Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 02:07

 

 

Hôpital libéraliséLe Royaume-Uni pourrait économiser un tiers de ses dépenses publiques grâce à une « simple » recette : privatiser tout ce qui est privatisable. La proposition vient en marge d’une des études les plus complètes jamais réalisée par la CBI, la Confederation of british industry, le plus important syndicat patronal britannique. Ainsi, l'organisation, qui s’apparente à un vaste lobby aux mains des employeurs, lance un énième appel en faveur de l’ouverture des marchés.

 

Mais, pour la première fois, il le fait avec des données et des chiffres précis en provenance du cabinet de conseil Oxford Economics. Les chiffres sont destinés à donner de la consistance aux exigences des employeurs, dont certains sont quelque peu malmenés par les récentes critiques relatives à la gestion privée de la sécurité lors des Jeux olympiques de Londres. Selon la CBI, le Royaume-Uni pourrait  ainsi sauver, chaque année, au moins 22,6 milliards de livres sterling, l’équivalent de 25 milliards d'euros, « en laissant à la libre concurrence des secteurs comme le logement social, la gestion des prisons ou la restauration scolaire », a déclaré le directeur général de la confédération, John Cridland. « Nous demandons maintenant que le gouvernement de David Cameron sorte de son inertie et prenne en considération nos propositions ». Demande acceptée, puisque la coalition formée par les conservateurs et les libéraux-démocrates a déjà fixé une rencontre pour « examiner les options en la matière ».

 

Peu importe si les entreprises qui ont décroché par le biais d’appels d’offres la mission de s’occuper de l'ordre public au cours de ces Jeux qui ont mis sous le feu des projecteurs la Grande-Bretagne et Londres n'ont pas été pleinement en mesure de l’accomplir. Quelques semaines avant le début des compétitions, l'armée n’avait-elle pas dû rappeler des milliers de soldats d'Afghanistan pour pallier les insuffisances constatées sur le terrain ?

 

Et peu importe si de nombreuses entreprises qui ont la responsabilité des services dans les maisons de retraite ont montré un certain nombre d’insuffisances dans les soins portés aux patients, comme les journaux et la télévision ont pu largement le montrer au travers d’enquêtes et de rapports. Mais selon le CBI, la privatisation est toujours la recette gagnante et elle est applicable aux services publics qui, chaque année, représentent un manque à gagner de plus de 278 milliards de livres, soit plus de 300 milliards d'euros. L'étude réalisée par Oxford Economics nous en apprend aussi un peu plus : avec les économies ainsi dégagées, le budget du Royaume-Uni pourrait revenir à l'équilibre dès l'exercice 2016-2017. Et les dépenses publiques prévues cette année - 680 milliards de livres entre le gouvernement central et les administrations locales - pourrait commencer à décroître dès l'année prochaine.

 

Non contente de la «force» de ses chiffres, la CBI a également commandé un sondage téléphonique à la ComRes, une agence d’études de marchés bien connue. Il ressort que 75% des Britanniques seraient favorables à une privatisation accrue. Des sondages largement critiqués par les syndicats du Royaume-Uni qui remettent en cause les méthodes utilisées et dénoncent la collusion entre des agences qui seraient chargés de préparer l’opinion à des choix économiques cruciaux et les représentants du patronat, qui en seraient comme par hasard les grands bénéficiaires.

 

Dave Prentis, secrétaire général d'Unison, une des plus importantes associations de travailleurs, a publié un communiqué: « La CBI a sorti du chapeau des chiffres qui ne nous convainquent pas. Les faits sont clairs : la privatisation est un échec coûteux. Les contribuables ne peuvent plus rien se permettre et la semaine dernière, certains parlementaires, sur la pression de la rue, ont appelé à la rédaction d’une liste noire des entreprises qui n'ont pas respecté leur contrat ». « La privatisation, poursuit Prentis, porte la responsabilité d'énormes coûts humains. Demandez à une personne âgée dans une maison de retraite, aujourd'hui, ou regardez le fiasco de la sécurité pendant les Jeux olympiques. Lorsque le secteur privé brise quelque chose, c’est toujours le public qui paie les pots cassés. Et on doit tous en supporter le coût au final ».

 

Mais la CBI tient impérativement à avoir le dernier mot : « le moment est désormais venu de briser le monopole du public, on ne peut plus se le permettre… ».

 

Capitaine Martin

 

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche