’aucun contrôle ne soit permis. C’est un « mensonge pesant » car le verdict d’antisémitisme tombera automatiquement sur quiconque rompra ce silence, écrivait Grass.


Spencer Delane, pour Mecanopolis

Avec les informations de Der Sonntag

http://www.mecanopolis.org/?p=25189

Article placé le 08 avr 2012, par Spencer Delane (Genève)

 

.

.

Après la colère de Grass, le ras-le-bol de Muschg.

Al Manar
Jeudi 12 Avril 2012

Après la colère de Grass, le ras-le-bol de Muschg
Après le cri de colère de Günter Grass, c’est au tour du cri de ras-le-bol d’Adolph Muschg.
Ecrivain suisse de renommée mondiale, Muschg a non seulement accouru au secours de son collègue allemand lapidé impitoyablement par les medias occidentaux et les responsables israéliens pour avoir dénoncé la stigmatisation de l’Iran. Il s’est surtout offusqué contre cette manie d’accuser arbitrairement d’antisémitisme toute critique contre Israël.   Gunter GrassIl a écrit dimanche dans l’hebdomadaire zurichois Der Sonntag que le reproche d’antisémitisme lancé unanimement contre son collègue allemand le laisse sans voix « tellement il est absurde, injuste et démesuré ».
« On condamne Grass pour quelque chose qu’il n’a pas écrit,..., on lui conteste le droit de critiquer Israël », constate Muschg.
«  Pourquoi la réaction presque unanime des germanophones a-t-elle lieu avant de savoir si cette critique contre Israël a bien été émise ?,..., pourquoi un auteur comme Grass n’aurait pas le droit de s’exprimer en tant que citoyen du monde ? », s’interroge-t-il.
« Le silence menaçant montre que la suffisance n’est pas seulement de son côté », conclut-il en référence au passage dans lequel le prix Nobel de littérature 1999 dénonce le « silence généralisé » sur l’arsenal nucléaire israélien croissant sans qu’aucun contrôle ne soit permis, parce que nourri par le verdict d’antisémitisme. 
 
Dans son poème « Ce qui doit être dit », Grass s’était également objecté à la politique allemande en matière d’exportations d’armes avec la livraison à Israël d’un autre sous-marin capable de lancer des missiles nucléaires, rejetant d’un ton las « l’hypocrisie de l’Occident» qui – il ne le dit pas explicitement – a été le principe directeur de nos politiques au Moyen Orient, de l’Algérie à l’Afghanistan.
Parallèlement de nombreux manifestants pour la paix des traditionnelles "marches de Pâques" en Allemagne continuaient lundi de se ranger derrière Günter Grass.  
  Marches de Pâques
"C'est inadmissible", a déclaré le porte-parole de la cellule des coordinations de ces "marches de Pâques", Willi van Ooyen, à propos de l'interdiction de territoire annoncée dimanche par l'entité sioniste pour l'écrivain allemand.
  
"Menaces et préparatifs de guerre empoisonnent le climat politique", selon  Ooyen. Des frappes préventives, telles que Tel Aviv se réserve le droit d'en mener au vu de la menace que représente à ses yeux le programme nucléaire iranien, "sont des crimes" et à ce titre méprisables, avait-il déjà déclaré samedi.
   Ces manifestations, qui ont lieu tous les ans le week-end de Pâques en Allemagne depuis 1960, ont réuni cette année des milliers de personnes à travers tout le pays.
A signaler aussi dans la foulée de la campagne de dénigrement soulevée contre Grass, que le ministre allemand de la Santé, Daniel Bahr, a osé dans un entretien au quotidien Die Welt de  mardi de qualifier de "complètement exagérée" la décision d'Israël d'interdire de son territoire le prix nobel allemand.
http://www.alterinfo.net/Apres-la-colere-de-Grass-le-ras-le-bol-de-Muschg_a74548.html
Voir aussi :

.

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche